Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

Accueil > Actualités > Environnement • • jeudi 17 juillet 2014 à 21h54min
Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

En attendant l’application de la loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des sachets et emballages plastiques au Burkina, les « jardiniers de Bôlomakôté sont inquiets. Envahis par des sachets plastiques, ils ont exprimé leur inquiétude ce jeudi 17 juillet 2014.

A l’unanimité, les députés de l’Assemblée Nationale burkinabè ont voté une loi portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de la distribution des sachets et emballages plastiques le mardi 20 mai 2014. En attendant la matérialisation de cette loi, les exploitants d’une partie du Marigot Houet font face aux effets nocifs de ces sachets. Occupant la partie ouest du marigot, communément appelé jardin de Bôlômakoté, des jardiniers assistent impuissamment à l’envahissement des sachets. Il faut dire que ces sachets règnent en maîtres dans les périphéries de ce jardin. Notamment dans le cimetière à l’entrée nord du camp Ouezzin Coulibaly. Un cimetière transformé en dépotoir par les riverains et qui alimentent parfois les jardins en déchets.

Pourvoyeurs de la ville de Bobo-Dioulasso en légumes surtout en saison sèche, le sort du jardin de Bôlômakoté mérite qu’on s’y planche. Parce qu’indépendamment des dégâts sur les productions, des problèmes de pollution ne manqueront pas dans les années à venir. Dans la mesure où la gestion des bidons des herbicides demeure un casse-tête pour les travailleurs. En attendant des moyens plus idoines, ils enfuient simplement et purement ces bidons tout au long du marigot Houet qui regorge de poissons sacrés.

Ousséni BANCE

Lefaso.net

ENCADRE : Des jardiniers s’expriment sur les sachets

Sanou Kassoum : « moi je brûle les sachets »

C’est surtout en saison sèche que nous avons des problèmes avec les sachets plastiques. C’est toujours déplorable de voir que des sachets envahissent et détruisent nos productions. Moi, je brûle les sachets qui tombent sous ma main. On nous avait demandé de stocker les bidons des poisons « herbicides » pour permettre à la voirie de les saisir. Mais on n’a jamais vu une équipe de la voirie ici.

Sanou Siaka : « Je n’utilise plus les déchets du cimetière »

On sait que les sachets sont nuisibles. Moi j’ai perdu des animaux à cause des sachets. Le gouvernement burkinabè doit prendre ses responsabilités pour interdire effectivement les sachets plastiques. C’est le seul moyen pour combattre ce phénomène. Le jardin est entouré de dépotoir parce que les populations environnantes ont transformé l’ancien cimetière en poubelle. C’est une situation connu de tous d’autant plus que ce cimetière est une des entrées du camp Ouezzin Coulibaly. Personnellement, je n’utilise plus les déchets qui viennent du cimetière, c’est très dangereux. Je préfère les fumiers.

Sanou Mamadou : « Les sachets plastiques dans le jardin sont vraiment inquiétants »

En saison sèche, moi je cultive de la salade et de la tomate. Mais comme c’est la saison pluvieuse, je cultive actuellement les haricots verts. Les sachets plastiques dans le jardin sont vraiment inquiétants. Parce qu’ils gâtent nos cultures. Personnellement je brûle beaucoup de sachets. Mais on n’y peut rien. A chaque fois, les riverains reviennent verser des sachets dans les périphéries du jardin. C’est une situation déplorable mais on ne peut rien contre les sachets plastiques. Ces sachets sont dangereux pour les poissons du marigot Houet.

Propos recueillis par Ousséni BANCE

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 juillet 2014 à 23:09, par ayirikem En réponse à : Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

    Le gouvernement avant de penser a interdire les sachets plastique doit proposer l alternative du sachet plastique mais moi a mon avis je ne pense pas qu,il y a une fabrique de carton au burkina donc cette loi semble être du bluff

    Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2014 à 12:30, par Alexio En réponse à : Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

    L alternative ne demande pas des initiatives du gouvernement, si la population se liberait son genie createur. Le papier peut resoudre ce chalenge. La masse production des sacs en tissu de coton avec les memes dimensions que les plastiques.Recycable et lavable pour les tissus.les tailleurs pouvaient faire de bonnes affaires en lancant cette gamme aux consommateurs. Beaucoup de pays Europeens malgre la capacite industrielle de leurs entreprises de reyclage du plastique, ont instaurer le papier et les tissus en coton en emballage pour la cause. L environnement serait epargner par cette criminalite. Puis-je le dire ?

    Répondre à ce message

    • Le 18 juillet 2014 à 20:43, par Favorable aux sachets non biodegradables pour lalimentazione au faso En réponse à : Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

      En terme de sachet plastik,laisser moi vs dire k le burkina va plu vite k sa silouhette.De puis une dizaine danné je travaille ds une usine de production de sachet mais on produit bien et bel des sachets non biodegradables et des biodegradadles.Ds l’ue,ne son pa otoriser les sachet de contenue et non les sachet di serve a couvrir la nouriture:Un exemple tres simples pr me fer mieu cprendre:Le sachet biodegradable a une duré de vie de maxi 9 mois,alors si vs conditionner des alimentation:yaourt,lait,eau,pain, ds de tel sachet,si o bout des 9 mois,vous anaver pa pu ecouter votr production,vous perderez le produit conditionner puisque le sachet perdera sa tenacitéNs courons tres vite san certenement comprendre.

      Répondre à ce message

  • Le 18 juillet 2014 à 14:38, par le peuple En réponse à : Bobo : Les sachets plastiques inquiètent les jardiniers

    a quoi sert bon de faire du recto verso ? donc, il y a tout ça à Bobo ? où sont passés les Maires ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Projet de promotion hygiène et assainissement : WaterAid restitue les résultats de l’évaluation finale
Changement climatique : Les acteurs réunis en atelier pour valider des études en lien avec la révision de la CDN
Changement climatique : Un projet pour accroître la résilience des populations ouest africaines
Forêt communale de Fada N’Gourma : 18 exploitants outillés sur le potentiel économique des produits forestiers non-ligneux
Agroécologie et entrepreneuriat : Dans un contexte de fragilités, les acteurs veulent mutualiser les bonnes pratiques
Effets de la canicule sur la saison agricole : « Il faut travailler à reverdir le Burkina », conseille Pr Jean-Marie Dipama, climatologue
Réduction des gaz à effets de serre : Le Burkina Faso se dote d’un nouveau référentiel
Environnement : Le projet EBA-FEM fait le point de sa mise en œuvre à l’Observatoire national de développement durable (ONDD)
Promotion de la filière apicole : Des spécialistes renforcent leurs capacités techniques sur la santé des abeilles
Fonds d’intervention pour l’environnement (FIE) : Une visite au Centre-ouest pour apprécier les réalisations
Transparence climatique au Burkina Faso : Le comité d’orientation et de suivi scrute les activités
Programme d’investissement forestier : Siméon Sawadogo et les acteurs de mise en œuvre examinent les différentes réalisations
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés