Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On s’étonne trop de ce qu’on voit rarement et pas assez de ce qu’οn vοit tοus lеs jοurs.» Félicité Genlis, Comtesse de Brusbart de Genlis

Groupe musical « Siraba » : « Notre force, c’est la diversité »

Accueil > Actualités > Culture • • mercredi 26 septembre 2012 à 22h28min

La calebasse, le "bara", le "djembé", la flûte, le balafon…sont entre autres des instruments dont se sert le groupe. Ce groupe ? C’est « Siraba » (littéralement, grande voie). Sur scène, les musiciens concilient l’humour aux thèmes abordés dans un accoutrement atypiquement hilarant : jupe noire, chaussettes et débardeurs blancs avec des chapeaux de cowboys. Lors d’une soirée à Bobo-Dioulasso, à l’initiative du ministre Soungalo Ouattara, ce groupe a émerveillé plus d’un de par son originalité.

Le Progrès (L.P) : Quels sont les instruments que vous utilisez ?

Olivier Somé (O.S) : La calebasse, la guitare sèche, la guitare électronique, deux barras, des djembés puis des clochettes, en plus du balafon.

L.P : Chacun de vous sait-il donc jouer à un instrument… ?

O.S : Oui, oui ! Disons que nous sommes d’abord des comédiens. Quand on s’est retrouvé, on s’est donc dit, pourquoi ne pas faire de la musique et élargir notre champ de compétence ? C’est ainsi que c’est parti. Nous avons créé notre propre genre, notre propre système.

L.P : La rencontre s’est faite en quelle année ?

O.S : C’est à partir de 2010. Au fait, nous venons tous d’un centre qui s’appelle le centre ‘’Siraba’’ qui comporte plusieurs arts : danse, théâtre, musique (traditionnelle comme moderne). Nous avons donc essayé de faire une fusion. C’est vraiment de façon naturelle parce que personne n’est allé apprendre quelque chose ailleurs.

L.P : Comment peut-on qualifier au juste votre style ?

O.S : C’est en réalité une fusion. Quand on parle de fusion, il ne faut pas comprendre le fait de jouer des instruments traditionnels et modernes à la fois mais plutôt l’harmonie, l’accord que laissent ces instruments. Les balafons (instruments traditionnels) qui font des accords occidentaux et la guitare (instrument moderne) qui fait des accords traditionnels. C’est sur cela, on a misé pour créer notre propre style.

L.P : Votre groupe se distingue par son style vestimentaire (jupe noire évasée qui dépasse un peu le genou et un débardeur blanc) atypique. L.P : D’où est venu ce goût… ?

O.S : Franchement dit, au départ, j’avais peur de faire de la musique. Pour me camoufler et supporter les regards des gens, on a décidé d’y aller en s’habillant comiquement comme des acteurs de théâtre. C’est comme cela qu’est né le style vestimentaire…

L.P : Avez-vous des contrats de prestation en dehors de la ville de Bobo-Dioulasso ?

O.S : Depuis que le groupe existe, on a participé à des festivals au Niger, à Ouagadougou. Personnellement, j’arrivais à sortir. Mais j’ai arrêté les sorties il y a deux ans maintenant, à cause du groupe. Je me suis dit que si tout le monde part, que deviendra l’art de Bobo. J’ai la chance de voyager seul en tant que comédien ou avec ma musique mais depuis deux ans j’ai arrêté carrément pour soutenir le groupe. Je suis le leader du groupe et je ne dois pas partir et laisser les autres.

L.P :…ainsi, au nom de la préservation de la culture ?

O.S : C’est mon combat.
Notre force, c’est la diversité. Parmi nous, vous avez par exemple David qui est administrateur culturel. Au départ, le groupe comportait d’autres personnes dont cinq actuellement à l’extérieur. Mais on maintient le cap. On peut passer deux mois, voire plus, sans spectacle, donc sans moyen mais, on maintient….

L.P : Quel est le message à ceux-là qui peuvent vous ouvrir les portes… ?

O.S : Pour ceux qui veulent que l’art burkinabè aille de l’avant, je les invite à venir vers nous également. Ce n’est pas pour faire des commentaires sur l’originalité de nos œuvres car je sais que vous avez été témoin tout à l’heure, je les invite à faire confiance à nos valeurs musicales.
Qu’ils nous aident à rester mobilisé autour de notre culture. Nous avons des œuvres prêtes à être finalisées…
Pour tout contact : (00226) 76 59 26 57

Propos recueillis par

Kader PALENFO (palenfokader@yahoo.fr)

Le Progrès

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
20e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC) : Le comité national d’organisation installé
Le showbiz ivoirien en deuil : L’artiste Ericsson le Zoulou est mort
Festival Rendez-vous chez nous : c’est parti pour la 11e édition
Bobo-Dioulasso : Le ministre de la culture fait le bilan des activités menées par son département en 2019
Cinéma : « Le dragueur de Ouaga », le nouveau long métrage de Yacouba Napon dit MCZ
Fati Sidpayété : La chansonnière de Kombissiri qui a conquis le Kadiogo
Mode : François 1er ouvre une nouvelle boutique à Ouagadougou
Kundé 2020 : Une cérémonie grandiose pour célébrer la 20e édition
Musique religieuse : La sœur Anne Marie Kaboré signe « Wend pegré », son 4e album
Festival Jazz à Ouaga : La 28e édition aura lieu du 29 mai au 4 juin 2020
Musique : « Yeel Somdé », le 27e album de Nana Bibata
Burkina Faso : la réalisatrice Apolline Traoré faite ambassadrice du musée national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés