Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le Sage donne tous ses soins à la racine. La piété filiale et lе rеsресt еnvеrs lеs suрériеurs sοnt lа rасinе dе lа vеrtu. » Confucius

Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

Accueil > Actualités > Nécrologie • • samedi 20 septembre 2014 à 04h36min
Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

Moments de grande émotion jeudi 18 septembre à Reims et à Prunay, à l’occasion de la l’inhumation de notre compatriote, docteur David Kéré, décédé le 13 septembre à la suite d’une chute à vélo. Au funérarium de Cormontreuil où a eu lieu la mise en bière et la levée du corps, la tristesse se lisait sur tous les visages.

Son épouse, Chantal et ses enfants, Sarah et Jonathan, ses parents et amis venus de province et du Burkina, ses collègues de l’Institut de cancérologie Jean-Godinot, des gens qu’il a soignés, etc., tous sont là, abattus par l’effroyable réalité de la disparition de David Kéré. Instants cauchemardesques pour ceux qui l’ont connu et fréquenté, et qui doivent se faire à l’idée que plus jamais, ils ne reverront « ce père et époux attentionné, droit et intègre, ce médecin très compétent, proche de ses patients, ce chrétien disponible, ce conseiller municipal assidu et constructif », bref cet homme unanimement salué comme ayant été « un grand humaniste, quelqu’un de bien et qui était d’une remarquable simplicité ».

Depuis sa disparition brutale le 13 septembre alors qu’il s’adonnait à sa passion-le vélo- en compagnie d’un ami de son fils, les hommages affluent de partout. Le forum de notre site est inondé de messages tous positifs à son égard. Au cours d’une veillée d’hommage organisée le 17 soir par l’Eglise protestante évangélique dont il était un fidèle et la mairie de Prunay, son village d’adoption, collègues, amis, parents et proches se sont tous succédé pour louer les qualités humaines et professionnelles du docteur Kéré. « Nous sommes là pour honorer la mémoire d’un juste, un homme jamais négatif, toujours souriant, un chrétien attentionné. Malgré son statut social, il était au service accueil de notre église ; c’est vous dire qu’il n’avait pas la grosse tête », a confié le pasteur Philippe Bergamini.
« Il a accompli ce que Dieu avait dit. Il a fait ce que Jésus avait prescrit. Il a aimé son prochain comme lui-même », a t-il conclu. La chorale de l’église a rendu un hommage « à notre David à nous », en reprenant les chansons qu’il aimait fredonner et en entonnant une chanson en Mooré, « Wennan Mam Nonga Yamba ».

Un membre de la chorale prend la parole et décrit « un David qui était un modèle de simplicité, d’humilité, d’une notoriété discrète. Tu laisses un immense vide auprès des fidèles de l’église ». Et rapporte qu’un jour, une dame qu’il avait soignée lui a lancé : « Docteur, vous êtes mon sauveur », et lui de répliquer : « Non, je ne suis que son instrument ».Une collègue de l’Institut Jean Godinot témoigne : « Infirmières, infirmiers et autres membres du personnel t’admiraient, mais tu ne revendiquais rien. Tu parlais de ton équipe et non de toi seul, même si tout le monde sait que c’est toi qui donnais l’impulsion. Ton service était prisé par les stagiaires, et en tant que chef du département de chirurgie, tu savais dire ce qu’il fallait dire sans haine. Tu savais encourager et accompagner ».

Venu spécialement de Ouagadougou pour dire adieu à celui qui était son ami depuis l’enfance, le docteur Mahamoudou Compaoré, conseiller technique au ministère de la Santé a rappelé le parcours de celui qui a été pour ainsi dire, son double. « Nous avons fait nos études à Dakar ensemble, et sous la révolution, les débats sur la lutte des classes et les thèses de Lénine ne nous passionnaient pas vraiment. On ne participait pas réellement aux manifestations, ce qui nous a valu d’être qualifiés de réactionnaires. Nous avons ensuite continué nos études à Dakar, puis en France, et après il était rentré vers la fin des années quatre-vingt. A l’époque, il n’y avait pas de service de cancérologie à l’hôpital Yalgado parce qu’il n’y avait pas vraiment de personnes atteintes de cancer au Burkina. Ce n’était pas un problème de santé publique comme aujourd’hui. Comme il n’avait pas de poste, il est revenu en France, mais n’a jamais coupé avec le pays puisqu’il m’envoyait des médicaments qu’on avait du mal à trouver sur place ».

Comme tous ceux qui l’ont précédé, le docteur Compaoré a décrit l’ancien pensionnaire du Lycée Zinda de Ouagadougou, comme un homme d’une exceptionnelle simplicité. « Quand il s’est installé à Reims et qu’il était à la recherche d’une maison, on lui en avait trouvé une, dans un quartier huppé, très prisé par ceux qui ont le même rang social que lui. Mais il ne s’y est pas bien senti, et s’est finalement installé à Prunay, une ville à taille humaine où il étais à l’aise ».

Dans cette commune d’environ 1000 habitants, à une vingtaine de km de Reims, en région Champagne-Ardenne, le docteur Kéré et sa famille y ont trouvé leur place. « Ils ont été acceptés et David s’est bien intégré et c’est pour ça qu’on a estimé qu’il était bien qu’il soit enterré ici », confie un membre de la famille. « La preuve, poursuit-il, c’est que depuis l’annonce de sa mort, nous avons reçu le soutien des habitants et beaucoup se sont proposés pour héberger les étrangers qui viendront ». Le maire de Prunay, Fréderic Lepan est atterré. « David était à son deuxième mandat en tant que conseiller municipal ; il était assidu et constructif. Il avait créé des cours de taekwondo mais son emploi de temps ne lui a permis de les assurer. C’était un ami, disponible et nous ne l’oublierons jamais ».

Péniblement, entre les perles de larmes et les sanglots, une collègue chirurgien pédiatre, lit quelques mots couchés sur un papier blanc : « David savait tout faire. Il prenait le temps de s’assoir sur le lit des malades, posait sa main apaisante qui soulageait la peine. Rigoureux, exigeant, dur parfois, mais toujours juste. Sa confiance se méritait. Tu resteras une belle âme, mon maitre, un ami ».
Au détour de ses confidences, on apprend qu’en plus, bien naturellement des cacahuètes, celui qui était originaire de Loanga, dans la province du Boulgou, affectionnait particulièrement les gâteaux au chocolat. De préférence, avec du chocolat noir, pour dit-il, pour « garder ma couleur ». Réaliste, il avait demandé l’impossible à son ami Mahamoudou Compaoré le jour du ramadan : ne pas oublier de lui envoyer par fax une cuisse de mouton !

Lors de l’office religieux célébré peu avant de le conduire à sa dernière demeure, l’Eglise évangéliste de Reims s’est avérée trop petite pour contenir le monde et le pasteur Bergamini a dû s’excuser auprès de « tous ceux qui sont restés debout jusque dans la cour ».

« Soyons dignes de son héritage », a demandé sa fille Sarah, pendant que sa sœur Clémence, dit qu’il « est appelé à d’autres fonctions ». Son cousin Claude Kéré, venu aussi de Ouaga souhaite » un repos de juste » à celui qu’on appelait en famille, « Vieux », c’est-à-dire le Sage.

Au cimetière de Prunay, l’émotion atteint son paroxysme. Certains explosent. Face à la souffrance, le pasteur Bergamini tente d’apaiser pour la nième fois les cœurs. « L’homme n’est pas maitre de son souffle, mais la mort n’est qu’un trait-d’union, jamais un point final ».

Le cercueil est à présent au fonde la tombe. La famille proche y jette des pétales de fleurs, suivie d’une longue file de ceux qui ont voulu l’accompagner jusqu’au dernier instant. Un représentant des pompes funèbres annonce que la cérémonie est terminée. « Vous pouvez partir ; mes collègues viendront faire ce qui reste à faire et dans une heure, la tombe sera bien recouverte de fleurs ». Il faut donc libérer les lieux. On s’exécute, en trainant les pieds.

Né le 17 janvier 1961 d’une fratrie de 11 enfants, David Kéré a fréquenté l’école primaire de Tangzougou dans le quartier Koulouba de Ouagadougou, puis le lycée Philippe Zinda Kaboré où il obtint un Bac D. Il poursuit ses études de médecine à Dakar, à l’Institut du cancer, où il soutient une thèse en 1990. En 1991, il intègre l’Institut du cancer de Montpellier sous la conduite du professeur Henri Pujol, également directeur général de l’Institut. En en 2005, il devient chef de service chirurgie de l’Institut Jean-Godinot de Reims et au moment de sa disparition, il était chef du département chirurgie carcinologique et administrateur de l’Institut.
« J’étais très content pour lui parce que ses débuts n’ont pas été du tout faciles. C’est triste à dire, mais beaucoup de patients ne lui faisaient pas confiance et s’arrangeaient pour changer de docteur lorsqu’ils découvraient que c’est David qui devait les opérer. Face à l’adversité, il a utilisé une arme imparable : il a développé l’excellence », confie son ami.

Joachim Vokouma, Lefaso.net (France)

Vos commentaires

  • Le 20 septembre 2014 à 08:26, par Régine En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Je viens d’apprendre avec consternation et émotion la disparition du Dr David KERE. Puisse-t-il reposer en paix dans la grâce de notre seigneur Jésus-Christ. J’ai connu David au lycée Philippe Zinda Kaboré. Toujours souriant, gentil et très simple d’abord. Nous avons tout de suite sympathisé car j’avais connu une de ses sœurs au collège Notre Dame de Kolgh Naba. David s’est toujours montré consciencieux au travail et la carrière qu’il a menée ne m’étonne pas de lui. Il restera un exemple de courage et d’abnégation pour tous.
    Mes sincères condoléances à toute sa famille en France et au Burkina-Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 08:38 En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Venu spécialement de Ouagadougou pour dire adieu à celui qui était son ami depuis l’enfance,le docteur Mahamoudou Compaoré,conseiller technique au ministère de la Santé a rappelé le parcours de celui qui a été pour ainsi dire,son double."Nous avons fait l’université de Ouaga ensemble.....Nous avons ensuite continué nos études à Dakar, puis en France,et après il était rentré vers la fin des années quatre-vingt.A l’époque,il n’y avait pas de service de cancérologie à l’hôpital Yalgado parce qu’il n’y avait pas vraiment de personnes atteintes de cancer au Burkina.Comme il n’avait pas de poste,il est revenu en France....".Monsieur Compaoré c’est pas bon de venir mentir en France en ce temps de douleur après la perte d’un être aussi intègre comme le docteur Kéré.Alors dis-moi si maintenant des personnes sont atteintes de cancer et si oui,le cancer est apparu au Burkina a quelle date ?Nous savons tous pourquoi il était obligé de revenir en France car sous ce régime de Blaise Compaoré,il faut se prostituer pour avoir un poste.Alors quand on est intègre et compétent on part vendre ses talents ailleurs au lieu d’accepter perdre son âme avec ce régime de corrompus et de bonimenteurs.
    RIP docteur Kéré,tu es un digne fils

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 09:04, par Tata En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Repose en paix, cher frere de quartier.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 09:10, par uli. En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix à ton âme Dr. Que tu passes ton ciel à faire du bien à tous les malades !

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 09:42, par UNFRERE En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Que le SEIGNEUR JESUS te pardonne tous tes péchés et t’accueille dans son ROYAUME. Qu’IL veille sur ta famille, les console et les guide. Que le SEIGNEUR veille sur tes 2 pays (FRANCE BURKINA) et qu’IL sorte ton BURKINA de sa situation actuelle.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 10:00 En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix a son ame

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 10:42, par Dr Couldiati julien En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Je suis profondément attristé par la disparition du Dr Kéré David River avec qui j’ai partagé la chambre au campus universitaire de Dakar . je joins ma voix à tous ceux qui m’ont précédé pour témoigner que David était plus qu’humanitaire. Il n’avait de satisfaction personnelle qu’à travers celle de son prochain. Toujours humble et serviable ,David était croyant et ne manquait jamais pour quelque raison que ce soit la prière du dimanche.
    C’est avec une grande consternation que je viens d’apprendre son décès brutal.
    A son épouse Chantal , à ses enfants et à toute la famille Kéré , je présente mes condoléances les plus attristées.
    Que son âme repose en paix et que la terre de prunay lui soit légère.
    Dr julien couldiati
    te : +22670616766
    Burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 11:36, par SOS En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Repose en paix Docteur. Que ALLAH LE TOUT PUISSANT LE MISÉRICORDIEUX l’accueille dans son royaume. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 13:20, par le regard En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix à son âme et que Dieu veille sur ses enfants et son épouse.Je déplore la fin de l’article après tt ce qui a été dit sur lui tt le long de l’écrit.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 19:50, par Odile, belle soeur de David En réponse à : Les adieux de la famille de Chantal à David Kéré

    David,

    Il y a, juste 20 ans, Chantal a ouvert la porte de notre maison familiale de Caveirac pour te présenter à la famille.

    Tu as été accueilli comme un fils par nos parents, Raymond et Marguerite. Tu as toujours été attentif à leurs paroles et aussi à leurs maux quand l’âge a fait son ouvrage.

    Nous : Marie Jo, Jean-Paul et Odile, t’avons de suite considéré comme un frère.

    Grace à votre amour la famille c’est agrandie avec Sarah et Jonathan qui ont fait et font encore la joie de tous.

    Ton rire restera dans nos mémoires quand tu te moquais gentiment de nos habitudes et de nos longues discutions lors des repas interminables les week end où on se retrouvait tous à Caveirac.

    A cours des années nos échanges étaient de plus en plus constructifs, tu passais du temps avec nous autours de cette table familiale et tu participais à nos discutions.
    Tu nous a fait découvrir la cuisine de ton pays (le Maffe, le TÔ...) et tu t’ai même risqué à goûter ces plats typiquement méridionaux (aïoli, pâtes aux pistous) et tu les as aimé.

    Mais nous n’avons jamais réussit à te convertir aux fromages ni aux plaisir du vin.

    Quand je suis devenue une patiente de Valdaurelle, tu étais là. Comme soutien de notre famille, soutien de Jérôme mon mari mais aussi comme médecin. J’ai découvert un homme professionnel, présent, attentif à l’autre. Pendant mes traitements de chimio au centre, il ne se passait pas une journée sans que les infirmières viennent me rapporter tous le bien que le personnel pensait de toi.
    Comme pour beaucoup de malade tu as contribué à ma totale guérison.
    Si mes filles (Julie et Lou Ann) sont là avec nous aujourd’hui pour te pleurer c’est grâce en partie à tes qualités de médecin. En partie ; car tu ne revendiquais pas de gloire ; tu parlais toujours de ton équipe.
    Mais on savait tous que c’était toi, qui guider tous le monde vers le chemin du soulagement et de la guérison .

    Tu étais devenu un pilier de la famille Justamond. Même dans le village on t’appréciait tant pour tes qualités humaines que professionnelles.

    Nous somme heureux de t’avoir connu et d’avoir partagé tant de choses ensemble.

    Merci, David, d’avoir été ce que tu était c’est à dire un « GRAND HOMME » .

    Tu avais foi en l’homme et tu avais foi en Dieu.

    Adieu, David. On t’aime.

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 21:30, par Dr OUEDRAOGO Edouard En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    J’ai eu la chance de connaître le Dr River à Montpellier, quand il venait d’arriver de Dakar pour sa spécialisation. Avec les Dr Célestin Zoungrana, Roger Coulibaly et autres, nous avons passé de bons moments avec ce grand battant.
    Quelle perte que le décès de ce médecin serviable, humble et honnête.
    Que le Tout-puissant accepte de recevoir ce grand croyant dans son royaume et que son âme repose en paix.
    Mes sincères condoléances à son épouse, ses enfants et toute sa famille.

    Dr Edouard OUEDRAOGO,
    Enseignant - Chercheur, UFR/SJP, UO2
    Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 20 septembre 2014 à 23:30, par Le Dépassionné En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix à son âme

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2014 à 01:08 En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Que le seigneur te gratifie du repos des justes

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2014 à 02:32, par nouveau En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Repose en paix. Courage a la famille.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre 2014 à 13:23, par Laguna En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix à son âme . Du courage à ses proches.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2014 à 12:30, par KERE BLANDINE En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Paix à son âme, et que le seigneur l’accueille auprès de lui

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2014 à 15:17, par isarali En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Dieu a donné, Dieu a repris ! Que son nom soit glorifié et que sa volonté demeure, amen !
    David River, reposes en paix à Prunay. Dieu a voulu que tu y restes puisqu’il t’y a conduit pour sauver des vies. Qu’il bénisse ton épouse et les deux enfants qu’il lui a donnés. Que la famille Kéré trouve le réconfort dans le recueillement devant Dieu. Union de prières !!! REPOSES EN PAIX !
    Une promotionnaire du lycée Philippe Zinda Kaboré, N’DIAYE Aïssata.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre 2014 à 20:52 En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    merci et que son âme repose en paix

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2014 à 02:51, par Dr ROUAMBA Alexis En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    Nouvelle très bouleversante que je viens d’avoir depuis Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Je t’ai connu à travers le docteur Sabine Perrier Bonnet de Montpellier qui t’a amené chez nous pour la formation en soins palliatifs et l’ouverture à la chirurgie cancérologique que tu nous a présenté et même avec ton ami le docteur Sanon Gustave, tu as aidé à la prise en charge au bloc du CHUSS, d’un patient de manière totalement gratuite (2009).
    Que le Dieu de toutes bontés et de toutes grâces te reçoive dans son amour infinie et garde dans sa paix tous les tiens. Dr Rouamba Alexis, directeur de l’hospitalisation et de la qualité des soins au CHUSS

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre 2014 à 13:33, par Suzanne KABORE En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    C’est avec grande tristesse que j’ai appris le décès de Dr KERE que j’ai hautement apprécié la Grandeur tout comme l’ont fait ceux qui m’ont précédé. Il nous laisse un petit frère professionnel à son image (compétent, très humain, disponible et très attentionné à l’endroit de ses patients) à la maternité du centre hospitalier Yalgado OUEDRAOGO en la personne du Dr Alexis Yobi SAWADOGO. Si je ne trompe, il a fait sa spécialisation en cancérologie auprès de Dr KERE à Reims. A lui, mes encouragements et mes bénédictions pour une longue belle carrière et une longévité de très bonne qualité. Que Dieu lui accorde les moyens nécessaires pour mener à bien les missions à lui confiées.

    A Dr KERE, qu’il repose en paix auprès de Dieu notre Père tout puissant. Que Dieu soit consolateur et protecteur de sa famille.

    Suzanne KABORE, une patiente du Dr Alexis Yobi SAWADOGO

    Répondre à ce message

  • Le 21 novembre 2015 à 08:00, par CAMPION Michel et Valérie En réponse à : Diaspora : Le docteur David Kéré repose à jamais à Prunay

    David, c’est seulement hier, que nous avons appris ton décès, par notre ami commun
    Georges Vicens, aumônier à Val d’Aurelle.
    Nos avons gardé de toi ta photo avec Sarah, lorsque tu étais venu à notre mariage ; nous nous étions perdus de vue, mais nous pensions souvent à toi, à Chantal, à vous.
    Je me souviens encore de ton accent, lorsque tu nous demandais de t’offrir des chocolats blancs, pour éviter de te mordre le doigts, et je m’amusais à te refaire lorsque nous parlions de toi. Aujourd’hui nous ressentons une immense tristesse et une grand colère contre
    cette injustice ; pourquoi toi, pourquoi vous... Repose en paix, David, nous ne t’avons jamais oublié et nous ne t’oublierons jamais. Nous souhaitons à toute ta famille de trouver le courage et la sérénité pour continuer le chemin sans toi à leur côté.
    Valérie et Michel Campion

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Décès de Cheick Dimkissdo Ouédraogo : Faire part
In memoria : SOMÉ Kaya Antoine
Décès de SON Satourassé Jean François : Remerciements et faire part
Décès de KABORE Sandaogo François : Remerciements
Décès de Yugbaré née Bambara Fatimata Aline : Faire part
IN MEMORIA Julien Francis SIDIBE
Décès de Emmanuel Laurent Salamberé : Programme des obsèques
Décès de El Hadji SEDOGO Salifou : Remerciements et faire part
Décès de Marie Madeleine Fatimata COULIDIATY née BOUBACAR : Faire part
Décès de KABORE Benoît : Remerciements
Burkina : Décès du magistrat Emmanuel Salambéré
In memoria : El Hadj FOFANA IBRAHIMA dit Biton
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés