Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Michel Kafando • • samedi 6 décembre 2014 à 12h42min
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

Au Burkina Faso, dans la famille Guissou, il y a d’abord Henri Guissou. Né le 17 novembre 1910 à Koudougou où il est mort le 22 mai 1979. Fils du chef de terre, élève à l’Ecole normale William-Ponty de Gorée, comptable dans les services financiers de la Côte d’Ivoire à partir de 1936, il sera élu le 13 janvier 1947 au Conseil de la République sur la liste conduite par Joseph Conombo, liste sur laquelle il figurait en deuxième position.

C’est lui qui, le 19 août 1947, a été le rapporteur du projet de loi portant rétablissement de la colonie de Haute-Volta. Celle-ci avait été purement et simplement rayée de l’Empire français le 5 septembre 1932 et démembrée au profit des colonies de Côte d’Ivoire, du Mali et du Niger. Il mènera alors une carrière parlementaire au sein du groupe des Indépendants d’outre-mer. Le cheval de bataille des Indépendants, c’était la décentralisation administrative, « l’adaptation progressive et raisonnable des coutumes traditionnelles aux principes fondamentaux de la civilisation moderne », l’application du Code du travail, le développement de l’éducation et des services de santé et la défense des anciens combattants.

Guissou sera réélu en 1951 et en 1956 ; en 1957, il va être de ceux qui, en rupture avec le PCF, vont s’apparenter au groupe UDSR-RDA initié par François Mitterrand. Dans le cadre de la Communauté instituée par le général De Gaulle, il deviendra sénateur jusqu’à la proclamation de l’indépendance de la Haute-Volta le 5 août 1960. Il va alors entamer une carrière diplomatique aux Nations unies (1961) avant d’être le premier ambassadeur voltaïque en France (1961-1964) puis en Allemagne de l’Ouest (1964-1966), et de revenir à Paris où il restera ambassadeur jusqu’en 1972 ; en 1976, il partira à la retraite.

Il y a ensuite Basile Guissou. Si Henri Guissou a marqué l’histoire de la Haute-Volta d’avant et d’après l’indépendance, Basile Guissou a, quant à lui, marqué l’histoire du Burkina Faso. Après avoir milité dans les années 1970 au sein de l’Organisation communiste voltaïque (OCV), dont il sera exclu pour dérive « rosicrucienne » et « pratiques obscurantistes », il fondera, en 1979, avec Valère Somé, l’Union de lutte communiste (ULC). Mais il va rompre avec le marxisme-léninisme « tropicalisé » pour rejoindre le RDA dont son oncle, Henri Guissou, qui l’a élevé un temps, est une personnalité majeure. La « révolution » du 4 août 1983 va le ramener dans la nébuleuse communiste dans le cadre de l’ULC-Reconstruite (ULC-R). Il devient ainsi ministre des Relations extérieures et de la Coopération (Thomas Sankara étant président du Conseil national de la Révolution, président du Faso), du 31 août 1984 (il est numéro deux du gouvernement, derrière Blaise Compaoré, puis numéro 5 à compter du 31 août 1985) au 29 août1986 : il est alors nommé ministre de l’Information et se retrouve numéro 12 d’un gouvernement dont il va disparaître le 4 septembre 1987.

François Mitterrand s’est rendu au Burkina Faso les 17-18 novembre 1986. De nouveaux accords de coopération avaient alors été conclus en février 1985 entre Paris et Ouaga sous la conduite de Guissou, et la Commission mixte franco-burkinabè s’était réunie à nouveau après une suspension de cinq ans. On évoquera « une réconciliation avec le néo-colonialisme français entamée par Sankara ». C’est que, dans le même temps, Guissou était devenu l’unique Burkinabè parmi les 400 membres « transnationaux » du Parti radical italien de Marco Pannella.

Guissou sera subjugué par Pannella. « J’ai passé une nuit blanche, dira-t-il après leur première rencontre. Je n’ai pas pu dormir parce que c’était la première fois que l’on renversait toute ma logique, toutes mes valeurs. Est-ce que nous sommes obligés de reprendre à notre compte toute la charge d’intolérance, d’incompréhension et de violence que nous avons hérité de notre société ? »*. Guissou fera part de son émerveillement à Sankara qui rencontrera Pannella en 1985**. Pannella, leader politique italien aujourd’hui âgé de 84 ans (il est né en 1930), est un adepte de « l’utopie romantique » et des grèves de la faim, fasciné par les héros classiques, naviguant entre populisme, fascisme, « gandhisme »… rien d’un marxiste, moins encore d’un léniniste. Il fera l’éloge de Sankara dans « Nigrizia » du 7 décembre 1987, le jugeant plus « libéral et démocrate » que « marxiste et militaire », capable de citer Novalis (« l’écrivain pré-romantique allemand, pour lequel la réalité du rêve dessinait la vérité de la vie », ajoutait Pannella), notant les prénoms « cornelliens » (Philippe et Auguste) « et non pas de héros africains ou communistes » à ses fils, ajoutant : « Comme Mussolini, mais avec une toute autre élégance et douceur, et ingénuité sincère, il puisait dans les thèmes classiques, grecs ou latins, d’amour patriotique ou républicain, de vie spartiate ». Il dira encore que le « slogan lugubre » : « La patrie ou la mort, nous vaincrons », était une tentative de « récupérer, sans y réussir, le « Il est doux et digne de mourir pour la patrie », en renouvelant inconsciemment, au contraire, le « Rome ou la mort » et le lexique de tous les fascismes ». Sankara aurait été un héros du « Grand Meaulnes », « français comme Saint-Augustin fut catholique-romain. Vraiment français ».

A travers cette appartenance de Guissou au Parti radical italien, très éloigné des idéaux affichés du CNR, sa personnalité apparaît intellectuellement complexe. Il avait été réticent à la conquête du pouvoir par les militaires avant de juger que le 4 août 1983 était une « révolution » qui aura été « l’aboutissement logique d’une insurrection véritablement populaire ». « Tout autre point de vue, disait-il alors, procéderait d’un point de vue pédantesque et ridicule » (cf. note*). Le 7 octobre 1987, il écrira à Sankara, se disant préoccupé par les rumeurs qui circulaient dans Ouaga : « Faut-il arrêter la révolution ? C’est la question centrale à l’heure actuelle […] Beaucoup autour de toi n’en veulent plus et n’auront jamais le courage politique de poser le problème et d’en débattre » (cf. note *).

Après avoir quitte le gouvernement au cours de l’été 1987, Basile Guissou retournera comme chercheur en sociologie politique au CNRST (dont il sera, par la suite, le directeur général) avant d’être arrêté et torturé de décembre 1987 au 25 mars 1988. « Le CNR, dira-t-il, a implosé de lui-même et non par l’action d’une force extérieure. Donc ce sont les mêmes acteurs qui n’ont pu trouver de mécanisme de gestion de leurs contradictions, qui ont été acteurs et victimes à des degrés divers, de ce qui est arrivé ». Le leitmotiv de Guissou tient en quatre mots : « Assumer son histoire politique ».

En juin 2011, dans le cadre des travaux du conseil consultatif sur les réformes politiques, il dira que « c’est l’échec de l’Etat de droit qui est à l’origine de la majorité des coups d’Etat que le pays a connu depuis son indépendance ». Quant à son positionnement politique, il est clair et net : « Depuis 1983, je suis un intellectuel du pouvoir. Je n’ai jamais été un intellectuel contre le pouvoir ». Sa position, « quel que soit le régime », tient dans une interrogation : « Quelle contribution puis-je apporter pour que mon pays ne recule pas ? ». C’est la question que se pose aussi, sans doute, Joséphine Ouédraogo, née Guissou, aujourd’hui numéro un du gouvernement Kafando/Zida***.

* Cité par Ludo Martens (avec la collaboration de Hilde Meesters), « Sankara, Compaoré et la révolution burkinabè », éd. EPO, Berchem (Anvers), 1989.

** Marco Pannella se rendra à Ouagadougou où il demandera alors à rencontrer dans sa prison, Gérard Kango Ouédraogo et sollicitera sa libération. GKO avait été président de l’Assemblée de la CEE-ACP et Pannella était un européaniste convaincu.

*** Numéro un lors de la nomination du gouvernement. Mais, aujourd’hui, si on consulte le trombinoscope sur le site de la primature (qui n’a trouvé la photo, jusqu’à présent, que de 9 des 25 ministres), elle se retrouve en troisième position derrière le ministre de l’Administration territoriale et le ministre de l’Economie et des Finances.

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 7 décembre 2014 à 01:27, par jack En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Mais et sa rehabilitation par Blaise qui en f’era un grand commis du pouvoir.Dans un metro parisien 1991 a la question s,il n,etait pas traitre,d,avoir trampe dans le crime contee THomas il retorqua:s,il etait a refaire je le ferais" Basile ferait bien de se taire.je n,oublierai jamais ce jour"l,opacite de l,homme"

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2014 à 07:45, par Ya-woto En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Philippe et Auguste sont donc des noms romains pas africains. Comme le disait « Sékou Touré » à un intellectuel africain : « on cri hot et fort femme noire, femme africaine, o toi ma mère » et on s’en va épouser une femme blanche. On cri hot et fort les valeurs africaines et on donne des noms romains à nos enfants. On veut se proclamer africanistes et on vénère les valeurs européennes. Le vrai africain, celui qui vit encore dans ses traditions, n’a certes pas lu les philosophes allemands ou français mais demeure fidèle à ses valeurs africaines, son identité et cela commence par nos noms et celui que nous donnons à nos enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2014 à 21:04, par Warrior En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Je trouve votre écrit incongru tout simplement !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2014 à 00:05, par Le prospectiviste En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Merci JP Belot de rappeler toutes ces valeurs historiques et les analyses faites qui contribue a l’émergence du Burkina que la plupart d’entre nous ignorent ou font preuve de dissimulation tacite de la vérité. Je suis enfin heureux de constater que ces mêmes vérités soient relatées au grand public et puissent entraîner un débat de fond sur la base de la sincérité des uns et des autres. Ceci est très bon exercice et un bon accompagnement pour les plus jeunes et pour la postérité.
    En effet, le père de la nation, Maurice Yameogo qui a proclamé l’indépendance de la Haute-Volta, n’a pas partagé son amitié politique avec Henri Guissou son frère de région, fils de terre de son village et bien avant lui, l’un des pionniers de la lutte pour la reconstitution de la Haute-Volta en 1947.
    L’histoire nous rappelle par ailleurs que Maurice Yameogo, pour installer son pouvoir surtout dans son fief, a utilisé des subterfuges. D’après Hilgers dans « Les conflits autour de l’histoire de Koudougou (Burkina Faso) » paru dans les Cahiers d’études africaines, 186 (2007) varia, cette région a connu depuis le temps colonial des mésententes exacerbées par le jeu politique de la dite période. Ainsi, Maurice a purement et simplement écarté Henri Guissou qui était bien au devant des questions politiques nationales en lui proposant le poste d’ambassadeur du Burkina en France.
    Internaute 2, Ya Woto démontre cependant par ses attaques répétées son immaturité d’analyse critique et procède par la méthode rocambolesque de dénigrements sans fondements des faits historiques. La hantise qu’il porte sur les fondements de la démocratie montre bien clairement son ignorance et son handicap a comprendre et tenir un débat cohérent. Il n’a rien ou très peu a partager. Merci pour lui de se taire ou d’éviter de soumettre désormais ses rancœurs et rancunes.
    Les plus jeunes nous lisent, apprennent ou désapprennent, c’est selon.
    Le prospectiviste

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2014 à 00:08, par Le prospectiviste En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Merci JP Belot de rappeler toutes ces valeurs historiques et les analyses faites qui contribuent a l’émergence du Burkina que la plupart d’entre nous ignorent ou font preuve de dissimulation tacite de la vérité. Je suis enfin heureux de constater que ces mêmes vérités soient relatées au grand public et puissent entraîner un débat de fond sur la base de la sincérité des uns et des autres. Ceci est très bon exercice et un bon accompagnement pour les plus jeunes et pour la postérité.
    En effet, le père de la nation, Maurice Yameogo qui a proclamé l’indépendance de la Haute-Volta, n’a pas partagé son amitié politique avec Henri Guissou son frère de région de surcroît, fils de terre de son village et bien avant lui, l’un des pionniers de la lutte pour la reconstitution de la Haute-Volta en 1947.
    L’histoire nous rappelle par ailleurs que Maurice Yameogo, pour installer son pouvoir surtout dans son fief, a utilisé des subterfuges. D’après Hilgers dans « Les conflits autour de l’histoire de Koudougou (Burkina Faso) » paru dans les Cahiers d’études africaines, 186 (2007) varia, cette région a connu depuis le temps colonial des mésententes exacerbées par le jeu politique de la dite période. Ainsi, Maurice a purement et simplement écarté Henri Guissou qui était bien avant lui au devant des questions politiques nationales en lui proposant le poste d’ambassadeur du Burkina en France.
    Internaute 2, Ya Woto démontre cependant par ses attaques répétées son immaturité d’analyse critique et procède par la méthode rocambolesque de dénigrements sans fondements des faits historiques. La hantise qu’il porte sur les fondements de la démocratie montre bien clairement son ignorance et son handicap a comprendre et tenir un débat cohérent. Il n’a rien ou très peu a partager. Merci pour lui de se taire ou d’éviter de soumettre désormais ses rancœurs et rancunes.
    Les plus jeunes nous lisent, apprennent ou désapprennent, c’est selon.
    Le prospectiviste

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2014 à 09:18, par Lecteur Assidu En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    Je ne retrouve pas le N°13
    Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (13) ???

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2014 à 13:37, par Raogo En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    « Depuis 1983, je suis un intellectuel du pouvoir. Je n’ai jamais été un intellectuel contre le pouvoir ». Sa position, « quel que soit le régime », tient dans une interrogation : « Quelle contribution puis-je apporter pour que mon pays ne recule pas ? »
    Monsieur ! a la lumière de vos assertions et interrogations ! vous restez égale a vous même vous qui fûtes naguère l’une des éminences grise du despote Blaise COMPAORE ! Sachez tout de même Cher Professeur qu’a servir le diable on finit forcement par être diable soi même ! S’il faut apporter une contribution veiller a ce qu’elle soit conforme a la loi a la morale aux us et coutume,au respect de la vie de vos concitoyens.Intellectuel tube Digestive,beni oui oui on connait ici au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2014 à 12:22, par sanogo alassane En réponse à : Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (14)

    je souhaite que la sagesse prime sur tout pour que la paix reviens au burkina faso

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (92)
Michel Kafando en visite à Kosyam : « Je souhaite une fois de plus, plein succès au président du Faso »
Le Burkina Faso de Michel Kafando. Chronique d’une transition « d’exception » (90)
Transition : Le discours-bilan de Michel Kafando
Ministère de la Défense nationale et des Anciens combattants : Michel Kafando a fait ses adieux au personnel
Lettre ouverte à Michel Kafando : « Vous exposez vos amis à l’humiliation »
11-décembre : Michel Kafando salue le bilan positif de la Transition "au grand dam des forces du mal"
Le Président du Faso à Paris pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21)
Michel Kafando à N’Djamena pour un sommet du G5 sur la sécurité
Michel Kafando au Conseil National de la Transition : Ce qu’il a dit
Michel Kafando reçu par Ban Ki-moon
Michel Kafando a échangé avec ses compatriotes à New-York
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés