Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Manifestations contre le referendum : la circulation « coupée » à la sortie nord-est de Ouaga

Accueil > Actualités > Politique • • vendredi 24 octobre 2014 à 02h14min
Manifestations contre le referendum : la circulation « coupée » à la sortie nord-est de Ouaga

Depuis l’annonce de la décision de convoquer le referendum, des manifestations sont enregistrées à certains endroits de la capitale. C’est le cas ce jeudi matin, 23 octobre 2014, quartier Kossodo, sortie Nord-est de la capitale, route nationale N°3, au niveau de la cité universitaire de Kossodogo où des manifestants ont barré la voie à l’aide de troncs d’arbres, de pneus et de branches.

« La route est barrée depuis 6 h - 7 h », a confié un manifestant avant d’ajouter : « on ne va pas ouvrir le passage, si ce n’est pas à 18 heures ». De nombreux véhicules étaient bloqués à l’entrée et ceux en provenance de la ville sont obligés de revoir leur direction, s’ils ne choisissent pas de « patienter » dans l’espoir de retrouver leur chemin. Les engins à deux roues, eux, se frayent difficilement un chemin dans les ravins, aidés (les vieilles personnes et les femmes) par des « manifestants » et /ou de bonnes volontés. « Il n’y a pas de problème, ce n’est pas la bagarre, ce n’est pas une grève ; on ne veut pas seulement du referendum. Un point, c’est tout », a lancé un autre manifestant, se réjouissant dans la même lancée qu’il n’y ait eu aucun acte de violence ni d’affrontement avec « qui que ce soit ». « On a seulement barré la route et laissé des déviations aux motos et aux vélos », a précisé ce dernier.

Des éléments de la police tentent de négocier mais sans succès

Des « éléments » de la police sur place déviaient les usagers en provenance de la ville tandis que d’autres tentaient de convaincre les manifestants de lever « maintenant » les barrières. Les échanges sont entrecoupés d’applaudissements des manifestants qui ne cèdent pourtant pas à la « doléance ». « Chef, on a compris, mais attendez 18 h. Vous-mêmes, vous devez nous aider à lutter », attend-on du groupe. Entre-temps, certains manifestants sollicitent des autres de lever « maintenant » les barrières. C’est non sans se heurter au refus des autres. « On a qu’à ouvrir maintenant. Là, demain matin on va ressortir encore ». A coup de sifflets et autres cris, les uns et les autres scandent des propos hostiles au referendum. Au moment où nous quittions les lieux aux environs de 15 h, « rien » n’avait bougé de la position des manifestants, les échanges se poursuivaient toujours avec les « éléments » de la police sur place.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés