Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’échec est seulement l’opportunité de recommencer d’une façon plus intelligente» Henry Ford

Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Burkina Faso : chronique des années Compaoré • • jeudi 17 juillet 2014 à 08h09min
Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

L’interview de Blaise Compaoré, président du Faso, est un exercice difficile. Il s’est exprimé régulièrement au temps de la post-« Révolution », autrement dit la « Rectification » puis le « Front populaire ». Avec réticences (ce n’est pas un exercice qu’il apprécie) mais conscient qu’il fallait expliquer son action et dire là où il voulait aller et comment y aller. Depuis que les institutions sont en place et que le pouvoir s’est exilé à Ouaga 2000, la parole présidentielle est devenue rare.

L’événement est donc que Blaise Compaoré fasse cette semaine (13-19 juillet 2014) non seulement la « cover » de Jeune Afrique mais qu’il y accorde un entretien à Marwane Ben Yahmed. Ce n’était pas arrivé depuis près de deux ans (Jeune Afrique du 7 octobre 2012). JA titrait alors : Burkina. Blaise Compaoré : « Je n’ai pas changé ». Cette fois, le changement est probant : 2014 ce n’est pas 2012 ; et c’est juste avant 2015, échéance présidentielle. JA titre d’ailleurs, citant Blaise Compaoré, « Il faudra bien partir un jour… ». Sauf que ce n’est pas un propos de Blaise mais de Ben Yahmed, même si le président du Faso n’a « pas de doute là-dessus ». On l’aura compris, la situation politique burkinabè (Ben Yahmed évoque même une « crise politique ») l’a emporté, cette fois, sur les médiations qui sont le quotidien de Ouagadougou depuis quelques décennies maintenant.

Sauf que… Sauf que Blaise Compaoré est un taiseux ; ou, plus exactement, un homme à l’écoute de son entourage. Il le dit lui-même : « Je n’ai aucun problème à écouter les autres, ni même à recevoir des leçons ». Bilan : il a fallu 174 lignes pour poser les questions et 263 pour publier les réponses. Autrement dit l’interviewer occupe près de 40 % de l’interview ! C’est que Blaise Compaoré n’entend pas parler pour ne rien dire. Cet entretien est sûrement le plus abouti qu’il ait jamais accordé. Compaoré y dresse le portrait d’un Blaise « sûr de lui » mais qui se refuse à être « dominateur ». Avec habileté et non sans humour. C’est l’interview de la maturité dans un contexte politique local, régional et continental qui, trop souvent, est immature.

Le dossier malien, qui est l’actualité africaine qui concerne le Burkina Faso, est rapidement expédié. Compaoré rappelle seulement que c’est à Ouaga, et à Ouaga seulement, que les groupes armés du Nord-Mali ont accepté de s’asseoir à la même table que les responsables politiques maliens et de négocier. Il dit encore que si on n’aboutit pas « rapidement à un nouvel accord dans les semaines à venir », « il y aura lieu d’être inquiet, très inquiet même ».

Même chose en ce qui concerne la situation politique ivoirienne, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. La réponse est un coup de trique : « Ni vous, ni moi, ni eux ne savons ce que la CPI prépare. Attendons donc la fin de la procédure… ». Mais c’est l’occasion pour lui de donner son point de vue sur l’état de la justice en Afrique. Longuement. D’abord, il explique que la CPI existe parce que les Etats africains, eux aussi, l’ont voulu. Ensuite, dit-il, « balayons déjà devant notre porte : que je sache, l’impartialité de nos juges ou nos capacités propres pour ce type de procès sont loin d’être parfaites […] A charge pour nous d’obtenir les réformes nécessaires. Et, surtout, de mettre en place nos propres juridictions pour gérer nous-mêmes les responsables africains de tels actes ». Il ajoute : « Ce n’est pas parce que cette justice [celle de la CPI] a ses limites, comme ailleurs dans le monde, qu’il faut tout remettre en question ».

Pour rester dans l’international, Compaoré est prolixe sur l’Union africaine. Il n’a jamais été favorable à la multiplication des réunions de l’UA. Il le dit clairement : « Cela fait longtemps que je dénonce, en interne, nos méthodes de travail : nos réunions ne commencent jamais à l’heure fixée, nous perdons un temps fou à écouter les discours des uns et des autres, le nombre de points figurant à l’ordre du jour est monstrueux de telle sorte que nous ne pouvons que les survoler […] De quoi d’autre, sérieusement, pouvons-parler entre le Burkina, le Malawi et l’Egypte ? Traitons les problèmes pratiques, évidents. C’est à ce niveau que les Africains nous attendent ».

Il est prolixe, aussi, sur la démocratie. Mais, jamais, sur ces trois thèmes (justice, panafricanisme, démocratie), il ne répond directement à une question ; il prend prétexte d’un questionnement différencié pour donner son point de vue, ce qui est, chez lui, une démarche nouvelle. Ainsi, interrogé sur le fait que le recours au référendum, au nom du peuple, serait « un argument fallacieux », il répond : « Battons-nous, justement, pour des scrutins véritablement démocratiques plutôt que pour des verrous constitutionnels destinés à limiter la durée de vie au pouvoir ». Il ajoute : « On a tendance à appliquer un peu facilement à l’Afrique les concepts occidentaux de gouvernance. Mais être président sur le continent, à la tête d’Etats fragiles, cela n’a rien à voir avec être président de la France ou des Etats-Unis. Des pays développés où les institutions sont fortes, les ressources financières et humaines abondantes, où les routes se construisent sans avoir à trouver des bailleurs, etc. Pour obtenir des résultats, en Afrique, nous avons besoin de plus de temps ».

Voilà pour les fondamentaux (justice, panafricanisme, démocratie). On notera que Marwane Ben Yahmed n’aborde pas la question de la mort (de l’assassinat ?) du juge constitutionnel Salifou Nébié qui a défrayé la chronique ouagalaise voici quelques semaines. Pour le reste, c’est Blaise Compaoré qui, parfois avec humour, parfois pour semer le doute dans l’esprit de l’interviewer, va au-delà de la réponse à la question pour poser les vrais problèmes. L’intervention militaire française au Mali et en RCA ? C’est une « demande » des Africains, c’est aussi un « devoir » pour la France mais « cela pose, au fond, le problème de nos propres carences ». C’est aussi l’intérêt de Paris : « L’administration, l’armée ou le monde des affaires, qui nous connaissent bien, se chargent, si besoin, de rappeler au chef de l’Etat [français] les intérêts du pays ».

Le départ des barons du CDP ? : « Au Burkina, chacun est libre de faire ses choix : partir, revenir, repartir… Ce n’est ni la première ni la dernière fois que cela arrive, et j’y suis habitué ». Il ajoute à ce sujet : « S’ils pensent réellement ce qu’ils disent de moi – et je remarque que leur « lucidité » est pour le moins subite –, je préfère largement qu’ils aient quitté le CDP ». Quant au dialogue avec ses ex-bras droits, il dit drôlement : « Nous discutons par stades interposés », faisant référence aux meetings que pouvoir et oppositions tiennent dans les… stades de Ouaga et Bobo-Dioulasso. Et quand Ben Yahmed évoque les postes que ces ex-cadres du CDP occupaient, Blaise répond : « On se demande à qui ils doivent ce glorieux passé ».

Interrogé sur le mythe que représenterait encore Thomas Sankara, Compaoré, alors que le Burkina Faso va fêter le 4 août 2014 le trentième anniversaire du changement de nom du pays, dit ce qu’il n’a jamais dit dans un entretien avec la presse étrangère : « A son époque, il n’y avait aucune liberté dans ce pays : ni de presse, ni d’association, ni d’entreprendre, ni syndicale, ni politique… […] Il y a le mythe et il y a la réalité ». On ne peut pas être plus définitif dans le propos… ! Il note d’ailleurs que les partis sankaristes ne « brillent » pas lors des élections.

Au sujet de la question que toute l’opposition se pose : quid de 2015 ? Blaise Compaoré joue avec talent la confusion. Quand Ben Yahmed lui dit qu’il lui reste jusqu’à mai 2015 pour prendre sa décision, il répond que cela lui laisse donc du temps « pour mûrir [sa] réflexion ». Il pense qu’il n’est pas « vraiment prioritaire de sombrer dans la politique politicienne ou dans un débat qui risquerait de nous éloigner des vraies préoccupations ». Et ajoute : « Il n’est d’ailleurs pas exclu, même si l’article 37 de notre Constitution venait à être modifié, que je m’arrête en décembre 2015, comme c’est pour l’instant prévu ».

Montrer à tous qu’il garde la main sur la vie politique du Burkina Faso mais qu’il n’entend pas, malgré cela, l’écraser de son poing.

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 17 juillet 2014 à 08:43, par commando invisible En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Vive le Burkina ! Vive le peuple ! Vivent les travailleurs ! Ce sont là mes paroles provenant du plus profond de mon cœur. J’ai la certitude que mon sacrifice que je fait en versant de l’ancre et en essayant de convaincre les uns et les autres a emprunter le chemin de la vérité ne sera pas vain. Et que ce sera au moins une punition morale pour la lâcheté et la trahison de ce mouvement qui a voulu retourner sa veste en vue de tromper le peuple.Monsieur compaore sera là en 2015 les jaloux vont souffrir.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:00, par cogito ergo sum En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    En tout cas l’interview était de taille et on peut sur ces propos faire ressortir l’esprit de sagesse,de confiance en soi qui anime le président Compaore,nous devons être fiers de notre président et c’est ce pourquoi donc on exige pour qu’il reste car de son expérience et son courage le pays des hommes intègres en ait toujours besoin.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 10:38, par gros bras mince En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      On dit très souvent des hommes que "nous ne sommes jamais satisfaits de nous mêmes, ni de notre pays, ni de nos hommes politiques, ni de nos artistes. Nous attendons qu’ils soient morts et enterrés pour les glorifier,les honorés"mais moi je n’attendrait pas ce moment car j’en ait la ferme conviction que monsieur Compaore est un grand homme qui a fait quelque chose de grand pour notre pays,gloires et honneurs lui revient.

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet 2014 à 11:40 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

        commando invisible alias yeux ouverts alias le woudy alias cogito ergo sum alias gros bras mince alias ...alias etc., sache que NIXON, , MITTERAND, De GAULE, BUSH père et fils, VGE,RAWLINGS, KONARE ont été de grands hommes de grands "développeurs" mais ils sont partis du pouvoir, nul doute que OBAMA, HOLLANDE, DRAMANI partiront à la fin de leur mandat, c’est ça les grands hommes les vrais démocrates. COMPAORE, de gré ou de force sera contraint au départ en 2015, tu peux toujours continuer à prendre tes rêves pour la réalité : le peuple burkinabé consentira ce sacrifice ultime pour se donner des chances d’une démocratie réelle !

        Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:12, par réciproque fausse En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    « Battons-nous, justement, pour des scrutins véritablement démocratiques plutôt que pour des verrous constitutionnels destinés à limiter la durée de vie au pouvoir ».c’est ça qui est la réalité,si tu es vraiment honnête avec toi même tu doit comprendre que la vraie démocratie c’est ça,le choix du peuple,un point c’est tout.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:12, par gouai En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Mr le president soyons serieux Sankara venait de commencer son combat vous ne l’avez pas laisser terminer et vous qui etes au pouvoir depuis plus de 20 ams vous dites que vous avez encore besoin de temps . Quel paradoxe ,arreter le peuple en n’en marre !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 10:03, par concepteur En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      << On a tendance à appliquer un peu facilement à l’Afrique les concepts occidentaux de gouvernance. Mais être président sur le continent, à la tête d’états fragiles, cela n’a rien à voir avec être président de la France ou des États-Unis. Des pays développés où les institutions sont fortes, les ressources financières et humaines abondantes, où les routes se construisent sans avoir à trouver des bailleurs, etc. Pour obtenir des résultats, en Afrique, nous avons besoin de plus de temps ».No comment !quel art verbal ?que de discours d’assurance,que propos gage d’un avenir radieux pour le Burkina !

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 11:12, par Aubin En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      De quel peuple, parles-tu quand tu dis que « le peuple en a marre » ? En tant que Burkinabé, je ne me sens pas du tout concerné par tes propos. Blaiso, le peuple ta soutenu hier, te soutiens aujourd’hui et te soutiendra demain. Sache que si Sankara était là, tu ne serais pas ici à poster ton message librement.

      Répondre à ce message

      • Le 17 juillet 2014 à 13:13, par SavoirPartir En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

        @Aubin, si Sankara était là, il n’allais pas être en train de poster librement son message ici : c’est normal, puisque Sankara est un homme honnête, qui n’allait jamais faire naître inutilement un débat sur des velléités de référendum à coup de milliards pendant que le peuple qui est censé être le corps électoral de ce cirque est en train de mourir dans les hôpitaux, ou dans les ghettos !

        Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 16:36, par ENERIQUE En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      DIS moi en toute franchise ton pays a quel ressource ?pense tu qu’un pays se développe avec des pierres ?en 20 ans peut tu dire qu’il n’y’a pas de changement ?soyons sérieux,nous sommes tous des Burkinabé,tous ensemble défendons les couleurs du pays,que de la négligé aux yeux des autres !vive la paix !!!

      Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:20, par Alfred soma En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Le président du Faso démontre une fois de plus sa sagesse et sont intelligence dans cette interview de JA.Concernant le cas de l’union Africaine c’est vraiment une analyse bien vue car nos dirigeant passe le temps a discuté des questions très long dont las mise en œuvre est parfois formelle,si les autre présidents avaient les même vision que le président Compaoré je pense que l’UA serait une institutions plus forte qui pourra faire avancé l’Afrique.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 10:53 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      Et, Blaise n’a rien fait non plus pour faire changer l’UA. Il s’en accommode parfaitement !

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 11:17, par VERITE En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      SVP, Blaise n’est pas éternel.
      La construction d’un pays n’est pas l’oeuvre d’un seul individu fut-il COMPAORE Blaise.
      Elle se réalise de génération en génération.
      L’humilité veut que nous gardions à l’esprit que nous sommes tous MORTELS et quel que soit notre degré de responsabilité dans la conduite des affaires de la nation nous demeurons des serviteurs et que nous devons garder à l’esprit que "PERSONNE N’EST PROPRIÉTAIRE DE SA CHARGE"et les cimetières sont remplis d’hommes qui se disaient indispensables.
      Le Christianisme et l’Islam ont survécus à leur fondateurs et se sont développés.
      EN vérité toute cette excitation du CDP et de ses affidés s’explique par la sauvegarde de leur intérêt personnel et égoïste.
      L’IMPUNITÉ EST ÉRIGÉE EN SYSTÈME DE GOUVERNANCE.
      Que peut encore prouver Blaise après 28 années de pouvoir absolu où il reste le point de de départ et d’arrivée ?
      Quel est l’état de notre système sanitaire de nos écoles, de nos universités publics ? Le chaumage et la paupérisation urbaine ainsi ces diplômes déversés dans la rue doivent nous rappeler qu’il y’a une nécessité impérieuse de renouveler la gouvernance du pays.
      L’ANALYSE PROSPECTIVE A T’ELLE FAIT DÉFAUT ?
      Blaise EST IVRE DU POUVOIR autrement il aurait travaillé à préparer sa succession.
      N’y’a t’il pas au CDP quelqu’un de digne et de mature pour diriger ce pays ?
      Si oui je vous demande gens du CDP de reconnaître humblement l’échec de votre champion.

      LE BURKINA RESTERA ÉTERNEL.

      LA VÉRITÉ...

      Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:48, par Hams En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Je constate que le PF a réussi son interview, car sur tous les sujets abordés, il a répondu aux questions posées sans détours aucune. Mais ne vous trompez pas, car à lire entre les lignes, sauf cataclysme, il a un penchant pour un autre bail ! Vivement que Dieu sauve le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 09:56, par l’éclairé En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Blaise parle moins pour ne pas dire des bêtises ; il vraiment carent ! En disant qu’il parle aux RSS par stades interposés il confirme que c’est lui même qui initie les meeting à travers le CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 10:17, par visionnaire En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    il est grand cet homme aux propos annonciateurs d’un avenir rayonnant pour toute l’Afrique et pour le Burkina en particulier.cet homme aux idées prophétiques méritent
    être le président des États-Unis d’Afrique dont il luttera pour son effectivité !

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 11:00 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      Si on pouvait exporter Blaise, je crois que l’immense majorité du peuple, serait soulagé avec l’arrivée d’une nouveau président fin 2015 qu’il soit de l’opposition ou de la majorité. Si on fait le bilan de 27 ans de pouvoir, c’est très maigre comme résultat : on est toujours dans les 3 derniers de la classe sur les indicateurs du développement humain. Par contre, aux Etats-Unis, un président fait 2 mandats de 4 ans soit 8 ans et quitte pour faire autre chose.
      A entendre Blaise, il lui faudrait vivre 100 ans au pouvoir pour commencer à avoir des résultats pour émerger notre misère !

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 11:29, par YIRMOAGA En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      On se prépare pour 2015 à des élection pour une alternance démocratique. ce qui est passé est passé et on oublie le turpitudes des uns et des autres. les nouveaux acteurs prétendants, à vos marques. SEM BC doit enfin éviter les déclarations douteuses.On sait qu’il veut, mais l’humilité et la grandeur ? L’abstinance sera un chemin d’or pour ....

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 12:00, par LE COQ DU MATIN En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      Nul n’a que des défauts, Blaise a ses qualités mais de là à refuser de voir ce qui ne vas pas pour ne prendre en compte que ce qui sert vos intérêts tous ces griots veulent prendre les autres pour écervelés, depuis 87 faite le bilan en bien et en mal et soyez honnête envers vous-même, continuez de chanter vos louanges,on a besoin qu’une autre personne vienne faire ses preuves en 2015, et ce sera le cas.

      Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 10:56, par clarté nocturne En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    que de la classe dans son discours !que d’éloquence !que de conviction !que de clairvoyance !que de vision !que de justesse !il est vraiment héroïque ce diplomate.il à tout prouvé et mérite maintenant des honneurs à la hauteur de ses prouesses incomparables.ce président est tout simplement une bénédiction pour les burkinabè et pour tout le monde entier.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 11:18, par La boucantière2 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Le peuple burkinabé a atteint une maturité qui permet aujourd’hui à chaque burkinabé de prétendre gouverner ce pays. Seulement, le plan de Dieu est bien différent de nos réalités, c’est de lui que provient la Royauté ! Il est le maitre de toute créature et il sait le meilleur guide pour son peuple. Blaiso ou pas Blaiso que la justice de Dieu soit établie ! Ce dont je suis persuadé, est que si c’est lui la voix de Dieu sachons nous réserver pour bâtir notre pays, si non que celui qui sera l’élu de Dieu qu’il veille à préserver et renforcer nos acquis, la stabilité, la paix, l’émergence, la notoriété de notre cher Burkina. Si c’est moi, je ne sais pas si je pourrai maitriser tout cela, mais j’avoue que je travaillerai dur pour ne décevoir personne !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 11:40, par RV En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Grande interview du PF Blaiso ! A quand le referendum ou pas caron est fatigué de l’incertitude.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 11:40, par panga En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    LE DISCOURS DE MR L’AMBASSADEUR DES ETATS UNIS AU BURKINA LE 04 JUILLET PASSE EST CLAIRE, PRECIS ET LIMPIDE COMME L’EAU DE ROCHE ET SURTOUT PLEIN DE SENS. UN DISCOURS QUI DOIT DONNER A REFLECHIR A NOS CHERS GOUVERNANTS.

    D’AILLEURS SA NE REGARDE QUE TOI BLAISE ! DE TOUTE Façon MODIFICATION OU PAS MODIFICATION APRES 2015 UNE AUTRE PERSONNE DIRIGERA CE PAYS PAS TOI !

    QUELLE DECADENCE INTELLECTUELLE !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 11:51, par Le bon En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Mr le Président introduit un débat de fond sur la démocratie et sa contextualisation dans nos pays et là je lui donne raison. Quand on a un mandate de 5 ans et qu’on doit prendre environ 5 ans pour négocier un bon programme, et qu’après on a besoin de 2 ans de procédures pour démarrer une action, quel bilan peut-on donner à la fin de son mandat ? Mieux avec l’imaturité de nos dirigeants qui se plaisent à tout changer dès qu’ils sont aux affaires (denomination des ministeres, reconfiguration des directions, changement de logo,...), ce qu’on gagne ce n’est que du tango.
    De là à persister pour rester 30 ans au pouvoir, il faut avouer que ce n’est pas non plus éthique car on finit par se vider de ses envies et de ses visions.
    Si Mr le president avait une telle conception de la construction de nos nations, c’est ce débat qu’il eut fallu introduire et non dormir comme d’habitude et se réveiller avec l’idée de modifier une constitution dont la limitation de mandat a été le salut qui lui a permis de rester au pouvoir jusqu’aujourd’hui et dont la tentative de modification sonnera une fin des plus malheureuses s’il persistait dans ce mauvais choix.
    On comprend avec cet interview que c’est lui qui envoie ses troupes dans les stades et ailleurs pour réclamer le referendum, puisqu’il avouer dialoguer par stade interpose avec ses anciens copains. Que de gachis pour notre peuple ! que de gachis pour votre image, votre reputation mister president !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 12:15 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Oufffffffff.....après avoir lu quelques commentaires qui proviennent en réalité de 2 ou 3 personnes payées avec des pseudo interchangeables,je me suis compte très vite que les dirigeants du site Lefaso.net ont choisi aussi leur camp en se rangeant du côté des griots de ce régime faisandé qui a atteint son stade de putréfaction.Passez votre temps à jouer au griot en tout cas on vous attend dans le virage.

    Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 12:59, par T.G DABIRE En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      Moi je me demande si notre président mesure un peu ce que ça veut dire rester encore au pouvoir après 28 an ?
      Il pense que tout ce monde qui crie ça suffit là est contre lui ou sa gouvernance.
      non !! à mon avis, les gens reconnaissent tes mérités. tu as beaucoup fait. certes nos pays ne sont pas comme les pays développés, il faut du temps pour arriver à certains résultats mais pas forcément avec le même individu à la tête !!
      quand vous parlez comme ça comment voulez qu’on pense si subitement avec vos multiples voyages (je ne le souhaite pas)un crash survient. Est ce à dire que le pays tout entier va devoir recommencer à zero ?. En toute chose il faut penser à une pérennité. Ce que vous avez si bien réussi , ne pensez vous pas qu’il y’a des homo sapiens aussi comme vous, burkinabè également, moaga peut être, de zinaré si possible, qui peuvent continuer avec cela ? La réponse est siiiiii !!
      Bien entendu sous vos conseils si vous le voulez bien ou si vous aimez bien le Faso comme vous avez l’habitude de clamer.
      Les gens quand ils parlent de changement là ce n’est pas forcément votre personne qu’on ne veut pas, regardez un peu votre entourage qui se sucre à longueur de journée sans même laisser une petite mie du gâteau aux autres pendant 28 ans. C’est de ceux là qu’il est question. Parfois vous faites semblant de fermer les yeux sur cela ; Il y en a qui en voyant votre fin venir, se sont barrés pour aller s’aligner derrière encore. mais le peuple est vigilent sur eux.
      donc accepter de partir pour que d’autres leaders naissent et grandissent dans ce pays. C’est le voeux cher des jeunes comme ça.
      merci de le comprendre

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 13:04, par Josue YAO En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      Fasonet n’as jamais été imapartial. C’est un outil de propagande du régime actuel. Moi, je n’ai pas vu l’intégralité de l’interview mais des commentaires soigneusement montés et orientés par une personne commise à la tâche. Monsieur, il fallait publier l’intégralité de l’interview de Blaise et laisser le soin aux internautes de commenter. Du coup, tous les commentaires sont montés de toutes pièces pour distraire et amuser la galerie.

      Répondre à ce message

    • Le 17 juillet 2014 à 13:13, par le clasheur En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

      t’es vraiment un trou de cul toi,tu crois que s’il avaient choisi leur camp ils laisserait passer ton putain de commentaire,fait un effort de réflexion mon gars.Bandes d’incapable,vous qui agissez dans le compte de l’opposition est ce un des notre a fait fi de ça ?ainsi il en est maintenant au pays de hommes intègres c’est triste,c’est regrettable,il y’a rien qu’on puisse faire qui va a l’endroit du bien de l’autorité qu’on ne dise pas qu’on a été acheté,tu n’aurais pas une légère surcharge pondérale toi ?

      Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 13:21, par Alexio En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Ma conclusion est ce que Salif Diallo avait predit. La patrimonisation du pouvoir. Au temps de Sankara vous etiez le nr2 en meme Ministre de la justice que vous avez sous mains a nos jours.Les occidentaux ont combattu les dictatures avant d etre riche et prospere. Tous les secteurs juteux du Faso sont monopolises par votre famille et vos amis Cdpistes.Pourquoi attendre tout ce temps pour en interwju flatteur et divertissant ?Le noyau de la situation politico-sosiale du developpement individuel est un reve perdu pour chacun de nous. Pour vous on doit attendre les baillleurs de fonds pour construire une route. Mais au temps de la revolution le peuple a demontrer le contraire. La bataille du rail est un eksempel palpitant.

    Les Burkinbe ont contruit des ponts en Cote d Ivoire.Et Grace a notre main d oeuvre l agriculture ivorienne etait la premiere en Production du cacao et du cafe.

    Cette force utilisee ne pouvait elle pas construire des routes que preconisez vous aux europpeens ?On n avait notre dignite et notre fierte.

    Vous avez retournez le genie createur qui etait en mutation a une politique de la mendicite chez les occidentaux que vous semlez dedaigner quand il parle de leur democratie. Quelque soit le contexte sosial,la democratie est adaptable dans toute societe.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 13:25, par burkinabè En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    Trois élements traduisent le fait que m. BC est tout sauf un democrate :
    - premièrement, il pense que c’est lui qui fait les autres en oubliant que les autres l’ont aussi fait ;
    - deuxièmement, il prétend que la question de l’article 37 est si marginale qu’il n entend que celle ci le distraye par rapport aux préocupations de son mandat alors que paradoxalement il instrumentalise ses soldats pour revendiquer le referendum sur cet article ce qui suppose qu’il s’agit d’une question d’interet national
    - enfin il fustige la limitation des mandats qui, à ses yeux ne serait pas favorable au developpements des Etats fragiles, en oubliant que la gestion d’un Etat, au dela des diffeerents courants ideologiques qui se succedent, repond au principe de la continuité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 14:41, par Wéogo En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    GAME IS OVER !!!!!!!!!!!!!!!!

    La roue de l’histoire du Burkina tourne ! Le Blaiso va-t-il rester dans l’histoire ? That’s the question. Perso, j’en doute qu’il fasse partie des grands hommes de ce pays, à fortiori d’Afrique ou du monde....
    Il n’en ni la carrure, ni l’humanité, ni la hauteur d’esprit....

    Répondre à ce message

  • Le 17 juillet 2014 à 15:25, par Derrida Deux En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    "C’est l’interview de la maturité dans un contexte politique local, régional et continental qui, trop souvent, est immature". Je ne sais pas pourquoi vous n’ avez pas continue pour inclure le contexte global. Mais global voudrait dire que la france aussi est partie integrante du probleme. Nous avons compris.
    Bejot, vous pourriez respecter un peu les africains, quand meme ? D’ ou vous vient cette mentalite attardee qui voit tout un continent comme immature ? Ce genre de discours fait honte de nos jours. Dieu n’a pas places les immatures dans un continent et les matures dans un autre. Quittez dans votre Eurocentrisme desuet. Vous semblez blamer la victime ici. Quelle serait la part de responsabilite des empires coloniales paternalistes qui n’ ont jamais quitte vraiment l’ afrique ? Savez -vous que c’est le pauvre contribuable africain qui finance vos elections en France ? Savez- vous pourquoi les dirigeants africains acceptent de vous envoyer nos sous dans des djembes(tamtams) ? Ce n’est pas de coeur joie, vous le savez. Sinon, vous allez les tuer comme Sankara, comme Lumumba, comme Modibo Keita. Si vous voulez alors comprendre l’ histoire de l’ "immaturite" du continent africain, nous allons remonter tres loin dans l’ histoire et si vous avez une conscience, vous n’ allez pas dormir la nuit.Replacez la soit- disant immaturite africaine dans son contexte et elle vous renverra l’ image hideuse de votre pays qui vit pratiquement de razzias et de rapines operes en afrique francophone. Vous prefererez alors cette immaturite aux crimes innommables commis sur nos peuples.

    Répondre à ce message

  • Le 7 novembre 2014 à 21:24 En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    C’est vraiment dommage pour nous burkinabés d’avoir chancer cet homme qui malgré son silence avait aussi fait du bien. Ce que je comprends de cet homme est c’est d’abord un vouloir interieur de construire le pays des hommes integre et pour ça, je supose son va et vient dans les pays exterieur pour nous tisser des relations aui nous aident à construire ce qui nous est digne pour un homme integre que nous sommes et ensuite accueillir ceux qui voudrions venir nous voir et ensuite pouvoir s’occuper de nous qui sommes du pays. Mais nous n’avons pas compris nous avons voulu avoir l’argent en main dans nos greniers au lieux d’avoir l’argent commun en action parce que pour construire il faut de l’argent. Nous n’avons pas compris et nous avons casser au lieu de battir. Merci Blaise de ce que vous aviez été pour ce pays vous n’aviez pas eu peur de traverser vent et maré pour faire connaitre le Burkina Faso pour tisser des amis pour le Burkina afin de battir comme il est actuelement. Il eu bien des présidents avant vous Blaise mais ils ne nous aa pas donner autre hopital que celui de Yalgdo depuis les colo, mais vous en silence vous avez fait ce que vous pouviez faire pour le peuple. Maintenant reste tranquile et félicitation pour ton exemple de dignité. Je n’ai rien profité de rien en particulier de ta présidence mais je ne regrette pas de t’avoir eu comme mon président. Ce qui m’importais pour moi c’était la paix. Merci pour votre dignité integrale dans une descente en cette manière d’un homme qui sait ce qu’il fait. Dieu vous benisse. Courage à vous restez en paix.

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2014 à 07:42, par Avion C’est Pas Avion et Compagnie c’est pas Compagnie En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    N0 19, si apres 27 ans de regne, c’est ce que le Blaisot nous a laisse, Dieu est gentil de l’ avoir exile dans son beau- village. Ils vont voir de pres comment leur fille a parier sur un cheval incapable. Apres 27 nas de regne, le burkina est 3 eme avant dernier pays apres les pays qui sont en guerre et qui ont EBOLA. OOPS ! J" oubliais que Ebola, c’est lui - meme. Donc on a meme eu la chance encore deh !! Heureusement qu’ ily a avait encore les RSS, les Diabre- la derriere lui. Sinon a part faire courir les codos et tuer, il connait quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 décembre 2014 à 07:42, par Avion C’est Pas Avion et Compagnie c’est pas Compagnie En réponse à : Compaoré dresse le portrait de Blaise en homme « sûr de lui » mais pas « dominateur ».

    N0 19, si apres 27 ans de regne, c’est ce que le Blaisot nous a laisse, Dieu est gentil de l’ avoir exile dans son beau- village. Ils vont voir de pres comment leur fille a parier sur un cheval incapable. Apres 27 nas de regne, le burkina est 3 eme avant dernier pays apres les pays qui sont en guerre et qui ont EBOLA. OOPS ! J" oubliais que Ebola, c’est lui - meme. Donc on a meme eu la chance encore deh !! Heureusement qu’ ily a avait encore les RSS, les Diabre- la derriere lui. Sinon a part faire courir les codos et tuer, il connait quoi ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire Thomas Sankara : « A qui appartiennent les tombes du Conseil de l’Entente ? » s’interroge le Comité International Mémorial Thomas Sankara
Blaise Compaoré en visite chez son voisin Henri Konan Bédié
« Blaise Compaoré ne peut être poursuivi pour haute trahison et attentat à la Constitution », selon la Haute Cour de Justice
Achille Tapsoba et Zambendé Théodore Sawadogo enfin reçus par Blaise Compaoré
Et Blaise Compaoré devint Ivoirien !
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (10)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » a-t-il se désintégrer ? (9)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (8)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (7)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (6)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (5)
Jusqu’où le « Pays des hommes intègres » va-t-il se désintégrer ? (4)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés