Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Aïssata Sankara

Accueil > Actualités > Portraits • Rédactrice en chef de BF1 • vendredi 24 octobre 2014 à 02h13min
Aïssata Sankara

Elle est la lauréate 2014 du prix de la meilleure journaliste, compétition organisée par le Centre national de presse Norbert Zongo, à l’occasion de la journée nationale de la presse célébrée le 20 octobre. Journaliste-reporter d’images (JRI), Aïssata Sankara s’est formée sur le tas. Et, aujourd’hui, elle récolte les fruits de sa persévérance. Depuis 2013, la native de San Pédro (Côte d’Ivoire) est la rédactrice en chef de la télévision privée la plus suivie du Burkina, BF1. Retour sur le parcours d’une passionnée du journalisme.

Journaliste par passion

Elle était la vedette, ce lundi 20 octobre 2014. Pour cause, elle a été désignée lauréate de la 4e édition du concours de la meilleure journaliste de l’année au Burkina. C’est son reportage intitulé « Vie d’immigré burkinabè à Hambourg », réalisé pendant ses vacances en Allemagne qui lui a valu cette distinction.

Issue d’une très grande famille polygame, essentiellement commerçante, Aïssata Sankara nourrissait le rêve de devenir journaliste depuis l’adolescence. Dès la classe de 6e, elle avait pris sa décision : devenir journaliste. Et, elle s’est donné les moyens pour atteindre son objectif. Non sans difficultés.

Après l’obtention du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), la petite « Aïcha » rentre au Burkina, son pays d’origine pour poursuivre ses études secondaires, sur insistance de son père. « Au départ, je n’ai pas voulu parce que quitter ses amis et ses habitudes pour partir ailleurs, ce n’est pas facile surtout pour une fille. Mais aujourd’hui, je me rends compte que mon père a été visionnaire », avoue-t-elle. Puisque quelques temps après son départ, se déclenche la crise de Tabou où plusieurs milliers de Burkinabè sont contraints de rentrer au bercail.
Une fois au Burkina, c’est au lycée Marien N’GOUABI de Ouagadougou qu’elle s’inscrit pour la seconde en 1999. C’est d’ailleurs là qu’elle obtiendra le baccalauréat série A4.

La persévérance malgré les échecs

Aïssata pense donc venue l’heure de devenir journaliste. Ainsi, elle passe le test d’entrée en arts et communication de l’université de Ouagadougou. Mais, elle échoue et se voit obligée de s’inscrire dans une autre filière. Avec quelques hésitations, elle s’inscrit au département d’Anglais dans la perspective d’être journaliste bilingue. « Parce que je n’avais pas renoncé à être journaliste », confie-t-elle. L’année suivante, elle retourne encore passer le test d’entrée en arts et communication. Elle échoue une fois de plus. Mais, ne se décourage pas. En troisième année d’Anglais, elle revient encore tenter sa chance. Mais là, son dossier est rejeté parce que son « BAC était vieux de plus de deux ans ». « J’étais complètement abattue parce que je tenais beaucoup à ça », se souvient-elle encore. Mais, il n’est pas question d’abdiquer.

Elle prend des renseignements au Burkina et en France sur les écoles de journalisme. « Là, j’ai trouvé une école en France et j’avais entamé les démarches avec ma famille et je devais partir en France pour faire des études en journalisme », explique-t-elle. Et, c’est là que tout se précipite. La télévision privée Canal 3 lance un test de recrutement d’une assistante-programme, en 2006. Lorsqu’elle apprend, elle hésite à déposer son dossier. C’est d’ailleurs l’un de ses amis (Soulama qui est actuellement à BF1) qui gardait la plupart de ses dossiers, y compris ses diplômes, qui l’a fortement encouragée à prendre part au test.

Canal 3 a été une vraie école

« A ma grande surprise, il a constitué le dossier et un matin il est venu me le tendre dans une chemise en me disant : tiens et va déposer à Canal 3 », se souvient Aïssata Sankara. Après une série d’entretiens, elle est retenue. Tout en suivant la formation en assistance-programme à Canal 3, elle suivait ses cours de maîtrise en Anglais.
Un an après, il lui est proposé d’animer parallèlement « Vous avez la parole », la première émission en direct de Canal 3. En fin 2008, elle intègre la rédaction, comme présentatrice du journal télévisé (JT) que venait de lancer Canal 3. « Le jour où je ne présentais pas j’assurais l’édition du JT », se rappelle-t-elle.

A un moment donné, elle voulait s’imprégner de tout ce qui se passait sur le terrain, plutôt que de se contenter de la présentation, entre quatre murs. L’ouverture de BF1 en 2010 lui offre cette opportunité. Sans avoir l’assurance d’être retenue par la nouvelle chaine, elle rompt son contrat avec Canal 3. Heureusement, après un mois d’incertitude passé à la maison, Aïssata est appelée par la direction de BF1. Et depuis, c’est là qu’elle monnaie ses compétences. Mais, elle reconnait que « CANAL3 a été une vraie école de formation ».

Quelques formations de courte durée

Quelques mois seulement après son arrivée à « la télé qui ose », Aïssata obtient une formation en JRI au Maroc. « Quand je suis revenue en 2011, j’ai changé le contrat que j’avais avec BF1, pour travailler avec Afrik-TV qui venait d’ouvrir à Paris. Donc, je ne pouvais pas à être en temps plein à BF1. Entre temps, Afrik-TV a commencé à ne plus trop donner. Donc, j’ai décidé de me consacrer entièrement à BF1 qui était en train de prendre ses marques à Ouaga », explique-t-elle.

Entre temps, elle a pu suivre des formations de courte durée en France et au Brésil. Mais aussi, elle a obtenu une bourse pour un stage aux USA, grâce à sa maîtrise de l’Anglais. Aussi, sa maîtrise de l’Anglais lui a permis d’effectuer des missions dans des pays anglophones lorsqu’elle travaillait pour Afrik-TV. Des formations qui lui ont permis de se perfectionner. Depuis 2013, Aïssata Sankara est la rédactrice en chef de BF1. Là, elle dirige une équipe très jeune, assez soudée et très dynamique, qui lui fait confiance. Aïssata est convaincue d’une chose : « c’est dans le travail qu’on se fait de la place ». Et, elle dit s’y adonner sans compter.

Des défis immenses

Les prochains défis de la rédactrice en chef sont énormes. Il s’agit du lancement d’un JT de 13h, d’un JT les dimanches et d’un grand journal. A travers le grand journal, chaque mois, un journaliste va travailler sur un grand reportage qui va faire l’objet d’une émission. Toute chose qui permettra de faire du journalisme vrai e, lieu et place de la communication.

L’autre défi, c’est de mettre l’accent sur les reportages de proximité. Pour réussir, elle aura besoin d’une équipe plus étoffée. Et la direction générale de BF1 y pense.

Accorder un statut aux JRI

Lire la suite sur [http://www.faso-tic.net-/http://www.faso-tic.net/]

Vos commentaires

  • Le 24 octobre 2014 à 04:29, par H-town En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Courage !!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 08:02, par Moose En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Je suis un habitué de votre émission ECHOS presse, sincèrement je vous tire mon chapeau. L’émission est animé avec maestria et professionnalisme. Je vous encourage à mettre toujours du professionnel et beaucoup de chaleur dans votre émission. Sur cette lancée vous êtes appelée à gravir les plus grandes marches du journalisme

    Que dieu vous accompagne

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 08:46, par ouima2025 En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Waoh ! Félicitation Aîcha tu l’as si bien dis : Travaille et Perseverance , les echecs nous rendent plus fort et nous rapproche de la porte du grand succès ! Que Dieu te benisse tjrs et tjrs !

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 08:57, par some En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Courage ma soeur et sois en sûre,tu y arriveras

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 10:21, par ISMAEL En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Félicitations ! Le meilleur reste à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 11:57, par wendyam En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    courage et surtout dis-toi que le plus dur est à venir reste r toi-même

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 12:27, par Minnayi En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Tout simplement émouvant, cet bel exemple d’une femme battante. Bon courage et que du bonheur pour l’avenir.

    Toutes mes félicitations et mes encouragements à elle.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 12:48 En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Waouh ! comment on dit ça déjà... "une tête bien pleine dans un corps bien fait" vraiment que tu aimes ce que tu fait. Toutes mes félicitations.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 13:11, par youssouf OUEDRAOGO En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    félicitation, Mme SANKARA. Mais ça sera mieux de garder son teint.SVP. car en te regardan t à la télé qui ose, chaque tu changes de visage.ç bon pour le moment.Mais j’ai peur pour demain. Bon chance pour le reste de ta vie.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 14:59, par MHD En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Félicitation ! Beaucoup de courage dans votre travail. Nous vous soutenons vivement.

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 15:22, par ALPHA En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Elle est mariée ? Mère de combien d’enfants ? Quelqu’un peut-il m’aider ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 16:26, par IVO MAMADOU En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Salut Aicha ! Tu mérites bien cette 2eme couronne après celle du Prix GALLIAN !
    Vivement que cela t’élève encore plus ! You definitely deserve it !
    Now , i want my share of this Prize ! When i come to Ouaga ,i’ll call on you and you’ll give me my share. Send my regards to your Family ! IVOPOWER

    Répondre à ce message

  • Le 24 octobre 2014 à 18:18, par Vladimir En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Courage ma chérie c’est VLADIMIR mon salut aussi à Soulama et Brice.
    kiss juste for you only

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2014 à 09:34, par POUTINE En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    felicitations et tous nos encouragements

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2014 à 09:37, par VICTORINE En réponse à : Aïssata Sankara, rédactrice en chef de BF1 : Journaliste par passion

    Je suis vraiment fière de vous. Courage pour a suite

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2014 à 15:54, par HERVOS ONE En réponse à : Aïssata Sankara

    achat sera déçu si personne ne dit "moi j’en suis déja amoureux" bon je l’ai déja dit. Mlle SANKARA le meuilleur est à venir félicitaion et du courage !

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2014 à 19:39, par Gentleman En réponse à : Aïssata Sankara

    En plus, elle est trop belle et quand vous la présentez comme ça, vous créez des problèmes aux gens...vous voyez de quoi je parle ? félicitations et bon vent à elle !

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2014 à 15:21, par Laure En réponse à : Aïssata Sankara

    Humm l’homme burkinabé toujours à penser par son ventre et son bas ventre quand il s’agit du sexe opposé pas étonnant que le nombre de promotion canapés ne fait que grimper de manière exponentielle Heureusement que les jeunes qui ont chassé blaise étaient des voltaïques vous comprenez pourquoi blaise est resté 27ans au pouvoir car il pensait toujours gouverner des bourkinabètes dont le passe temps est 3B(Bière+Brochettes+Baise) tchrrrrrrrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 20 novembre 2014 à 15:53, par SANON En réponse à : Aïssata Sankara

    Bonjour ,
    je viens de vous decouvrir car je ne reside pas au pays et lors de mes passages les gens me parlaient de canal3 et de BF1 comme des chaines de democratie et meilleure à la tenebreuse(TNB). Alors là , j’ai été épaté par la qualité de vos presentations (la diction, la confiance, la maitrise des sujets et la manière de tirer le meilleur des invites) et la difference fondamentale avec vos consoeurs fonctionnaires de la TNB. Elles sont pas toutes mauvaises mais elles gagneraient toutes à être assez professionnelles comme vous et d’autres journalists des grandes chaines. Aujourdh’ui que l’on le veule ou non nous avons le choix des chaines et nous faisons indeniablement des comparaisons , donc le service doit être à la hauteur. La TNB au delà de sa ligne éditoriale n’a aucune creativité ,des plateux moches et meme les jeunes journalists qui à un certains moments ont suscité de l’espoir et meme de l’esperances n’ont rien change malheureusement.
    En tout cas la barre haute et l’avenir s’ouvrira aisement à vous car nous sommes dans un monde de competititvité et tout le Burkina sera fier de vous retrouver sur une chaine mondiale.
    may god bless you and all the best

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 07:12, par Gentleman En réponse à : Aïssata Sankara

    pour Laure : hé Laure ! si quelqu’un ne peut pas te dire ce qu’on peut dire à Aïssata Sankara, faut pas te fâcher. Dieu donne à chacun ce qu’il veut. Et à Aïssata Sankara, il semble avoir donné à la fois la beauté et la compétence. Dire la chose en l’envisageant dans tous ses aspects te pose problème ? faut pas faire ça Laure.D’accord, comme c’est ça tu veux aussi faut pas faire ça, ma jolie Laure (rires...). bon vent à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 09:26, par NARE Titina En réponse à : Aïssata Sankara

    J’aime beaucoup ses présentations et surtout son franc parler. Depuis Canal3, j’ai vu en elle une grande journaliste tellement elle était éloquente et professionnelle. Certes au début Canal3 ne l’habillait pas comme il se devait, mais elle a si bien su s’adapter et actuellement elle figure parmi les meilleures de son domaine, tant côté intelligence et maîtrise des débats que côté décence et élégance vestimentaire. Chapeau la belle étincelle des plateaux (politiques surtout) et que Dieu t’ouvre les portes d’une réussite internationale !

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2014 à 15:28, par Laure En réponse à : Aïssata Sankara

    @gentleman òu as tu lu que j’étais contre le fait de complimenter j’ai juste relever que si c’était le portrait d’un homme journaliste les commentaires n’allaient pas être axé sur son physique au contraire mais comme c’est une femme là hop chaque mâle fait ressortir ce qu’il a de bestial pour commenter et on retombe vers le bas ...Pourquoi vous les hommes burkinabés êtes vous obligé forcément de tout ramener au physique quand il s’agit de la femme quelque soit son statut et sa fonction etc....???pour la plupart des hommes burkinabés femme=sextoy ne comptez pas sur eux pour reconnaitre les talents intellectuels d’une femme On dresse le portrait d’une femme dotée de bagages intellectuels et qui s’illustre par des actions positives au lieu de l’encourager à persévérer hein..non non c’est juste vos fantasmes refoulés que vous projetez sur la bonne dame..chaque mâle s’imagine déjà en train de la "sauter"..tchrrrrrrrrrrrrrrr bandékon là pas étonnant que vous vous réfugiez dans vos belles familles !!

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 10:38, par Chef Bankolé En réponse à : Aïssata Sankara

    C’est une pro, ton émission Echo press en témoigne. Bon courage et que le Christ t’accompagne et te donne plus de courage, de santé pour réussir tes projets. Je suis amoureux de ton travail

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2014 à 15:05 En réponse à : Aïssata Sankara

    DU COURAGE

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 14:10, par MAC En réponse à : Aïssata Sankara

    J’ai toujours voulu à chaque fois suivre le journal de canal3 quand c’est vous qui animiez.Et aujourd’hui encore l’émission de presse de BF1 je la regarde à cause de vous.Mais je n’ai jamais su que votre formation n’était pas du pure journalisme,car c’est tellement magnifique.Du courage.Seul l’amour peut nous donner ces compétences.

    Répondre à ce message

  • Le 26 novembre 2014 à 19:00, par ous En réponse à : Aïssata Sankara

    Be strong,my sister. Your best days are comming. I’m very proud of your présentations.

    Répondre à ce message

  • Le 27 novembre 2014 à 09:01, par kèon En réponse à : Aïssata Sankara

    felicitation a toi ma chèr aissata.g s8 fièr de toi,bon courage pour le reste de ta carriere

    Répondre à ce message

  • Le 29 novembre 2014 à 00:04, par Kouraogo Arnaud En réponse à : Aïssata Sankara

    Grande soeur la persévérence a toujours été ta force et tu n’a jamais baisser les bras... Fasse le tout puissant que tu soit toujours fidele a toi

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2014 à 09:22, par Soum En réponse à : Aïssata Sankara

    Que Dieu te bénisse !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2014 à 00:07, par Konkona En réponse à : Aïssata Sankara

    Le Burkina a besoin de dignes fils et filles comme Aïssata Sankara. Franchement elle mérite que le peuple l’accompagne. Il faudra penser à changer Lingani et Lydo à la table de l’émission ECHOS PRESSE. Rien qu’à voir ces deux individus sur le plateau, change la qualité de l’émission. Elle maitrise son sujet. J’ai aussi remarqué que depuis le passage du faux PM LAT chez Look Man, il a changé un peu la trajectoire de ses opinions. Reste toi même Look Man. Tu es mieux dedans. Contrairement à d’autres animateurs comme ECO FINANCES de Mme BILA, cette dame fait l’honneur. Courage.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier 2015 à 12:10, par Gilchrist En réponse à : Aïssata Sankara

    bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2015 à 10:01, par Eric En réponse à : Aïssata Sankara

    Bonjour Aissata. Je suis le 32eme intervenant. Et je constate qu’aucun des 31 intervenants les 2 genres confondus n’ont fait que te féliciter et t’encourager. Je n’ai pas trouvé ça normal. Que personne ne face une petite reproche sur le plan professionnel ! Cela veut dire que tu n’as plus à t’améliorer puisqu’on ne te reproche rien, et on ne suggère rien. Si tu décides donc de t’améliorer, du devrais réfléchir et trouver les canaux pour continuer à satisfaire à 100/100 ton auditoire.
    Heureusement que tu es une DIASPO. C’est du BATTANT ET Ça s’est se débrouiller seul.
    Moi je suis à Bobo et je n’avais pas BF1 ni Canal 3 dans ma zone de résidence (non loti), sinon je vous aurai évaluée certes positivement comme les 31 autres, mais en faisant des suggestions pour encore et toujours bien faire, sinon c’est la stagnation et la sclérose.
    Courage.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mars 2015 à 15:19, par irene En réponse à : Aïssata Sankara

    Félicitations. Votre courage a payé . Bon vent et je vous souhaite une belle carrière.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet 2015 à 09:49, par edwige En réponse à : Aïssata Sankara

    Très touchant. très bel exemple de détermination et de persévérance. beaucoup de courage à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2015 à 15:27, par sankara fatoumata En réponse à : Aïssata Sankara

    salut ma sœur ,juste te fait un coucou depuis la cote d ivoire e te di que tu est un bel exemple pour nous continu.je t aime bisou

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
Politique : Jacques Kodjo Palenfo, "l’enfant terrible" du parlement burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés