Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Finances publiques • • mercredi 24 avril 2013 à 22h42min
Gestion  des finances publiques : Un code de transparence adopté

Mardi 23 avril 2013 à 16h, la deuxième plénière du jour commence avec au perchoir le 1er vice-président Naboho Kanidoua. Un seul point est inscrit à l’ordre du jour : présentation et adoption du projet de loi portant Code de transparence dans la gestion des finances publiques au Burkina Faso.

Consigné dans le dossier N°009 de l’Assemblée nationale, ledit projet de loi a été techniquement examiné les 28 mars et 09 avril 2013 par la Commission des affaires générales, institutionnelles et des droits humains (CAGIDH).

En plus du gouvernement, le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF) et la Cour des comptes, ont été auditionnés par la CAGIDH au cours de l’examen du projet de loi.

La Commission des finances et du budget (COMFIB) a également été saisie pour avis. Cet avis, favorable sans autre forme de procès à l’adoption du texte, a été porté de vive voix à l’entame de la plénière par le rapporteur de la Commission, à la connaissance de l’ensemble de la Représentation nationale.

Ce que l’on peut retenir de ce Code

Le présent Code est en réalité une transposition d’une directive de l’UEMOA, elle-même incluse dans une génération de directives sur le cadre harmonisé des finances publiques avec comme forte ambition d’introduire les meilleures pratiques internationales dans la gouvernance financière de nos Etats. « Il s’agit pour nous d’internaliser les directives de l’UEMOA au sein de nos Etats et de réaffirmer tous les principes qui sont édictés dans ce code de transparence », précise la ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie et de finances, chargée du Budget, Clotilde Honorine Ky.

En effet, ce Code dont se dote notre pays après le Sénégal sur les Etats membres de l’UEMOA, identifie en en donnant les indicateurs de mise en œuvre, les principes de bonne gouvernance dans la gestion des finances publiques.

Relativement aux soucis qui sous-tendent ces principes, il y a celui de la transparence dans les procédures d’élaboration et de suivi du budget à travers la mise en œuvre d’un cadre juridique approprié, ainsi que l’installation effective de tous les organes de contrôle.

La formation des personnels, leur motivation et la gestion de l’administration selon les règles de neutralité et d’objectivité, en est un autre.

De plus, les principes contenus dans ledit Code répondent aux soucis de circulation, de diffusion et de publication d’informations complètes et fiables sur toutes les activités financières de l’Etat et des autres organismes publics.

Avec ce Code, « notre pays prend l’engagement au plus haut niveau de faire des principes comme la transparence et l’efficience, le socle de sa gouvernance financière », à en croire la CAGIDH. Et de préciser avec la COMFIB dans son avis, « l’adoption du présent projet de loi qui complète le cadre juridique, comptable et statistique des finances publiques apportera une contribution majeure à une bonne gouvernance des finances publiques ».

En outre, ce Code « permettra de répondre aux préoccupations des Partenaires techniques et financiers (PTF) qui souhaitent un engagement fort de l’Etat dans la transparence de la gestion des finances publiques ». Mais, précise le gouvernement, ce code est « loin d’être une contrainte de certains partenaires techniques et financiers ».

Quid de la gestion des finances publiques au sein de l’Assemblée nationale et la Cour des comptes ?

L’article 56 du présent Code précise que « les budgets et comptes des institutions et organes constitutionnels sont établis et gérés dans les mêmes conditions de transparence, de sincérité et de contrôle que celles qui sont définies … pour l’ensemble des administrations ».

Il en découle que l’élaboration et la gestion des budgets et comptes de l’Assemblée nationale et de la Cour des comptes doivent respecter les règles de la comptabilité publique, et notamment les principes de transparence, de sincérité et de contrôle définis par le présent Code. Du reste, ces deux institutions ont leurs propres structures internes de contrôle. Encore faut-il qu’elles soient intransigeantes sur les règles de transparence dans la gestion des fonds à leur alloués.

Après tout, ce Code attend d’être effectivement appliqué dans toute sa rigueur et par les hommes qu’il faut, au sein de nos administrations publiques.

« Il faut taper dans la fourmilière ! »

Le problème dans la gestion de nos finances publiques, tient comme le dit l’autre, plus hommes qu’aux textes. Nos administrations financières ont besoin de responsables politiquement neutres, intègres et consciencieux des multiples conséquences néfastes de leur gestion mafieuse.

La politisation de l’administration publique aujourd’hui est un secret de polichinelle. La nomination des responsables des différents circuits de gestion des finances publiques est, on le sait, assise sur fond d’affiliation tranchée au parti au pouvoir. En pareille circonstance, la qualité des textes, même doublée d’une motivation particulière comme c’est le cas dans le présent Code, ne suffit pas dans la quête d’une gestion saine et transparente.

Dénonçant les maux de nos administrations financières au cours des débats qui ont précédé l’adoption effective du projet de loi à l’ordre du jour, des députés laissent entendre qu’il faut « dépolitiser l’administration publique », « il faut mettre de l’ordre dans nos administrations financières », « il faut taper dans la fourmilière ! ». En clair, il faut mettre, même au prix de dégagement de ceux qui se disent intouchables parce que bénéficiant d’une sorte « d’immunité politique », les gens qu’il faut à la place qu’il faut, au regard notamment de leurs compétences techniques et de leur loyauté à servir l’Etat.

Communication sur le budget de l’Etat, il en a aussi été question au cours de cette plénière

La communication que fait le gouvernement sur le budget de l’Etat n’est pas suffisante, relève une élue.

Répondant au nom du gouvernement, la ministre déléguée Clotilde Ky dira que « depuis un certain temps, la communication sur le budget est faite. Après l’adoption de la loi de finances, le ministère de l’Economie et des finances entreprend une vaste campagne de communication. A ce sujet, nous rencontrons nos partenaires techniques et financiers pour leur expliquer le budget de l’Etat dans son contenu, nous rencontrons la société civile, nous rencontrons également les étudiants et les élèves ; et il y a des équipes qui se déplacent dans toutes les 13 régions pour pouvoir échanger sur le budget de l’Etat ».

Et d’ajouter, « cette année, nous avons pris du retard, du fait qu’il y a eu le remaniement ministériel ; mais les services techniques sont en train de s’organiser pour pouvoir sortir et porter l’information au grand public ».

Il y a aussi le fait que le budget est traduit en langues nationales (les trois principales), précise Mme Ky. Tout semble être mis en œuvre pour assurer aux populations une communication exacte et suffisante sur le budget de l’Etat, constitué aussi de leurs contributions.

Pourtant, « les acteurs de la société civile éprouvent des difficultés pour accéder aux informations financières, notamment le projet de loi de finances de l’Etat ». Pourquoi cela ?

« Nous avons constaté que la préoccupation de la société civile n’est pas liée à l’accès à l’information, mais à son implication directe dans le processus d’élaboration du budget », répond le gouvernement. Pour lui en effet, la société civile devrait plutôt intervenir au moment de l’élaboration des politiques sectorielles des départements ministériels afin de faire prendre en compte ses préoccupations.

Fulbert Paré

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 avril 2013 à 07:08, par Alexio En réponse à : Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

    Pauvre Burkina a l an 2013 on a toujours les intouchables dans cette nation ou 75% vivent au seuil de la pauvrete. Ces sucheurs de la nation doivent se regarder en face de leur miroir et se poser la question "POURQUOI JE VOLE CETTE NATION QUI M A DONNER TOUT SON CONFORT, EN RETOUR JE LA TRAITE PAR CETTE MANIERE INDECENTE".

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2013 à 08:19, par Maestros En réponse à : Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

    Le ministre veut tout sauf la transparence dans la gestion des finances publiques. Allons dans le sens qu’il refuse de mettre des moyens à la dispositions des structures qui sont sensées suivre la bonne exécution du budget de l’Etat. Ceci faisant souvent les commissions de reception se limitent aux gestionnaire et l"entrepreneur qui gèrent la chose comme ils veulent et comme ils peuvent pour chose absence des structures du MEF.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2013 à 09:12, par Lady Gaga du Faso En réponse à : Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

    Un code de trop !!! là n’est pas la question !!! Blaise n’a qu’à se séparer de tous les membres de sa famille et alliés qui gèrent l’argent du peuple.... du sang neuf, loin de tout parti politique et le tour sera joué ! s’il peut bien sûr heinnnn !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2013 à 14:51, par l’autre En réponse à : Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

    Code de transparence pour quoi ? On dit que le poisson pourri toujours par sa tete. Quand les sois-disants gourous de ce pays arrêteraont de piller le pays et de voler le peuple, toutes codes soient-ils de transparence s’imposera de lui meme au peuple. Plus besoins de tappage pour ca. Plus besoins de beaucoup de ses structures spolières de lutte pour la transparence. Commencez, mesdames et messieurs les gouvernants à vous déssaisir des affaires contentieuses vous accusant devant la justice.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2013 à 18:08, par ANNAN En réponse à : Gestion des finances publiques : Un code de transparence adopté

    A chaque mois, au nom de la lutte contre la corruption, des institutions sont créées, des personnes sont nommées, des lois sont votées, des codes sont adoptées. Tout cela pour créer une diversion, faire semblant de traquer. si celui qui traque et le traqué sont la même personne, il n’y a plus de traque. Soyons serieux !!!!!! Je propose qu’on rende la corruption officielle, sinon on en a marre de ce double jeu.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Salaire du fonctionnaire burkinabè : Inéquitable et non basé sur le mérite, selon 70% des travailleurs
Opération spéciale de recouvrement de la Taxe de résidence : Le directeur régional des impôts du Centre explique
Patrimoine immobilier de l’Etat : Il existe désormais un recensement géo-référencé pour les bâtiments et les terrains à Ouagadougou
Célestin Santéré SANON, nouveau Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique
Grève des syndicats des finances : Les services fonctionnent et les salaires seront payés, rassure la ministre Rosine Coulibaly
Coopération UE- Burkina Faso : La coopération accouche d’un nouveau projet de développement
Direction générale des impôts : « eSINTAX », fait officiellement son entrée dans le quotidien des contribuables burkinabè
Grève des syndicats du ministère de l’économie : Le gouvernement doit réagir par le dialogue mais dans la fermeté, selon un lecteur
Syndicats du ministère des Finances : Touche pas à mon Fonds commun
Ministère de l’Economie : Plus de 1300 milliards de francs CFA mobilisés en 2017
Affaire IUTS : Le directeur général des impôts rassure
Coopération Burkina Faso-Suède : 102 milliards de francs CFA pour soutenir les efforts de développement du Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés