Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

Exclusion de 500 élèves-policiers : "Non, Bassolet n’a pas eu la main trop lourde"

Accueil > Actualités > Opinions • • jeudi 17 mars 2005 à 08h23min

Monsieur Ousséni Ilboudo ; c’est avec un vif intérêt que j’ai lu votre article relatif à l’ « Exclusion des 500 élèves-policiers », paru dans l’Observateur paalga N°6341 du lundi 28 février 2005.

Franchement, je m’attendais à y trouver des révélations de nature à me persuader que le ministre de la Sécurité, à travers la décision prise suite au mouvement des 500 élèves-policiers, a vraiment franchi le Rubicon, trempant ainsi dans l’abus, dans l’arbitraire, dans l’inégalité.

Mais jusqu’à la fin de l’énumération des faits et actes confondus, je me suis rendu compte que vous ne vous êtes évertué qu’à blanchir monsieur le Ministre, en attestant au fait la légalité de l’acte posé. Il est à savoir qu’il y a un âge où l’on devient majeur, c’est- à- dire responsable à part entière des actes qu’on pose.

Et tous ceux qui sont des agents de la Fonction publique, comme c’est ceux-là qui sont l’objet de vos préoccupations, le sont par voie de concours ou par d’autres formes de recrutement. L’âge requis est 18 ans.

Comme nul n’est censé ignorer la loi, ces 500 élèves-policiers savaient (ou devraient savoir) qu’en aucun cas, ils ne devaient avoir recours à cette forme de manifestation pour revendiquer des conditions meilleures d’existence, quelles que soient les formes de pressions exercées sur eux, et d’où qu’elles viennent.

Cet acte, monsieur Ousséni, vous le savez autant que moi, n’est réservé qu’aux seuls agents de la Fonction publique. Vous avez évoqué par la suite le cas des 1000 militants du SNEA-HV de mars 1984. Vous savez que ceux-là ont bien le droit de faire la greve.

Encore faudra-t-il se mettre en accord avec les textes en vigueur en la matière, et aussi, et surtout dans un régime d’exception. Je ne m’étalerai pas là-dessus, comme vous et moi détenons des renseignements et enseignements sur ce malheureux cas.

Vous avez d’autre part fait allusion à la « grande muette » un matin de juillet 1999. Sachez, mon cher Ousséni, qu’il ne s’agit là ni d’élèves-policiers, ni d’agents stagiaires, mais de militaires.

Et comme vous l’avez précisé, ceux-là réclamaient leurs indemnités que vous-même avez trouvées « indûment soutirées ». C’est donc faire justice que de leur donner satisfaction. Pour finir, le cas des 200 élèves-professeurs de l’IDS, « chassés par Laya Sawadogo », constitue l’objet de votre dernière préoccupation.

Je pense que ce n’est plus la peine de nous répéter, puisque la réponse avait été donnée plus haut, lorsqu’il s’agissait des élèves-policiers. Ces élèves-professeurs n’ont pas le droit de se servir de cette forme d’expression parce qu’ils n’en ont aucunement droit d’usage.

Je comprends bien votre élan du cœur. Sachez que vous et moi, et bien d’autres encore, en sommes sidérés, peinés. Nous avons parmi ces élèves-policiers, ces élèves-professeurs des parents qui ne font que se morfondre et se confondre en regrets.

Seulement, les regrets ne constituent qu’une seconde faute, dit-on, et le mieux était d’œuvrer à n’avoir pas à regretter. Et c’est dans ce sens que je voudrais que vous, journaliste, vous vous investissiez dans votre travail quotidien à nous éclairer afin d’éviter ces regrets.

En réalité, tous les faits, que vous avez évoqués tendant à jeter du discrédit sur les décideurs, n’ont fait que les blanchir. Ainsi, Laya Sawadogo, autant que Bassolet, ont agi dans la légalité des textes. Ceux qui ont en réalité péché, ce sont ces élèves-policiers et ces élèves-professeurs.

Votre rôle doit être, vous les détenteurs du « 4e pouvoir », de porter au public une information saine et juste, de former autant que possible vos lecteurs et de les éduquer pour qu’ils puissent être en mesure de faire la différence entre « l’ivraie et le bon grain », car, comme vous le savez, des commerçants de « mensonges » livrent de manière bien intentionnée aux lecteurs des produits « toxiques ».

Le manque d’esprit critique et d’objectivité de ces lecteurs non-avisés conduit souvent à des réactions déplorables. Chers journalistes, vous avez une belle et puissante arme. Sachez en faire bon usage.

Un fidèle lecteur de votre organe B.J.

Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2005 à 09:37 En réponse à : > Exclusion de 500 élèves-policiers : "Non, Bassolet n’a pas eu la main trop lourde"

    Je voudrais demander à ce Monsieur B.J qui aiment bien l’action légale : Les militaires qui ont
    manifesté à ouaga et qui ont eu gain de cause étaient-ils dans la légalité procédurale de revendication ?
    Je pense qu’il ne faut pas faire comme en côte d’Ivoire où l’on se focalise sur des problèmes de droit
    pour crééer des grognements sociaux. Meme en justice il existe des règlements à l’amiable. Le Ministre
    Bassolet devrait juger l’impact de sa décision sur la situation et l’opinion publique. Les textes de la justice sont
    écrits pour résoudre des problèmes et non d’en crééer. merci

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2005 à 16:59 En réponse à : > Exclusion de 500 élèves-policiers : "Non, Bassolet n’a pas eu la main trop lourde"

    Vous êtes méprisables ! Parce qu’on est élève, il faut admettre qu’on vous spolue de tous droits que les textes ont prévu pour vous. A mon avis l’impunité a encore du chemin tant qu’existeront sous nos cieux encore des gens comme vous, qui continueront d’avoir des réflexions de ce genre ! Pouah !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés