Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

Mali : La danse des extrémistes !

Accueil > Actualités > International • • lundi 22 octobre 2012 à 23h34min

Les islamistes du Nord-Mali viennent de donner la pleine mesure de la scène qu’ils s’apprêtent à jouer les mois à venir. Ils n’entendent pas se faire conter l’histoire et se disposent même à dévider leurs tripes pour ne pas céder le moindre carré de territoire conquis par la force des armes. C’est à cette fin qu’ils ont entrepris des manœuvres visant à entamer le moral des autorités maliennes et de la communauté internationale qui préparent une contre-offensive. Habib Ould Issouf, l’un des dirigeants du Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) à Gao déclarait : « ils veulent la guerre ? On va faire la guerre. C’est pourquoi, nos frères viennent de partout … »

Ainsi, des centaines de jihadistes étrangers sont arrivés au Nord-Mali pour prêter leurs bras et leurs forces à leurs compagnons enturbannés de l’Azawad. Sans protocole et tergiversations, la ville de Tombouctou et les régions alentours, sous la botte d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et Ansar Dine, ont reçu le renfort de combattants soudanais. Pendant que celle de Gao, sous le contrôle du MUJAO, a accueilli des appuis de la Tunisie, d’Egypte et du Sahara occidental, revendiqué par le Front polisario, un mouvement indépendantiste soutenu par l’Algérie.

Ce n’est pas la première fois que des hordes islamistes affluent dans cette partie du Mali. Il n’y a pas si longtemps qu’on y avait signalé la présence grâce de maquignons venus du Nigeria, du Niger, du Sénégal, de la Mauritanie, de l’Algérie, du Pakistan et d’autres pays du Moyen-Orient. Ces jusqu’aux-boutistes, accordant le primat aux méthodes barbares et sauvages, ont contribué à radicaliser indéniablement le mouvement islamiste, Ansar Dine, qui les a rameutés. Bastonnades, lapidations, amputations, tout ou presque, sports favoris de ces mouvements islamistes qui flanchent sous l’emprise du monarque de l’intégrisme, font désormais partie intégrante des habitudes des hommes de Lyad Ag Ghali. Avec l’afflux de nouveaux viatiques soudanais, tunisiens, égyptiens et sahraouis, dont la présence se limitait à quelques brebis égarées, il faut s’attendre à ce que d’autres vagues de fondamentalistes suivent ; et ainsi de suite.

De sorte que les groupuscules armés du Nord-Mali qui ont infligé de revers cinglants au Mouvement national de la libération de l’Azawad (MNLA) pourraient se retrouver submergés, à un moment donné, par la nouvelle vague de jihadistes. Les changements intervenus à la tête d’AQMI pour le Sahel et le Sahara sont illustrateurs de ce qui pourrait advenir. Plus violents et excessifs par nature, ces derniers arrivants pourraient tenter de happer les premiers occupants, comme dans la fable de la Fontaine où les plus tendres sont écrabouillés par les plus durs. A défaut, de « petits empires » pourraient être constitués, sous l’épouvantail mouvant de la charia, dans ce vaste territoire déshérité.

Avant qu’on en arrive à cette situation qui frise avec la "talibanisation" du Nord-Mali, il importe que la communauté internationale, qui vient de convenir d’une mobilisation optimale pour la restauration de l’intégrité territoriale, pense à la constitution d’une force africaine à l’image de la Mission de l’Union africaine en Somalie qui combat les Shebabs. Là encore, les armées africaines sont à pied d’œuvre, depuis bientôt un peu plus de deux ans, pour enlever le goût de compromettre à des combattants qui n’ont pas eu autant de soutiens de l’extrémisme musulman que ceux du Mali.

Ce constat commande que les puissances occidentales sortent de la trop grande prudence qui les amène à ne promettre que des appuis logistiques. Ils ne sont d’ailleurs pas sans savoir que des pays, qui font partie de la solution, rechignent à apporter leur contribution. C’est vrai qu’on ne peut pas tout attendre des Occidentaux, mais la vérité est là, têtue et outrageante. Il faut faire avec, sinon combien de temps faudra t-il aux forces de la CEDEAO ou de l’UA pour tirer le Mali des eaux fangeuses de la crise ?

Adama BAYALA (badam1021@yahoo.fr)

Sidwaya

Vos commentaires

  • Le 23 octobre 2012 à 07:31, par çak sida En réponse à : Mali : La danse des extrémistes !

    Les maliens ont affirmé haut et fort qu’ils sot capables de reconquérir leur territoire,alors pourquoi attendre la CEDEAO ?l’UA ;...on verra bien !

    Répondre à ce message

  • Le 23 octobre 2012 à 08:59, par le zer En réponse à : Mali : La danse des extrémistes !

    La balle est dans le camp des Malien, car ils ont dit qu’ils ont la détermination et la capacité de conquérir le reste de leur territoire qui se trouve actuellement dans les terroristes. La communauté Internationale, l’U.A et la CEDEAO
    doit prendre l’affaire du Mali avec beaucoup de précaution. Car les Maliens sont entrain de jouer à un double jeux.

    Répondre à ce message

  • Le 30 octobre 2012 à 12:31, par Djibril NDIAYE En réponse à : Mali : La danse des extrémistes !

    Si l’armée malienne était capable de reconquérir le Nord-Mali, elle ne prendrait pas la fuite devant les islamistes. La déclaration des maliens n’est qu’un sursaut d’orgueil. Sans l’aide de l’UA et de la CEDEAO, les islamiste auront de beaux jours devant eux au Nord-Mali.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés