Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 16 avril 2013 à 20h06min
TRIBUNE : ENVIRONNEMENT  Le péril du plastique au Burkina

La capitale, les villes moyennes et même les petits villages du Burkina sont menacés par le péril du plastique (sachets noirs, sachets d’eau minérale,…). Cela dérange à peine, tellement tout semble normal dans cet environnement pollué.

Au-delà des populations qui ne voient pas venir le danger, les dirigeants qui manquent de bonnes initiatives et les partis dits écologiques qui n’ont d’écologique que leurs appellations, la question reste posée. Faut-il laisser le catastrophe se produire avant de réagir comme toujours en Afrique ? Voici une réflexion des plus actuelles, qui mérite qu’on s’y penche comme au Nord et même comme l’ont déjà fait certains rares pays du continent noir.

Le Burkina « plastifié »

Si l’on attend la réaction des responsables du département de l’environnement, il faudra attendre encore longtemps. Ils ont pris des initiatives, mais est-ce les bonnes ? Il y a quelques mois, le département a eu l’idée « lumineuse » de racheter le plastique ramassé… « C’est bon, mais c’est pas arrivé », comme on dit au Faso.

Nous croyions à l’époque qu’il s’agissait du début d’une mesure qui
aurait eu des suites. Aucune évaluation n’a été faite ni partagée avec le grand public. Une mesure ;, aussi petite soit-elle et qui donne un rôle à jouer aux populations, mériterait d’être rendue publique, du moins, ses résultats. Silence et on passe. Une occasion ratée pour ce département qui regorge d’intellectuels formés, qui font certainement des propositions intéressantes, mais qui manquent d’être discutées avant d’être vulgarisées.

Quelques années plus tôt, les reboisements étaient légion et l’impact est ressenti jusqu’au aujourd’hui par les générations actuelles. Que ferons-nous pour nos successeurs ? Allons-nous leur laisser des zones totalement désertiques avec du plastique enfoui dans le sol et même le sous-sol ?

Jetez un coup d’œil autour de vous et vous verrez que le phénomène est réel et qu’il prend de l’ampleur chaque jour. Dans l’ensemble du pays, les ménagères qui, il y a quelques années, étaient fières d’aller au marché avec un sac traditionnel, l’ont abandonné tout simplement pour s’en remettre aux sacs plastiques. Tout est vendu dans des sacs plastiques de couleur noire en général et c’est là le pire. Demandez aux experts combien de temps le sac plastique met-il pour se détériorer des centaines d’années. La nocivité d’un produit pour l’environnement dépend largement de sa durée de vie. La durée de dégradation d’un sac plastique est estimée entre 100 et 400 ans. Il fait partie des polluants les plus persistants. Il pose d’énormes problèmes, arrivé au stade de déchet, car il n’est pas biodégradable. (voir tableaux d’illustration).

Il faut également prendre en compte l’autre versant du problème : la pollution des terres et des mers. Combien d’animaux sont morts dans nos pays pour avoir ingéré des sacs plastiques ? Une étude devrait être menée pour montrer l’ampleur du problème au Faso.

Exemples à suivre

Aux Etats-Unis, il n’y a plus de sac de caisse en plastique. Tous les supermarchés et magasins servent leurs clients avec des sacs en papier kraft. Certains pays, comme le Canada, la Suisse et l’Italie, utilisent les sacs biodégradables. Il est important de savoir que c’est à la fin des années 1950 que les sacs plastiques ont fait une entrée fulgurante aux USA. Aujourd’hui, vous n’en trouverez plus.

En Europe, la plupart des magasins sont en train de les supprimer. La France avait promis la fin du sac plastique en 2010, mais il reste encore tenace dans quelques rares magasins. Des efforts sont faits un peu partout sur la planète mais il faut reconnaitre que tout ce qui fait appel au changement de comportement n’est pas une affaire simple et nécessite un engagement de tous.

Heureusement, il y a quelques bons exemples sur le continent africain. Le Rwanda, le Tchad, le Congo Brazzaville et bientôt, la Mauritanie. Comment et pourquoi ces pays africains ont-ils jugé utile de prendre en charge cette question stratégique. Tous ont adopté des lois, c’est la clé. Pour interdire l’importation et l’usage du plastique, il faut légiférer.
Au Rwanda, à l’aéroport de Kigali, dès votre descente, un agent vous posera la question : avez-vous des sachets plastiques… on vous délestera de vos sachets. Dans les magasins, pas de sacs plastiques. En pharmacie, les produits sont vendus dans des sacs en papier kraft. Il existe des emballages en plastique biodégradable, ils sont vendus en magasins et sont réutilisables.

Qu’est-ce que ces pays ont de plus que les nôtres ? Ils ont peut-être le sens de l’anticipation, ils regardent et savent répliquer les bons exemples. Ils mesurent l’impact, s’engagent pour les générations futures. Dans nos contrées, on essaye tout juste de remplir le quotidien avec des mesurettes.

Conclusion

A défaut de n’avoir les moyens pour faire du recyclage à grande échelle, il serait moins coûteux d’opter pour la voie de la prévention en votant l’interdiction de l’importation et de l’usage des sacs plastiques dans nos pays qui ressemblent de plus en plus à des cimetières de sacs plastiques, puisque partout ailleurs le combat est lancé et les impacts sont visibles.

Est-ce seulement l’affaire des gouvernants ? Bien sûr que non. Chacun doit pouvoir s’engager à préserver l’environnement, c’est un devoir. Des petites initiatives de recyclage existent certes au Burkina au Bénin et dans certains pays africains, mais entre le traitement et la prévention, le choix devrait être vite fait.

Dans l’attente du vote d’une loi par nos législateurs, on ne peut qu’inviter les individus à changer leur propre comportement. Dites non aux sacs plastiques lors de vos achats. Adoptez des sacs réutilisables. Nos magasins et boutiquiers devraient participer également au combat contre le sac plastique en mettant à la disposition des clients des sacs réutilisables.

Nos députés pourraient de leurs côtés, aider activement et efficacement le ministère en charge de l’environnement. Prenez l’initiative de poser une question orale au ministre de l’environnement sur le sujet. Peut-il donner une situation du problème au Burkina, a-t-il évalué son action de ramassage-rétribution des sacs plastiques, quelle est sa stratégie pour résoudre le problème ? S’il y a un succès qu’il pourrait mettre à son actif, en voilà un.

Terminons par un appel enfin, aux associations de consommateurs. Sont-elles elles aussi de simples spectatrices ? S’inscrire dans cette option serait le choix de mener un combat noble, pour les générations futures. Lançons d’ores et déjà, un mot d’ordre : le sac plastique, je dis non

Leroy Rodney
rodney.clairs@gmail.com
(Collaborateur)

sidwaya

Vos commentaires

  • Le 16 avril 2013 à 21:50, par Visionnnaire En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Bel article ! Situation vraiment préoccupante ! La seule solution est l’interdiction de l’importation de ces maudits sachets plastiques. J’ai honte quand je me promène avec des étrangers dans nos rues. Malheureusement, même les soit disant intelectuels sont les moins conscients de ce péril n’en parlons pas de nos braves papicysans analphabètes. Quand vous ramassez les sachets jetés par eux lors d’un rassemblement, ils vous traitent "d’écolo" avec un air moqueur. Vivement que les autorités se réveillent. On n’a même pas pitié de ces pauvres femmes qui balaient les rues chaques jours.

    Répondre à ce message

    • Le 17 avril 2013 à 08:47, par Carlos En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

      Vraiment bel article. Rien que la semaine passé j’ai suivi sur France 24 un documentaire sur le Rwanda en rapport avec les sachets plastiques. C’est vraiment une fierté nationale Zéro sacs pastiques au Rwanda,une loi forte et des actions fortes pour endiguer le phénomène."Keep Kigali clean" on pouvait lire partout.Je pense que c’est vraiment de bels exemples à suivre car une SCADD sans la prise en compte d’une gestion responsable et protectrice des ressources environnementales est un pot de banane sur la route.....A bon entendeur salut !

      Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2013 à 08:20, par El Malingre En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Bien dit, bien vu, bonnes propositions.
    La question est de savoir si nos autorités auront le courage ou la volonté de prendre des décisions aussi utiles pour la survie et l’avenir du peuple : beaucoup ont intérêt dans l’importation des plastiques...

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2013 à 08:45 En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Le réveil sera brutal, si vraiment rien de vigoureux n’est fait. J’ai l’impression que tout le monde (les intellectuels surtout), mais personne ne fait rien. On reconnait le péril des sachets plastiques, mais aucune action sérieuse n’est entreprise, pour endiguer ce péril certain : les sachets plastiques vont envahir et polluer notre environnement, si rien n’est fait dans un futur proche. Et surtout ne parler pas de ces recyclages, qui est mal mené et dont les résultats sont insignifiants. Je me demande quel est le rôle exact du ministère de tutelle par rapport à cette situation catastrophique. Il faut qu’il ait le courage d’initier un projet de loi d’interdiction pure et simple de la production et de l’importation de sachets plastiques sur le territoire national et de rechercher le soutien de ses collègues ministres pour soumettre cela à l’assemblée nationale pour légiférer. C’est le seul salut qui nous reste !

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2013 à 10:49, par Neekré En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Mais, Nom de Dieu. Qu’attend -on pour passer à l’action. Le Burkina n’est pas riche, mais au moins prouvons que nous avons nos meninges et nous avons la volonté de nous en sortir. Toujours des discours creux à pomper l’air.
    Dieu ayez pitié de nous !

    Répondre à ce message

    • Le 17 avril 2013 à 15:32, par salou En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

      ET NOS AUTORITES DORMENT TOUJOURS SUR CE PROBLEME !!! QUELLE GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE,
      Le problème des plastiques ménacent nos terres et notre cadre de vie dans tout le Burkina. Vue l’ampleur du pb, les mesures douvernementales doivent etre prises. Nous n’avons vraiment pas de politique environnementale, à part la politique du ventre à court terme ; Dommage et hélas. Triste pays avec de piètres dirigeants. Que va-tu devenir cher pays sous la ferule humiliante d’incapables ??

      Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2013 à 14:06, par Prince du Yatenga En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Le cas de notre pays est désolant sur ce sujet des sachets plastiques. Faites un tour dans les villages et vous vous rendrez compte du drame. Même la vendeuse ambulante de haricot et de riz sert les clients de son "restaurant" dans des sachets plastiques. ayons un sursaut collégial et amenons les décideurs à réagir à ce fléau car notre prise de conscience doit être une locomotive et peut aider l’Etat à endiguer le mal.

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2013 à 22:24, par mine En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    merci de parler de phenomène qui nous engloutis lentement mais surement. le reveil douloureux est inévitable. seulement, lorsque des mésures aussi rude et formelles que celles du Rwanda ou d’ailleurs seront prises ici au faso, je ne vous dit pas. on assistera à l’habituel incivisme et refus catégorique. pourtant ce sont nos fils petit-fils de générations en génération qui payerons les lourds frais. que chacun travail dans sa famille à changer de comportement. Exemple : avoir un sac réutilisable que l’on emmène pour faire ses courses. conserver les sachets plastiq utilisés par mégarde puis les offrir un jour en passant aux recycleurs que vous connaissez, etc. c’est simple et toute la famille fini par s’y habituer.

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril 2013 à 11:38, par Blemayers En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    J’espère que nos autorités vont faire quelque chose et que les députés vont voter une loi pour l’interdire (le sachet plastique). L’environnement fait peur parfois avec des arbres aux "feuilles noires".

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2013 à 11:47, par Albert ZENI En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Bel article. Il faudrait en écrire souvent pour rappeler à nos décideurs leurs devoirs politiques et à chacun de nous les réflexes écologiques qui sont porteurs d’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 10 mai 2013 à 12:22, par GOS En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Article 29 de la Constitution Burkinabé

    Le droit à un environnement sain est reconnu ; la protection, la défense et la promotion de l’environnement sont un devoir pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin 2013 à 14:21, par isabelle En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    Bonjour à tous,

    Je viens de rencontrer un vieux Monsieur Burkinabé, qui est à l’origine, si j’ai bien compris, du recyclage des sachets d’eau plastiques depuis 2000. Il s’appelle Ousamne Derme et il est bronzier de Métier.
    En 2000, il a eu l’ idée de récupérer les sachets plastiques d’eau pour les faire fondre et les transformer en objets divers. Il était à Koudougou à l’époque.
    Beaucoup ont repris le flambeau mais lui, âgé maintenant, vit dans une situation précaire. Il a eu un prix , il a été soutenu par le ministère de l’ environnement, mais aujourd’hui il n’a aucune reconnaissance.
    Je ne comprends pas pourquoi les politiques lui tournent le dos alors qu’ il s’est investi dans l’ écocitoyenneté.

    J’ai rencontré aussi une femme qui réutilise les sachets plastiques usagés pour en faire toutes sortes d’objets ; sacs sacoches, sets de table, et surtout sacs de courses réutilisables.
    Elle s’appelle Emeline et a besoin de vos encouragements et du soutien des politiques. Elle commence à former chez elle, sans aucune aide, d’autres femmes à la confection des sacs.
    N ’hésitez pas à la joindre, elle le mérite.

    Vous pouvez la contacter au : 76187487..

    Merci.

    Isabelle Bulczynski ( bulczynski@live.fr)

    Répondre à ce message

  • Le 7 juin 2013 à 14:27, par Isabelle En réponse à : TRIBUNE : ENVIRONNEMENT Le péril du plastique au Burkina

    " Dites non aux sacs plastiques lors de vos achats. Adoptez des sacs réutilisables."
    Ce n’est pas simple de changer les mentalités !
    Lorsque je fais mes courses avec mon grand sac réutilisable, les vendeuses me regardent avec de grands yeux tout ronds. Certaines commencent à s’habituer....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des boues de vidange : Des députés demandent la mise en œuvre urgente de la stratégie nationale
Déclassement de la forêt de Kua : « Le gouvernement a tenu parole », selon le député Moussa Zerbo
Festivités du 11-Décembre : La Mission Fas’eau plaide pour l’amélioration des investissements liés à l’eau
Récupérations des terres dégradées : L’expérience du Burkina présentée aux acteurs agricoles de la sous-région
32e journée internationale de protection de la couche d’ozone : Le BNO mène une campagne de contrôle d’équipements et de réfrigérants auprès des importateurs
Opérations de reboisement : « Chaque fois, nous prenons la précaution d’inviter les gens à planter et non à enterrer les arbres », dixit Pascal Rouamba
Eau et assainissement : Le SPONG expose les résultats d’un projet mis en œuvre à Dédougou et Nouna
Lutte contre le changement climatique : Le Burkina Faso s’apprête à valider ses « droits carbone »
Ceinture verte de Ouagadougou : La BICIAB met 500 plants en terre
Ouagadougou : Lancement officiel de l’opération de lutte contre la divagation des animaux
Lutte contre la dégradation des sols : Les producteurs de Wavoussé délaissent l’engrais chimique pour le compost bio
Opération 10 000 plants du FPDCT : 14 000 arbres plantés à Saaba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés