Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Rapport public 2003 du CSI : Le chef de l’Etat met à l’index les chaînes numériques

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 17 décembre 2004 à 13h44min

Le président du Conseil supérieur de l’information (CSI) Luc Adolphe Tiao a remis, le jeudi 09 décembre dernier, le rapport de l’année 2003 sur la vie des médias et de la communication au Burkina au chef de l’Etat Blaise Compaoré. C’était en présence des directeurs d’organes de presse.

Au terme de l’article 28 de la loi qui détermine les compétences et les obligations du Conseil supérieur de l’information, il est prescrit des arrêts annuels pour situer à l’attention du chef de l’Etat son rapport public, l’état d’exécution de ses missions, la situation des médias, leur évolution, les perspectives et les recommandations.

Le contenu du rapport

Le présent rapport est le septième du genre depuis la création de l’institution en 1995. De ce rapport on retiendra que l’année 2003 aura été marquée par la crise ivoirienne, l’incendie du marché central de Ouagadougou, la scission survenue au sein de l’ADF/RDA, les journées des groupes parlementaires, les congrès des partis politiques, les activités du chef de l’Etat etc.

L’une des missions fondamentales du Conseil supérieur de l’information c’est de veiller au pluralisme et à l’équilibre de l’information dans les programmes des médias publics et privés, et à leur fonctionnement dans les conditions requises par la loi. Le pluralisme et l’équilibre de l’information apparaissent comme une exigence politique fondamentale. Et selon Luc Adolphe Tiao le pluralisme et l’équilibre de l’information sont une réalité au Burkina.

Cela se justifie du fait que tous les acteurs socio-politiques ont souvent eu accès aux médias audiovisuels publics durant l’année de référence. Tout en saluant la richesse et le dynamisme de la presse, Luc Adophe Tiao a toutefois relevé que les organes de presse nationaux souffrent encore de quelques lacunes au triple plan du respect de l’éthique et de la déontologie, de leur fonctionnement et du statut social de leur personnel exposé à une précarité sociale.

Quant au paysage médiatique, il connaît une expansion continue. De nos jours, le paysage audiovisuel se compose de soixante douze sociétés de radio, trois télévisons privées auxquelles s’ajouteront bientôt trois autres. S’agissant de la presse écrite, on note quatre quotidiens, deux bihebdomadaires, quinze hebdomadaires, deux bi-mensuels ; dix-sept mensuels et soixante et une publications spécialisées recensées.

Le chef de l’Etat Blaise Compaoré dans son allocution-réponse a noté que le rapport 2003, à l’instar des précédents, souligne l’équité et la rigueur observées dans les méthodes de travail par le Conseil supérieur de l’information. Aussi il a indiqué que l’action du CSI pour accompagner les médias dans leur noble mission reste essentielle car la liberté de presse est fondamentale dans la consolidation de l’Etat de droit.

De nos jours, grâce aux galops de la technologie, nous pouvons suivre et voir toutes sortes d’images à travers le monde. Mais cela comporte bien sûr des avantages mais a aussi des conséquences qui se révèlent souvent destructrices de nos valeurs culturelles. A cela s’ajoute le déséquilibre des informations et surtout des images entre les pays du Sud et ceux du Nord.

Ainsi le Burkina n’est pas épargné par l’explosion des bouquets de chaînes de télévisions numériques qui prennent d’assaut le moindre espace de diffusion à travers les ondes. C’est pourquoi Blaise Compaoré a invité le conseil à veiller dans la mesure du possible à la qualité des contenus de ces chaînes afin de préserver notre jeunesse de la tendance à l’uniformisation des valeurs culturelles mondiales. La qualité et la diversité de nos valeurs constituent un terreau que les médias locaux doivent travailler à valoriser poursuit-il, afin que le Burkina Faso puisse s’intégrer dans le concert des nations tout en conservant une identité dans un monde anonyme.

Roger W. NANA, Stagiaire
L’Hebdo

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Un projet de connectivité urbaine pour améliorer l’accès à internet
Koudougou : Des Hommes de médias outillés sur la planification familiale, le mariage d’enfants et les violences basées sur le genre
Banque de l’union du Burkina Faso : Une nouvelle agence ouvre ses portes à Dédougou
Votre journal "Courrier confidentiel" N° 247 est en Kiosque !
Médias : Jean-Emmanuel Ouédraogo désormais aux commandes de la RTB télé
Burkina : « Il faut que les journalistes continuent de travailler avec le sens élevé de la responsabilité » (Pr Serge Théophile Balima)
Union catholique africaine de la presse (UCAP) : Le Burkinabè Alexandre Rouamba préside le premier bureau exécutif
Coopération numérique : Le Burkina fait des recommandations à l’UEMOA et à la CEDEAO
Burkina Faso : Huawei lance une compétition pour détecter de nouveaux talents en technologie
Magazine Économies Africaines : L’édition spéciale « BURKINA FASO » 2021 est dans les kiosques
Burkina Faso : Bientôt un nouveau cadre réglementaire et trois multiplex pour la TNT
Journal « Le Pays » : 30 ans déjà !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés