Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Burkina Faso : chronique des années Compaoré • • mercredi 5 novembre 2014 à 16h56min
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

Crise ivoiro-ivoirienne et crise malienne ces dernières années ; il y a eu les crises au Niger, au Sénégal et ailleurs. Hissène Habré est à Dakar depuis une éternité en attente d’un hypothétique procès. Tandja, après deux mandats sans faute, s’est planté en voulant aller au-delà de la limite fixée. Gbagbo est à La Haye. Karim Wade, le fils de l’ancien président sénégalais, est emprisonné à Dakar.

’est à Dakar aussi que Amadou Toumani Touré s’est réfugié après avoir été viré du pouvoir. Et voilà que ce que l’on pensait impensable est arrivé : la « crise » au Burkina Faso ! Ce n’est pas la première, certes, au cours de la présidence de Blaise Compaoré ; mais celle-ci est définitive. Et va changer fondamentalement la physionomie politique et sociale et, plus encore, l’image du « Pays des hommes intègres ».

Thomas Sankara assassiné en 1987, Henri Zongo et Jean-Baptiste Lingani exécutés en 1989, Blaise Compaoré contraint à l’exil en 2014. La « Révolution » du 4 août 1983 vient de s’achever. De cette époque où les leaders, tous officiers, réglaient leurs différends à coups de révolver, il ne reste que le cinquième homme : le général Gilbert Diendéré, chef d’état-major particulier du président du Faso, dont on dit qu’il n’a pas quitté Ouaga quand beaucoup ont pris la fuite pour échapper à la fureur populaire. On dit aussi qu’il est le parrain du lieutenant-colonel Zida, « l’homme fort » du pays. Yacouba Isaac Zida est le numéro deux du RSP, la sécurité présidentielle (numéro un : colonel-major Boureima Kéré), et chacun sait que le patron effectif de ce régiment d’élite est Diendéré.

Quand les appelés à servir au RSP sortent des quarante-cinq jours de formation au sein de la Compagnie d’intervention rapide et d’entraînement commando de Pô, c’est Diendéré qui les réceptionne. On dit qu’il est « l’homme qui flaire toujours les putschs en gestation », « l’homme qui semble sauver le président du Faso chaque fois qu’on tente de renverser son régime » (cette fois, c’est foiré). Le 16 janvier 2004, à la veille du remaniement qui allait écarter le général Kouamé Lougué du gouvernement (ministre de la Défense, il était mis en cause dans la « tentative présumée de putsch » d’octobre 2003 – cf. LDD Burkina Faso 0441/Lundi 3 novembre 2014) – celui-là même que la foule, la semaine dernière, voulait au pouvoir – à l’occasion des vœux du RSP, Diendéré avait proclamé : « Les tentatives d’infiltration en notre sein, la volonté manifeste de nous démoraliser et déstabiliser ce corps n’ont pu et ne pourront en rien annihiler la détermination que nous avons à accomplir notre devoir sacré, celui de défendre la République même au prix du sacrifice suprême ».

« Défendre la République » ! Cela tombe à pic : l’homme qui est aujourd’hui à la tête de l’Etat est le numéro deux du RSP ; et ce que les Burkinabè exigent, c’est justement la défense de la République. Le discours de Zida semble, jusqu’à présent, convaincant. On notera d’ailleurs que si les crises perdurent dans d’autres pays africains à la suite de la « chute du leader », il n’a fallu que quelques jours aux Burkinabè pour se remettre sur les rails. Certes, rien n’est réglé définitivement, mais, comme l’a affirmé Smaïl Chergui, commissaire Paix et Sécurité de l’UA, « Nous ne voulons pas interférer. Le peuple burkinabè a assez de ressources et d’intelligence pour qu’il puisse lui-même trouver les personnes qui doivent conduire cette transition ». Le Burkina Faso, roi des médiations, n’aurait donc pas besoin de médiateur étranger… !

C’est pourtant la bousculade à Ouaga. Il est des régimes dont l’effondrement n’étonne pas : la Côte d’Ivoire de Bédié en 1999. D’autres où il est perçu comme un présage : la chute de Ben Ali en 2011 a déclenché les « printemps arabes » ; on ne sait pas encore sur quoi va déboucher celui de Compaoré pour les « présidents à vie » d’Afrique francophone qui sont légion. Macky Sall, Goodluck Jonathan et John Dramani Mahama, les présidents du Sénégal, du Nigeria et du Ghana, sont attendus ce mercredi 5 novembre 2014, à Ouagadougou, afin de « faciliter la sortie de crise et la transition ». Mohamed Ibn Chambas (Ghanéen également) est déjà sur place au titre de représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest (il a été nommé le 12 septembre 2014 à la suite de l’Algérien Saïd Djinnit). Il y a là, également, le Burkinabè Kadré Désiré Ouédraogo, président de la Commission de la Cédéao, et le Togolais Edem Kodjo (protégé de longue date d’Alassane D. Ouattara et de Compaoré) qui vient d’être nommé envoyé spécial de la présidente de la Commission de l’UA. Paris, de son côté, au soir du lundi 3 novembre 2014, a appelé « tous les acteurs à poursuivre leurs consultations afin de mettre en place dans les meilleurs délais une solution qui s’inscrive dans le cadre constitutionnel du Burkina Faso » ; « un chef d’Etat intérimaire civil » devant « être désigné rapidement afin de conduire le pays vers des élections ».

Les oppositions burkinabè ont été prises de court par la chute de Compaoré, n’étant pas préparées à autre chose qu’à occuper la rue. C’est donc avec un œil bienveillant que leurs leaders voient s’installer une transition militaire qui leur permet de réfléchir à l’organisation d’une transition civile. Zéphirin Diabré ne remerciera jamais assez Compaoré d’avoir officialisé le poste de chef de file de l’opposition. CFOP, c’est être reconnu comme interlocuteur privilégié des militaires et de la « communauté internationale ». Et cela marginalise les dissidents et anciens apparatchiks du CDP qui ont créé, en janvier 2014, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), pensant avoir du temps devant eux avant la présidentielle 2015. Ils se trouvent, subitement, confrontés au vide du pouvoir. Avec un handicap : ces anciens nomenklaturistes risquent de voir déballer leurs petites affaires dès lors que leurs amis d’hier (famille Compaoré + alliés) n’ont plus grand-chose à perdre ! Roch Marc Christian Kaboré, président du MPP, est ainsi monté au créneau contre l’UA pour dénoncer « deux poids et deux mesures » : « On ne demande pas aux présidents en exercice en Afrique de respecter la Constitution ; en revanche, quand il s’agit de mener une transition suite à un soulèvement populaire, l’Union africaine, là, exerce de la pression » (l’UA dit attendre jusqu’au 18 novembre 2014 avant de décider de sanctions). Il est vrai qu’il est cocasse d’entendre le président en exercice du Conseil de paix et de sécurité de l’UA, l’ambassadeur équato-guinéen Siméon Oyono Esono, dénoncer un changement « anti-démocratique » au Burkina Faso et la conquête du pouvoir par l’armée alors que la Guinée équatoriale est dirigée depuis le 3 août… 1979 par Obiang Nguema Mbasogo à la suite… d’un coup d’Etat militaire !

Les propos du CFOP Diabré, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), ont le mérite de l’humilité : « Franchement, personne n’osait imaginer ce qui s’est passé le 30 octobre […] Dans toute l’opposition burkinabè, personne ne souhaitait que Blaise Compaoré ne s’en aille avant le terme de son mandat […] Les chefs d’Etat sont souvent entourés par une panoplie de personnages qui finissent par leur dicter leurs pensées en se coupant du vrai peuple ».

Au sujet de la situation « exceptionnelle » que vit le Burkina Faso, il souligne « qu’avec le vide créé par le départ de Blaise Compaoré, il fallait bien qu’une structure puisse prendre le pays en main, assurer son intégrité, faire en sorte que l’on sente qu’il y ait une main qui dirige et faire fonctionner le service public. Or, dans nos pays, dans de telles situations, il n’y a que l’armée qui reste la seule force organisée […] Il n’existe pas, au Burkina Faso, d’opposition entre civils et militaires. Nous sommes solidaires dans la pauvreté ambiante et cela forge un état d’esprit d’union nationale ». Il souligne aussi « l’ouverture d’esprit » de Zida, qui l’a reçu dès le dimanche 2 novembre 2014, l’assurant d’une transition « consensuelle avec l’ensemble des forces de progrès ».

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 5 novembre 2014 à 17:32, par fasobiga En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    je pense que le CFOP ne doit plus exister d’autant plus que la constitution est suspendue et qu’li n’y a plus d’assemblée nationale.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 17:58, par Kakato En réponse à : C’est bon comme ca !

    Rien ne vas se désintégrer ici Mr. Bejot. Soyez un peu plus optimiste et pour une fois prenez les gens au sérieux.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:04, par Oubrie En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Voici le genre de texte qui ne sera plus nécessaire pour notre pays. ( Tel militaire est le mentor de tel autre. Tel autre est contre celui-ci, mais ensuite ... Bla bla bla, L’homme fort de ouaga, oui hélas ... Dommage pour ces spécialistes en crise ceux que Mandela appelait " les vendeurs de désespoir".

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:08, par vision En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Bravo monsieur le journaliste, belle sinthèse le peuple burkinabè dans toute ses composantes est uni on a pas de problème pour gérer cette transition

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:43, par Môgô En réponse à : Pour une fois, merci !

    Pour une fois, je suis d’accord avec Béjot par rapport à ce qui se passe.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 18:45, par Môgô En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Pour une fois, je suis d’accord avec Béjot pour son analyse.

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 19:45 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Le prochain président du Faso démocratiquement élu sera Rock Kaboré avec une chance de 80% sinon ça sera Zeph.Voilà mon duo gagnant puisque le CDP est cadavré sans oublier ADF/RDA qui s’est suicidé tout seul avec l’aide de son président fils à papa prostitué sans ambition.Gilbert Ouédraogo est mort politiquement.En effet si nous étions dans un pays de justice,ce félon devait être maintenant en prison car tout ce qui s’est passé comme mort d’hommes est à mettre au compte de l’ADF/RDA.Par la cupidité de ce cancre politique sans charisme parcequ’il était le fils de,il a entraîné le pays dans le chaos parceque sans les 18 dépités de ce parti de louvoyeurs,pas certain que Blaise allait oser faire ce qu’il a fait.En soi c’est une bonne chose puisque nous avons abrégé son règne au prix de mille sacrifices avec ces dignes fils tombés au combat et ces centaines de blessés.Nous ne les oublierons jamais.
    La patrie ou la mort,nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 5 novembre 2014 à 20:19, par F. Hien En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Monsieur BEJOT
    Dans ce papier, vous n’avez pas été capable de cacher un tant soi peu votre amertume consécutive à la chute de celui qui vous remplissait le JABOT pour vos "belles œuvres" et qui vous a transmis cette aversion pour "ceux qui l’ont trahi" il y a 10 mois maintenant et dont le départ du CDP a finalement été le déclencheur qui a conduit à la perte de votre pourvoyeur ! Ainsi, d’un côté vous encensez M. Diabré le CFOP, en espérant secrètement s’attirer ses bonnes grâces au cas où... sait-on jamais ! De l’autre, vous vouez "cordialement" Rock et ses camarades aux gémonies en agitant le fait que lui et ses amis sont de fait marginalisés et craindraient " le déballage de leurs petites affaires dès lors que leurs amis d’hier (famille Compaoré + alliés) n’ont plus grand-chose à perdre" !
    Vous et votre LDD êtes le genre de Français qui vivent aux crochets des chefs d’Etats africains auxquels vous vendez des illusions et entretiennent ainsi la Françafrique...
    Mais cette fois, les Burkinabè vous ont à l’œil, vous et vos amis. Gardez désormais vos analyses pour vous.... ou plutôt pour eux...
    Quant à Rock et ses camarades, ils savaient parfaitement, et sans doute mieux que vous, les risques qu’ils prenaient en démissionnant du CDP début janvier 2014. Et soyez rassuré, seuls les Burkinabè les jugeront, pas vous ni aucun français de votre race ! Vous êtes un "pauv con" comme dirait votre ancien Président et vous gagneriez donc à "vous casser"....

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 01:47 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    F. Fidele, merci, vous avez menez le bon combat. Les militaires vont rentrer dans leurs casernes ou dans leurs bars pour les desoeuvres d’ entre eux. Sinon en 2015le meilleiur civil gagnera. Ils ne vont pas nout croumagnounez avec des paroles mielleuses.Serpent noir egal serpent noir.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 01:49 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Jusuq’ a #5, Bejot ? Tu as si faim que ca/ Tu vas pas arreter mainant ? Tu veux aller jusq’ a Yakro avec ca ou bien. C’est un train long, deh ! C ;est fini comme c’ ;est fini, Faut pas pleurnicher. D’ autres blancs affames vont faire la manche. Dieu est gentil pour tous les mendiants.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 02:49, par Sidpawalemda En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Comme il doit être bien triste Jean-Pierre BEJOT avec ce départ précipité de Blasco. Fini le palais. Cette haine que vous nourrissez envers les démissionnaires du CDP est torride. Sauf que votre jugement leur coule sur la peau comme l’eau sur les plumes d’un canard. Une chose est certaine : les démissions au sein du CDP a permis de grossir les rangs de l’opposition et démontrer la fragilité du pouvoir Compaoré. Cela a nourri la conviction que l’on pouvait vaincre le régime. C’est en cela que le peuple sera au moins reconnaissant du rôle joué par ces démissionnaires qui ont fit la preuve de leurs capacités de mobilisation et l’ont mis au service de la BONNE CAUSE. Vous connaissez la suite !

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 11:37, par NEC En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Waiiiiiiiii bouffer avec blaise pendant plus de 26 ans et vouloir encore bouffer pendant 10 ans, ça fait 36 ans non il va suivre Blaise. mreci pour son soutient pour le départ de blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 13:21, par Hodonou leandre Marcel En réponse à : ou va notre Afrique est ce fini le temps des presidents ennemis de lafrique

    si je pouvais voir blaise compare en face je lui demanderait sil regrette la mort de sankara si oui kil aille faire un aveu public un pardon public
    les jeunes nous devons saisir loccasion pour servir l afrique cette foi ci le servir sincerement notre continent a assez souffert
    je demanderais kon demande une messe publique pour sankara a la place de la revolution avant fin d annee

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 15:48 En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    En tout cas, moi meme je ne tais content des Simon la mais je les ai pardonne. Ils ont trop aide l’ oposition. Quand ils ont demissione, l’ame du Blaisot est sortie et quand j’ ai vu son monument a terre a Bono, surtout sur la terre sacvre du Sya, j’ai dit alors la, meme si Salia va reveiller LaDjamiss pour qu’ elle soit president, a bana pour le Ditatorius Zignarium Yamoussokrom

    Répondre à ce message

  • Le 6 novembre 2014 à 17:29, par Karissa En réponse à : Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)

    Les écrits de Monsieur Bejot, plus fantaisistes que porteurs d’informations utiles, révèlent la servilité d’un aventurier, hantant probablement les palais des dictateurs et réactionnaires africains, et cachant à peine son mépris pour les peuples africains. Pour ce qui est du Burkina, M. Bejot, vous pouvez toujours rêver d’un chaos après la chute de votre protégé, si tel est votre choix. Ceux qui sont honnêtes reconnaîtront le triomphe du Peuple Burkinabè, sa discipline (nettoyage général dès le lendemain de la chute du régime), et sa capacité de résilience (la vie normale a repris). Ce ne sont pas les chasseurs de primes et de trophées qui se sont précipités à Ouagadougou qui diront le contraire.
    Les concertations engagées entre frères et sœurs Burkinabè permettront de mettre en œuvre la transition telle que nous la voulons et de préparer les prochaines élections, n’en déplaise aux oiseaux de mauvais augure. Si quelque chose devait se désintégrer, ça ne peut être que votre regard sur la terre des hommes intègres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara
Blaise Compaoré en visite chez son voisin Henri Konan Bédié
« Blaise Compaoré ne peut être poursuivi pour haute trahison et attentat à la Constitution », selon la Haute Cour de Justice
Achille Tapsoba et Zambendé Théodore Sawadogo enfin reçus par Blaise Compaoré
Et Blaise Compaoré devint Ivoirien !
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (10)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » a-t-il se désintégrer ? (9)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (8)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (7)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (6)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés