Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

Accueil > Tourisme • • vendredi 27 septembre 2013 à 23h50min
Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

L’ouverture de la 10ème édition du salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) a eu lieu ce jeudi 26 septembre 2013 sur le site du salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO). Présidée par le premier ministre Beyon Luc Adolphe Tiao, cette cérémonie a vu la participation effective de Baba Hama, ministre de la culture et du tourisme et de différents acteurs du secteur du tourisme et de l’hôtellerie des pays participants. Cette année, le SITHO se tient sous le thème : « Tourisme et technologies de l’information et de la communication : Quelles opportunités pour l’Afrique ? ». Organisé par le ministère de la culture et du tourisme, le SITHO dure quatre jours, du 26 au 29 septembre 2013 sur le site du SIAO.

Le SITHO est une manifestation commerciale qui promeut le secteur touristique du Burkina Faso et de la sous région ouest-africaine. Il rapproche les tours opérateurs du nord des professionnels du tourisme et de l’hôtellerie de la sous région ouest africaine.

La présente édition se déroule dans un contexte marqué par l’instabilité sociopolitique et la menace du terrorisme en Afrique de l’ouest. Ainsi, la 10ème édition ambitionne t-elle, d’après Jean Claude Dioma, président du comité national d’organisation du SITHO, «  de reconquérir la clientèle internationale, tout en accordant un intérêt soutenu pour la promotion des voyages touristiques inter-états ».

SITHO : Promouvoir les produits touristiques…

Cent cinquante (150) stands ont été montés pour le présent salon. Ces stands vont accueillir environ quatre cents vingt six (426) exposants répartis en trois espaces : deux grands pavillons (marron et jaune) et un espace gastronomique hors pavillon. Le Tchad (pays invité d’honneur), le Bénin, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Niger, le Togo et le Burkina Faso sont représentés à cette édition. Huit tours opérateurs et agences de presse spécialisée sont également présents.

Au fil des éditions, le SITHO gagne en expérience et en notoriété. Il présente des produits touristiques diversifiés des pays qui exposent. Pour le ministre de la culture et du tourisme, « Le SITHO permet de présenter aux visiteurs les sublimes et subtiles nuances de la palette touristique qui font et feront toujours du Burkina Faso une destination de prédilection des vacanciers du monde ».

Aujourd’hui, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont incontournables dans tous les domaines de la vie. Le choix du thème de cette année se justifie pour M Hama, par le fait qu’il faille « réfléchir sur l’imbrication des deux secteurs tourisme et TIC, afin d’en saisir les meilleures opportunités pour l’avenir touristique de notre continent  ».

La démarche du Burkina Faso vise à garantir la qualité du service dans le tourisme. Nous n’y parviendrons selon Baba Hama «  qu’en instaurant des normes fiables. C’est dans cette perspective que nous envisageons, avant la fin de l’année, le lancement du label Qualité Hôtel Burkina  ». Ce produit nouveau vise à améliorer la qualité des prestations et promouvoir l’image d’une hôtellerie Burkinabé attractive.

Patindé Amandine Konditamdé

Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 27 septembre 2013 à 16:37, par Le lièvre et la tortue En réponse à : Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

    Vous voyez ! C’est ça le drame de notre pays. J’ai essayé en vain de visionner les photos accompagnant cet article. Ma connexion internet ne me le permet pas.
    Nos décideurs et dirigeants et notre population ignorent ce que les TIC, l’internet en particulier, pourraient apporter à notre pays et ses habitants. Les discours sont beaux, pompeux mais aucune réalisation concrète !
    Le Burkina Faso et ses habitants peuvent s’enrichir, se développer, améliorer substantiellement leur niveau de vie grace aux TIC. Je cite pêle-mêle :
    - Les services : messageries, vidéosurveillance, cours à distance, logiciels permettant le bon fonctionnement des entreprises, hôpitaux, écoles...
    - La disponibilité de l’information, ce qui permet de saisir des opportunités d’affaires, de rechercher et trouver des sources de financements, de nouer des partenariats... (les agriculteurs peuvent connaitre les prix de leurs produits dans différentes localités ou différents produits, avoir des informations sur les prévisions météorologiques du jour, de la semaine, du mois par exemple)
    - Rattrapge d’une partie de notre retard et de nos faiblesses dans plusieurs domaines, notamment celui des savoirs ;
    - Amélioration de la productivité des entreprises, de l’administration...
    - pour les individus : rester en contact avec des proches, des amis ou des collègues (skype par exemple) partout dans le monde ;
    - ...............

    Chaque fois, on entend "les TIC sont d’une importance capital", "les autoroutes de l’information ont fait ceci ou cela" . Mais après, rien de concret n’est réalisé.
    Tant que nous resterons dans cette attitude, nous ratterons cette opportunité incroyable d’améliorer notre vie à coût relativement faible.
    Dommage !

    Le point positif c’est que de plus en plus de personnes et d’entreprises prennent conscience du phénomène et espérons qu’elles constitueront un groupe de taille suffisamment critique pour faire évoluer favorablement les choses.

    Répondre à ce message

    • Le 28 septembre 2013 à 08:18 En réponse à : Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

      Croire que les TIC peuvent tout résoudre dans ce pays, c’est mettre la charrue avant les boeufs. Pour dire qu’il faut d’abord éduquer tous les enfants (garçons et filles) jusqu’à l’âge de 16 ans, développer l’agriculture pour l’autosuffisance (aujourd’hui, on importe combien de milliards de riz, produits laitiers par exemple alors que le BF pourrait tout produire et même exporter dans la sous région ?) et des filières porteuses sans oublier la création dans toutes les communes de petites unités artisanales de transformation pour les valoriser, les conserver et les transformer. Aujourd’hui, les TIC sont utiles à moins de 5% de la population car le reste est trop pauvre, n’a pas les moyens d’avoir un ordinateur ou un iphone...n’arrive pas à se nourrir 3 fois par jour, n’a pas l’électricité ni l’eau potable, est trop pauvre pour avoir un habitat correct, ni les moyens pour se soigner correctement... De plus, tous les équipements liés aux TIC sont importés car le BF ne produit rien. Connaissez vous le coût des portables et des équipements liés à la téléphonie mobile que l’on importe chaque année, c’est assurément des sommes astronomiques ? Donc, ne nous trompons pas de priorités à l’échelle de notre pays. Tant que vos soit-disants opérateurs économiques investissent dans des palaces à Ouaga 2000 plutôt que de chercher à mettre en valeur nos opportunités en matière de production, en matière de tourisme, etc. pour créer des richesses, des emplois et de la valeur ajoutée, on n’avancera pas et on sera toujours des mendiants pour quémander quelques aides des PTF.

      Répondre à ce message

      • Le 28 septembre 2013 à 11:52 En réponse à : Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

        Cher internaute, vous dites "création dans toutes les communes de petites unités artisanales de transformation pour les valoriser, les conserver et les transformer."
        Question : où peut-on trouver les outils (machines par exemple) pour réaliser cette transformation ? Avez-vous des informations à ce sujet ?
        Si non, une façon simple pour vous de le faire, c’est chercher sur internet.
        Vous semblez croire que les choses sont toujours exclusives les unes les autres. ce qui n’est pas forcément vrai. Des idées innovantes et peu coûteuses sont mises en oeuvre dans les coins les plus reculés du monde pour rendre l’enseignement disponible au plus large nombre comme vous le réclamez. Seulement, en refusant les TIC, il vous sera encore plus difficile de savoir que ces idées existent à plus forte raison les exploiter, pour les appliquer chez nous, éviter les erreurs commises par les autres...
        Vous parlez d’électricité. On peut produire l’électricité à partir du soleil. Quels sont les principaux modes de production d’électricité solaire ? Un tour rapide sur le net vous situerait. vous aurez également des exemples concrets de projets solaires réalisés dans le monde avec les contraintes, les réussites et les échecs.
        Lisez bien les écrits des autres avant d’écrire vos certitudes. A bien réfléchir quelques fois, les choses ne s’opposent pas comme vous semblez le croire fermément. Pour votre information, dans plusieurs pays d’Afrique Subsaharienne, les agriculteurs s’informent par sms des prix de leurs produits sur différents marchés du pays ; au Kenya, les transactions agricoles (portant sur le café et le thé surtout) se réglées par téléphone. Vous voyez ! ces personnes se font moins dépouiller en route de leur argent, supportent peu de frais pour le service offert (rapidité, sécurité...) et peuvent utiliser cet argent pour leurs besoins.
        enfin, quand une personne ne sait pas utiliser un ordinateur ou une tablette, ce n’est pas une fatalité : une autre personne peut l’aider. Des cybers existent où l’on peut se connecter à peu de frais pour les services potentiellement rendus.
        Essayons quelques fois de voir de façon critiques les choses : il ya du positif et du négatif. La question pertinente porte alors sur rapport entre positif et négatif et comment peut-on faire évoluer ce rapport.

        Répondre à ce message

  • Le 28 septembre 2013 à 06:30 En réponse à : Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

    Il fallait partir regarder, arreter de critiquer pour rien

    Répondre à ce message

  • Le 29 septembre 2013 à 11:36 En réponse à : Ouverture SITHO 2013 : Promouvoir l’industrie touristique

    Mais c’est quoi ça ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés