Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a dans la vie exactement autant d’occasions spéciales que nous choisissons d’en célébrer.» Robert Brault

On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

Accueil > Actualités > On en parle... • • mercredi 14 novembre 2012 à 01h17min

Kantigui a perçu l’ambassadeur du Burkina Faso aux USA, Seydou Bouda à Ouagadougou, en compagnie d’une forte délégation américaine d’Intercontinental dévelopment corporation. Des informations parvenues à Kantigui, ces descendants de l’Oncle Sam ne sont pas en tourisme, mais sont venus discuter avec les autorités burkinabè en charge des Enseignements, du projet de création d’une université américaine au Burkina Faso. Cette université dont la construction nécessitera une superficie de 200 hectares, ambitionne d’accueillir 5000 étudiants dont 1000 étudiants américains. Selon toujours nos sources, le protocole d’accord sera signé, ce jeudi 15 novembre 2012.


Une trentaine d’établissements de Ouagadougou en ordre pour la paix

Il est parvenu à Kantigui que la maison de la jeunesse et de la culture « Jean Pierre Guingané » accueille, demain jeudi 15 novembre 2012, la journée « paix-jeunesse-éducation ». Cette initiative d’une trentaine d’établissements d’enseignement secondaire de la ville de Ouagadougou, est à sa deuxième édition et vise à promouvoir la paix au sein des établissements. Il a été dit à Kantigui que cette deuxième édition est placée sous le patronage du Pr Moussa Ouattara, ministre des Enseignements secondaire et supérieur et le coparrainage de dignitaires coutumiers et religieux. Il s’agit de sa Majesté le Mogho-Naaba Baongho, de Monseigneur Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou, du Pasteur Michel Ouédraogo, du président du Conseil général des Assemblées de Dieu du Burkina et de El Hadj Aboubakar Sana, imam de la grande mosquée de Ouagadougou.

Le programme de la manifestation décliné à Kantigui prévoit des conférences publiques sur les causes des violences au sein des établissements, des activités culturelles, des séances de prière dans les églises, temples et mosquées pour la paix au sein des établissements. En plus de la participation des élèves des établissements d’enseignement secondaire et d’écoles professionnelles de la ville de Ouagadougou, Kantigui a ouï dire que des délégations de cinq élèves par région, sont également attendues.


Intervention internationale au Mali : les femmes de l’UNDD parlent au Président du Faso

La pression monte de plus en plus sur les groupes armés qui occupent le Nord-Mali.
La résolution 2071 du 15 octobre 2012 du Conseil de sécurité sur le Mali a clairement mis en perspective l’intervention militaire sous mandat onusien, comme la CEDEAO, l’UA et la France notamment, en ont fait la demande.
Il est parvenu à Kantigui que les femmes de l’UNDD se rendent compte que les multiples préparatifs engagés à Paris comme à Bamako, finissent de convaincre que l’on évolue beaucoup plus vers la guerre.
C’est ainsi que Kantigui a intercepté un message des femmes du parti de Hermann Yaméogo dans lequel elles appellent le Burkina Faso à se démarquer de la résolution guerrière de cette crise.
Le message dit ceci : « Si nous compatissons, en effet, aux douleurs multiples des Maliens et en appelons à une solidarité internationale active pour leur venir en aide, nous ne souhaitons pas que notre pays soit de l’expédition guerrière... ».
Kantigui promet de creuser davantage pour avoir les tenants et aboutissants d’une telle option.


Elections couplées : le RICHE rappelle le droit à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement

Il est connu de tous, les Burkinabè éliront leurs conseillers municipaux et députés à l’Assemblée nationale, le 2 décembre 2012.
A cette occasion, Kantigui a entendu dire que le Réseau d’information et de communication pour l’hygiène, l’eau potable et l’assainissement (RICHE) mènera une campagne de plaidoyer pour une prise en compte du droit à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement pour tous dans les thématiques des partis ou formations politiques. Pour réussir cette activité de plaidoyer, il a été dit à Kantigui que le RICHE organise, le mercredi 14 novembre 2012, dans la salle de conférence de EAA, ex-CREPA, dans le quartier Wayalguin à Ouagadougou, une formation à l’intention des journalistes. Vivement que les formations et partis politiques entendent le message du RICHE.


SOS pour des enseignants qui dorment dans des salles de classe à Samboulga

Samboulga est un village situé à 10 km de la commune de Sollé et à 30 km de Titao, chef-lieu de la province du Lorum. Il est parvenu à Kantigui que les trois enseignants de l’école primaire publique de cette localité n’ont pas de logements et par conséquent, dorment dans les salles de classe. Ces braves enseignants se voient obligés de se réveiller très tôt, le matin pour mettre de l’ordre dans leurs « dortoirs », avant que les premiers élèves n’arrivent. Selon les sources de Kantigui, cette école à quatre classes dont une sous paillotte n’a pas été construite dans les normes : manque de bureau pour le directeur, de latrines, de magasin et de forage. L’Association des parents d’élèves (APE) de la localité s’est réunie quatre fois pour trouver une solution au problème de logement, mais hélas ! Rien n’y fit.

A en croire les informations reçues par Kantigui, l’inspecteur, chef de la circonscription de l’éduction de base de Sollé, dont relève l’école de Samboula, ne cesse d’apporter ses encouragements à ces instituteurs. La même source précise que les populations avaient construit deux logements en banco qui datent d’environ 8 ans. Ces abris, dans un état de délabrement avancé de nos jours, sont inhabitables. Kantigui interpelle les décideurs publics à prendre au sérieux la situation que vivent les éducateurs de l’école de Samboulga, afin que l’année scolaire des 107 élèves n’en prenne pas un coup.


Le Conseil constitutionnel mise sur l’archivage des documents électoraux

Il est parvenu à Kantigui que, du 13 au 16 novembre 2012, une session de formation à la technique d’archivage des documents électoraux est organisée au profit du personnel du greffe du Conseil constitutionnel (CC). En ouvrant cette session de formation, les responsables du CC ont rappelé l’importance des archives dans la gestion des contentieux électoraux. Ainsi, selon les sources de Kantigui, en quatre jours, le cabinet « Archivages du Faso » commis à cette tâche, va renforcer les capacités des participants en abordant plusieurs thèmes. Entre autres, l’aperçu historique et réglementaire des archives au Burkina Faso, l’utilité et l’évolution du rôle des archives, la procédure pour la mise en place d’un service d’archives, les outils intellectuels de gestion des archives, l’analyse des dossiers d’archives. Au terme de cette formation, les recherches documentaires seront facilitées au Conseil constitutionnel, pour le bonheur des usagers.


TICAD V : les experts préparent la route de Tokyo à Ouagadougou

Kantigui a ouï dire que du 15 au 17 novembre 2012, sous l’égide du Ministère des affaires étrangères et de la coopération régionale, le Burkina Faso va accueillir, dans la salle de conférences de Ouaga 2000, la réunion préparatoire des experts de haut niveau de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD). La présente rencontre se tient en prélude à la TICAD V qui aura lieu au Japon, en 2013. Elle permettra aux participants qui viennent de plus de 50 pays et organismes partenaires, d’examiner les grands axes d’intervention de la TICAD. La TICAD travaille à l’accélération de la croissance économique et à l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement, tels que la santé, l’agriculture, l’éducation, la consolidation de la paix et de la bonne gouvernance, le développement communautaire et la protection de l’environnement.


Une brigade de la CRS à Tenkodogo

Il est revenu à Kantigui, que la ville de Tenkodogo a, depuis le dimanche 11 novembre 2012, une brigade de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS), « Les hommes au béret noir oval ». Les éléments de cette compagnie ont été installés dans les locaux de l’ancienne mairie de Tenkodogo.

Kantigui ne peut que se réjouir de l’arrivée de ce corps dans une commune qui s’étend sur une superficie de 1147 km, avec plus de 124 984 habitants, constituée de 83 villages et six secteurs auxquels sont rattachés des villages périurbains. En effet, le Centre-Est est l’une des régions du Burkina Faso dans laquelle le grand banditisme sévit.
Les éléments de ce corps vont, en synergie d’action avec les autres forces de sécurité (gendarmerie, police nationale et municipale) qui œuvrent déjà sur le terrain, permettre aux honnêtes citoyens de mener leurs activités dans la quiétude. Surtout à quelques jours de l’ouverture de la campagne électorale (législatives et municipales).

Kantigui

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 14 novembre 2012 à 02:09, par Omar En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Franchement il faut faire attention a ces prétendus philanthropes qui jettent apres nos pays en pâture aux fonds d’investissements. Il faut faire un tour sur le site de ce IDC pour voir que rien n’est en cours avec le Burkina pour le moment. A ce jour, que des projets. N’engagez pas la signature du pays pour des feux de paille.

    Répondre à ce message

    • Le 19 novembre 2012 à 17:23 En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

      la philothropie ca n’existe pas surtout pas dans ce monde actuel et encore moins savec les USA (ou autres d’ailleurs) L4afrique est l’avenir en tout point de vue Mais nous avons perdu 3 moments cle : l’assassinat de sankara, l’elimination de dadis camara en guinee et le 3e etape l’eliniation de gbagbo en cote d’ivoire. Le terrain est presque libre on commence a envoyer les "soldats" a l’interieur pour occuper insidieusement. VOUS etes mal barrés mes freres. BATTEZ VOUS INTELLIGEMMENT
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 08:48, par niouman En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Une université americaine au Burkina Faso, félicitation aux autorités burkinabés. AH, la Démocratie, quand tu nous tiens, pourquoi vouloir le depart de blaise avec toutes realisations. Le Burkina est devenu un pôle attractif pour tous les investisseurs. La chine est en passe de devenir la premiere puissance economique sans ce blabla d’alterance.

    Répondre à ce message

    • Le 14 novembre 2012 à 09:17, par Pacco En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

      Idiot (pardon, mais fallait que je lache le mot), tu crois que c’est Blaise qui pond ces idées ? Quelqu’un d’autre serait là, les mêmes idées seront développées. Aux USA, un président ne peut rester dans ses fonctions pendant plus de 8 ans, mais les USA sont la première puissance au monde. Shame on you for this kinda thinking !

      Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 10:43, par Baby En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Suivez l’actualité, il y a eu alternance en Chine !! Même si ce ne sont pas les mêmes règles.. le nouveau dirigeant s’appelle Xi Jimp et l’ancien qui a dirrigé pendant dix ans s’appelle Hu Jintao.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 11:22, par la verité En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    pendant que ces ensegnants dorment dans les classes le ministres nous distraire avec sa reforme.donc la reforme doit passé par là

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 12:06 En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Aux pays des ambitions. Aidez nous d’abord a ameliorer les conditions de vies et d’etudes dans nos univ de ouaga , bobo et koudougou. Au lieu de venir trouble la paix social en augmentant l’aigreur de nos pauvres etudiants.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 13:16, par NAVY En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Kantigui, la région (du Centre-Est) n’est pas une entité linéaire mais polygonale, par conséquent, exprimez-là en superficie et non en distance. Si vous ne me comprenez pas, renseignez-vous au cours élémentaire

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 13:41, par Ibrahimo En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Un plus n’est pas un moins si ce projet d’université américaine se réalise tant mieux

    Répondre à ce message

    • Le 14 novembre 2012 à 14:28, par phera En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

      Voilà encore un beau projet néocolonial qui pourrait n’être qu’un écran de fumée pour gogos et autres tarés de notre peuple.
      En attendant, il n’y a pas d’équivalent universitaire en Irak occupé, en Arabie Saoudite chez les Wahhabites couchés, ni en Libye occupée...Et on nous dit que le satrape de Ouagadougou s’en fera construire une à Ouagadougou ? Remplie de débilités africains, de formateurs d’escadrons de la mort, de recruteurs d’espions criminels US, de saboteurs de de l’indépendance africaine.
      Oh Dieu, on est foutu d’avoir été trop patient et trop peu servi par des forces progressistes vraies et aujourd’hui aux abonnés absents.

      Répondre à ce message

    • Le 14 novembre 2012 à 15:44, par Progressiste En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

      Quand même n’exagérons pas !! Une universite Americaine au Burkina Faso profiterait a beaucoup d’étudiants Burkinabé et aussi de la sous région. Ce n’est pas une première dans la zone prenez exemple sur le détachement de Suffolk university a Dakar, qui n’a pas non gêner l’universite de Dakar Anta Diop dans la formation de ces cadres. Nous ferons mieux d’encourager les efforts de son Excellence Bouda au lieu de toujours voir tout en mal comme certains. C’est une question d’intérêt commun. Merci de démocratiser mon writting webmaster...

      Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 18:13, par saopolos En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    En tout cas une université Américaine au burkina sera un ouf de soulagement pour les étudiants et les parents d’elèves. merci a SE Seydou BOUDA. Cela n’empêche nulle part le départ de monsieur Blaise compaoré car lui aussi est entrain d’executer des projets et plans élaborés par son prédecesseur.

    Répondre à ce message

  • Le 14 novembre 2012 à 18:37 En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    Que nos autorités refuse.

    Les americains avec ce qui se passe avec Aqmi au sahel et avec la chine qui s’interesse de plus en plus a l’Afrique, ne veulent que avoir une base de surveillance pour pouvoir controler, voir destabiliser en fonction de leurs interet.

    Pas question

    Qu’il nous donne les moyens d’ameliorer nos propres université ou commecne par nous envoyer des professeur americains qui vont former les burkinae comme ils forment leurs propre eleves la bas aux US.

    Faut arreter de prendre les Africains pour des idiots a la fin

    Répondre à ce message

    • Le 15 novembre 2012 à 12:36, par dibi En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

      Non seulement ce projet est néocolonial mais en plus il sera criminel contre notre indépendance. Si elle voit le jour, cette université viendrait en complément d’une base militaire US ou de l’OTAN criminelle ; parce que les Occidentaux dont le seuil d’armement intellectuel critique est très élevé, ne laisseront jamais s’établir des milliers d’étudiants blancs dans ce parc d’indigènes débilités et brutaux qu’est devenu le Burkina-Faso sous les Compaoré, sans le minimum pour leur sécurité, à savoir l’installation d’une base militaire d’occupation.
      Enfin, ne rêvons pas ! Cette université sera privée, très privée et réservée aux enfants de tous les satrapes, affairistes et prédateurs corrompus et enrichis par le pillage éhonté des biens publics. Ce sera aussi le couronnement de l’abandon des universités nationales et de leur mise en jachère. Et il faut vraiment manquer d’armement intellectuel critique pour soutenir un tel projet criminel contre l’avenir de la jeunesse populaire de notre peuple.

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2012 à 17:27 En réponse à : On murmure : Bientôt, une université américaine au Burkina

    vous pensez que les americcains ont placé blaise compaore la pour les beaux yeux ? arretez de rever les gars
    la guerre est sans pitie vous aurez interet a le comprendre
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés