Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

Fasobaromètre du 8 octobre 2014

Accueil > Fasobaromètre • • mercredi 8 octobre 2014 à 15h16min

Henriette Kaboré
PCA de la Maison de l’entreprise
La PDG de BTM (Bâtiments-travaux publics-maintenance), est la nouvelle présidente du Conseil d’administration de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) depuis quelques semaines, en remplacement de Bourahima Nacoulima. Une belle promotion pour la « dame de fer du BTP » qui trace son chemin dans un secteur encore très masculin.


François-Xavier Bambara
Président de l’ARCOP
Chef de département au Premier ministère, c’est lui qui préside la nouvelle structure mise en place pour réguler les marchés publics. L’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) est née de la refonte de l’Autorité de régulation des marchés publics que dirigeait Jean-Baptiste BOUDA. Le secrétariat permanent dirigé par Mamadou GUIRA reste, lui, en place.


Oumar YUGO
Ex DTN de la fédération de Karaté Do
Il a fait les frais du conflit qui minait le monde du karaté-do burkinabè depuis quelque temps. On reproche à Oumar Yougo d’en faire trop par rapport à ses prérogatives et aussi de n’en faire qu’à sa tête. Depuis le 23 septembre, c’est Jean Simporé qui est le nouveau directeur technique national de la fédération de karaté-do.


Souley Ouédraogo
Consul honoraire du Burkina à Pointe-Noire (Congo)
S’agit-il d’une bonne affaire qui a mal tourné ou d’une vraie opération d’escroquerie comme veulent le faire croire les victimes qui crient à l’abus de confiance ? Depuis quelques mois, un bras de fer oppose Souleymane Ouédraogo à ses anciens partenaires que sont Karim Nougtara et Harouna Savadogo autour d’un projet d’exportation de bétail d’un montant de 120 millions qui a foiré. Le ministère des affaires étrangères est appelé au secours.


Vos commentaires

  • Le 8 octobre 2014 à 16:27, par vérité no1 En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    Que se passe t-il avec nos ambassadeurs et autres ? C’est eux qui sont toujours à la une de nos journaux ! A cette allure, le ministère des affaires étrangères doit seulement nommer des femmes comme nos représentants à l’extérieur !!!! Dites-moi, ce monsieur est-il un consul ou un business man ? Que Dieu nous sauve !

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2014 à 19:53, par paulin En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    Alizeta à la chambre de commerce
    Henriette à la maison de l’entreprise
    Le pays vous appartient !!!! Faites en ce que vous voulez !

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2014 à 19:54, par Ya en mare En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    Ainsi naissent les révolutions
    Le monopole des affaires dans la famille !

    Répondre à ce message

  • Le 8 octobre 2014 à 19:57, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    @"vérité no 1",Il est consul mais honoraire.C est à dire qu il n est pas un professionnel, comme l est un consul général ou ambassadeur, mais défend bénévolement(nulement rémunéré pour cela) les interêts du Burkina à côté de ses propres activités dont le business,entre autres,si telle est son principale activité.

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 10:19, par le petit diplomate En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    APRES FABRE MOUMOUNI, AMBASSADEUR PLEIN A PRETORIA, GROS VOLEUR DE PLUS DE 300 MILLIONS SUR BUDGET DE L’ETAT SANS PAPIERS, ET AUTRES, voici un autre qui releve du Mini Affaires Etrangeres CR.
    Si ce Consul, fut-il Honoraire, dont la Mission est de proteger nos compatriots a l’etranger et leurs interets se convertit en leur expoliateur principal, de quels moyens le Ministere des Affaures Etrangeres disposent-il pour s’assurer de l’usage qu’il fait de tous ses prerogatives : Passeport diplomatique et immunite ( commerce, escroquerie... !), locaux du Consulat ( commerce et autres activites illicites) ???
    C’est normal. Il a ete choisi sur la base de ce qu’on sait. Il organisera aussi les elections a l’etranger de cette maniere.... !

    Répondre à ce message

  • Le 9 octobre 2014 à 15:37, par vérité no1 En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    Merci Tapsoba pour cette précision. Keep it that way !

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre 2014 à 14:44, par YA MAM En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    POURQUOI MAINTENIR CET ESCROC DE CONSUL HONORAIRE A SON POSTE ? LA FAUTE DEVAIT ETRE VIVEMENT SANCTIONNEE AVEC POURSUITE JUDICIAIRE.
    C’EST UN MALFAITEUR DEGUISE QUI NE SAURAIT REPRESENTER L’HONNEUR DE NOTRE FASO. IL Y A BIEN D’AUTRES PERSONNES POUR BIEN OCCUPER LA FONCTION LA-BAS.

    Répondre à ce message

  • Le 12 octobre 2014 à 22:37, par Ouedraogo lancine En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    Comme a su le dire Mr Tabsoba il est d’abord homme d’affaire avant d’être consul honoraire. Et pourquoi ses compatriotes lui ont confié 1200000000fr alors qu’il ya des banques au congo ? Est ce dans le cadre des affaires ou dans un autre but ? Ce monsieur est de bonne foie car sur 120000000fr il a reussi a verser la somme de 104000000 .et comme vous le savez en matière d’affaires il ya des hauts et des bas . Il a lui même dit reconnaître la dette et qu’il allait la remboursée s’il plait a DIEU .alors quils arrête de le traité de la sorte

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre 2014 à 16:59, par Danton En réponse à : Je suis surpris pour la fédération de karaté...

    ...et de ce que dit l’auteur du fasobaromètre sur Yugo Omar !? «  On reproche à Oumar Yougo d’en faire trop par rapport à ses prérogatives et aussi de n’en faire qu’à sa tête  ».Trop vague, à mon avis. Que lui reproche-t-on exactement ? ça c’est du mercenariat journalistique ; vous brandissez une déclaration sans fondement aucun comme justificatif de la crucifixion d’un homme que vous contribuez à organiser sans retenue. Moi je ne connais pas bien Yugo Omar,je n’ai même jamais causé avec lui vis-à-vis, même si on s’est déjà parlés au téléphone. Mais je dois reconnaître qu’il a donné une certaine visibilité au karatédo burkinabé depuis qu’il est rentré au pays. Il y a comme un paradoxe dans le comportement des karatéka burkinabé : alors que la voie de la main libre repose sur une philosophie tendant à trouver l’équilibre dans la tolérance et la négation de l’égo, la fédération de karaté est le théâtre récurrents de conflits de personnes. Si Yugo Omar a fauté, qu’on dise aux karatéka et aux burkinabé en quoi. Mais je trouve malsain de brandir sa photo au bas du baromètre sans raison. A-t-il détourné de l’argent ? Est-il un criminel ????

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre 2014 à 02:36 En réponse à : Fasobaromètre du 8 octobre 2014

    La résidence de la Mission permanente du Burkina Faso à New-York vient d’être vendue. Comme toujours en pareil cas, la transaction suscite commentaires et controverses, tant du point de vue de son opportunité que de son montant.
    Dans les lignes qui suivent, notre ancien représentant permanent auprès de l’ONU Michel Kafando nous livre son appréciation.

    La vente de la résidence du Burkina Faso à New York m’a valu de nombreux appels et messages de certains compatriotes. Il m’est donc apparu indispensable, à travers la présente mise au point, d’apporter quelques éclaircissements pour la juste compréhension des choses.
    Ces compatriotes s’attendent à ce qu’en ma qualité d’ancien Représentant permanent de notre pays auprès des Nations unies, ayant occupé cette résidence une décennie durant, je confirme si celle-ci était à ce point « vétuste » (dixit l’ambassadeur) pour que l’on ait décidé de la vendre.
    Je comprends parfaitement leurs réactions et leurs interrogations, voire leur nostalgie ; cette résidence ayant abrité pendant longtemps beaucoup de leurs activités, leurs rencontres et réunions, notamment lors de l’accueil de personnalités burkinabè de passage à New York. Sans parler de son emplacement idéal : au centre ville, dans un quartier huppé classé historique et à deux pas de Central Park et de la 5e Avenue, souvent appelée les Champs Elysées de cette métropole américaine. Et j’ajoute, qui a émerveillé plus d’un collègue ambassadeur ayant fréquenté les lieux.
    Je suis aussi interpellé, car on aurait prétexté que cette opération de vente serait en réalité une recommandation que j’aurais faite à mon successeur. Et effectivement, la déclaration de ce dernier, lors de la visite des « nouvelles acquisitions immobilières de la Mission permanente » par le ministre des Affaires étrangères va dans ce sens : « Nous avons essayé, dit l’ambassadeur, de travailler sur un dossier qui était là depuis des années et que, dès ma prise de fonction, j’ai essayé de conduire pour aboutir à sa réalisation ».
    A vrai dire, au vu des atouts majeurs dont disposait cette résidence, il ne m’est jamais venu à l’idée d’en proposer la vente, malgré moult offres intéressantes, à commencer par celle de notre voisin immédiat, désireux d’agrandir son établissement scolaire. Si la solution vente figurait néanmoins dans les différentes options que j’ai suggérées à mon successeur, c’était à mon corps défendant ; le gouvernement ayant, nonobstant mes nombreuses correspondances, toujours rechigné à allouer un crédit conséquent pour la restauration pleine et entière de ce qui, on l’oublie souvent, est sa propriété.
    Au demeurant, le principe même de la vente n’est pas en cause. En effet, il est loisible à tout Etat d’aliéner ou de vendre, comme il l’entend, un patrimoine national. En revanche, s’agissant d’un domaine public, le prix de la cession doit, au nom de la transparence, être publié officiellement. C’est cette bonne manière, conforme aux normes de gestion, qu’a empruntée le Quai d’Orsay pour annoncer la mise en vente à 48 millions de dollars1 de l’ancienne résidence de son ambassadeur à New York. Il s’agit de deux (2) appartements en co-propriété dans un immeuble situé d’ailleurs à proximité de notre ancienne résidence et comportant 18 pièces.
    Chez nous, il n’est pas question d’appartements mais d’un immeuble à six (6) niveaux comportant en tout 14 pièces et une arrière-cour. A combien la mise ? Aucune précision n’a été donnée à ce sujet.
    A ce qu’on dit, il aurait été vendu à 17,5 millions de dollars (environ 8 milliards FCFA). Si cette information est avérée, l’on comprend que des experts en immobilier et un certain journal américain aient pu parler de véritable jackpot réalisé par l’acquéreur.
    Mais comme en ce bas monde tout finit par se savoir, je convie les compatriotes qui m’ont interpellé et tous ceux que cette affaire intéresse, à demeurer seulement patients.
    Affaire donc à suivre.

    Michel Kafando
    Ancien Représentant permanent auprès de l’ONU

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fasobaromètre du 04 octobre 2019
Fasobaromètre du 09 septembre 2019
Fasobaromètre du 09 août 2019
Fasobaromètre du 15 mai 2019
Fasobaromètre du 2 avril 2019
Fasobaromètre du 14 janvier 2019
Fasobaromètre du 06 novembre 2018
Fasobaromètre du 26 septembre 2018
Fasobaromètre du 02 août 2018
Fasobaromètre du 27 juin 2018
Fasobaromètre du 16 mai 2018
Fasobaromètre du 20 avril 2018
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés