Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’EST plus facile d’enseigner que d’éduquer, parce que pour enseigner il suffit de savoir, alors que pour eduquer vous devez l’être» A.Hurtado

Tourisme en Afrique Ouest : « La destination est mal vendue »

Accueil > Tourisme • • lundi 1er octobre 2012 à 23h20min
Tourisme en Afrique Ouest : « La destination est mal vendue »

Le tourisme dans les pays ouest-africains regorgent de nombreux sites. Le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal sont en autres pays dont l’offre touristique est exceptionnelle au regard des merveilles qu’ils proposent aux touristes. En dépit de cette richesse, la destination n’est pas très fréquentée comme le souhaitent les professionnels du métier et les Etats. Pour Mamadou Tall, directeur général de Productions Afrique, une société sénégalaise qui fait dans le tourisme, les produits sont mal vendus par les Etats et le privé. Présent à Ouagadougou dans le cadre du Salon international du tourisme et de l’hôtellerie de Ouagadougou (SITHO) qui s’est tenu du 27 au 30 septembre 2012, nous l’avons rencontré à la sortie d’une rencontre Be to Be avec un agent de la presse spécialisée. Il parle dans cette courte interview, d’un projet, le Salon international du tourisme et de l’artisanat des pays ouest-africains à Atlanta aux Etats-Unis d’Amérique, qu’il est venu présenter et demander l’adhésion des autorités et le privé burkinabè. Il évoque aussi les maux qui minent le tourisme en Afrique de l’Ouest. Découverte.

Vous venez de rencontrer un élément de la presse spécialisée dans le cadre des rencontres Be to Be. De quoi a-t-il été question ?

Je suis du Sénégal. Je suis venu rencontrer les officiels burkinabè et les acteurs privés dans le cadre d’un de nos projets. Nous préparons pour février 2013 le Salon international du tourisme et de l’artisanat des pays de l’Afrique de l’Ouest à Atlanta, aux Etats-Unis d’Amérique.

C’est à ce titre que je suis venu faire des rencontres. Et la rencontre Be to Be a été très intéressante dans la mesure où j’ai rencontré la presse internationale qui pourrait être un relai de cet évènement. C’est un élément à encourager et à bien organiser parce qu’il pourrait permettre aux acteurs du tourisme du Burkina de faire connaitre leurs produits à travers le monde.

Vous vous intéressez au tourisme en Afrique de l’Ouest. Quels sont aujourd’hui ses principaux maux ?

Le tourisme en Afrique de l’Ouest souffre de plusieurs maux. Il y a d’abord que le tourisme est très mal vendu. Il n’y a pas une grande promotion au tour des offres touristiques en Afrique de l’Ouest parce que les Etats ne mettent pas suffisamment les moyens qu’il faut pour promouvoir la destination. Il revient obligatoirement à l’Etat de faire la promotion de la destination. Le privé fait la promotion de son produit. Et il faut que le privé soit sûr que l’Etat fait ce qu’il doit faire.

En plus de cela, le privé doit également accepter de mettre la main à la poche pour promouvoir correctement ses produits. Il ne doit pas tout attendre de l’Etat. L’hôtelier doit, par exemple, faire connaitre son hôtel en adaptant son discours aux réalités du moment. Il ne peut pas utiliser des arguments qui étaient valables il y a 20 ans et vouloir vendre son produit maintenant.

La plupart des touristes viennent de l’Occident, sur quel produit touristique faut-il mettre plus l’accent pour attirer le maximum de visiteurs ?

Le tourisme américain est différent de celui de l’Europe. Le touriste européen aime faire la chasse, la pêche. L’Américain a besoin d’être rassuré que sa sécurité sera garantie s’il vient au Burkina Faso. Il veut être rassuré que sa santé sera préservée Pour convaincre désormais les touristes occidentaux, il va falloir leur faire comprendre que l’Afrique n’est plus une brousse mais qu’il y a aussi des gratte-ciels, des pistes dans les villages et bien d’autres commodités. Il faut en tenir dans la confection des documents sur le tourisme. Et pour le besoin de promouvoir du tourisme africain, nous sommes en sorte obligés d’explorer le marché américain parce qu’il est le 2e au monde.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés