LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Blaise Compaoré à la clôture de la 16ème JNP : « …Il y en a qui ont encore de l’argent dans les marmites au Burkina… »

Publié le lundi 29 avril 2013 à 21h57min

PARTAGER :                          
Blaise Compaoré à la clôture de la 16ème  JNP : « …Il y en a qui ont encore de l’argent dans les marmites au Burkina… »

Laborieux, long et parfois stressant pour des membres du gouvernement et des intervenants des différents groupes, le dernier jour des JNP a laissé entrevoir bien de choses. Entre les recommandations des paysans, le « tract » du ministre de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire et les « directes » du premier ministre à des paysans qui veulent plus d’investissement et moins d’impôts, la JNP a plus ou moins bien refermé ses portes.

Blaise Compaoré a passé 4h36 minutes avec le monde paysan du Burkina. Dans une tente géante dressée au gouvernorat des cascades, il a assisté à sa grande rencontre avec le monde paysan. Devant lui donc, sont passés les représentants des agriculteurs, producteurs, transformateurs, éleveurs pour des questions, recommandations, conclusions des fora, ateliers et autres activités qui ont eu lieu dans le cadre des JNP.

Conclusions et recommandations

Les représentants des 13 régions du Burkina ont défilé pour donner la liste de leurs besoins. Du sahel aux cascades, il ressort que la problématique de la maitrise de l’eau est un souci majeur pour le monde paysan. Ainsi, tous les intervenants ont demandé au président et à son gouvernement de réhabiliter ou de construire des barrages dans leur localité. Après l’eau, la subvention et la suppression des intrants agricoles et des matériaux agricoles ont été des demandes communes aux 13 régions. Pour les éleveurs, les conflits éleveurs/agriculteurs, des problèmes liés à la transhumance, la vaccination des animaux sont des inquiétudes. Un suivi plus efficient des recommandations, une organisation biennale de la JNP, font également partie des recommandations.

Les réponses du président et du gouvernement

« Ceux qui résistent à l’environnement ce ne sont pas les plus forts ni les plus intelligents mais ceux qui savent s’adapter. Nous tous qui sommes là, je crois que nous sommes nés dans l’insécurité alimentaire. Ceux qui ne se sont pas nourris ne sont pas développés… », ce sont là des phrases prononcées par le président dans sa tentative de répondre aux préoccupations des paysans. Entre autres remèdes envisagés par le président pour braver les difficultés de financement des secteurs de l’agriculture et de l’élevage, Blaise Comaporé compte mettre en place un fonds de l’agriculture. Ce fonds pourrait utiliser les actifs de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) et de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO). L’Etat se porterait garant au cas où ces fonds seront mal gérés. Aussi, le président demande au paysan d’être bien formé, avec des plans d’affaire conséquente pour pouvoir convaincre les financiers. Dans le cas échéant, il pourrait se rabattre sur leurs frères burkinabè, car pour le président « …Il y en a qui ont encore de l’argent dans les cagotes et dans les marmites au Burkina… ».

La part du premier ministre

Nous réfléchirons. C’est la phrase qui est revenue le plus de fois au cours de l’intervention du premier ministre. Interpellé sur les taxes des matériels agricoles, le premier ministre a pris les acteurs du monde paysans sur la contradiction de leur demande. Car, en même temps que les éleveurs et agriculteurs demandent la construction des barrages, la modernisation du matériel agricole, ils demandaient parallèlement la suppression des taxes sur leurs principaux produits d’importation. Pour Luc Adolphe Tiao, cela est difficile mais il compte réfléchir avec son gouvernement pour voir des taxes qui peuvent être supprimées sans trop grand préjudice.

La prolifération de l’orpaillage et son corollaire de destruction des terres agricoles soulevée par les paysans est également revenu dans l’intervention du premier ministre. Selon lui, au jour d’aujourd’hui 1.600.000 burkinabè s’en sortent directement ou indirectement grâce à l’or. Pour dire qu’il est difficile de ne pas prendre en compte l’activité des orpailleurs même dans un contexte de préservation de l’environnement.

Ousséni Bancé

Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • N’importe quoi..encore une foire où on a jetté des guiros pour écouter des discours à n’en pas finir..les gens meurrent de faim et comme reponse vous leur dites que c’est de leur faute...attendez que cela vous arrive.Dites à Blais que si des gens ont leur sous dans les marmites c’est parceque la confiance est morte au Faso...LAT lui il reflechit toujours....On va bientôt le liberer pour qu’il aille mieux reflechir....Vivement 2015,vive le changement.A bon entendeur salut.

  • Et ceux qui en ont dans les cantines, surtout des Guiros ?

    • Son excellence Mr le président Blaise Compaoré, dans une démocratie c’est la confiance du PEUPLE qui compte et le PEUPLE a sa pleine confiance en VOUS ne l’abandonnez pas ! Que Allah vous donne longue vie dans vos excellentes actions pour la paix et le bonheur du PEUPLE.

  • à commencer par guiro

    • En effet mon président, ils n’ont pas encore compris qu’au Faso, l’émergence a fait évoluer du CANARI à la CANTINE. De quoi créer quelques emplois pour ceux qui en produisent. Mais faut-il encore que ce dont on dispose soit suffisant pour acquérir la cantine et nécessiter conservation sans oublier les enfants INDELICATS qui pourraient s’y hasarder. PRESI LE FASO VA MAL, TRES MAL MEME…

  • Pour une fois, mon presi s’est tromper... Les gens on evolues et gardent leurs argent dans des cantine, abandonnant ainsi les marmites....
    Il ne faut pas dire apres que tu ne le savait pas....
    un compatriote.

  • Tout ca pour ca ? Ils auraient débloquer 2 à 3 millions de cfa et un bon consultant fera ressortir les problèmes et le solutions pour le monde paysan. Bref, la politique a des raisons que l’efficacité économique ignore !

    • tu as raison et les solutions auraient été bien plus approfondies. A quoi bon faire des barrages à coût de milliards s’ils sont mal gérés, mal exploités et mal entretenus ? Aujourd’hui, un barrage construit est déjà à moitié ensablé en 10 ans. Il faut donc prendre toutes les mesures en amont : reboisement, diguettes, cordons pierreux, haies vives, pratiquer l’agroécologie, bandes enherbées, respecter les distances pour ne pas cultiver dans le lit du barrage, etc.
      Quand à créer un fond pour les paysans à partir des actifs de la CNSS et Carfo, c’est ouvrir la boite de pandore pour les piller par des agrobusinessmans qui prendront des gros crédits et ne pas les rembourser. Il y a quelques années, le Crédit Agricole existait. Pourquoi cette banque a disparu même si elle ne remplissait pas totalement son rôle d’appui au secteur agricole ?

    • parceque un consultant va connaitre tous les problemes des paysans burkinabé je suppose que de préférence il faut qu’il vienne d’occident votre consultant il faut arrété de raconté n’inporte quoi meme si tu ne l’aime pas le president il faut accepter certaines choses quand elles sont bonnes

  • Au Burkina Faso, le developpement c’est l’article 37. Tout ce que vous racontez n’interesse personne.

    BLAISE VEUT SEULEMENT PROTEGER SES ARRIERES.

  • On dirait qu’il y avait plus d’intrus que d’acteurs agricoles.

    • Merci ma soeur j’ai vu dans cette journée du paysans des representants d’eleveurs de certaine provinces qui n’ont meme pas un coq. des representants d’agriculteur qui ne peuvent meme pas temontrer un pied de riz ou de mais dans un champ.
      comment voulez vous que ces gens puissent discuter des problemes des paysans.

  • pour la suppression des taxes sur les matériels agricoles nos braves paysans n’ont qu’à insister voir menacer un boycottage de la saison, ils auront gain de cause surtout le gouvernement de Luc nous a habitué à revenir sur des décisions prises en conseil de ministre présidé par de surcroit par le Président du Faso

  • En effet mon président, ils n’ont pas encore compris qu’au Faso, l’émergence a fait évoluer du CANARI à la CANTINE. De quoi créer quelques emplois pour ceux qui en produisent. Mais faut-il encore que ce dont on dispose soit suffisant pour acquérir la cantine et nécessiter conservation sans oublier les enfants INDELICATS qui pourraient s’y hasarder. PRESI LE FASO VA MAL, TRES MAL MEME…

  • Concernant le ministre de l’agriculture, s’agit-il d’un vrai "tract " (court document distribué à des fins d’agitation ou de propagande) ou de "trac", sorte de peur mal reprimée quand on doit prendre la parole en public ?
    La différence est de taille. Prière m’apporter des éclaircissements

  • Au Burkina Faso, jadis pays des hommes intègres, tout est a l’oral et rien de pratique. Ce pouvoir en place n’a plus de solutions d’émergence pour ce pays, rien qu’a voir ce qu’est devenu la SCAD et ses piteux résultats de 9% de réalisation en 2ans de vie sur 5, une cacophonie de manifestations avec des thématiques ronflantes dont les résultats accouchent d’une souris, les célébrations chaotiques des fêtes de 11 décembre et Koudougou en est le dernier exemple pathétique, a 25 ans de règne on ne peut même pas assurer l’eau potable et le courant a la moitie de la population, pour ce qui est de la sécurité alimentaire ce sont plus des 2/3 des burkinabé qui ont faim avec moins de 1$/jour tandis que le seuil de la pauvreté au niveau mondial est a 2$/jour. J’ai honte pour ce gouvernement et très triste pour mon cher pays qui avec l’or devrait commencer à émerger avec une bonne gestion. Mais quand je vois l’incompétence du ministre des mines, autrefois directeur de la SONABEL et qui a eu une promotion après un piteux résultat, je dis que c’est peine perdu. Que Dieu nous vienne a l’aide et que les burkinabé prennent leur destin en main.

    • Très belle analyse. Il faudra que les burkinabè intègres prennent leur destin en main et, surtout, ne pas attendre que Dieu nous vienne à l’aide. Car plus de la moitié des burkinabè prient tous les jours mais cela ne résoud pas nos problèmes de misérables à part se remonter le moral

    • Feu Thomas a en 4 ans avec le peuple sorti le Burkina-faso de la faim avec des surplus agricoles reconnus par le PAM et la FAO et votre émergence peine a se retrouver, servez-vous des bons coups du passé, vous voyez s’il avait eu le quart voire le tiers de votre règne ce n’est pas seulement en poisson d’eau douce, en fruits mais en céréale qu’on allait fournir la sous région parce que nos habitants sont de vaillants travailleurs.

  • Mes frères, après l’affaire des payans, n’oubliez celle de l’Or, qui nous fait des maigreurs de retombés disproportionnel à l’exploitation réelle de la matière : L’Or est là mais la pauvreté demeure. On met les codes minier de côté, et on va sur la base des négociation. En tout cas, ce sont les investisseurs qui se frottent les mains jusqu’à preuve de contraire.

    En temps normal, entant 4ème pays exportateur de l’Or, nous ne devrons plus être à ce stade de pauvreté et voila depuis 2009 à nos jours, nos pauvres paysans meurent de faim. A la limite, on a l’impression que c’est du pillage.

    Mais pourquoi, l’Etat lui même, ne peut pas prendre des initiatives pour exploiter ses propres ressources en planifiant un investissement sérieux.

  • "« …Il y en a qui ont encore de l’argent dans les marmites au Burkina… »

    Mon Prezi a raison. Vous les paysans- la, evoluez un peu, quand meme. A l’ heure qu’ il fait la’ on ne met plus l’argent dans des canaris. On utilise meme des cantines. Quand allez - vous meme changer ?

    L e Guiro- Faso

  • Notre très cher président-fondateur-proprétaire du Burkina oublie que ses proches eux continuent de garder des .. ; EUUUUUH !!! guiros (milliards ) dans des cantines. Les marmites des paysans ne sont que des anc^tres des cantines dans lesquelles vous gardez l’argent qui ne vous appartient pas. Ayez du respect pour les paysans.

  • Il y en a ds gens qui ont de l argent ds ls canaris bel problem souleve par le presi solution la cantine sera mieux.

    • tous ses forum et autres rencontres avec la population n’ont rien apporté au train train quotidien de la population. ses rencontres ont pour but d’endormir le peuple avec ses promesses non tenues.Ce pouvoir est a bout de souffle d’idée seul le changement peut apporter du nouveau a la population du pays des Hommes integres.

  • Je suis vraiment désolé de dire que vous n’avez rien compris aux propos du président. J’y étais et j’ai entendu que face aux besoins de financement du secteur rural, le président a répondu qu’il envisageait de créer une "Caisse des dépôts et des investissements". C’est une structure qui serait chargée de mobiliser l’épargne nationale "celle des gens qui ont l’argent dans les chaussettes et cantines" pour financer ceux qui ont des idées d’investissement, mais sont sans ressources mais surtout sont capables de fournir des garanties fortes aux institutions bancaires pour les convaincre de leur faire du crédit.
    En cela l’idée du président, est non seulement noble et scientifique mais est surtout nationaliste car il n’est pas normal de recourir aux ressources extérieurs quand on peut réunir le nécessaire à l’interne.
    Pour cette fois je suis en accord avec le président.

  • Prési il faut également stigmatiser, en plus de ceux qui ont leur argent dans les canaris, ceux qui le mettent dans les cantines et les Djimbés.

  • Aujrd’hui la 4ème république a échoué. Il faut les aider à partir. Aujourd’hui on parle d’un fond pour les paysan après avoir terrassé la BACB grâce à Léonce. On veut un Burkina émergent pour nos enfants ou un burkina de Blaise Compaoré ou seul la famille Comparé et allié privilégié prospèrent.

  • J’ai cru comprendre que les fonds de la caisse servaient a assurer le regime de sécurité sociale seulement. Vous voulez vider les caisses pour les paysans modernes qui pillent les parcelles dans les villages environnants ? Pas d’accord. Ma retraite parce que je pense pouvoir vivre au moins 90 ans.

  • Ah oui le Blaso..si certains ont encore de l’ argent dans les marmites , ke dirons nous de toi ki le fait transporetr dans des tambours pour te amis a Paris ou si pres de nous ou tes enfant de coeur comme les guiro et les non guiro les gardent dans des malles....
    Nos braves eux travaillent et gagnent a la sueur de leur front , quant a toi Excellence Monsieur le President, chef du gouvernement Ministre de la defense

  • Véritables balivernes ! Des fora à n’en pas finir,émaillés de promesses,qui emeuvent encore ceux des naifs qui y accordent du crédit.
    Rencontres plutot politiques. Gaspillage inutile et malheureux.
    Dieu sauve le Faso !

  • l,etats burkina be pourait engase les juennes comme des fonctionneurs sur toutes les sites d,or au bourkina faso ; pour reduirs le chomge ;

    • On tourne en rond ; dans tous les pays sérieux qui accordent de l’importance au monde paysan, il y a une ou des banques dédiées au financement de l’agriculture ; on en a eu au Burkina et comme ça été pillé par des vampires, elles ont dispasru, la dernière en date est la BACB que Koné a tuée en dilapidant les fonds avec ses amis

    • Je suis a l’ etranger. La BACB est tombee ? Merci de me fournir de plus amples informations.

  • foutaise !!!!!ça m’ecoeure tous ces foras et ces journées nationales car au finish c’est du gaspillage et une source d’enrichissement pour certains !!!comment peut on trouver des solutions si les questions sont préparées à l’avance jusqu’à ce que monsieur le ministre confond les réponses !!!!!!!

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus