Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

Editorial : Funestes besognes des bandits

Accueil > Actualités > On en parle... • • dimanche 17 mars 2013 à 22h26min
Editorial :  Funestes besognes des bandits

Le 15 mars 2013, le commandant de la Brigade de gendarmerie de Cinkansé, l’adjudant-chef Ernest Lompo a été fauché par des balles assassines de bandits, alors qu’il conduisait une mission de reconnaissance à Diaparé, dans le Koulpélogo. Il a trouvé la mort en voulant protéger la vie et les biens des populations.

Les bandits viennent une fois de plus dicter leur loi à ceux qui sont chargés de protéger les Burkinabè. Le chef de la mission de reconnaissance a ainsi subi la loi des criminels. Que faire pour remonter le moral de la troupe et rassurer les populations ? Les stratèges en matière de sécurité ont du travail. Il faut agir vite. Il faut remonter le moral de la troupe. Trouver un contrepoids à même de faire fléchir le niveau du grand banditisme au Burkina Faso, est plus que jamais une nécessité. Un mois pratiquement jour pour jour, le 16 février 2013 à Dakola (frontière Burkina-Ghana), les délinquants ont fait parler d’eux en abattant froidement un jeune homme. Le butin de ce braquage a été évalué à 40 millions FCFA emportés par les auteurs.

Autre lieu, même réalité.

Sur l’axe Ouagadougou-Kongoussi, les coupeurs de route ont réussi la prouesse de mener dans l’intervalle de deux semaines (les 12 et 26 février), deux attaques avec comme conséquence, un mort, un blessé et des millions FCFA emportés. Rien n’arrête les délinquants dans leur quête effrénée d’argent. Même pas la vie humaine pourtant sacrée !
Il faut le dire, la professionnalisation de la délinquance est devenue une réalité au Burkina Faso, un choix de vie, pour ne pas dire un mode de vie pour certains individus.

La bataille n’est certes pas perdue, mais il y a de quoi être inquiet. Face à cette situation, des Burkinabè revendiquent des méthodes fortes pour barrer la route à ces sinistres individus qui écument les routes, dépouillent les honnêtes gens et endeuillent des familles… Des bavures, les bandits en font tous les jours à travers le pays. L’essentiel pour eux est d’atteindre leur objectif, à savoir dépouiller leurs victimes sans aucun remord. Pour eux, tous les moyens sont bons.

Aujourd’hui, on voyage au Burkina Faso, la peur au ventre. L’usager de la route se demande s’il arrivera à destination sans être braqué. La peur est réelle et permanente.

La sécurité à 100% n’existe dans aucun pays, mais l’insécurité ne doit pas non plus être la norme dans un pays comme le Burkina qui veut attirer des investisseurs privés étrangers. Le grand banditisme ne doit pas remettre en cause les efforts consentis par le pays à travers les multiples réformes dont la finalité est la conquête des investisseurs. Aussi, l’image de stabilité et de quiétude dont jouit notre pays au plan international, ne saurait être écornée par des individus sans foi ni loi. La lutte contre le grand banditisme doit être menée avec des moyens conséquents.

En attendant, ni les séances de présentation de délinquants aux médias, ni la prison ne semblent décourager les partisans du gain facile. Ils sont plus que jamais prêts à marcher sur des cadavres pour gagner leur pain. Il va falloir trouver d’autres moyens plus dissuasifs. Et cela pourrait commencer par une bonne coordination des actions des forces de sécurité et celles de la justice. L’élargissement hâtif et parfois injustifié de certains criminels par la justice a de quoi saper le moral de la police ou de la gendarmerie quand on sait les sacrifices consentis et les risques pris pour les arrêter. Les populations craignent également de dénoncer un individu qui sera très vite libéré et qui, par conséquent pourrait s’en prendre à elles.

Dans le contexte actuel, les Technologies de l’information et de la communication semblent faciliter l’action des braqueurs et de leurs complices. Mais, on le sait bien, toute technologie a ses limites, ses failles. La police et la gendarmerie pourraient jouer sur ce tableau. La mort de l’adjudant-chef Ernest Lompo est un crime, un véritable coup porté à l’ensemble du système de sécurité burkinabè.

Faire de la lutte contre le grand banditisme l’affaire de tous, contribuera à faciliter le travail des forces de sécurité. Celles-ci mènent leurs actions sur la base d’information. C’est pourquoi elles ont besoin de la collaboration des populations pour la traque des bandits et surtout de leurs rois.
Car comme le note un proverbe chinois « pour capturer des bandits il faut commencer par cap-turer leur roi ». Les populations sont invitées à collaborer dans ce combat, en dénonçant les groupes de malfrats qui écument les honnêtes citoyens.

Il est temps de mettre fin aux funestes besognes des bandits à travers le pays.

Rabankhi Abou-Bâkr ZIDA
rabankhi@yahoo.fr

Vos commentaires

  • Le 17 mars 2013 à 22:36, par sidsoaba En réponse à : ON MURMURE : Funestes besognes des bandits

    salut, je pense que d’une part nous crions et pleurions les disparus ; mais une chose est aussi que l’État réagisse le plutôt possible pour la tranquillité des citoyens. en mettant assez de militaires après les mutinerie n’es ce pas augmenter le nombre des braqueurs ???

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars 2013 à 15:08, par le probe En réponse à : ON MURMURE : Funestes besognes des bandits

      sidsoaba, je ne partage pas votre point de vue .de grâce n’incriminer pas ces jeunes gens qui pour la plupart ignoraient la portée de leurs actes pendant les mutineries.Beaucoup d’entre eux pour rien au monde ne vont jamais aggresser des citoyens pour gagner leur vie.Laissez- les tranquille, ne les inciter pas à couper les routes. Avant leur radiation il y avait les attaques à mains armées et même si on les rappelait tous il y aura toujours des attaques à mains armées. Chercher les causes ailleurs.

      Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 08:03, par Nanoukda En réponse à : ON MURMURE : Funestes besognes des bandits

    Paix à l’âme du disparu. Mes condoléances également à la famille. Mais il faut comprendre aussi qu’il faut que la loi s’adapte à la nouvelle stratégie de sécurité. Pendant que l’on demande à la population de collaborer, la loi avec ses mauvais interpréteurs, reste campé sur ses vielle positions et ne permette pas de présenter les délinquants à visage découvert. N’est-ce pas cela que l’on comprend par autoflagélation avec à la clé un mépris de la population qui n’a pas elle la chance d’être gardée et dont la seule possibilité est de reconnaitre au moins son futur agresseur (pendant que celui-ci prend ses repères) et de prendre ses dispositions ? De grâce, prenons le courage à deux mains ! Bref ! Loi quand tu nous tiens !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 09:21, par Zola En réponse à : ON MURMURE : Funestes besognes des bandits

    Oui ! et ils ont tué un représentant de l’État, une autorité ! Froidement ils l’ont abattu, endeuillant des familles, se moquant du pouvoir. Veuille Dieu qu’on les rattrape et qu’ils regrettent à jamais leur forfait. Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 09:28, par Le Bosse En réponse à : ON MURMURE : Funestes besognes des bandits

    Paix à l’âme du défunt. Moi je souhaite qu’on abatte simplement ces malfrats sans autres formes de procès. Les droits de l’Homme dont on parle ne valent que pour les bandits ? Tuez les comme en 1993 et en 2001 et jeter leur corps partout et vous verrez que certains se reconvertiront. Mais en attendant, tant qu’ils ne tueront un membre d’une famille ministérielle ou d’un membre des soit disant Défenseurs des droits de l’Homme les actions fortes se feront attendre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 10:57, par Le Bosse En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Paix à l’âme du défunt. Moi je souhaite qu’on abatte simplement ces malfrats sans autres formes de procès. Les droits de l’Homme dont on parle ne valent que pour les bandits ? Tuez les comme en 1993 et en 2001 et jeter leur corps partout et vous verrez que certains se reconvertiront. Mais en attendant, tant qu’ils ne tueront un membre d’une famille ministérielle ou d’un membre des soit disant Défenseurs des droits de l’Homme les actions fortes se feront attendre.

    Répondre à ce message

    • Le 18 mars 2013 à 17:13, par anonyme En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

      Suis parfaitement d’accord avec vous. Quand un bandit tue un innocent ,on ne dit rien, mais quand on tue un bandit , on parle de droits de l’homme ! Il faut que ces individus regrettent un tel acte et que leur sort serve d’exemple pour tous les prétendents au banditisme.

      Répondre à ce message

    • Le 18 mars 2013 à 20:11, par Eva En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

      Toi Le Bosse, parle de ce que tu sais ! Qui te dit que ce gendarme, lâchement et barbarement assassiné, n’a pas un membre de sa Famille qui est défenseur des droits de l’homme ? Et puis, sache qu’au Burkina, ce ne sont pas les défenseurs de droits de l’Homme qui fabriquent les lois. C’est le Parlement et le Gouvernement. Et la LOI dit qu’au Burkina les EXECUTIONS EXTRAJUDICIAIRES SONT INTERDITES. Toutes les Organisations de défense de droits de l’HOMME du Burkina sont "nées-trouver" cette LOI. Quand on ne comprend pas quelque chose, on demande ou alors on la ferme pour éviter de raconter des sotises ! Compris !!!? Demande donc au parlement de voter une loi qui autorise LES EXECUTIONS EXTRAJUDICIAIRES et on sera AUTOMATIQUEMENT à l’abri des attaques de bandits. Regardez-moi ça !!!!!

      Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 15:07, par L’Impie En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Mes condoleances à ce corps RESPECTABLE ENDEUILLE. Quelques questions de profane cher specialistes en la matière :
    - Une mission de reconnaissance, comment ça se deroule ? A-t-on vraiment pris les mesures strictes en la matière ? A-t-on tiré leçon des drames de KOUPELA dont la Police NAtionale avait été victime il ya dejà près de 7ans si je ne me trompe ?
    - L’equipe des gendarmes etait-elle EQUIPEE comme il faut ou bien est-ce une action plein de volontarisme ?

    En tout etat de cause, moi, l’Impie RECLAME, si ce n’est dejà fait, des GILETS PARE-BALLES pour tout homme de tenue en MPD( Mission Potentiellement Dangereuse ). Oui je reclame des GILETS PARE-BALLE pour nos forces de Police, de Gendarmerie, CRS et que sais-je.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 15:46, par j’osse En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    condoléances a la famille du disparu et aux frères d’armes.mais notre État doit voir la situation des frères radiers

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 16:18, par KADER En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Dans ce combat contre le banditisme est ce que l’armée nationale participe aux opérations de ratissage ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 16:23, par elcohote En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    je suis revolté sans etre un agent de securité. rien qu’à penser à mes promo de ces corps j’ai la chaire de poule.
    si j’avais été gendarme ou flic je suis sure que les bavures du genre il a essayé de s’enfuire et je l’ai abattu comme un chien seront légion chez moi.
    regardez à bobo le commissaire sort à la télé pour nous présenter (nous les hommes de lois et de droit humain) un imbécile qui ose avouer qu’il a mangé la chaire humaine et le procureur accepte de le juger comme moi. il ne mérite aucun jugement. le seul qu’il mérite c’est la fusillade ou la pendaison.

    Que l’état installe des camps militaire dans des localités comme Ouargaye, Diapaga, bogandé, Dori avec obligation de patrouiller dans les brousse chaque matin pour leurs propre formation d’abord. Ouagarou-Matiacoali : un camps militaire. etc.......

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 16:44, par naz En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    C’est parce qu’il s’agit d’un gendarme qu’on se rend compte de l’insécurité au Burkina ? Dans cette même province, il est connu de tous qu’on ne peut pas effectuer un aller et retour entre fada et comin yanga sans être raqueter par des bandits. Qu’est ce l’état burkinabè pour éviter les souffrances des populations ? Certains forces de l’ordre se donne à cette activité qui leur apporte gros. Qu’est ce l’état fait pour délivrer cette province qui sans route digne de ce nom ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 19:56 En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    monsieur le ministre des ressource animales a qanq la construction des poulaillers les beneficiaires sont dans le desespoir total la pluie a comance a frapé les 1500 briques confectioné dans certaines localités.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 20:53, par Salankoloto En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Je salue la mémoire de ce brave homme.
    Au journaliste : d’une part, ce n’est pas juste (en journalisme surtout) que vous vous servez de ce drame pour peindre tout le tableau tout en noir. J’ai plutôt lu l’OPINION d’un journaliste, pas une présentation des faits basée sur des statistiques.
    D’autre part, quoique le français soit "élastique", j’ai des doutes quant à l’emploi des expressions suivantes :
    1) "bavures" lorsqu’on parle de "bandits" qui de toute façon n’ont pas de règles àsuivre pour que l’on parle de bavure.
    2) "écument" avec POPULATIONS comme compléments. Le terme, en mon sens est inoportun.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2013 à 19:41, par L’impie En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Siou Plaît, cette photo là, c’est photo de qui ? Si c’est la Victime, qu’elle repose en paix. Si c’est celui qui a ecrit cet article, je pense qu’il y avait mieux que d’entretenir l’EQUIVOQUE EMOTIONNEL. On s’attend, comme de normal, à voir la photo de la victime dont il est question dans l’article comme cela a été fait dans d’autres journaux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 mars 2013 à 08:13, par Inspecteur En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Nous sommes vraiment dans l’insécurité totale.C’est le pays des hommes intègres ça ? J’ai honte .j’epère que les autorités envisagent des mesures plus pratiques ! le hic est que parmis ces delinquants il y a des agents de sécurité. Oû sont les militaires renvoyés ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2013 à 15:25, par "Capable" En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    Paix à l’âme du défunt.... Pour moi c’est oeil pou oeil , dent pour dent. Si tu tue de façon volontaire, on te tue reconnaisse des faits et preuves à l’appuis.
    Cela pourait discuader ceux qui veulent les gains faciles.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2013 à 09:48, par adarissa En réponse à : Editorial : Funestes besognes des bandits

    je pense qu’il faut s’attaquer aux causes de la delinquances ce qu’on voit aujourd’hui cest le resultat de plusieurs années de né gligence de l’état et au lieu de s’occuper de nos jeunes les former et les éduquer on s’occupe de qui aura le premier milliard et il y’a des personnes qui liront ce message et sauront de qui s’agit-il.
    La criminalité est partout et qu’on montre aux hommes intégres qu’à partir de rien on devient milliardaire !!!! lister les plus riches et chercher l’origine de la richesse.D’autres coupent dans les financement des projets d’autres detourent.les coupeurs de route vivent cachés et ne sortent que la nuit alors que les autres vivent sous les projecteurs et n’ont peur de rien même pas de leur concience

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés