Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Les héros de l’Insurrection (8) : Ismaël Traoré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Les héros de l’insurrection populaire • • mercredi 26 novembre 2014 à 00h08min
Les héros de l’Insurrection (8) : Ismaël Traoré

Ismaël Traoré, secrétaire permanent de l’association des élèves et étudiants handicapés du Burkina, est l’un des artisans de l’insurrection populaire qui a eu raison du régime du président Blaise Compaoré. Il livre dans l’entretien ci-après son témoignage des événements des 30-31 octobre derniers.

Lefaso.net : Vous avez participé à l’insurrection des 30-31 Octobre derniers qui a conduit à la démission du président Blaise Compaoré. Quelles étaient vos motivations ?

Ismaël Traoré : J’ai participé à l’insurrection populaire pour qu’on puisse prendre en compte les droits des personnes handicapées au Burkina Faso. Si la jeunesse est sortie, si toute la population burkinabè est sortie parce que la situation est grave et terrible, pour nous personnes handicapées la situation est encore pire parce que nous souffrons beaucoup. C’est nous qui n’avons pas accès à l’école, à la formation nécessaire. Même quand on a accès à la formation, on n’a pas l’emploi adéquat pour nous prendre en charge. Aujourd’hui, nous n’arrivons pas à nous soigner. Au Burkina, il est difficile d’avoir un fauteuil roulant, une canne blanche, bref de prendre en charge les préoccupations des personnes handicapées pour un Burkina inclusif. Donc, je suis sorti uniquement pour l’inclusion des personnes handicapées dans tous les programmes et projets de développement du pays. Je suis sorti parce que je suis Burkinabè et fait partie du Burkina. Je suis sorti parce que je veux que mes enfants grandissent dans un pays où règnent la démocratie, la paix, le bonheur, l’égalité de chance.

Est-ce à dire que rien n’a été fait en faveur des personnes handicapés sous le régime Compaoré ?

Je ne dis pas que rien n’a été fait sous le régime Compaoré. Il y a certaines choses qui pour nous étaient essentielles dans la vie d’une personne handicapée mais n’étaient pas faites. Prenons l’exemple des concours de la fonction publique caractérisés par une discrimination. Quand un étudiant qui a pu franchir les étapes du CEPE, du BEPC, du BAC et se retrouve à l’université sans bourse, sans soutien, sans rien ; cela revient tout simplement à le transformer en mendiant parce que le système ne fonctionne pas. Même quand il parvient à finir ses études à l’université, il n’est pas intégré et ne bénéficie pas de financements pour la mise en œuvre de leurs projets. Les personnes handicapées non scolarisées n’étaient pas vraiment soutenues. Au lieu de les soutenir véritablement, on leur donne par exemple 300 000 F CFA soit- disant que c’est pour financer leurs projets. Quelqu’un qui a un projet de 5 000 000, 10 000 000, comment voulez-vous que 300 000 F puisse lui permettre de s’en sortir et de devenir autonome. Je ne dis pas que ce n’est pas bien. C’est bien, mais nous disons qu’on doit financer les projets des personnes handicapées en fonction de la capacité et en fonction de ce que la personne veut réaliser et non donner comme cela de l’argent pour dire qu’on a aidé. Et quand l’on finance les projets, il faut que l’on communique sur les sommes reçues et l’impact sur l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées. Par exemple, si on a donné cinq milliards, il faut évaluer pour savoir si ces cinq milliards ont permis de rendre les gens heureux. En outre, des personnes handicapées ne sont pas employées dans les structures en charge de la question des personnes handicapées au sein du ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale. Pour moi, ce n’est pas logique de créer des structures au nom des personnes handicapées et de ne pas y employer des personnes handicapées. Je ne dis pas que tout le personnel de ces structures doit être handicapé mais au moins pour montrer qu’on est de bonne foi il va falloir aussi qu’on prenne en compte des personnes handicapées parce qu’il y a des personnes handicapées qui ont des compétences, des diplômes. Donc, le problème de capacités au sein des personnes handicapées ne se pose plus. Tout est maintenant une question d’inclusion.

Maintenant que le pays a changé de dirigeants, qu’attendez-vous précisément de ses nouvelles autorités ?

Nous attendons des nouvelles autorités qu’elles fassent franc jeu avec nous. Qu’elles prennent en compte la dimension du handicap dans tout ce qu’elles sont en train de faire. Qu’elles prennent aussi les personnes handicapées dans les comités et commissions de transition. Qu’elles prennent aux personnes handicapées de travailler, qu’elles permettent aux personnes handicapées d’avoir de quoi survivre, qu’elles permettent aux personnes handicapées d’avoir des logements, qu’elles permettent aux personnes handicapées d’être éduquées, d’être formées ; qu’elles permettent aux personnes handicapées d’avoir un accès équitable dans tout ce qui est financement de projets.

Avez-vous été consulté dans le cadre de la mise en place des organes de la transition ?

Oui. On a été consulté pour la mise en place du conseil national de la transition. D’ailleurs, on vient de me dire que c’est demain (NDLR, l’entretien a eu lieu le jeudi 20 novembre 2014) qu’ont lieu les élections pour désigner nos représentants. Je souhaite vraiment que les meilleurs gagnent.

Vous avez pris part à l’insurrection populaire. Quelles sont les manifestations auxquelles vous avez participé ?

J’ai été de toutes les manifestations. Le 2 novembre par exemple, c’est quand j’arrivais à la Place de la Révolution que les militaires ont commencé à tirer et j’ai quitté les lieux. J’étais également à la RTB jusqu’à ce que les militaires viennent nous déguerpir.

Vous étiez aussi à la Place de la Révolution le 30 octobre. Comment se sont passés les événements ce jour à votre niveau ?

Effectivement, je me suis rendu le 30 octobre à 6 h à la Place de la Révolution. Je n’étais pas la seule personne handicapée à sortir, tout cela pour montrer que nous sommes aussi des citoyens et que nous pouvions également marcher. De la Place de la Révolution, on a marché sur le Rond- point des Nations-Unies. Et c’est là que ç’a dégénéré et j’ai dû avec l’aide de quelques camarades quitter la foule. J’ai alors pris la voie de l’hôpital Yalgado pour regagner mon domicile.

Et comment s’est passée la journée du 31 octobre ?

Je suis également sorti le 31 Octobre et la nuit j’étais couché avec des camarades en face du rond-point des Nations-Unies, juste devant il y avait des militaires.

Où avez-vous appris la démission du président Compaoré ?

J’étais en route vers la Place de la Révolution quand j’ai appris à la radio la démission du président Compaoré.

Comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

C’était une joie immense d’entendre que le Burkina Faso est libéré. Aujourd’hui je suis fier d’avoir participé à quelque chose de grandiose. Je l’ai fait pour que mes enfants ne puissent pas dire un jour que leur papa était un poltron. Je l’ai fait pour que mon fils puisse me regarder et dire fièrement un jour à ses camarades que son père était là le jour où le changement est intervenu au Burkina Faso.

Ne craignez-vous pas une non prise en compte des aspirations du peuple dans la transition et même après ?

J’ai des craintes, mais je crois que c’est à fur et à mesure que nous allons arriver à consolider notre démocratie, à résoudre nos problèmes. Il n’y a pas de solution miracle. Ce qui est sûr, nous trouverons notre voie, nous allons trouver un sens à notre devenir, nous allons tout faire pour être un pays modèle, un pays où règnent la paix, la quiétude et la démocratie.

Propos recueillis par Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre 2014 à 07:32, par dao En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Mr Bazie de fasonet : combien de "heros de l’insurection" reste t il à interviewer ? comment faites vous pour les retrouver ? ou alors c’est sur commande ? vraiment......

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 11:04, par kourco En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Très courageux ce jeune homme. je l’ai tenu en classe de terminale D à Banfora et si mes souvenirs sont bons il a du faire le droit à l’université. je souhaite que notre société se regarde dans le miroir et accepte faire droit aux préoccupations des minorités et personnes vulnérables dans toutes leurs composantes. Que Dieu protège notre Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 11:33, par Lafleche Alain En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Bonjour,

    Nous avons également un devoir mémoire envers 24 martyrs et les centaines de blessés par balles ainsi qu’à leur famille.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 12:43, par Ernesto DJEDJE En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Vous avez ri de joie non bientôt vous allez pleurer de douleur...le temps que ces maso d’opposants s’en mettent plein la poire avant de commencer à faire le job vous aurez le temps de bouffer les pissenlits par les racines...

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 13:46, par TRAORE ABDOULAYE En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Ce fut une belle page de l’histoire de notre pays et personne n’est restéeen marge de ses moments...tu es sorti également pour dire dire non a la tyrannie, au népotisme et a la monarchisation du pouvoir. Tu etais au front et ta présence a même galvanisé les plus sceptiques . Pour nous, tu es un symbole de cette liberté retrouvée,tu fais la fierté de tout le peuple burkinabe, tu incarne les caractéristique d’un vrai burkindi : courage et travailleur... chapeau mon frère ...

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 14:18 En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    merci mon omo !!

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 14:29 En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Mr le journaliste.a cette alure,il faudra grouiller interviewer tous les manifestants.tout le monde etait hero.j’ai suivi depui vos ecrits sur lesdits hero.pourquoi ces heros ne sont pas alles seuls pour faire partir blaise ?ne diviser pas le peuple.quel sale hero.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 14:43, par Le Vigilent En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Monsieur Ernesto DJEDJE, on dirait que tu n’as rien compris a ce qui s’est vraiment passé ! Lorsque le peuple se mobilisait pour rejeter le projet de modification de l’article 37 de la Constitution, vous disiez a votre dieu-sur-terre que devant c’est maïs. Maintenant qu’il a fui et que le peuple s’est doté d’une charte qui a force de loi pour la transition et mis en place les structures idoines pour la conduite de ladite transition, vous jouez aux oiseaux de mauvaise augure. Ne vous en faites pas, le peuple est confiant et serein. Est-ce que l’enfer que vous promettiez au peuple si Blaise Compaoré venait a quitter le pouvoir comme le prévoyait la Constitution s’est produit ? L’enfer c’est pour Blaise Compaoré et ceux qui vivaient au crochet de son régime autocratique et monarchique.
    Les intérêts de toutes les composantes de la population burkinabè, et plus particulièrement ceux des groupes spécifiques dont les personnes vivant avec un handicap, sont pris en compte et seront désormais promus au niveau de tous les programmes nationaux et locaux.
    S’en est fini avec le système mafieux et criminel de pillage des ressources du pays par des familles et des clans.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 20:14 En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Les héros de l’insurrection très très très mauvaise inspiration. Ce n’est pas de publicité de ce genre que nous voulons. Il faut conscientiser les gens, leur faire comprendre que si on s’engage dans le désordre on ne s’en sortira jamais.Quand on dit que rien ne sera comme avant, les gens ont tout compris à l’envers : sit in et manifestations d’humeur partout c’est ça le danger et faut parler aux gens !

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 20:18, par ARDEURS En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    « malheur a celui qui ne s’apitoi pas sur son propre essor »je vien par ces mots pr dire ke ce ns voulons ns devons metre ntre foi et tte ntre espoire en ce ke ns recherchon.le temp etant cyclique ns devons ns ausi suivre le cours des evenement.tout ce ke nous fais est tjr reversible.je termine en disant ke le nouveaux gouvernemet travail en faveur des fils et filles du pays et laissé l exterieur ki ns empêche d’évoluer.ke L’ESPRIT SAINT REDONNE AU @BURKINA FASO@SON ECLA INDENIABLE.MERCI SEIGNEUR PR CE SOULAGEMENT.BENIS LES NOUVEAU DISCIPLES PR GOUVERNER LE PAYS DES HOMMES INTERGRE ET INTERGRE.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 13:18, par dao En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Monsieur le journaliste : combien de heros reste-t-il à interviewer ? ou bien c’est sur commande ? comment faites vous pour les retrouver ? avez vous une liste pré-établie ? un deal ???? vraiment..........
    JESPERE QUE WEBMASTER VA PUBLIER CETTE FOIS-CI !!

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 16:00, par Blekai En réponse à : Les héros de l’Insurrection : Ismaël Traoré

    Nul besoin de contester la bravoure de ce jeune garçon. espérons que ses aspirations soient combler maintenant que le régime a change de main. continue courageusement.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés