Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

Accueil > Actualités > On en parle... • • mardi 27 août 2013 à 17h59min

Kantigui a appris, le week-end écoulé, que le chef d’exploration d’une société minière de la place, a été remercié pour comportement non conforme à l’éthique professionnelle. Selon les sources de Kantigui, cet expatrié originaire d’un pays limitrophe du Burkina Faso usait de l’harcèlement pour accorder des faveurs à des filles stagiaires, qui acceptaient passer à la casserole. Il est même arrivé à faire engager certaines d’entre elles et à attribuer des postes de responsabilité à d’autres. Mais l’adage africain qui dit que « les moutons se promènent ensemble, mais n’ont pas le même prix » a bien son sens ici, car l’aventure « libidinale » du responsable d’exploration a buté contre la ténacité d’une stagiaire.

Au caractère visiblement bien trempé, retient Kantigui, celle-ci n’a pas voulu se soumettre à cet examen de passage. Conséquence, elle n’a pas été retenue au dernier recrutement des foreurs, que la société a organisé, du fait du chef d’exploration. Mais, la stagiaire qui était informée du comportement de l’indélicat chef, avait pris le soin de mettre son portable sous le mode « enregistrement », lorsque ce dernier s’adonnait à des moments de harcèlement. Pour se venger, elle est allée signaler à la direction des ressources humaines de la société, qu’elle n’avait pas été retenue par le chef d’exploration, pour le simple fait d’avoir refusé ses avances répétées. Version que l’incriminé a niée en bloc, selon les informations détenues par Kantigui. Au cours de la confrontation, la stagiaire a fait écouter son enregistrement sous haut-parleur, et dans lequel, on pouvait entendre les menaces du harceleur et les cris de la stagiaire. Avec cette preuve accablante, le chef d’exploration a fini par reconnaître les faits. Ce qui a valu un licenciement. Quant aux autres filles stagiaires engagées et qui bénéficiaient d’un certain nombre d’avantages que leur accordait le chef d’exploration, la société a dû reconsidérer leur position, pour les mettre sur le même pied que les autres employés.

.........................................................................................................................................................

Permutation de cadavres à Bobo-Dioulasso

Cette histoire déjà vécue malheureusement à Bobo-Dioulasso, note d’entrée de jeu Kantigui, allait être considérée comme un canular, si les deux communautés concernées étaient des parents à plaisanterie. Le dimanche dernier, une famille a retiré un corps à la morgue du CHU Souro Sanou qu’elle a cru être le sien, notamment celui d’une vieille. Sans soupçons, la défunte fut inhumée par ses proches au cimetière, route de Léguéma. C’est après l’enterrement, qu’une autre famille a constaté, lors de l’enlèvement du corps du cadavre d’une autre vieille, qu’il ne s’agissait pas de la même personne. Renseignement pris, il a été dit à cette famille, selon les sources de Kantigui, que le corps lui appartenant a déjà été enlevé et enterré par une autre famille. Fallait-il exhumer le premier corps et procéder à un échange ?, la question a taraudé les esprits pendant un bon moment. De tractations en tractations, décision a été prise d’inhumer le second corps à l’emplacement prévu pour le premier, au cimetière route de Dédougou. Kantigui se demande toujours comment la première famille a pu enlever le corps de sa défunte, et effectuer la toilette mortuaire sans pouvoir l’identifier ? Ah ! Que ce fut un « dernier voyage » mouvementé pour les deux vieilles Qu’elles reposent en paix après autant de turbulences !

.........................................................................................................................................................

Les bouchers de Djibo observent un arrêt d’abattage de 72h

La viande devrait se faire rare, ces temps-ci, à Djibo, dans la province du Soum. Et pour cause, Kantigui a appris que les bouchers de la ville observent un arrêt d’abattage de 72h, à compter du mardi 27 août 2013, pour la défense de leurs intérêts qui seraient menacés. Selon ce que Kantigui a entendu de la part de Idrissa Ousseinou, président des bouchers de Djibo, un groupe d’individus, qui se fait passer pour des bouchers, auraient obtenu une subvention de 10 millions de FCFA du PADAB2 (une structure qui finance des microprojets), au nom des bouchers de la ville. Kantigui a ouï dire que ce financement devait servir à construire un abattoir frigorifique dans l’optique de signer un contrat avec la mine de INATA pour leur livrer de la viande. Selon ce que Idrissa Ousseinou, président des bouchers de Djibo, a confié à Kantigui, lui et ses collaborateurs, en tant que véritable acteurs du domaine de la boucherie, n’ont pas été associés au projet. Kantigui a été informé que ce groupe d’individus, qui se fait appeler « groupe des jeunes bouchers de Djibo », aurait déjà signé l’accord avec les responsables de la mine de INATA, pour leur ravitaillement en viande. Idissa Ousseinou et ses collaborateurs manifestent donc leur colère face à ce qu’ils qualifient d’intrusion dans leur métier : la boucherie. Mais dans un souci de dialogue, il est parvenu à Kantigui que M. Ousseinou a rencontré un représentant du « groupe des jeunes bouchers de Djibo », afin de trouver un terrain d’entente, mais hélas, les discussions auraient échoué. Voyant que leurs intérêts sont menacés par ceux qu’ils appellent des usurpateurs, Kantigui a été informé que les bouchers de la ville de Djibo ont décidé d’observer un arrêt d’abattage de 72h, à compter du mardi 27 août 2013. Kantigui espère que les protagonistes de cette crise trouveront rapidement une solution afin de ne pas priver les populations de viande, une denrée bien prisée dans cette partie du pays.

.........................................................................................................................................................

Cimetière de Tanghin : un dépotoir d’ordures !

C’est avec amertume que Kantigui constate que le cimetière de Tanghin, situé au secteur n°17, dans l’arrondissement n°4 de Ouagadougou, est devenu un dépotoir d’ordures. En effet, il y a plus d’une dizaine d’années que ce cimetière n’est plus un lieu de sépulture, faute d’espace. Depuis lors, cet endroit reçoit un tas d’ordures, et sert même de refuge à des bandits, qui obligent les riverains à humer la fumée de la drogue et bien d’autres stupéfiants. Vu l’insalubrité dans ce cimetière, Kantigui s’était réjoui de l’opération "coup de balai" de la brigade verte et de certains volontaires de l’arrondissement concerné. Mais cette action de salubrité n’a pas empêché le retour de la vermine. Aujourd’hui, regrette Kantigui, ce sont des tas d’ordures qui côtoient les tombes, particulièrement dans la partie-Sud du cimetière, où il faut avoir des « narines de charognard » pour s’y aventurer, tant les ordures dégagent des odeurs suffocantes. Kantigui estime que débarrasser sa concession des ordures est tout à fait normal pour un être humain, mais le cimetière ne saurait servir de poubelle. Il invite par conséquent les populations riveraines du cimetière concernées au premier chef, à cultiver l’esprit de civisme et le respect envers les disparus. Pour ce qui est des nouvelles autorités communales, Kantigui pense qu’il est temps pour eux de décider du devenir de ce cimetière hors d’usage. Il ne serait également pas de trop, qu’ils mettent à la disposition de leurs administrés, des bacs à ordures.

.........................................................................................................................................................

La générosité du ministre Salif Ouédraogo

Il a été rapporté à Kantigui, que le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Salif Ouédraogo, a fait parler son cœur, la semaine dernière, en offrant des vivres à l’orphelinat de la Fondation Charles Dufour, sise à Kalgondin, dans l’ex secteur n° 14 de la ville de Ouagadougou. Ce membre de l’exécutif a donné aux orphelins, aux orphelines et aux enfants abandonnés de la Fondation bénéficiaire, du maïs, du riz et du sucre. Selon les sources de Kantigui, c’est un geste humble et modeste du ministre à l’endroit de ces pensionnaires et de son ami, le Samand Naaba, président de la Fondation Charles Dufour. Kantigui souhaite alors que d’autres personnalités physiques, voire morales, emboîtent le pas au ministre Ouédraogo.

.........................................................................................................................................................

Un camp vacances informatique à Boussé

Il est parvenu à Kantigui, que l’association "Goutte d’eau pour l’enfance", présidée par Seydou Ilboudo, agent du ministère du Commerce, organise, du 24 août au 30 septembre 2013, un camp vacances informatique à Boussé. Cette initiative, selon les informations parvenues à Kantigui, permettra à plusieurs jeunes de la commune de se familiariser avec l’outil informatique. Déjà, Kantigui salue l’organisation de ce camp, qui occupera à n’en point douter les jeunes de Boussé, en cette période de vacances. De mémoire d’hommes, cette initiative est une première dans cette commune.

.........................................................................................................................................................

Le réseau des jeunes entrepreneurs à l’honneur en septembre prochain

Kantigui a ouï dire que le Réseau des jeunes entrepreneurs du Faso (REJEF) organise, du 12 au 13 septembre 2013 au CENASA, la première édition du forum du jeune entrepreneur sous le thème « L’entreprenariat des jeunes en milieu rural ». Selon les informations détenues par Kantigui, ce forum sera marqué par un concours de plan d’affaires ouvert à tous les participants avec une contribution de 10 000 FCFA. Selon les sources de Kantigui, cette première édition est placée sous le patronage du président de l’Assemblée nationale, Soungalo Apollinaire Ouattara et le co-parrainage du ministre de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi, Basga Emile Dialla et de la directrice générale du groupe BTM, Henriette Kaboré.

KANTIGUI

Vos commentaires

  • Le 28 août 2013 à 07:39, par Burkinabè et fier En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Excusez moi du terme mais ’’le cul se vend très bien sur les mines’’. On a tendance a croire que la prostitution sur les exploitations minières c’est seulement sur les site d’orpaillage traditionnelle mais le pire c’est sur le site ’’normaux’’. Ainsi, on constate un peu comme pour le cas des stagiaires, des filles qui occupent des postes ’’juteux’’ sans pour autant en avoir ni les compétences et capacités intellectuelles requises mais juste parce qu’elle ont une ’’prestation’’ soit disant hors normes dans le lit de leurs ’’patron’’ . A compétences égale, le salaire est tout sauf égal, surtout quand une des fille....avec le patron, Il y a aussi ces hommes qui, conscients de leurs incompétences se proposent de joués les intermédiaires entre ’’le patron’’ avec les filles contre une promotion d’où les frustrations et un climat de travail très dangereux. Etre responsable c’est être digne de confiance et travaillé a créer un bon climat de travail au sein de la société et cela passe entre autre a être impartial dans le traitement de ses subalternes. Etre un employer c’est être digne et fier de toi et travaillé pour mériter son salaire a la sueur de son front et non de son.....C’est ca être Burkinabè. Jeunes sœurs inconscientes et ignorantes, voyez par vous même ce qui arrive a celles qui avaient sauté les échelons grâce a leurs’’ prestations’’ au lit et prenez en de la graine. Jeunes frères et sœurs qui travails dans les mines, faites attention car il n’y a de boulot plus risqué actuellement que les mines car en plus d’être exposer aux divers risques liés aux produits, dites vous que les sociétés minières ont comme baromètre le prix de l’or sur le plan international et n’ont aucun contrôle la dessus, donc en cas de baisse majeur du prix de l’or vous serez tous en chômage les mois qui suivrons.Ne perdez pas votre dignité pour un future très incertain, Gardez en tête qu’une relation humaine saine vaut mieux qu’une richesse acquise au prix de sa dignité

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 08:44 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    décidément, il me semble qu’il y a maintenant beaucoup de concours de business plan, business plan de la BICIAB - B, de la maison de l’entreprise, de 3iE, du réseau des jeunes entrepreneurs. Bon vent

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 09:02, par Richesse En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Suis telement contente qu’on est démasqué cet harceleur minier. vous ne pouvez pas imagninez comment les femmes dans les services. tu as ton diplome et tu sais faire ton boulot mais pour qu’on t’embouche il te faut faire la courbette. Ou allons nous ? Y’en a vraiment marre à la fin quoi.....
    Vivement qu’ils soient tous démasqués dans les différents services sinon c’est pas simple. Meme femme marié ils ne laissent pas n’en parlons pas de jeune fille car c’est le prix à payer

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 09:38, par Richesse En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Suis telement contente qu’on ai démasqué cet harceleur minier. vous ne pouvez pas imagninez combien les femmes souffrent dans les services. tu as ton diplome et tu sais faire ton boulot mais pour qu’on t’embouche il te faut faire la courbette. Ou allons nous ? Y’en a vraiment marre à la fin quoi.....
    Vivement qu’ils soient tous démasqués dans les différents services sinon c’est pas simple. Meme femme marié ils ne laissent pas n’en parlons pas de jeune fille car c’est le prix à payer

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 10:01, par JEREKAB En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    la justice doit saisir l affaire pour punir le harceleur.la victime doit porter plainte.il existe toujours des femmes integres au faso

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 10:27, par Mires En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Merci continuer toujours à ouvrir l’œil .Car le recrutements au niveau des L mines ne sont pas transparent.pourquoi ne confient t-ils pas leur recrutement à l’ANPE-BF.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 10:52, par Mires En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Merci continuer toujours à ouvrir l’œil .Car le recrutements au niveau des L mines ne sont pas transparent.pourquoi ne confient t-ils pas leur recrutement à l’ANPE-BF.

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 10:58, par Attanasse En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Où sont l’association des femmes juristes et l’association des femmes avocats, il faut se saisir de cette affaire et faire payer ce monsieur, PLUS JAMAIS çA AU FASO !
    A cette allure nous allons être tous cocus !

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 11:09, par une autre victime de harcelement En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Big up à toi ma sœur tu as osé dire non a cet énergumène vicieux !!! Jai vécu la même situation dans mon ex service et malheureusement j’ai dû quitté et aller bosser ailleurs parce que c’était le boss direct mon harceleur et malgré ma plainte déposée en justice je n’ai pas eu gain de cause car il a les moyens et ses avocats m’ont accusé d’avoir tenté de le séduire alors que c’est faux en plus moi je n’ai pas eu l’idée d’enregistrer ses avances bref encore bravo à toi ma chère soeur et que Seigneur ouvre ta route pour l’emploi !!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 12:35 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    faut pas aussi dédouaner facilement les filles et les femmes dans cette affaire de harcelement sexuel. J’en sai qqch. Ya certaines au moment du recrutement qui sont convaincus que le charme et la seduction peuvent faire la difference. Je sais de koi je parle. L’autre à été faible et sais laissé embarqué la dedans. Et maintenant il croit que tout lui est permis. Quant à la preuve obtenue par la demoiselle, (Enregistrement), on pourrait qualifier cela de moyens illicites. Et l’employeur ne peut uniquement se baser sur ça pour fonder le licenciement. Qu’est ce qui prouve que ce n’est pas un piège tendu ? Et l’amener a dire certaines chose ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 14:19 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Le harcèlement il y en a dans quasiment tous les services. Dans le public pour avoir des promotions ou pour être recrutées des filles sont harcelées. Des journaux ont faut cas pour celles qui sont en SND dans des ministères. Celles qui sont en phase d’apprentissage dans le cadre de la mesure de pré emploi initié par le gouvernement sont dans le même collimateur que celles en SND. Dans le privé celles qui convoitent les institutions financières sont dans le même cas, etc. Il y a quelques semaines, un article paru dans un journal soulevait le cas des filles enceintes dans les établissements et les enseignants étaient en partie pointé du doigt. Ce que font les non enseignants, les fonctionnaires du privé comme du public ont un impact plus graves ? Ces soient disant tontons, qui promettent des choses (emplois, habillements, chaussures, cellulaires etc.) et profitent des filles. Dans une banque de la place, des filles précédemment employé dans un hôtel de la place sans compétences pour le poste pour lesquels elles ont été recruté par le directeur qui a repris la tête de cette institution et il n’y a rien eu. Un code de déontologie doit être trouvé et mis en eouvre dans les entreprises publiques et privées. Il serait difficile que cela marche car pour certaines filles leur corps est un passeport pour la réussite.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 16:43, par phantom En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Bravo à cette fille qui a permis de mettre hors d’état de nuire cet imbécile harceleur, il saura à ses dépens que toute chose à une fin.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 16:44, par phantom En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Bravo à cette fille qui a permis de mettre hors d’état de nuire cet imbécile harceleur, il saura à ses dépens que toute chose à une fin.

    Répondre à ce message

    • Le 28 août 2013 à 18:10 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

      moi je connais une douaniere qui a ete affectee a la direction generale de la douane pour la punir parce qu’elle refusait les avances de son chef de personnel. Nous les femmes, on souffre trop meme. Tu gagnes tes diplomes, tu cherches du travailles pour vivre dignement et on veut t’ humilier avec des conneries.Il y a toujours des femmes dans ce pays- la. Nous ne sommes pas toutes des gourgandines. Je connais une autre femme que son patron harcelait. Comme elle est tetue, le patron l’a licencier et elle a amener l’affaire en justice et elle a gagne le proces. Mais elle n’a rien enregistre. Il fallait chercher des preuves en beton sinon, ces harceleurs - la sont des malhonnetes et ils n’ hesiteront pas a mentir pour s’ en tirer. Des gens comme ca qui sont deja infectes par le vih veulent distribuer ca a tout le monde. C’est quel monde, ca ? sinon c’est pas l’ amour ca. vous croyez que les femmes sont des objets ou bien ? Vous ne pouvez meme pas faire tout le tour des femmes et c’est la meme chose que vous aller trouver chez Alima comme chez Aline. Je n’aime pas les cochons qui8 marchent a deux p[ieds.

      Répondre à ce message

    • Le 28 août 2013 à 21:47 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

      A l’heure qu’il est le gars en question a du se refugier dans son ghana natal pour eviter d’etre poursuivi en justice

      Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 19:10, par LAMOUSSA En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    C’est très encourageant de savoir qu’il y a encore de telles filles parmi nos sœurs. courage ma sœur tu ne regretteras pas.
    Quant à vous kantigui, si ce ne sont que des rumeurs, vous pourrez peut être nous épargner. Le manque d’identités enlève à votre info au moins 80% de son poids.

    Répondre à ce message

  • Le 28 août 2013 à 19:20 En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    Hahannn !!! Avec cette affaire je commence à me poser des questions sur la réussite fulgurante de la go d’un ami au niveau d’une mine. J’espère qu’elle n’a pas osé faire ça. qui sait.

    Répondre à ce message

  • Le 31 août 2013 à 08:23, par srakando@yahoo.fr En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    pour lire après car la boitte de mon amie bloque temporairement
    a kando

    Répondre à ce message

  • Le 29 octobre 2013 à 16:16, par wutang En réponse à : ON MURMURE : Un chef d’exploration minière licencié pour harcèlement sexuel

    on doit forcement inflinger ce responsable 10 ans de prison ferme en plus d ;une amende de 50 millions de franc car ils sont illegalement richesz

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés