Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Mines, mineurs, miniers, énergie • • mardi 12 février 2013 à 23h52min
Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

Luc Adolphe Tiao, Premier ministre du Burkina Faso, l’a rappelé, chiffres à l’appui, dans sa déclaration de politique générale prononcée, le mercredi 30 janvier 2013, devant l’Assemblée nationale : « Les mines constituent aujourd’hui un véritable pilier de notre développement ». Les chiffres sont probants : l’or est le premier produit d’exportation du pays : 1.116 milliards de francs CFA, contribuant désormais pour environ 20,1 % au PIB !

Au 31 décembre 2012, les réalisations au titre de l’ensemble des régies de recettes se sont élevées à 188,69 milliards de francs CFA, soit 18,64 % des recettes propres de l’année, contre 123,63 milliards de francs CFA à fin 2011. « Au-delà de ces chiffres, a souligné le premier ministre, mon gouvernement entend optimiser la contribution des mines pour en faire de véritables moteurs du développement local […] Le gouvernement travaillera particulièrement à l’encadrement des projets avancés, à la diversification des ressources exploitées, à la mise en œuvre d’une politique d’exploitation des substances de carrières. Il s’attellera à poursuivre la cartographie géologique, et veillera au renforcement des capacités des administrations de suivi du secteur minier. Au plan législatif et réglementaire, la Déclaration de la politique minière, le Guide de l’investisseur minier et le Code minier seront relus pour prendre davantage en compte à la fois les intérêts socio-économiques du Burkina et les contraintes qui freinent l’épanouissement harmonieux du secteur minier ». Voilà donc les mines érigées en priorité économique et sociale.

On sait que ce secteur, qui s’est développé au cours des dernières années de façon quelque peu anarchique, est source de tensions. L’exploitation artisanale sauvage des sites d’orpaillage pose des problèmes environnementaux majeurs : une partie du Sahel a été transformée en paysage lunaire. Et les sociétés minières sont confrontées, selon le mot très soft de Tiao, aux « discordances entre les attentes des communautés riveraines et [leurs] engagements sociaux ». Il y a surtout l’impression dominante que le secteur est non seulement peu créateur d’emplois mais que l’enrichissement des compagnies exploitantes est bien plus significatif que celui de l’Etat et des collectivités. C’est dans ce contexte que le conseil des ministres d’hier, mercredi 6 février 2013, a adopté un rapport « relatif à la valorisation des actions détenues par l’Etat dans les sociétés minières » qui devrait déboucher sur la mise en place d’une société d’Etat qui permettrait « un meilleur suivi du secteur ».

La Haute-Volta était considérée comme un des rares pays d’Afrique francophone à ne pas posséder de ressources naturelles significatives. La sécheresse qui a frappé le Sahel au cours de la décennie 1970 avait conduit le pays à accorder une priorité absolue à la résolution des crises alimentaires ; la Haute-Volta avait alors deux obsessions : le déficit céréalier et le désenclavement. Cette question du désenclavement conditionnait aussi la mise en valeur des ressources minières du pays. C’est cependant à cette époque que la réactivation de l’exploitation du gisement aurifère de Poura (la mine avait été fermée en mars 1966) a été décidée dans le cadre de la restructuration de la Société de recherches et d’exploitations minières (SOREMI) – créée en 1961 notamment pour l’exploitation de l’or de Poura et dans laquelle la participation de l’Etat devait être accrue. C’est aussi à cette époque que le projet d’exploitation du gisement de minerai de manganèse du Liptako-Gourma a été lancé avec la création, en 1975, de la Société minière de Tambao (Somitam).

C’est aussi en 1975 que sera publiée une volumineuse synthèse sur le potentiel minier du pays. Les phosphates de Kodjari, le manganèse de Tambao, l’or de Poura, le calcaire de Tin-Hrassan, le zinc de Perkoa (à 30 km au Nord de Koudougou)… laissaient penser à certains que la Haute-Volta pouvait être « un véritable scandale géologique ». Le colonel Saye Zerbo (chef d’Etat en 1980-1982) l’affirmera. Le 1er mai 1981, il présentera un programme d’action en matière minière qui visait à « redynamiser » le Bureau voltaïque de la géologie et des mines (BVGM) – créé en 1978 – « seul responsable de notre politique de recherche minière et, à ce titre, [chargé de] coordonner toutes les activités entreprises ». Saye Zerbo ajoutera ce jour-là, parce que c’était dans l’air du temps (et nous étions, en plus, le 1er mai) : « L’Etat, seul propriétaire du sous-sol, sera toujours majoritaire dans la composition du capital des entreprises engagées dans le secteur minier […] En tout état de cause, nous n’accepterons jamais d’être une simple réserve de matières premières. Tous les efforts seront déployés pour rentabiliser ces ressources minières dans le but de déclencher, aussi vite que possible, le processus d’industrialisation ».

La « Révolution » va transformer la Soremi en Soremib et le BVGM en Bumigeb (Bureau des mines et de la géologie du Burkina) sans que, pour autant, l’exploitation minière au Burkina Faso devienne une priorité : la « Révolution » n’était pas passionnée par un secteur d’activité dominé par les multinationales ! Il y avait bien un département des mines au sein du ministère de la Promotion économique* mais il faudra attendre l’instauration du « Front populaire » pour qu’il soit érigé en secrétariat d’Etat sous tutelle du ministère de la Promotion économique (à l’époque installé dans l’ancienne résidence du président de l’Assemblée nationale, sur le boulevard de la Révolution du 4-Août).

C’est qu’à cette époque l’or est déjà devenu le deuxième produit d’exportation du Burkina Faso derrière le coton**. En 1989 sera publiée la carte des gites minéraux qui laissera espérer un grand avenir minier au pays. Un géologue de formation, ingénieur de l’Ecole des mines de Paris, Boubacar Yahya Diallo, sera nommé secrétaire d’Etat aux mines. Il devra faire face au boom de l’exploitation artisanale de l’or qui mobilisera (dans un désordre indescriptible : les parcelles étaient librement distribuées, et il n’y avait aucune législation régissant cette exploitation) jusqu’à 10 à 15.000 personnes par site d’exploitation.

Mais cette production, qui n’était que de 64 kg au début de la « Révolution » dépassera1.000 kg/an au début des années 1990. Au sein du plan quinquennal, une « filière or » sera mise en place (les quatre autres filières étant essentiellement agricoles) pour développer l’exploitation artisanale et semi-industrielle de l’or (il était envisagé alors qu’elle débouche sur la mise en place d’une société d’économie mixte). Le « Front populaire » aura une vision excessivement libérale du développement de ce secteur. « Nous sommes prêts à nous associer avec des partenaires privés pour assurer l’exploitation des gisements, me disait alors Yahya Diallo. Nous n’exigeons pas la majorité du capital. Nous avons vu, d’ailleurs, à travers d’autres expériences, que cela n’était pas l’essentiel. Ici même, à Poura, où l’Etat est actionnaire à hauteur de 60 %, cette participation majoritaire nous a obligés à souscrire à beaucoup d’engagements et à nous porter aval au niveau des différents emprunts ».

* Les mines ont été rattachées aux investissements, à l’industrie et au commerce dès la formation du premier gouvernement
(18 mai 1957), pratique maintenue par Maurice Yaméogo (mais parfois le mot « mines » disparaissait de l’intitulé gouvernemental), Aboubakar Sangoulé Lamizana, Saye Zerbo (mais dans le gouvernement du 30 septembre 1982, il va associer énergie et mines) et Jean-Baptiste Ouédraogo. Thomas Sankara fera la même chose dans son premier gouvernement
(24 août 1983) ; mais avec l’instauration du ministère de la Promotion économique confié au capitaine Henri Zongo,
le 31 août 1984, les mines n’apparaissent plus dans l’intitulé gouvernemental. L’accession au pouvoir de
Blaise Compaoré va donner naissance, pour la première fois, à un secrétariat d’Etat aux Mines (31 octobre 1987).

** La mine d’or de Poura est alors exploitée par la Soremib et produit 2.500 kg d’or par an mais, en 1988, elle sera victime d’un éboulement qui bouchera l’accès à la mine et il faudra plusieurs années pour que la production soit relancée, un temps, dans un contexte difficile du fait de la chute des cours de l’or. La Société des mines de Guiro, quant à elle, structure artisanale, ne produisait que 100 kg d’or. Enfin, il existait une Société minière coréo-burkinabè (Somicob) qui associait le Burkina Faso et la… République populaire et démocratique de Corée (Corée du Nord).

Jean-Pierre BEJOT
La Dépêche Diplomatique

Vos commentaires

  • Le 12 février 2013 à 19:17, par ANNAN En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    ah !! S’ils commencent à ouvrir le bon oeil, nous leur tirerons notre chapeau alors. Depuis l’avénement du boom minier, le pays s’enlise davantage dans la misère.Pourquoi ? Parce que notre environnement est perturbé et son exploitation aussi. Par l’effet des produits nocifs à l’écosystème utilisés dans l’extraction des minérais,nos eaux, notre air et nos sols sont pollués. Ainsi, les principales activités du pays telles que l’élévage, l’agriculture commencent à souffrir sans qu’il ait une compensation conséquente de la part des exploitations minières. Si cela semble être le début d’une prise de conscience au niveau supérieur, alors tant mieux !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2013 à 19:46, par Vigilance En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Pour le moment le bas peuple ne voit pas encore l’ombre de cette mane...

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2013 à 22:40, par Pokolé En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Pendant que les sites d’or se multiplient, la vie devient de plus en plus chère dans les campagnes à tel point qu’on s’approvisionne en ville avant de se rendre au village parce qu’on ne peut plus rien acheter dans ces villages. Quant aux habitants de ces villages, ils vient dans la misère parce que certains n’ont plus de champs pour cultiver...sans oublier le banditisme grandissant dans nos campagnes...Quelle tranche de la population bénéficient réellement de l’argent... Même à Ouagadougou les gens s’alimentent très mal à cause de la vie chère et on nous parle d’une hausse de recette minière...j’espère seulement qu’il aura augmentation de salaires dans les mois à venir pour permettre à tout citoyen lambda d’avoir les trois repas quotidiens au lieu d’un !

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 02:04 En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Arrêtez de nous distraire....les uns mangent de la souffrance des autres.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 06:06, par Lebosniac En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    J’ai suivi hier sur une chaîne internationale qu’il y a un déficit de cadre et de personnel qualifié dans le secteur minier au Burkina Faso.Je trouve pourtant paradoxal que les recrutements pour la plupart manquent de transparence. Tu ne vois aucune annonce et soudain un tel te dit qu’il travaille en mine. Les exemples sont légions dans mon entourage, et j’ai en outre constaté que pour des postes pourtant importants que j’ai pu entrevoir on recrute a bac+2 et max bac+3 alors que les candidats sont bien plus qualifiés mais sont contraints de s’en contenter ; d’autres part le traitement salarial du personnel local a connu une régression considérable ces 5 dernières années sans que cela n’emeuve personne pour la simple raison que les burkinabes ayant des revenus modestes,personne ne se plaindra de percevoir 500 mille CFA/mois alors que pour le même poste d’autres en perçoivent 3 fois plus. J’en connais qui embauchés vers 2007-2008 a bac+5 sans expérience percevaient 1,5 millions mais aujourd’hui pour te débaucher on te propose 600-700 mille a peine, ce que tu peux gagner en ville si tu te débrouille un peu.Dommage mais je crois que ce n’est pas tout a fait exact de dire qu’il y a un déficit de personnel qualifié sur certaines chaînes TV tant qu’on entretiendra une certaine opacité autour des recrutements. Quant a l’article, on attend la suite...

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 08:03 En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Si on doit faire la balance entre ce que gagne le Burkina et ce qu’il perd par dégradation de l’environnement, pollution et surexploitation des nappes phréatiques au détriment des autres activités comme l’agriculture, etc. je ne suis pas sûr que les avantages soient supérieurs aux inconvénients. Les seuls véritables gagnants sont les multinationales et les quelques burkinabè complices de ce pillage des richesses de notre sous sol.

    Répondre à ce message

    • Le 13 février 2013 à 09:56, par El hadj vérité En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

      Il est généralement dit que l’or doit préparer l’après or,malheureusement par des montages abrandancabresques les sociétés minières gonflent les charges unitilement(des billtes d’avions, séjours prolongés dans les grands hotels),bref tout est fait pour enfûmer le gouvernement,qui donne l’impression d’être pris à la gorge
      Alpha Condé en Guinée à réfusé de céder aux diktats de ces investisseurs car dit il ,il doit rendre compte à son peuple
      Ici au Faso malheureusement on est pas guidé par ce principe et tout se passe comme si on avait perdu notre souveraineté sur les mines
      Il faut faire très très attention ,le réveil peut être douloureux

      Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 09:11, par Demo En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Salut à tous,vous savez moi je ne crois pas à toutes ces ballivernes du gouvernement...regardez un peu autour de vous l’ampleure de la misère et on vient nous endormir encore avec de beaux chiffres qui ne profitent qu’aux mêmes depuis 30 ans.Tant que le peuple ne dira pas non,vous verrez que même dans les 30 autres années à venir c’est rien d’autre que la mort....A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 14:42, par BISSA GOLD En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    il faut que a chaque fois que l’argent de l’or sera utiliser a faire quelque chose qu’il soit marqué sur un panneau "construit avec les recettes des mines" exemple de la voie de ZINIARE sur la quelle on peut lire "route realiser avec les recettes des hydrocarbures"
    .je pense que le peuple aura une idée des depenses de tout ses milliards.
    un jour pour le voleur,et toujours pour le popriètaire

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2013 à 23:43, par En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    L’ESSENCE DU DEVELOPPEMENT SE TROUVE DANS LES INVESTISSEMENT LOURDE. QUI PARLE D’INVESTISSEMENT LOURDE PARLE D’INDUSTRIES POURVOYEUSES REELLES D’EMPLOIS A LONG TERME. PARTANT LES EFFETS DE CES INVESTISSEMENTS DANS L’INDUSTRIESONT PLUS PALPABLE. POUR MOI LES RECETTES DE CES MINENT ALLAIENT ETRE UN PALIATIF POUR REVEILLER LES USINES MOURANTES OU DIFFICILEMENTS FONCTIONNELLES COMME LA SN CITEC A BOBO, FASOTEX A KOUDOUGOU, L’USINE DE ’’BRIKETERIE’’ A BOROMO... AFIN DE PREVENIR L’APRES OR MAIS HELAS. AUSSI LA FINANCE ET L’ECONOMIE MONDIALE TRAVERSE UNE CRISE ET L’OR ETANT DEVENU UNE VALEUR REFUGE VOILA POURQUOI SON COUR ELEVE DE NOS JOURS. UNE FOIS LA REPRISE J’IMAGINE DEJA LA SRPRISE QUI NE SERA DU TOUT PAS AGREABLE. ALORS PLUS DE VISION POUR NOS AUTORITES POLITIQUES

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin 2014 à 17:00, par Un lecteur En réponse à : Le Burkina Faso reprend en main son secteur minier (1/3)

    Bonjour Monsieur BEJOT. Merci pour l’analyse faite après l’adoption en conseil des ministre du projet de code minier du Burkina Faso. Ce qui manquerait à cette analyse si intéressante, serait peut être ce qui suit :
    1- Au plan législatif ou réglementaire : le texte qui régissait l’exploitation minière au Burkina Faso au temps de Poura ou avant les indépendances ;
    2- Au plan historique : Quand-est ce Poura est entré en exploitation pour la première fois, la date de sa réouverture après sa fermeture en mars 1966 (d’autant plus que vous dites qu’en 1988 il produisait 2 500kg/an), etc.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Province du Boulgou : Des violences sur le site de la mine de Youga
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : L’audience renvoyée en octobre à la demande de la défense
Affaire charbon fin : L’UPC exige la démission « sans délai » du ministre des Mines
Affaire charbon fin d’Essakane IAMGOLD : Douze personnes physiques poursuivies pour des faits de fraude de commercialisation de l’or
Mine de Karma au Nord : Des kits d’embouche ovine pour les jeunes de Namissiguima
Société minière de Sanbrado (Somisa SA) : Une convention pour démarrer l’extraction de l’or
Extension de la mine RoxGold : Plus de 77 millions de F CFA pour soutenir les personnes affectées par le projet
Sociétés minières : « Les travailleurs burkinabè souffrent le martyre », dénonce une coalition d’OSC
Gouvernance minière : « Les burkinabè ont le sentiment d’être pauvres de leur richesse », déclare Issiaka Ouédraogo, président du Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG)
Fermeture de la campagne 2018-2019 d’exploitation artisanale des mines
Responsabilité sociale des entreprises : La mine RoxGold fait figure de bon élève
Activités minières : Le CGD tire la sonnette d’alarme sur les menaces sociales et environnementales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés