Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans l’amour des hommes pour les bêtes tout l’amour des hommes pour lеur sеmblаblеs. Lеs bêtеs lе рrеssеntеnt, lеs hοmmеs lе рlus sοuvеnt l’ignοrent. » Fernando Barral

Etats généraux de l’enseignement supérieur : Les étudiants plus préoccupés par leur quotidien

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Etats généraux de l’enseignement supérieur • • lundi 10 juin 2013 à 22h20min
Etats généraux de l’enseignement supérieur :                                    Les étudiants plus préoccupés par leur quotidien

Dans quelques jours, plus précisément le 13 juin 2013 s’ouvriront à Ouagadougou, les états généraux de l’enseignement supérieur du Burkina Faso. Mais le moins que l’on puisse dire c’est que les étudiants eux, ne semblent pas y prêter une grande attention. C’est même un euphémisme, après avoir rencontré quelques-uns d’entre eux.

Demandez aux étudiants de l’Université de Ouagadougou ce qu’ils pensent ou attendent des prochains états généraux de l’enseignement supérieur et le constat se dresse de lui-même :
Pour les personnes accostées, c’est un sujet qui, de toute évidence, semble assez éloigné de leurs préoccupations du moment. Aussi bien dans la forme que dans le fond.

Allocations et examens

A les écouter discuter entre eux, le sujet d’intérêt actuel c’est le paiement des allocations du ‘’FONER’’, consécutivement à la mesure de blanchiment technique récemment décidée par le gouvernement.

D’autres encore discutent de leurs sessions d’examens qu’ils ont à cœur de réussir. C’est sans doute pour une, eux une équation à une inconnue : celle qui consistera, affirment certains d’entre eux, à sortir de ‘’Guantanamo’’, comme ils appellent désormais l’Université de Ouagadougou.

Relancer la communication

Et pourtant le ministère des enseignements secondaire et supérieur, cheville ouvrière de ces états généraux de l’enseignement supérieur, estime que tous ces problèmes ci-dessus évoqués (allocations, conditions d’études, restauration des étudiants) seront débattus. Il précise même que tous les points seront abordés.

Les étudiants eux, attendent sans aucun doute des actes concrets avant de croire. Echaudés qu’ils sont par les promesses non tenues. Et c’est sans doute ce qui pourrait expliquer cette relative indifférence.

Juvénal Somé

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fin des Etats généraux de l’Enseignement supérieur : Vers l’élection des Présidents des universités
André Moïse Traoré-Nignan, représentant de la majorité politique : « Nous sommes en partie comptables des difficultés que connait l’enseignement supérieur »
Amadou Sanon, représentant de l’Opposition : « Nous sommes d’accord pour le recrutement annuel de 100 enseignants pendant 5 ans pour les Universités »
Reforme Licence-Master-Doctorat (LMD) dans l’enseignement supérieur au Burkina Faso : Analyses, expériences d’ailleurs, propositions… et si on appliquait le modèle DL2MD ? (2/3)
Enseignement supérieur : « Nous voulons, d’ici 10 ans, doter tous les chefs-lieux de région d’infrastructures d’enseignement supérieur »
Opinion : Contribution à la construction d’un espace ouest-africain de l’enseignement supérieur
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Et si les technologies numériques étaient la voie à suivre ?
Etats généraux de l’enseignement supérieur : Les étudiants plus préoccupés par leur quotidien
Crise dans l’enseignement supérieur burkinabè : Des états généraux pour réfléchir sur la question
Etats généraux de l’enseignement supérieur :La majorité présidentielle invitée aux débats.
Promouvoir la qualité de l’enseignement et de la formation au Burkina Faso : Exigences et propositions
Etats généraux de l’enseignement supérieur : « L’essentiel des préparatifs est fait », dixit Pr Salaka SANOU, Directeur général de l’Enseignement supérieur et de la recherche
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés