Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

Togo : obsèques nationales pour le général-président Gnassingbé Eyadéma

Accueil > Actualités > International • • lundi 14 mars 2005 à 07h21min

Le Togo a réservé dimanche des obsèques nationales à son président Gnassingbé Eyadéma, décédé le 5 février après 38 ans d’un règne sans partage, en présence de plusieurs dirigeants ouest-africains soucieux de calmer les luttes de succession.

Les présidents du Niger, du Bénin, du Ghana, de Côte d’Ivoire et du Nigeria ont assisté à la cérémonie célébrée au Palais des congrès de Lomé. Parmi les autres dignitaires étrangers figurait le ministre français des Affaires étrangères Michel Barnier.

Ancienne puissance coloniale, la France entretenait des liens privilégiés avec le général-président Eyadéma, arrivé au pouvoir en 1967 à la suite d’un coup d’Etat militaire.

L’armée, qui aura soutenu le président tout au long de son règne, a fait débuter la cérémonie par 21 coups de canon en guise de dernier salut. Plusieurs responsables du Rassemblement du peuple togolais (RPT), le parti -longtemps unique- au pouvoir, ont ensuite rendu hommage au défunt devant son cercueil drapé des couleurs nationales.

"Ceux qui croient en Dieu mourront un jour, mais ils vivront à jamais avec le Seigneur", a déclaré à cette occasion le député Eric Kpabe. "Eyadéma n’est donc pas mort ; il sera toujours vivant pour le peuple togolais."

La dépouille mortelle de Gnassingbé Eyadéma, conservée depuis plus d’un mois dans la capitale, devait être transportée dans le nord du pays pour être enterrée à une date ultérieure dans le village natal du "grand homme".

Quelques heures après la mort du président Eyadéma à l’age de 69 ans, l’armée togolaise a provoqué une profonde crise politique en désignant, moyennant une révision de la Constitution, le fils du défunt, Faure Gnassingbé, à la magistrature suprême.

L’opposition a immédiatement dénoncé ce "coup de force", destiné selon elle à instaurer une "dictature héréditaire". Des heurts avec l’armée ont fait plusieurs morts parmi les opposants à Lomé, suscitant une condamnation de la part de la communauté internationale, et une prise de sanctions de pays ouest-africains africains emmenés par le Nigeria.

Faure Gnassingbé, 39 ans, a fini par démissionner de la présidence sous la pression du président nigérian Olusegun Obasanjo, promettant l’organisation d’une élection présidentielle le 24 avril. Un scrutin auquel il compte se présenter, de même que le chef de l’opposition Gilchrist Olympio, aujourd’hui en exil à Paris. AP

AP

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés