Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • jeudi 14 mars 2013 à 21h56min
Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

Permettre à la population de savoir où va l’argent versé par les industries extractives au Burkina. Tel est l’ambition de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) qui produit régulièrement des rapports. Après l’élaboration de son 2e rapport, l’ITIE a convié, ce jeudi 14 mars 2013, des députés, des représentants des sociétés extractives et des cadres de l’administration burkinabè afin de leur présenter le contenu dudit document.

En 2010, l’Etat burkinabè a encaissé 22 milliards de francs CFA au titre des taxes versées par les sociétés. C’est une des conclusions mentionnée par le 2e rapport de l’ITIE. « Nous parlons juste d’argent frais qui est rentré dans les caisses de l’Etat. Nous ne parlons pas encore des IUTS et autres fonds prélevés », a précisé Dakar Djiri, secrétaire permanent de l’ITIE. C’est donc au tour de ce rapport que les responsables de la structure ont convié élus nationaux, représentants de sociétés extractives et des cadres de l’administration burkinabè. « Nous avons invité les sociétés extractives afin de nous assurer qu’elles jouent effectivement le jeu de la transparence et les cadres de l’administration afin qu’ils certifient ce que l’Etat a encaissé comme argent », a indiqué le secrétaire général du Ministère de l’Economie et des finances, Tibila Kaboré.

Après avoir obtenu le statut de « Pays Candidat » de l’ITIE, le 15 mai 2009, le Burkina a été déclaré « Pays conforme » par le conseil d’administration de la structure lors de sa session tenue les 26 et 27 février 2013. Pour le secrétaire permanent de l’ITIE, ce nouveau statut permet de rassurer les investisseurs qui voudront faire des affaires au Burkina. « Le statut de Pays conforme signifie que les investisseurs peuvent venir investir au Burkina sans risques. Si vous prenez le domaine des mines, ce sont des investissements colossaux qui sont faits. Essakane a par exemple, avant d’extraire le premier lingot d’or, investi près de 400 milliards de francs CFA. Pensez-vous que quelqu’un investirait autant d’argent s’il n’est pas rassuré ? », a précisé M. Djiri.

Selon Tibila Kaboré, ce sont les efforts accomplis depuis plusieurs années par le Burkina qui sont ainsi reconnus. Ces efforts, de l’avis de M. Kaboré, ont permis de mettre les différents acteurs à un même niveau de compréhension. « Les actions ont constitué de véritables tremplins dans l’élévation du niveau de compréhension des populations et de leur capacité à négocier avec les sociétés minières et à mieux apprécier l’impact de l’activité minière sur leur vécu quotidien », a indiqué le secrétaire général du Ministère de l’Economie et des Finances.

Une série de sessions a été initiée par l’ITIE afin de faire connaitre le contenu de ce rapport.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 mars 2013 à 08:38, par LE CHAT !!!!! En réponse à : Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

    Nous ne demandons pas plus, que l’argent des mines aille dans la modernisation de nos hôpitaux et l’éducation. nous ne demandons pas plus

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2013 à 09:02, par brayeur En réponse à : Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

    Monsier le SG du MEF, l’activité minière a eu quel impact dans le vécu quotridien du Burkinabè lamba ? on nous présente de gros chiffre mais on nous dit pas exavtement à quel fin ils ont été utilisé. on nous fait croire une amélioration qualitative de la vie du Burkinabè, decendant en bas de votre position et vous verrez que les Burkinabè souffre réellement en dépit du Boom minier. la seule question qui se pose : où va l’argent de l’or ? mystère et boule de gomme. le danger dans tout ça, c’est quez dans 10 à 20 ans, les effets négatifs de l’extraction de l’or telle l’utilisation de la cyanure, l’extraction de la terre brute (plus de 30 tonne de terre brute pour un kg d’or), l’utilisation excessif des ressources en eau, la destruction de l’environnement, la redefinition ou la perte des répères sociologique et culturelle du fait des deplacements des population ... si la qualité de vie des burkinabè se limite à l’octroi d’un nouveau fond commun depui janvier aux fonctionnaires en charge du Ministère des mines et de la promesse d’un 13ème mois à ceux en charge du commerce sans oublier une grande augmentation significative du fond commun du Ministère des impôts, cela est d’un ridicule qui ne dit pas son nom. le commun des burkinabè tirent le diable par la queue et lme pire c’est que ce sont ces même burtkinabè qui paie les pots cassé.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2013 à 10:41, par Yero Salomon En réponse à : Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

    En attendant, le peuple paie un lourd tribut a cette exploitation miniere.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2013 à 19:48, par integrite En réponse à : Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

    cela ne sert qu’a nous berner mais on est vigilents on sait où l’argent va !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2013 à 10:40, par Yamac En réponse à : Industries extractives : le 2e rapport de l’ITIE rendu public

    je suis resté à ma faim et en plus des données de 2010 même pas celles de 2011 alors que nous sommes en 2013.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Région du Nord : La contribution de la société Rivestone Karma SA au développement local mise en doute
Mine : Les artisans miniers et leur ministère de tutelle en concertation
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés