Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le bien se fait , mais ne se dit pas. Et certaines médailles s’accrochent dans l’âme et pas sur la veste» Jino Bartoli

Championnat du Monde Juniors : le Burkina bat le Panama par 1 à 0

Accueil > Actualités > Sport • Championnat du Monde Juniors de la FIFA EAU 2003 • samedi 29 novembre 2003 à 11h17min

C’est en fin de match que le Burkina Faso a fait la différence dans le match du Groupe A qui l’opposait à Panama, au stade Mohammed Bin Zayed d’Abou Dhabi. Seul un coup franc inscrit par le remplaçant Aristide Bance à neuf minutes du terme de cette partie gâchée par beaucoup trop de fautes aura permis aux deux nouveaux venus de se départager.

D’entrée de match, quelques belles actions du milieu de terrain Rodrigo Tello laissent à penser que les Panaméens sont mieux rentrés dans la rencontre. Mais ce sont en fait les Africains qui imposent leur dimension athlétique, au cours d’une première mi-temps que l’on qualifiera de rugueuse.

En effet, si les occasions sont bien peu nombreuses au cours de ces 45 premières minutes, l’arbitre italien de la rencontre, Roberto Rossetti, n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer, obligé qu’il est de siffler faute sur faute (32 au total : 17 pour le Burkina Faso, 15 pour Panama), et ce malgré une pluie de cartons jaunes : trois pour les Burkinabè, un pour leur adversaires.

Inévitablement, l’occasion la plus franche de cette première période résulte d’un coup franc : le Burkinabè Bourema Maiga trouve la tête d’Amara Ouattara, mais celui-ci, étrangement seul à cinq mètres du but, se rate complètement et ne peut faire mieux que renvoyer le ballon au milieu d’une marée de défenseurs blancs (33ème). Sur le cafouillage qui s’ensuit, les Africains sont encore à deux doigts de marquer, mais Panama se sort d’affaire.

De leur côté, ce n’est qu’à l’approche de la pause que les hommes de Gary Stempel se créent enfin leur première véritable occasion. Là encore, c’est d’un coup franc que vient le danger : sur le ballon bien brossé de Jair Carasquilla, le défenseur Armando Gun saute plus haut que tout le monde, mais sa tête passe largement à côté du poteau (42ème). C’est la pause, il était temps.

Pourtant, les spectateurs qui espéraient une embellie en seconde période sont vite déçus. Et alors que le festival de fautes continue, les Panaméens commencent à donner de premiers signes de faiblesse, une frappe de 25 mètres signée Saidou "Madi" Panandetiguiri passant à quelques centimètres au-dessus de la barre (58ème).

Quelques minutes plus tard, les Ouest-africains sont encore tout près de marquer. Sur un énorme cafouillage dans la surface de réparation, le remplaçant Saybou Diallo manque d’ouvrir le score dès son premier ballon, son tir ne faisant qu’effleurer la transversale (61ème).

À la 68ème, ce sont encore les protégés de l’entraîneur Mart Nooij qui se mettent en évidence, toujours par l’intermédiaire de Diallo, qui, sur un bon centre au second poteau d’Abdoul Aziz Nikiema, expédie sa reprise de volée dans les tribunes.


Les Burkinabè vont tout de même obtenir la juste récompense de leurs efforts à l’approche du final, sur un coup franc cela va sans dire : à 25 mètres du but, Bance ne se pose pas de questions et expédie un boulet de canon qui transperce le mur panaméen. Carlos Valdes ne peut rien faire, si ce n’est regarder ses adversaires fêter cette délivrance autour du poteau de coin.

À l’issue du match, Mart Nooij se montrait partagé : "Bien sûr, je suis content que nous ayons gagné, mais je ne suis pas satisfait de la manière. Je ne sais pas si c’est à cause du stress ou d’un trop-plein de motivation, mais toujours est-il que nous avons oublié de jouer notre football."

De son côté, Gary Stempel commentait avec beaucoup de calme la défaite de son équipe, qui est la première de l’histoire du pays à participer à la phase finale d’une compétition de la FIFA : "Il faut reconnaître que nous avons passé une soirée difficile. Le Burkina Faso ne nous a jamais permis d’imposer notre rythme, et je crois que les garçons ont montré qu’ils étaient encore un peu naïfs pour jouer à ce niveau. Maintenant, nous allons devoir nous reconcentrer sur les prochains matches et essayer d’en gagner au moins un pour espérer nous qualifier."

Au prochain tour, ses hommes affronteront les Émirats arabes unis, tandis que le Burkina Faso jouera contre la Slovaquie dans le match pour la première place.

www.fifa.com

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fédération burkinabè de football : La saison 2019-2020 de Bambifoot lancée
Tenkodogo : Les agents du FPDCT donnent une leçon de football aux journalistes dans un match de gala
« Ramongo Day » : Le lycée privé Wend-Manegda s’adjuge le trophée en football
Copa America 2020 : Les poules sont connues
Ballon d’or africain : Sadio Mané, grand favori
Euro 2020 : Qui succèdera au Portugal ?
Etalons : Jonathan Pitrioipa prend sa retraite internationale
Faso Foot : Rahimo FC solide leader après 13 journées
Football : Messi ballon d’or 2019
CAF/ Interclubs 2019 : Tous les résultats de la première journée
Football : SAHAM Assurance remporte la première édition du tournoi de l’APSAB
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le footballeur Bertrand Traoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés