Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

Mise en cause du chef de service d’ophtalmologie de l’hôpital Yalgado : Le droit de réponse du CHU

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Contributions citoyennes • • jeudi 17 juillet 2014 à 15h30min
Mise en cause du chef de service d’ophtalmologie de l’hôpital Yalgado : Le droit de réponse du CHU

Dans un billet d’humeur publié sur notre site le …, « un citoyen indigné » dénonçait le comportement du chef de service d’ophtalmologie de l’hôpital Yalgado qui a annulé des rendez-vous pour cause d’impossibilité à trouver une place au parking. Dans le droit de réponse ci-dessous, le service de communication du CHU-YO donne des explications et appelle la compréhension des citoyens.

Nous avons lu sur le site web du lefaso.net, l’écrit d’un usager, signé « un citoyen indigné » se plaignant du chef de service d’Ophtalmologie, qui n’aurait pas assuré ses consultations du 27 mai 2014 (jour où l’usager en question avait rendez-vous en Ophtalmologie) parce qu’il n’aurait pas eu d’espace pour garer son véhicule. Et de ce fait, il aurait donné l’ordre de reporter les rendez-vous de un mois environ.

Approché, le chef de service d’Ophtalmologie dans une correspondance adressée au directeur général du CHU-YO dit ceci « Le 26 mai 2014, j’ai effectivement essayé par trois fois de trouver une place à l’intérieur du CHU-YO pour stationner afin d’assurer ma consultation. Après la deuxième tentative infructueuse, j’ai cru bon d’informer le service du retard qui ne fait pas partie de mes habitudes. J’ai donc téléphoné à la secrétaire pour lui dire que je ne pouvais pas me garer et qu’il fallait qu’elle informe les patients qu’ils puissent se faire reprogrammer s’ils le veulent. Entre temps, ayant trouvé de la place j’ai pu assurer ma consultation du jour qui a concerné un effectif de patients supérieur au nombre convenu de patients. J’ai accompli une journée ordinaire de travail comme on peut le constater dans les documents du service. L’humeur publiée par le journal en ligne ci-dessus référé et signé par ce « citoyen indigné » ne traduit pas la réalité de ma journée du 26 mai 2014 et encore moins celle des préoccupations du service d’Ophtalmologie. De plus l’amalgame savamment orchestré avec d’autres événements nationaux dans le but de susciter l’émotion générale ou le sentiment de révolte, ne correspond pas au contexte du Chu-YO ni aux préoccupations habituelles des patients qui souhaitent être soignés plutôt qu’à « prendre leurs responsabilités pour se faire entendre », comme a conclu l’auteur dans son article. Comme toujours, je reste disposé à accueillir cet usager et à lui assurer les soins requis si sa plainte relève de ma compétence »

Il convient de situer le désagrément subi par cet usager dans le contexte actuel du CHU-Yalgado Ouédraogo pour mieux comprendre les conditions de sa survenue, et partant inviter les usagers à un effort de compréhension et de changement de comportements pour le bonheur de tous.

1-Le contexte dans lequel survient cette plainte

Le CHU-YO semble pris dans le piège de l’occupation des espaces de sa devanture, en l’occurrence ceux situés le long de l’avenue passant devant cet établissement, que la Municipalité, à un moment donné , a attribués à des commerçants et aux taximen. En conséquence, tous les usagers, du fait du manque de parking dehors, ont accès au CHU-YO avec leurs véhicules. Avec l’augmentation du parc autos dans la ville de Ouagadougou, la cour du CHU-YO est devenue naturellement insuffisante pour servir en même temps de parking pour les véhicules des usagers et ceux du personnel.

La cour du CHU-YO étant régulièrement emplie de véhicules, les moindres espaces sont négociés par les usagers pour s’y garer. Et l’espace le plus grand, celui de la devanture des services d’Ophtalmologie et d’ORL, sert d’office de parking à la fois pour les usagers, les visiteurs, et naturellement pour une bonne partie des travailleurs, notamment ceux des deux services cliniques ci-dessus cités.

Il résulte de ce fait, un certain nombre de problèmes auxquels est confronté le CHU-YO. Ainsi :
-  les agents du CHU-YO peinent à y stationner leurs véhicules, s’ils ont été devancés par les usagers et accompagnants des malades ;
-  souvent, les médecins éprouvent des difficultés à stationner ou à ressortir du CHU-YO, parce qu’un usager a garé juste derrière leurs véhicules en occupant l’espace devant leur service, les empêchant de la moindre manœuvre pour pouvoir éventuellement se frayer le passage ;
-  des incidents surviennent alors, tels les feux rouges des voitures appartenant au personnel, brisés.

Du fait des stationnements anarchiques, à une certaine heure de la journée, il est quasiment impossible pour un automobiliste d’accéder à l’un des deux services, ou d’en ressortir aisément, même en cas d’urgence médicale ou chirurgicale. Face à ces difficultés, la direction générale du CHU-YO a entrepris de trouver une solution globale et adéquate au problème de parking.

2- Les mesures envisagées par le CHU-YO

-  Le CHU-YO, conscient de ce problème de parkings, et étant donné que la cour d’une structure hospitalière ne peut servir de parking pour les usagers, a adressé en son temps une correspondance à la Municipalité afin qu’elle veuille examiner la possibilité d’une éventuelle relocalisation des commerçants installés des deux côtés de sa clôture. Cela dans le but de pouvoir si possible dégager un espace hors du CHU-YO qui servirait de parking pour les véhicules des usagers.

-  Par ailleurs le CHU-YO, au regard de l’insuffisance de places, a pris attache avec une structure spécialisée en élaboration de plan de sécurité et de circulation pour étudier la faisabilité d’une transformation de l’espace situé vers le DRH du ministère de la santé (côté Est du CHU-YO) pour servir de parking pour les usagers.

A cet effet, un audit sécuritaire du CHU-YO fut réalisé et a débouché sur un plan de circulation et sécurité qui a été examiné et adopté le 02 mai 2014 par la Commission Médicale d’Etablissement du CHU-YO (une sorte d’assemblée générale regroupant l’ensemble des chefs de services du corps médical). Le coût de réalisation de ce plan est compris entre 150 millions et 200 millions ; il a été recommandé au CHU-YO d’inscrire ce projet dans son plan d’action 2015. La concrétisation du plan de circulation et de sécurité devrait donner lieu à la création de deux nouvelles portes avec des halls, sortie comme entrée pour les usagers, de sorte que l’entrée actuelle du CHU-YO soit uniquement réservée aux ambulances et aux agents qui y travaillent.

-  Les inondations récurrentes des services de première ligne du CHU-YO (Urgences médicales, Urgences chirurgicales, l’Anesthésie-réanimation, et la Médecine nucléaire) dues à l’inexistence des caniveaux appropriés, tant à l’extérieur qu’au sein du CHU-YO suscitaient des mécontentements compréhensibles de la population. Par conséquent, le gouvernement a décidé de prendre des mesures énergiques. Ainsi, dans le cadre du projet de construction de l’échangeur croisement route de Fada et de Loumbila, il est prévu la réalisation de deux voies, l’une pour accéder au CHU-YO et l’autre pour en ressortir.

Mais dans l’immédiat, le gouvernement a entrepris la réalisation des voies de canalisation intérieures du CHU-YO. Ces travaux ayant démarré dans le mois de mars, et du fait des nombreux caniveaux creusés un peu partout, le problème d’espace s’est posé davantage avec acuité. C’est dans ce contexte de rénovation et réhabilitation des infrastructures, en vue d’ offrir plus de confort de séjour aux patients et de meilleures conditions de travail au personnel, qu’est survenu le problème objet du présent écrit.

Toutes ces réalisations, une fois terminées, auront l’avantage de permettre que soit désengorgée l’enceinte du CHU-YO et partant de mieux sécuriser les entrants et les sortants. En attendant la fin de ces travaux, la direction générale, par des notes de service en direction du personnel, et des communiqués destinés à l’opinion, a demandé la compréhension de tous pour les désagréments momentanés qui ne manqueront pas au cours de ces travaux.

3-Que retenir de tout ce qui précède ?

Le problème de parkings, loin d’être une particularité du CHU-YO, constitue une réalité que nombre d’usagers rencontrent généralement au niveau des administrations de services publics. Très souvent, en effet, ce sont les clôtures des édifices qui servent de parkings. Il convient de reconnaître qu’au CHU-YO, à l’instar des autres structures de prestations publiques, qu’au moment de la construction des infrastructures, si on avait pensé à dégager des espaces de parking, le problème ne se serait pas posé aujourd’hui, du moins pas avec la même ampleur.

L’insuffisance d’espace de parking au CHU-YO s’explique aussi par le fait, qu’il s’agit d’un grand service employant 1200 agents. Si le tiers de ces travailleurs possèdent chacun un véhicule, et si on y ajoute les voitures appartenant aux usagers, on comprend que la cour du CHU-YO ne peut contenir que difficilement un tel parc autos. Du reste la question de parking sera bientôt résolue, car il y a aura assez d’espace au CHU-YO après la délocalisation en fin 2014 d’un certain nombre de services sur le site du nouvel hôpital de l’ex secteur 30. Le ministre de la santé, qui a visité le chantier le vendredi 11 juillet dernier, a donné des instructions aux entrepreneurs pour qu’ils accélèrent les travaux qui sont actuellement à un niveau d’exécution de plus de 90%.

Certains internautes demandent au CHU-YO de recruter des agents qui seront chargés de patrouiller pour assurer la sécurité et la fluidité de la circulation à l’intérieur. La faisabilité de cette proposition est problématique du moment où déjà la structure supporte déjà avec peine, la charge financière de son personnel. Dans ces conditions, il serait extrêmement difficile d’en rajouter.

La direction générale CHU-YO déplore, que les nombreux travaux et chantiers en cours, causent quelques désagréments. Si nous convenons que le cadre infrastructurel du CHU-YO est quelque peu vétuste, il faut saluer et accompagner les efforts de l’actuel directeur général qui, n’a de cesse, avec les appuis de sa hiérarchie d’effectuer touche par touche des rénovations. Du reste, nombreux sont ceux qui reconnaissent avec satisfaction les changements opérés au CHU-YO depuis un certain temps, et qui doivent être poursuivis en vue d’améliorer très sensiblement les cadres de soins et d’hospitalisation des patients.

Pour ce faire, les entreprises sont incitées à mettre des bouchées doubles pour accélérer les travaux afin de minimiser les inconforts momentanés que cela occasionne. Les quelques conséquences subies par les usagers du fait de ces travaux de rénovation, ne doivent pas nous détourner de notre but essentiel, qui est celui d’être au service des patients. C’est pourquoi, les amalgames rapidement faits par certains internautes, qui tentent de jeter l’opprobre sur tout le serviable professeur et sur tout le monde, doivent si possibles être évités. Toutefois, nous sommes disposés à recevoir différentes critiques et suggestions, tant qu’elles permettent de contribuer à améliorer l’existant.

C’est pourquoi, il aurait été plus convenable que le plaignant daigne porter le problème à la connaissance de la direction générale qui, seule peut prendre les mesures idoines. Si les usagers, de manière générale, acceptaient consentir l’effort de saisir, chaque fois que de besoin, la direction générale, nous pourrions dans une synergie d’actions, résoudre un certain de problèmes qui ne peuvent pas manquer dans une grosse et sensible structure de soins qu’est le CHU-YO. Par conséquent, un peu d’indulgence et de compréhension de la part de notre patient, et nous l’invitons à rencontrer le chef de service de l’ ophtalmologie qui est disposé à le recevoir pour qu’ils se comprennent.

Chers concitoyens, nous souhaitons votre bonne compréhension pour nous aider à mieux vous servir.

Veuillez croire, chers usagers, en l’assurance de nos efforts quotidiens pour le bien-être des patients et pour le bonheur des usagers qui font confiance au CHU-YO.

Le chef de service communication
du CHU-Yalgado OUEDRAOGO

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés