Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Une nation n’a de caractère que lorsqu’ellе еst librе. » Madame de Staël

Services de Santé sexuelle et de la reproduction : L’ONG Marie Stopes international ouvre une clinique à Koudougou

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Population et développement • • lundi 8 avril 2013 à 22h59min
Services de Santé sexuelle et de la reproduction : L’ONG Marie Stopes international ouvre une clinique à Koudougou

Après Ouagadougou en 2009, c’est au tour de Koudougou d’accueillir l’offre de services de l’ONG Marie stopes international (MSI). Le 22 mars 2013 en effet, l’ONG a procédé au lancement des activités de sa clinique dans la cité du cavalier rouge.

A ce jour, c’est au total deux cliniques et quatre équipes mobiles qui s’activent, conformément à la philosophie assise sur les principes des droits de l’homme de l’autonomie de la femme, de la santé de la femme et de l’enfant, pour rendre des services de qualité à moindre frais dans notre pays. Ces principes sont en effet ceux partagés par Dr Marie Stopes (1880-1958), pionnière de la planification familiale en Grande Bretagne, principes sur lesquels elle a bâti en 1925 sa première clinique (toujours fonctionnelle) à Londres.

Du nom de cette pionnière britannique, l’ONG Marie stopes international a un but non lucratif et offre des programmes dévolus à la défense des droits fondamentaux des couples et des individus. Elle conseille et accompagne en matière de planification familiale et de soins de santé de la reproduction.

L’ONG est animée par plus de 8000 employés qui appuient quotidiennement les plans nationaux de santé sexuelle et de la reproduction dans 43 pays à travers le monde (Afrique, Asie, Amérique Latine, Australie, Europe).

En Afrique, « les programmes de MSI jouent un rôle important dans l’offre de services de santé sexuelle et de la reproduction », a en croire le représentant résident au Burkina, Sébastien Barraud. Dans les pays tels que l’Ouganda, la Tanzanie, le Malawi et la Sierra Leone, une femme sur dix bénéficie des méthodes contraceptives de son choix grâce aux services de MSI.

Dans notre pays, l’ONG MSI a commencé son intervention en 2009. Elle intervient dans les régions du Centre, du Plateau Central, du Centre-Sud, et du centre-ouest.

La clinique de Koudougou

Pour le Gouverneur de la région du Centre-ouest, cette clinique permettra aux populations de son ressort territorial de planifier aisément les naissances. Il a saisi l’occasion pour lancer aux responsables de l’ONG MSI, « je puis rassurer que les autorités régionales, communales et départementales à quelque niveau que ce soit, ne ménageront aucun effort pour soutenir vos actions dans notre région ». Et de vive voix, il a appelé les populations à visiter la clinique, car, précise-t-il, « il est bon qu’on progresse en population en adéquation avec nos richesses ».

La marraine de la cérémonie d’ouverture de cette clinique, Christiane Tiao, accompagnée à l’occasion par les épouses de 12 ministres, voit dans le lancement des activités de MSI à Koudougou, une œuvre plus qu’utile, en ce sens que « la venue d’un enfant au monde doit être préparée du point de vue de sa prise en charge ». A l’occasion, Mme Tiao a annoncé la prise en charge par l’Amicale des conjoints et conjointes des membres du gouvernement, des frais de consultation des 100 premières femmes qui seront accueillies à la clinique MSI de Koudougou.

Avant d’appeler les femmes à venir exprimer leurs besoins à l’équipe de la clinique MSI, le maire de la Commune de Koudougou a relevé que la femme doit de nos jours, « avoir la capacité de participer à la prise de décision, sinon de décider librement du moment de la naissance de son enfant et du nombre d’enfants désirés ».

En plus du planning familial, la clinique MSI de Koudougou offre des services de dépistages (IST, VIH/Sida, et bientôt du cancer du col de l’utérus) de santé de la mère et de l’enfant, ainsi que les services de la médecine générale. Les prestataires de l’ONG à tous les niveaux, suivent les protocoles médicaux raffinés par plus de 30 années d’expérience, et veillent au respect et à la dignité de chaque client.

Pour avoir un impact plus important, l’ONG offre également le même accès aux populations vivant dans les zones rurales et qui constituent près de 80% de la population totale du pays. Il s’agit d’élargir le choix des populations rurales aux méthodes de planification familiale de longue durée et permanentes par le déploiement d’équipes mobiles.

Le premier responsable de l’ONG dans notre pays dit ne pas s’inscrire dans une logique de concurrence avec les cliniques privées. « Nous travaillons surtout avec le gouvernement ; nous développons et mettons en œuvre des stratégies efficaces et efficientes pour atteindre les meilleurs résultats possibles », précise Sébastien Barraud. Et d’ajouter, « je voudrais vous réaffirmer tout le plaisir que nous éprouvons d’étendre notre intervention dans la région du centre-Ouest et d’appuyer le Gouvernement et les autres acteurs à améliorer la santé sexuelle de la reproduction de la population, d’éviter des morts maternelles causées par des complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et de donner aux couples de cette localité du Burkina Faso, l’opportunité d’avoir des Enfants par Choix et Non par Surprise ».

« Nous envisageons aussi la mise en place d’un laboratoire », a annoncé Sébastien Barraud. La création d’un centre pour jeunes en vue de mieux les sensibiliser au planning familial et à la santé sexuelle, est également en perspective. Après Koudougou, ce sera les jours à venir, le tour de Bobo-Dioulasso d’accueillir la clinique MSI.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Fonds des Nations Unies pour la population : Mme Natalia Kanem, du Panama, nommée Directrice exécutive
Journée mondiale de la population 2017 : Le PNDES veut transformer la structure par âge de la population, souligne Mme Rosine Coulibaly, ministre en charge du développement
Contraception au Burkina Faso : Un taux de prévalence de 24,6% en 2016 selon l’ISSP
1ère édition 2017 de la semaine nationale de planification familiale : Rapprocher les services de santé de la reproduction et de PF aux populations
Audience foraine à To : Kadidja Sankara condamnée à 12 mois de prison avec sursis et à une amende de 500.000 F CFA pour avoir excisé sa petite-fille
8 mars 2017 : Message de M. Lucien KOUAKOU, Directeur régional de l’IPPF, Région Afrique
Ministère en charge de la Communication : La cellule genre adopte son plan d’actions 2017-2019
Journées scientifiques sur l’enfance au Burkina Faso : La promotion des droits de l’enfant au cœur de la première édition
Journée mondiale contre le Sida : Message de M. Lucien Kouakou, Directeur IPPF-Région Afrique
Institut africain de santé publique : 19 nouvelles compétences en santé au service du pays
Dernières tendances de la fécondité : Un indice de 5,1 pour l’Afrique Subsaharienne
ISSP : 25 ans au service de la population
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés