Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l’or et l’argent.» Bob Marley

Mali : Discours de Blaise Compaoré à l’ouverture du sommet sur la crise malienne

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Crise malienne • • samedi 7 juillet 2012 à 13h13min

A l’ouverture de la réunion des chefs d’Etat du Groupe de contact de la CEDEAO sur la crise malienne, Blaise Compaoré a rappelé que le mandat confié à la médiation est de trouver, par le dialogue et la concertation, la solution politique appropriée pour mettre fin à la crise de façon globale et définitive. L’intégralité de son discours.

La double crise institutionnelle et sécuritaire que vit la République sœur du Mali depuis le début de cette année 2012, a conduit les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO à confier au Médiateur, au Co-médiateur le Président Goodluck Jonathan et au groupe de contact, sous la conduite du Président de la Conférence Son Excellence Monsieur Alassane Dramane Ouattara, le mandat de trouver, par le dialogue et la concertation, la solution politique appropriée pour y mettre fin de façon globale et définitive.

Excellences Madame et Messieurs les Chefs d’Etat du Groupe de contact pour le Mali ;
Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine ;
Monsieur le Président de la Commission de la CEDEAO ;
Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’ouest ;
Monsieur le Président de la Commission de l’UEMOA ;
Honorables députés représentant l’Assemblée Nationale de la République du Mali ;
Monsieur le représentant du Haut Conseil des collectivités territoriales ;
Mesdames et Messieurs les représentants des forces vives du Mali ;
Mesdames et Messieurs les Chefs de missions diplomatiques ;
Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations internationales et interafricaines ;
Honorables invités ;
Mesdames, Messieurs ;

La tenue de la présente réunion du Groupe de contact de la CEDEAO sur la crise malienne traduit notre ferme détermination à trouver des réponses durables à la situation préoccupante qui prévaut en République du Mali.

Le peuple burkinabè apprécie hautement votre présence effective à ce rendez-vous qui confirme votre profond attachement à l’aboutissement de nos initiatives en faveur de la restauration de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans ce pays frère.

Je vous exprime ma profonde gratitude
pour ce témoignage d’amitié et de fraternité ainsi que pour votre constante disponibilité.

Madame et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;
Honorables invités ;

La double crise institutionnelle et sécuritaire que vit la République sœur du Mali depuis le début de cette année 2012, a conduit les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO à confier au Médiateur, au Co-médiateur le Président Goodluck Jonathan et au groupe de contact, sous la conduite du Président de la Conférence Son Excellence Monsieur Alassane Dramane Ouattara, le mandat de trouver, par le dialogue et la concertation, la solution politique appropriée pour y mettre fin de façon globale et définitive.

C’est pourquoi, après la signature de l’Accord cadre avec le Comité National pour le Redressement de la Démocratie et la Restauration de l’Etat (CNRDRE) le 6 avril 2012, nous avons invité les forces vives du Mali ici même à Ouagadougou, afin que nous recherchions ensemble, les meilleures voies pour une transition politique apaisée, base indispensable de la gestion du problème sécuritaire de la partie septentrionale du pays.

A cet égard, notre conviction a toujours été qu’une solution définitive à la rébellion au nord du Mali, passe nécessairement par la restauration d’institutions républicaines crédibles, stables et reconnues par la communauté internationale.

Les contributions fort enrichissantes de cette rencontre de concertation du 15 avril 2012 ont permis d’engranger des avancées significatives marquées notamment par la normalisation de la situation institutionnelle.

Ainsi, le Président de la République par intérim a été investi, un Premier Ministre désigné, un Gouvernement de transition formé.
L’Assemblée Nationale est opérationnelle et le CNRDRE s’est retiré du devant de la scène politique.

Mesdames, Messieurs ;

Nous sommes à nouveau réunis, pour nous concerter sur l’actualité du Mali, dominée principalement à Bamako par la situation institutionnelle précaire et fragile, et au nord par la dégradation continue de la situation sécuritaire et humanitaire, l’implantation progressive du phénomène du terrorisme et des réseaux du crime organisé.

Cette rencontre du Groupe de contact de la CEDEAO ambitionne d’évaluer l’action de la médiation et de faire le bilan de nos engagements communs.

Elle vise également à donner de l’élan à nos prochaines initiatives pour véritablement nous engager dans le processus menant à la restauration de l’unité et de l’intégrité du Mali, afin d’aller résolument vers l’organisation d’élections libres, transparentes et acceptées de tous.

Dans ce sens, la réflexion sur la formation d’un Gouvernement consensuel au Mali, la sécurisation des Institutions, la protection du Président de la République et surtout les dispositions urgentes à prendre pour faire face au péril terroriste au nord du pays, constituent une étape nécessaire pour assurer le traitement diligent des questions humanitaires et aboutir à la restauration de l’intégrité territoriale du Mali et la stabilité de toute notre sous région.

Mesdames, Messieurs ;

Les parties prenantes du Mali ici présentes sont interpellées sur leur responsabilité politique dans la quête d’une solution globale et durable de la grave crise que vit le Mali.

Les différentes contributions éclaireront les Chefs d’Etat du Groupe de contact dans les actions à engager pour conforter les assises du Gouvernement et résoudre, avec l’appui de la médiation et de la communauté internationale, le problème sécuritaire et humanitaire de la partie septentrionale du Mali.

Je vous remercie.

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Mali : L’ex-putschiste Aya Sanogo et 17 autres militaires vont être jugés pour l’exécution de 23 « bérets rouges » en 2012
Rapatriement volontaire des réfugiés maliens : les partenaires se concertent à Ouagadougou
Réfugiés maliens aux bailleurs de fonds : « Il y a encore près de 30 000 âmes qui comptent sur vous »
Signature de l’Accord de paix au Mali : le Gouvernement de la transition salue « une action pour la paix »
Crise malienne : Langage de vérité entre les réfugiés au Burkina et leur ministre de la solidarité
Le Burkina Faso, signataire de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger
Accord d’Alger pour la paix au Mali : Les mouvements de l’Azawad vont- ils signer ?
Attentat à Bamako : La réaction du gouvernement malien
Mali 2014. Un diplomate tunisien et onusien à la tête de la Minusma.
Réfugiés maliens au Burkina : L’ambassadeur de France au Burkina s’imprègne des réalités à Mentao
Crise malienne : les Mouvements de l’Azawad expliquent les blocages des négociations d’Alger à Ouagadougou
Préparatifs de la reprise des négociations inter-maliennes à Alger : Les mouvements politico-militaires de l’Azawad arrachent un accord à Ouaga
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés