Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus on sait, plus on doute.» Pie II, pape

Exploitation minière au Burkina Faso : Mettre fin aux exonérations fiscales

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • jeudi 14 mars 2013 à 20h53min
Exploitation minière au Burkina Faso : Mettre fin aux exonérations fiscales

Le Réseau africain de journalistes pour l’intégrité et la transparence, section du Burkina (RAJIT-B), a organisé un panel, le samedi 9 mars 2013 à Ouagadougou, pour se pencher sur l’implication de l’exploitation minière dans le développement national.

Le Burkina Faso est un pays ITIE (Initiative pour la transparence des industries extractives), depuis le 27 février 2013. Ce qui conforte le "pays des Hommes intègres" dans son nouveau statut de pays minier. Ainsi, le gouvernement, les populations, les acteurs privés et la société civile fondent beaucoup d’espoirs sur les revenus miniers. Mais peut-on dire vraiment que la manne minière contribue au développement du pays ?

C’est la question à laquelle le Réseau africain de journalistes pour l’intégrité et la transparence, section du Burkina (RAJIT-B), a voulu répondre en organisant un panel. Les panélistes étaient Tiergou Pierre Dabiré, Jonas Hien, tous deux, membres du comité de pilotage de l’ITIE et le fiscaliste Adrien Somda. Il est ressorti des interventions que l’exploitation minière ne profite pas au peuple mais plutôt aux sociétés minières. Les panélistes ont soutenu qu’il y a un manque de traçabilité des revenus miniers.

Aussi, il a été relevé l’absence de capitaux burkinabè dans les sociétés. De l’avis de Tiergou Pierre Dabiré, la contribution des industries minières à l’économie nationale et locale n’est pas remarquable. « Les salaires ne bougent pas et aucune commune ne s’est développée grâce à l’exploitation minière. Même l’eau de boisson utilisée par ces sociétés est importée de leur pays d’origine », a-t-il martelé.

Adrien Somda a, quant à lui, condamné le système fiscal qui accompagne les sociétés minières, de leur installation à l’exploitation de la ressource minière. Il estime que le code minier burkinabè est « trop généreux », comparé à ceux d’autres pays. « Ce n’est pas normal qu’au moment où la majorité de la population tire le diable par la queue, que l’on accorde des exonérations fiscales aux entreprises minières ».

Par conséquent, il est temps de mettre fin aux avantages fiscaux dont bénéficient les miniers, ont suggéré les panélistes et les différents intervenants.

Steven Ozias KIEMTORE
kizozias@yahoo.fr
Sidwaya

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Région du Nord : La contribution de la société Rivestone Karma SA au développement local mise en doute
Mine : Les artisans miniers et leur ministère de tutelle en concertation
SEMAFO Boungou : Des chiffres au-delà des attentes après une année d’exploitation
Exploitation minière : Le cas de Bomboré en débat à Ouagadougou
Activités minières en Afrique de l’Ouest : L’industrialisation de l’Afrique en réflexion à Ouagadougou
SAMAO 2019 : Le charbon actif au cœur des échanges
Extraction de l’or : Le Burkina lance un projet pour l’élimination du mercure
Village de Sangoulanti (Sud-Ouest) : Un site d’orpaillage ouvert en face d’une école primaire
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés