Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut avoir bien du jugement pour sentir que nous n’еn аvοns рοint.» Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Festival « Rendez-vous chez nous » : Les arts de la rue dans 9 localités du Burkina

Accueil > Actualités > Culture • • jeudi 14 février 2013 à 00h41min
Festival « Rendez-vous chez nous » : Les arts de la rue dans 9 localités du Burkina

La 4e édition du festival international des arts de la rue dénommé festival « rendez-vous chez nous » bat son plein. Evènement culturel d’envergure international, il a ouvert ses portes le 07 février et se poursuit jusqu’au 17. La cérémonie d’ouverture, elle, a eu lieu le 09 février à Ouagadougou. Elle était constituée d’une parade de cavaliers, marionnettes, tambourineurs, masques et autres acrobates, partie de l’institut Français du Burkina à la place de la femme à Gounghin, sous le regard admiratif des habitants des quartiers traversés.

Depuis maintenant quatre ans, le festival « rendez-vous chez nous » est organisé par l’association clowns, marionnettes et musiques dans nos rues (CMUR) courant février ou mars. Pour l’édition 2013, c’est plus d’une trentaine de compagnies provenant d’une dizaine de pays qui animeront ces 10 jours de spectacles gratuits. Les participants viennent d’Europe (Espagne, Belgique, Suisse, France) et d’Afrique (Ghana, Guinée, Mali, Burkina Faso, Niger, le Bénin, le Cameroun, le Maroc). Au total, environ 300 artistes sont présents au Burkina pour ce festival, à en croire le directeur artistique, Boniface Kagambèga.

Né en 2010, le festival rendez-vous chez s’articule autour d’ateliers de formation, de créations et d’une plateforme de diffusion en milieu urbain (Ouaga, Bobo, Boromo) et rural (Komsilga, Loumbila, Kienfangué, Bassam Yam, Gobi, Dayoubssi, Bangma). C’est dire que la décentralisation de ce festival des arts de la rue est une réalité.

« Rendez-vous chez nous » se professionnalise au fil des années. Cette année, ce sont « près de 200 personnes qui ont payé leurs visas pour venir suivre le festival. Il y a de plus en plus de professionnels venant d’ailleurs. Nous faisons venir aussi beaucoup d’artistes burkinabè de la diaspora », soutient Boniface Kagambèga.

Au programme, on aura de la musique, la danse, le théâtre, les marionnettes, l’équestre, mais également des ateliers de formation qui concerneront le cirque les marionnettes, le tricotage... Une dizaine d’ateliers de formation sont prévus durant ces 10 jours ; certains auront lieu après le festival.

Les acrobates ghanéens, les grandes personnes de Boromo, les Batteurs de pavés (Suisse), Sourires Nomades (Espagne), la Parade des divas géantes et croisements de peaux (France), la compagnie Tinafan (Guinée), la compagnie Nama du Mali… donneront des spectacles à la hauteur de leur renommée.

Il y aura aussi des artistes nationaux tels que : La Batook et Kalyanga, Moussa Coulibaly, Smockey, Alif Naaba, Awa Nadia, Awa Boussim…

Question de permettre aux populations burkinabè de vivre des moments d’euphories inoubliables.

« Rendez-vous chez nous », c’est des spectacles de qualité et des concerts live sur 9 sites différents, urbains et ruraux. Pendant cinq jours, ce sont près de 80 000 spectateurs qui sont au rendez-vous chaque année et qui se réjouissent à l’approche de l’évènement.

A Ouagadougou, c’est la place de la femme à Gounhin et l’institut du Burkina qui accueillent les différentes activités au programme.

Lors de chacune de ses activités, ACMUR privilégie l’échange, le partage de connaissances, de savoir-faire, de cultures, d’arts. Tout en étant inscrit au niveau international, le festival reste proche des populations.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Lutte contre l’extrémisme violent au Burkina : « La culture constitue l’arme la plus redoutable », selon Abdoul Karim Sango
Djo le rapide, humoriste burkinabè : « Je suis entré dans l’humour par la grande porte »
Drama Consult : Quand le cinéma allemand s’invite à Ouagadougou
11e édition de la Harpe de l’excellence : Le groupe Heaven Singers s’adjuge le trophée
Réunion de l’OMT à Saint-Pétersbourg : « Le Burkina Faso est résolument engagé à promouvoir le tourisme interne », Abdoul Karim Sango
LONAB : Un concert géant pour dire merci à la clientèle
« Burkina Soldats » : Nourat chante pour les FDS
Tournage de « Wend Kuuni » : Les souvenirs du premier directeur photo du Burkina Sékou Ouédraogo
Décès de Dj Arafat : Que retenir de cette inhumation sous haute tension ?
BBDA : Les auteurs burkinabè passent à la caisse
Culture : Miss Maya, la voix d’or de la musique burkinabè
Cinéma : La musique, un élément incontournable dans le 7e art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés