Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les erreurs, comme des pailles, flottent à la surface. Celui qui vеut сhеrсhеr dеs реrlеs dοit рlοngеr еn рrοfοndеur.» John Dryden

Cardinal Philippe OUEDRAOGO : Oui au Christ, même au prix de sa vie.

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Cardinal Philippe Ouédraogo • • lundi 24 février 2014 à 00h14min
Cardinal Philippe OUEDRAOGO : Oui au Christ, même au prix de sa vie.

C’est dans l’ordre et dans l’effervescence habituelle des grands jours, que les différentes délégations des pays ont pris part à l’intérieur de la basilique Saint Pierre, pour assister à la cérémonie du consistoire ordinaire et publique du 22 février 2014. L’événement est exceptionnel et la basilique ne pouvant contenir l’assemblée, la place Saint Pierre y a suppléé en permettant à ceux du dehors de vivre le consistoire sur des écrans géants.

Alors qu’il restait un quart d’heure pour que la cérémonie s’ouvre, le pape Benoit XVI fait son entrée accompagné de ses acolytes. L’assemblée lui rend l’hommage par des acclamations nourries avant que Benoit XVI reçoive la salutation de ses anciens collaborateurs, les anciens cardinaux déjà en place. Puis arrive enfin le Saint-Père François dans une procession où solennité et sobriété se mêlent. Il est accueilli par l’assemblée qui s’assoit par la suite pour entendre le commentaire introductif. Le décor est déjà campé car tout est dit dans la monition introductive qui appelle les nouveaux cardinaux à cheminer, confesser et construire avec le Christ.

La cérémonie s’est articulée sur trois actes aux significations fortes selon le cardinal Philippe OUEDRAOGO. D’abord l’imposition de la barrette qui selon lui, montre par sa couleur rouge sang, qu’il est prêt à annoncer le Christ jusqu’au don de sa vie. Ensuite le port de l’anneau marqué de l’effigie des apôtres Pierre et Paul piliers de l’Eglise, pour rappeler qu’il est appelé à les imiter jusqu’au martyr, et l’assignation du titre de la diaconie où l’église Sainte Marie consolatrice lui est attribuée à Rome, en signe de sa participation à la mission pastorale du pape sur Rome. Celui qui ne manque pas d’insister que le cardinalat n’est « ni un honneur, ni une décoration, mais plutôt un appel au service », affirme sa détermination à proclamer la vérité du Christ à temps et à contre temps, convaincu de l’assistance de la Reine consolatrice.

L’évangile choisi pour l’occasion, dépeint le tableau des deux frères demandant des places de faveur à Jésus. Symboliques des hommes et des femmes du monde dans leur désir de grandeur, de richesse et de pouvoir, ces deux frères donnent au saint Père de rappeler aux nouveaux cardinaux, l’esprit dans lequel ils doivent exercer leur cardinalat. Ils ont à le vivre dans une totale imitation du Christ, pour pouvoir accomplir la triple mission sus évoquée. Le Christ, déclare le saint Père aux cardinaux, « a besoin de votre courage et de votre prière pour se faire entendre et connaître dans le monde ». Les 19 élus sont invités à être des hommes de la compassion et du courage. Les nouveaux princes de l’église catholique auront à cœur, selon le pape François, de bannir continuellement toute sorte de discrimination dans l’exercice de leur ministère. Le Saint-Père leur assigne également d’être des hommes bâtisseurs de paix à travers tout leur agir.

Après le bref temps de silence qui a suivi l’homélie du pape, les nouveaux cardinaux ont professé le credo et ont promis fidélité et obéissance au pape et à ses successeurs. Puis s’avançant les uns après les autres, ils se sont agenouillés et ont reçu chacun la barrette rouge sur la tête. S’en est suivi un temps de mutuelle congratulation, avant la prière du Notre Père. Enfin, le Pape a conclu la cérémonie par l’oraison et le renvoi.

La fête s’est poursuivie dans l’après midi par le repas pris chez les travailleuses missionnaires de l’immaculée (Eau Vive). Elle a connu la participation de la dizaine d’évêques venus accompagner leur frère, de la délégation officielle du Burkina Faso conduite par le ministre d’Etat et ministre des affaires étrangères, du groupe des pèlerins venus du Burkina et de la France.

Cette journée s’est terminée avec un cocktail offert à tous par le gouvernement du Faso. Le ministre d’Etat, Djibrill Bassolé, qui accueillait au nom du président du Faso le cardinal et tous les pèlerins, a saisi l’occasion pour exprimer l’intérêt du président du Faso et de toute la nation à l’action de l’épiscopat burkinabè dans le développement du pays. L’élévation du cardinal Philippe à cette dignité est « le signe, dit-il, de la vitalité de l’église et de son épiscopat au Burkina Faso ». Un message auquel le cardinal a répondu en manifestant sa gratitude pour la présence à ses côtés de la délégation officielle et de tous les pèlerins. Il a ensuite demandé qu’il soit porté dans la prière des uns et des autres, afin qu’il puisse mener à bien la tâche que le Saint-Père lui confie.

Abbé Joseph KINDA
Chargé de communication de la conférence épiscopale Burkina-Niger

Portfolio

  • Cardinale Philippe félicité par Benoît XVI

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés