Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le génie est fait de un pour cent d’inspiration et de quatrе-vingt-dix-nеuf рοur сеnt dе trаnsрirаtiοn.» Thomas Alva Edison

Corruption : Le goût amer de la ’’patrimonialisation’’ des marchés publics

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 25 juillet 2012 à 23h19min

Dans notre édition Bendré no 599 du lundi 12 avril 2010, nous titrons ’’ 9 357 027 271 CFA au groupe Azimmo’’. Cet article faisait suite aux dépouillements d’appels d’offres de moustiquaires imprégnées en conseil des ministres du 07 avril 2010. Liz Telecom-Azimmo dont la patronne est madame Alizèta Ouédraogo avait bénéficié de ces marchés de près de 10 milliards de francs CFA. On se demandait qu’est ce qui pouvait expliquer ou justifier une aussi belle part du gâteau. Les résultats de l’enquête parlementaire viennent nous confirmer que famille et affaire ne font pas bon ménage au profit de l’Etat.

Il faut noter que sur les 12 marchés sur lesquels la commission parlementaire a enquêté, on retient des entreprises dont les noms renvoient à la femme d’affaire et présidente de la Chambre du Commerce, et belle-mère de François Compaoré, Alizèta Ouédraogo. Il s’agit des entreprises Azimmo, Liz-Telecom-Azimmo, KARA/SACBA-TP. En somme, la belle-mère du Président du Faso est dans l’immobilier, la télécommunication, les BTP entre autres.

Toutes ces entreprises dont l’exécution des marchés a été examinée par les enquêteurs présentent des anomalies. La commission parlementaire nous permet aujourd’hui de faire le point sur l’attribution des marchés des moustiquaires imprégnées sus cité. Il faut rappeler qu’il y a eu 6 attributaires et 13 lots pour ce marché. La commission a choisi de s’intéresser à deux entreprises : TM Diffusion et Liz-Telecom-Azimmo. Cette dernière ne semble pas être à première vue du domaine de la santé.

Sur les deux lots de la première entreprise, la commission d’enquête parlementaire a relevé des erreurs intervenues dans le calcul de la TVA. Elle a eu une séance supplémentaire d’explications avec le Programme d’appui au développement sanitaire (PADS), " qui a permis de lever les doutes ".

En ce qui concerne Liz-Telecom-Azimmo, ses 5 lots ont les mêmes problèmes : délais de livraison dépassé de 62 jours. On imagine les conséquences ravageuses de ce retard dans la lutte contre le paludisme. Il faut rappeler que cette entreprise devrait livrée plus de un million d’unité de moustiquaires imprégnée. Des pénalités lui ont été infligées. Selon le responsable de cette entreprise auditionné par la commission d’enquête parlementaire, Malamine OUEDRAOGO, l’Etat est redevable à l’entreprise de près de 500 millions, mais, elle ne compte pas l’ harceler par patriotisme, car conscient des problèmes du pays ".

On se rappelle en 2009, les travaux de construction et de bitumage de l’interconnexion des routes nationales RN1-RN4 attribués au groupement d’entreprises KARA/SACBA-TP dont la présidente est Madame Alizèta Ouédraogo. La commission note que le chantier bien qu’il soit en finition à son passage, l’administration n’a pas pu fournir de situation sur les paiements du marché et les pénalités résultant des retards dans l’exécution des travaux. Selon la direction générale, le groupement a préfinancé l’exécution des travaux qui a atteint un niveau de réalisation de 80% tandis que les paiements décaissés par l’Etat n’étaient pas à 40%. En tenant compte des imprévus, le marché qui coûtait 13 milliards aurait atteint 18 milliards de francs CFA et seulement environ 10 milliards seraient payés à ce jour. En l’absence donc de situation sur les paiements livrés par l’administration, on ne peut avoir une idée fiable du coût total de cette route.

A Ouahigouya, Azimmo a été attributaire en 2009 d’ un marché de 355 911 470 FCFA TTC par appel d’offres restreint, pour la construction d’une salle de spectacle polyvalente à Ouahigouya, avec un délai contractuel d’exécution de 05 mois.

" La commission d’enquête parlementaire constate le très long délai d’exécution des travaux que les tentatives d’explications données ne sauraient justifier. En effet, le marché a été notifié le 10/09/2009 pour un délai d’exécution de 5 mois, mais n’a été réceptionné que le 08/11/2011, soit deux ans et deux mois après ", peut-on lire dans le rapport. Le retard dans l’exécution de ce marché a coûté plus de 100 millions de francs CFA à Azimmo comme pénalités. Mais en confrontant les paiements reçus par l’entreprise, et le coût total du marché, la commission s’est rendu compte que ce qui semble avoir été retenu comme pénalités de retard n’atteint pas 100 millions. Il y a une différence de 16 793 524 FCFA qui indiquent que toutes les pénalités n’ont pas été déduites.

Par Jean Paul Bamogo

Bendré

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Djibrill Bassolé hospitalisé au CHU de Tengandogo
Message des autorités coutumières et religieuses : Le Faso Autrement salue un langage « direct et franc »
Burkina : « Triste bilan sécuritaire en 2019 »
Affectation de Hervé Ouattara dans le Sahel : Maître Paul KERE s’insurge contre la politisation de l’administration au Burkina
Sahel : « A qui profitent les discours antifrançais ? » s’interroge Guillaume Lafargue, journaliste indépendant
Développement d’un entrepreneuriat inclusif et durable : Le financement participatif comme alternative
Transformation des produits agricoles locaux : Un investissement à grande valeur ajoutée
IUTS sur les indemnités et les primes : « Un sacrifice nécessaire pour la nation »
Un instituteur écrit au président du Faso : « Prêchez par l’exemple et vous aurez votre trêve sociale demandée »
Retour sur le message de nouvel an du Président du Faso : Un Burkina Faso uni sortira victorieux selon Poussi Sawadogo
Situation nationale : Le Burkinabè, le terrorisme et l’œcuménisme
Invitation des chefs d’Etat du G5 Sahel : « Pour l’amour de la France, Macron est vexé et inquiet, pas arrogant », explique Kwesi Debrsèoyir Christophe Dabiré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés