Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Nord-Mali : Force de l’argument ou argument de la force ?

Accueil > Actualités > International • • lundi 11 juin 2012 à 01h41min

A la suite de l’injonction que l’ex-junte "soit immédiatement dissoute et se retire complètement de la gestion de la transition", faite par le Groupe de soutien et de suivi de la situation du Mali (CEDEAO, Union africaine et ONU) le 7 juin à Abidjan, le gouvernement malien de transition, lui, a annoncé, tout aussi immédiatement deux jours après, ce qui suit : la création d’une nouvelle structure, pas encore dénommée, qui comprendra des membres de l’ex-junte, des éléments de la société civile et des représentants des partis politiques, dans laquelle le CNRDRE est censé se saborder ; cela, parce que, face à la capacité d’empêcher de tourner rond ou de nuisance de l’ex-junte, Cheick Modibo Diarra et ses ministres préfèrent jouer la carte de la prudence, en considérant toujours les militaires comme des acteurs de la transition, mais désormais à titre uniquement consultatif, puisque la nouvelle structure devrait avoir un tel statut.

En somme, on espère ainsi ménager à la fois la chèvre Sanogo et le chou Dioncounda, déjà quelque peu brouté malgré les soutiens seulement officiels de la CEDEAO, de l’UA et de l’ONU.

En chat échaudé par la bastonnade du président de la transition qiu craint l’eau froide, Hamadoun Touré, porte-parole du gouvernement malien, n’a pas tort de refuser même de prononcer le mot "dissolution" du CNRDRE, préférant s’en remettre à sa dilution dans la nouvelle structure. En effet, en l’absence de la force d’attente de la CEDEAO pour sécuriser les institutions de la transition, qui serait téméraire pour caresser l’ex-junte à rebrousse-poil ?

La nouvelle structure envisagée par le gouvernement malien semble être la solution du juste milieu, d’autant que, si au sein du CNRDRE, dit-on, on rejette toute idée de dissolution, on serait, en revanche, prêt à se soumettre à la volonté gouvernementale pour peu que soient prises en compte les préoccupations de l’ex-junte : la préparation de la reconquête du nord du pays et la refonte de l’armée.

L’Union africaine s’apprête à saisir l’ONU pour obtenir son appui à une intervention militaire dans le nord du Mali, ont également annoncé jeudi à Abidjan les représentants des Nations unies, de l’UA et de la CEDEAO. Alors que la première rencontre entre le médiateur dans la crise malienne, Blaise Compaoré, et le MNLA a eu lieu samedi pour "préparer les conditions et les modalités du dialogue" selon le chef de la diplomatie burkinabè, c’est à se demander si c’est par la force ou par la négociation que la communauté internationale entend résoudre le problème nord-malien. A moins que, pour forcer à une solution négociée, elle brandisse l’utilisation de la force comme solution au problème !

Sans doute faut-il comprendre ainsi l’appel de chefs d’Etat de la CEDEAO, réunis mercredi à Lomé, à poursuivre les négociations avec les mouvements armés "à l’exclusion des groupes terroristes" et leur décision de saisir le Conseil de sécurité de l’ONU en vue d’une éventuelle intervention militaire.

Ahl-Assane Rouamba

L’Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Maladie du coronavirus : Un cas suspect « sous contrôle » à Abidjan
Droit du sol : Les femmes ne pourront plus aller accoucher aux Etats- Unis en prétextant le tourisme
Différends entre investisseurs et Etats : Le Burkina participe à Vienne à la session sur la réforme du mécanisme de règlement
ONU : Le Général burkinabè Daniel Sidiki Traoré nommé commandant des Casques bleus en Centrafrique
« Luanda Leaks » : Des révélations mettent en cause la fille de l’ex-président angolais Dos Santos
Situation désastreuse en Libye : Les dirigeants africains déçoivent !
Côte d’Ivoire : Le colonel-major Issaka Ouattara dit « Wattao » est mort
Côte d’Ivoire : Décès à New York du Colonel Major Issiaka Ouattara dit Wattao
Voeux du nouvel an : L’ONU met l’accent sur les jeunes, la « plus grande source d’espoir »
Niger : La majorité présidentielle soutient la présence française
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés