Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Et puis, il y a ceux que l’on croise, que l’on connaît à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demi-heure et changent le cours de votre vie.» Victor Hugo

Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 2 mai 2012 à 02h05min

Seydou Bouda, ambassadeur du Burkina Faso à Washington accompagné de cinq de ses collaborateurs, a fait d’une pierre deux coups lorsqu’il a rencontré la communauté bukinabè de New York le dimanche dernier .L’ordre du jour s’articulait sur deux points essentiels : le développement économique et social et la crise au sein de la communauté.

Abordant le premier point, S.E. M. Bouda a appelé les Burkinabè a plus de convivialité, de solidarité et d’entraide en prenant l’exemple sur les asiatiques et d’autres communautés dont l’exemple de cohésion et de solidarité n’est plus à démontrer. Il a par ailleurs invité les uns et les autres à penser à leur pays d’origine. Il a eu également un message particulier à l’endroit des étudiants burkinabè qui finissent leurs études et qui trainent les pas à rentrer au bercail .Il leur a donc lancé un appel à rentrer au pays une fois les études terminées car c’est là qu’on a plus besoin d’eux. Prenant toujours l’exemple sur les pays asiatiques qui ont atteint un niveau de développement indiscutable, il dira que leur développement est en grande partie due au fait que les étudiants de ces pays une fois les études terminées, repartent chez eux avec la connaissance acquise.

Abordant la question relative à la division au sein de la communauté Burkinabé, il dira qu’il n’a pas été compris lorsqu’il a reçu le 3 Décembre dernier à Washington tous les anciens présidents qui ont eu à diriger d’une manière ou d’une autre l’Association des Burkinabè de New York. La feuille de route qui s’était dégagée était que la concertation devrait se continuer, vider le contentieux et aller aux élections. Selon lui le temps n’était pas important mais la cohésion au sein de la communauté l’est. Il a dit que l’ambassade n’a pas de parti pris et que son rôle consiste à faciliter l’existence des Burkinabè notamment dans les domaines des passeports, des actes de naissances et des laissez -passer.

L’ambassadeur Bouda a déploré le fait que des gens qui n’étaient pas invité à la rencontre de Washington soient venus pertuber la sérénité des débats. Il a dit que les crises sont une occasion de se ressaisir. C’est pourquoi, a- t- il salué l’esprit de dialogue entamé par les différents “clans” sous l’égide de son Excellence Mr Der Kodga, ambassadeur du Burkina Faso auprès des Nations- Unies et qui était absent à la rencontre du dimanche, car ayant fait le déplacement au Burkina pour le décès de sa mère.

En effet pour résoudre la crise qui secoue la communauté, les deux associations que dirigent Patrice Yaméogo et Marcel Yaméogo ont été suspendues et remplacées par un Directoire intérimaire dirigé par Patrice Yaméogo et un Comité de pilotage dirigé par Marcel Yaméogo dont l’ensemble constitue une équipe de douze membres regroupant entre autres la communauté musulmane, la communauté protestante et la communauté catholique et qui travailleront à la relecture des textes et à l’organisation de nouvelles élections d’ici au mois de mai.

La volonté des uns et des autres de résoudre la crise, d’aller dans le sens de l’apaisement était réelle. On a vu les deux frères “ennemis”, à savoir Patrice et Marcel, se serrant les mains. C’est un bon départ pour l’unité pourvu que les uns et les autres soient de bonne foi.

Barnabé Bazona Bado
Lefaso.net
Correspondant à New York


J’ai honte …

“ La communauté que vous avez devant vous Excellence est la plus compliquée”, lance le vieux Sanou du haut de ses 74 ans, pour qualifier la Communauté Burkinabé résidant à New York. Ancien diplomate de son état et résidant à New York depuis 34 ans, le vieux Sanou est mieux placé que quiconque pour porter un jugement sur ses compatriotes.

Nous disons pour notre part que la communauté burkinabé n’est pas seulement compliquée, elle aussi mesquine, cynique jalouse, ségrégationniste , égocentrique et surtout manquant d’initiatives. Ajouter les « 3M » de Ablassé Ouédraogo si vous voulez.
Dans mon village, les vieux disent qu’on ne finira jamais de pleurer lorsqu’on est parenté à une chèvre.

Lors de la rencontre de dimanche, j’ai entendu la voix teintée d’émotion de cette femme qui suppliait les différents protagonistes à travailler ensemble pour ramener l’unité au sein de la communauté ; et puis il ya une autre voix, encore féminine, qui se plaignait du fait que l’intervention de l’ambassadeur qui devrait selon elle être délivrée dans sa langue vernaculaire ne l’a pas été. Elle a même donné des statistiques, à savoir que 75 % des personnes présentes dans la salle sont comme elle, c’est –à-dire ne comprenant pas bien le français.

Cette femme dont le français était limpide comme de l’eau de roche exprime un vieux comportement dangereux au sein de la communauté burkinabé de New York. En effet, pendant longtemps, un certain dialecte est devenue une langue officielle dans les différentes réunions regroupant les Burkinabé. Certes la langue peut être un facteur d’unité comme elle peut être aussi source de désunion lorsqu’on a un pays comme le Burkina Faso avec plus d’une soixantaine d’ethnies. C’est pourquoi la crise actuelle doit être résolue non seulement dans la forme mais aussi dans le fond. Jusqu’à preuve du contraire, la langue qui nous unit bien qu’elle soit un mal nécessaire est bien le français.

Lorsque l’unité sera retrouvée, ce ne sera pas la fin. C’est -à-dire que nous devons sortir de l’anonymat et nous réveiller de notre sommeil profond. J’ai honte d’être Burkinabé à chaque fois que je passe devant le siège de l’Association Sénégalaise de New York devant lequel flottent côte à côte les drapeaux sénégalais et américain.

J’ai honte que des DJ burkinabé se font embaucher par des radios FM appartenant à la même association. Oui, j’ai honte que des Ivoiriens aient un centre culturel ivoirien au Coeur de Harlem et que les associations des Burkinabè tous genres confondus louent permanemment ce centre pour leurs différentes activités. Eux qui nous qualifient de “Burkinabêtes. La preuve, les femmes Burkinabé ont célébrés leur 8 mars là-bas ; la rencontre avec l’ambassadeur a aussi eu lieu là-bas. Nous étions obligés de cacher avec des banderoles les drapeaux ivoiriens peints sur le mur. La liste est longue.

Je meurs aussi de honte que les mêmes ivoiriens aient construit une école primaire où le français est enseigné. Nous allons après courir comme des moutons aller inscrire nos enfants dans cette école pour qu’ils apprennent le français.

Pendant ce temps nos associations, qu’elles soient masculines ou féminines se livrent à une guerre de leadership inutile et sans aucun projet digne de ce nom. Quand allons- nous nous réveiller ?

Barnabé Bazona Bado
Lefaso.net
Correspondant à New York

Vos commentaires

  • Le 1er mai 2012 à 15:36 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    le mal burkinabè est partout,le cas new yorkais est médiatisé sinon que ça soit paris,marseille,lille,nice,genèse,bruxelles,montréal,québec et la liste est trop longue,c’est le meme phénomène,tout est politisé à outrance par les memes.
    en plus le burkinabè est devenu de mauvaise foi,hypocrite jusqu’aux os.
    ça fait pitié

    Répondre à ce message

    • Le 1er mai 2012 à 16:13 En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

      De part la quantite, les Mossis sont surement les plus importants. Libre a eux d instaurer le more comme langue officielle lors des reunions. N oubliez pas que si la question doit etre votee, vu le nombre majoritaire des Mossis, le vote pour la langue More passera haut la main (majorite absolue). Il revient aux autres communautes (bissa, gourounis, dioula, peulh, bwaba, senoufo..) d accepter cette regle democratique qui donne toujours raison a la quantite (nombre preponderant de mossis).
      Par contre si les Mossis jugent que malgre son caractere democratique, l instauration du More comme langue officielle a New York peut diviser la communaute, ils peuvent volontairement y renoncer.

      Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2012 à 16:23 En réponse à : President association pendant 10 ans

        Comment un president des Burkinabe d une region peut l etre pendant 10 ans alors que tout le peuple se plaint du manque d alternance de Blaise ?
        Il y a une association des Burkinabes en Allemagne ou le president s est impose pendant 10 ans avant qu on le chasse

        Répondre à ce message

      • Le 1er mai 2012 à 19:23, par Nate En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

        Oui !!je suis gourunsi et de mer mossi. je ne suis pas a New York mais je prnse que vous fete une erreur monsieur, la democratie veut dire le libre choix et pour cela les mossis ne peuvent pas decider quoi que ce soit sans tenir compte de l’avis des autres quelqu’en soit leur nombre.Im doubting about your education. You may not be from Burkina Faso where we are an exemple of a very united communities !!ne cree pas l’autocratie svp, nous sommes integres !!

        Répondre à ce message

        • Le 1er mai 2012 à 20:17 En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

          Je me demande si tu es alle a l ecole,

          justement parce que democratie veut dire "libre choix", les Mossi de NY sont libres de proposer le More comme langue de l association a NY. Si les autres ethnies donnent leur avis et ne veulent pas le More comme langue, et vu qu il n y a pas de compromis possible (on ne peut pas parler More la moitie de la journee et Francais ou anglais le restant), democratiquement les Mossi proposeront de passer au vote pour decider de la question. C est la qu ils sont surs que le vote passera tout en respectant la volonte des autres et en toute legalite. Le vote est automatiquement gagne par la quantite et les Mossis sont les plus nombreux a NY. C est ce que j ai explique tantot et tu sembles ne rien comprendre au vote democratique lorsqu une solution est binaire ( yes or no). C est le cas de la langue Mossi dans ce contexte.

          Répondre à ce message

          • Le 2 mai 2012 à 05:31, par themis En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

            C’est absolument invraisemble ce que vous ecrivez.

            Je suis burkinabe residant a New York ; je suis Lobi et ne parle pas un mot de More. Comment pouvez songer un seul instant que parce que les Mossis sont majoritaires, le More pourrait etre impose comme langue officielle aux reunions ? Et ceux qui ne comprennent ni ne parlent un mot de More ? Devraient-ils renoncer a se rendre aux reunions ? Ou peut-etre s’y rendre mais demeurer sourds et muets ?

            Est-ce que le More est impose au Burkina Faso, ou meme a Ouagadougou comme langue officielle.

            Nous nous reunissons ici en tant que Burkinabe et non en tant que Mossis. Et le Francais est la langue officielle au Faso. Si les Mossis ont la nostalgie du More, eh bien qu’ils se reunissent entre eux. Mais tant qu’il s’agira de reunions de l’association des burkinabe a New York, il n’ya pas de debat, le Francais est la langue de reunion.
            C’est ce tribalisme qui handicape les Burkinabes de l’etranger. La question ne se pose meme pas au sein des autres communautes.
            C’est tout de meme incroyable cette facon de penser. Une facon de prendre en otage toute la communaute burkinabe au par une seule ethnie. On en arrive a ces aberrations de deux Yameogo se faisant leur petite gueguerre narcissique. c’est ce type de raisonnements qui divise et ruine la communaute.

            Accessoirement, je ne suis pas venue a New York pour apprendre le More ni pour m’y exercer. Et si je me rends aux reunions c’est avec la ferme intention d’y participer non pour ecouter sans comprendre des cousins, cousines, freres et soeurs d’une seule ethnie se faire des politesses entre eux.

            Répondre à ce message

      • Le 2 mai 2012 à 14:04, par John En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

        Vous aller amener les gens à dire enfin ce qu’ils pensent depuis des siècles ! Je pense que les différentes réactions renforcent la thèse selon laquelle le mossi est pire qu’une peste ! Le mossi c’est le vrai hypocrite, un vrai ingrat, des gens qui aiment tellement le pouvoir, qu’ils veulent diriger partout où ils sont : regarder ce qui se passe en Côte d’Ivoire ! Les gens cherchent loin : les mossis sont la cause principale des problèmes de la Côte d’Ivoire ! Ils veulent être des chefs dans chaque localité de ce pays ! vous pensez que les ivoiriens peuvent l’admettre ? Après c’est pour dire qu’ils n’aiment pas les étrangers ! C’est faux !
        Quelle sale langue même on veut imposer aux gens ?

        Répondre à ce message

      • Le 2 mai 2012 à 15:50 En réponse à : Mossis democratiquement majoritaires a New York

        Pas d’accord,c’est la langue officielle (le français )ou la langue du pays hôte(anglais).Le bantaré n’est pas un produit d’exportation

        Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 15:50, par Volta mossi En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    monsieur le faux journaliste arreter votre partie pris et donner la vraie version de son Excellence Bouda qui a dit qu il n a jamais dit de venir faire les votes comme vous avez ecris plusieur fois sur le dos de son Excellence. arreter aussi de montrer l equipe de marcel qui na pas de role a faire . en clair Patrice reste Le reprensentant lde la communaute jusqua nouvel ordre.
    quelque soit la longueur de la nuit le jour viendra.
    Vous avez mentis sur Patrice et sur son Excellence aujourdhui l,Aambassade est venue vous demasquer.
    Alors arreter de continuer de mentir

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 16:00, par Goomsida En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Salut mes compatriotes,

    Apres lecture de cet article, Je partage completement l’avis de l’ambassadeur sur le retour des etudiants au pays apres les etudes terminees, mais l’appelle lance ne colle pas avec nos realites au faso. C’est aussi bien de comparer le comportement de certaines communautes a celui des burkinabe.

    J’ai quelques questions a l’endroit de M. L’ambassadeur, L’etat burkinabe a t-il une politique de placement de ces etudiants apres leur etudes ?

    A mon avis, je penses que non, Penses plutot qu’il faut conseil les burkinabe a aller a l’ecole, c’est le seul moyen pour reussir au USA.

    Je vais dire une chose, j’ai l’experience avec le faso, apres avoir beneficier d’une bourse marocaine et tourner au faso apres mes etudes, il m’a ete tres compliquer d’avoir un simple stage.

    Ma seul solution etait de quitter le faso, pour les USA.
    mais ici, apres etre aller pour les etudes, je gagne ma vie comme un americain moyen.

    Je conseillerai plutot mes compatriotes de seulement retourner au Faso si vous avez un bras long pour vous pousser a vous cager.

    et surtout penses a investir au faso.

    merci

    Répondre à ce message

    • Le 1er mai 2012 à 17:19 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      Ce serait parfait si les etudiants a l’exterieure du territoire Burkinabe pouvaient tous rentrer. Cependant, avec le chomage croissant, est-il conseille a un etudiant qui a fini et qui gagne bien sa vie de rentrer au pays pour competir avec les autres sur un marche de l’emploi qui se voit "classiste" ?. Gonfler le nombre des demandeurs d’emploi n’arrange pas le pays au contraire. Rentrer au pays pour ceux qui ont l’experience hors du Burkina signifierait entre autre une autonomie dont une activite dans l’informel. Il faut creer des emplois si possible, il ne faut pas y aller pour prendre la place des autres. Biensure que seulement 1% des etudiants a l’exterieur pourrait le faire, mais ce serait deja bien.
      Ce qui est fort deplorable, c’est la perception que l’on a des etudiants internationaux. Beaucoup pensent que ces derniers sont meilleurs que ceux qui sont restes au pays, creant des frustrations de part et d’autres. Sont-ils appelles vraiment a representer la classe d’elites au Faso ?Et en vertue de quoi ?

      Répondre à ce message

    • Le 1er mai 2012 à 17:20 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      tu as tout dit, on veut bien aider le pays nous aide a nous intégrer a notre retour

      Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 16:56, par touche pas à mon article 37 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Excellence,c’est bon les bons mots sucrés lorsque vous demandez aux étudiants de rentrer après leurs études.C’est l’idéal,nous voulons tous participer à la construction de notre pays comme les asiatiques mais mon Excellence,je me permets de vous poser une question :
    Est ce que le régime dont vous appartenez mène les mêmes politiques faites d’excellence,d’égalité,d’équité que les gouvernements asiatiques ?
    La réponse est 100 000 fois NON parceque vous préférez ramasser les médiocres pour continuer à cultiver la médiocrité afin de maintenir votre domination.Donc dans une assemblée,vous pouvez vous permettre de dire cela,vous qui vivez sur une autre planète avec ce régime corrompu de Monsieur Blaise Compoaré et dieu merci pour vous,vous avez tiré le bon numéro pour vous et aussi pour vos enfants car meme s’ils ne font pas des études géniales,ils auront les meilleures postes au détriment des plus brillants qu’eux.Dans ces conditions,je ne viendrai pas vendre mon ame dans mon propre pays entrain de quémander un poste.En plus,combien de diplomés choment au bled ?
    Soyez sérieux,nous aimons tous notre pays mais votre clan l’a pris en otage depuis maintenant 25 ans.
    Enfin pour les problèmes des associations de la diaspora,c’est aussi votre clan qui a exporté tous ces maux,toutes ces divisions et il faut que tout le monde le sache.Exemple,je réside à Paris mais souvent tu entends qu’il y a eu une réunion alors que personne n’était au courant sauf les vendus,les griots du régime et après ils viennent parler au nom de toute la communauté.Cela n’est pas normal.Donc je ne crois pas que le problème de l’association de NY trouvera une solution,il faut laisser le choix à chacun de militer là où il veut pourvu qu’ils ne s’entretuent pas.Au pays il y a plus de 150 partis politiques,des milliers d’associations mais où est le problème ?On ne va pas forcer les gens à cohabiter dans une union de façade

    Répondre à ce message

    • Le 1er mai 2012 à 19:45, par Burkindi En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      Mon frère,

      Tu as menti ! Tu fais certainement partie de ces gens qui ne savent même pas où se trouve l’ambassade de leur pays. Ou alors qui ne la cherchent que quand ils ont des problèmes.

      Qu’as-tu fait pour t’intéresser à ce qui se passe dans ton ambassade, à ce qui se passe en France autour du Burkina. Dis-toi que personne ne viendra te chercher à la maison pour t’amener à l’ambassade ; c’est à toi de montrer que la représentation diplomatique de ton pays a un intérêt pour toi. Si tu ne cherches à savoir ce qui se passer à l’ambassade, tu ne seras jamais au courant de quoi que ce soit. Même sur Faso.net on lie régulièrement des communiqués annonçant des manifestations à l’ambassade. Si ça t’intéresse, tu devrais y aller au lieu d’attendre qu’on t’envoie une invitation personnalisée.

      C’est tout aussi facile d’accuser le pouvoir de Blaise pour n’importe quoi. Le goût du pouvoir de certaines personnes ne vient pas du pouvoir.

      Au lieu de passer ton temps à te plaindre de tout, demande-toi sincèrement ce que tu fais pour que ça change, qu’est-ce que toi tu fais pour ton pays ?

      Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 17:43 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Moi je conseillerai que la jeune generation Cree une nouvelle association et laisser c’est vieux et vieilles illetres se gerer. Ca fait tres mal d’en Parler...

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 20:01, par burkindi En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Le nomme Partrice Yameogo est une mauvaise dent dans la bouche ,j’ai vecu avec lui a new york.Apres la mort de Ousmane Zongo par la police de new york une somme argent avais ete remi au bureau des burkinabe une somme de un million et quelque cette somme a ete partage entre un groupe qui se dit membre du bureau,et encore chaque association qui existe a new york or les autres etats recoivent l’argent avec le gouvernement Americain chaque annee a cause de cet avanture personne veut qui le pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 21:55, par UN TOLERANT En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    NOS AMBASSADEURS ONT FAIT UN BON BOULOT EN SERVANT DE FACILITATEURS !!! IL FAUT LES EN REMERCIER ENORMEMENT.IL EST CADUQUE DE REVENIR POUR DIRE QUI A RAISON OU TORT CAR L’ AMBASSADE N’A NI LE DROIT NI LES PREROGATIVES D’IMPOSER LA TENUE OU NON D’UNE ELECTION DECIDEE PAR UNE ASSEMBLEE GENERALE DE PLUS DE TROIS CENTS PERSONNES SOUTENUE PAR QUATRE ANCIENS PRESIDENTS CONTRE LE SEUL QUI S’ ACCROCHE !!TOLERANCE ! TOLERANCE !L’AMBASSADE N’ A PAS A NOUS IMPOSER QUOI QUE SOIT COMME LA SI BIEN DIT SON E. BOUDA. MERCI !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2012 à 22:39, par la verite En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    je rest optimist que les burkina peuvent etre solidaire un jour, mais presentement la jalousie mal place, la haine non fonde, l envie de depasse l autre anime le coeur de burkinabe surtout ce qui vivent a l exterieur. c est vraiement dommage. je voulais que les burkinabe comprennent que une seule main ne pas ramasse du sable, il faut l aide de l autre. c est ensemble que nous pouvons construire le pays.

    aux studiant etranges :

    c est bien de rapeller aux gouvernment de vous aidez dans la recherche de l emploie mais pensee aussi que vous etez une source d espoir pour Burkina car vous pouve utilise vos genie creator et vos experience vecu dans ces pays dit developpe pour cree de l emploie aussi.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 00:30, par un obervateur de la situation de NYC En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Monsieur le faux journaliste sais tu comment les ivoiriens ont pu avoir leur centre culturel ? avant de parler de quelque chose il faut etre bien informer.C’est le President Ouattara qui a donner l’argent pour qu’il puisse avoir ca quand il etait de passage aux USA. Aussi les burkinabes de New York ont eu une belle occasion quand le vieux Tassere etait president de l’association pour pouvoir payer un batiment pour les burkinabes mais ils ont preferer se partager cet argent que la famille de feu Zongo a donner pour la communaute burkinabe de New York.
    Tassere a ouvert un magasin dans le bronx, Maiga Checkna et autres sont devenues des .

    Etv chaque fois c est les meme Tassere et autres qui seme les probleme a la mosque et dans la communaute.
    Pourquoi monsieur le faux journaliste tu ne parle pas de ca, parce que tu es toi meme complice avec ces gens. la bande de copins pret a salirer les autres.

    des gens comme Kere et Mik de citibank qui ne peuvent meme pas payer les cotisations ou donner une contribution financiere comme a la rencontre de dimanche pour payer la salle , aider le burkinabe qui a ete pris par l’immigration .......etc par exemple et chaque fois ces gens ont leur guelle pour gueller.

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2012 à 01:53 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      Hello,

      Peu importe qui a donne l’argent . Toujours est-il que les ivoiriens ont su mettre cette somme au profit de leur communaute.

      En revanche, je commence a comprendre porquoi ces gens se battent sans pitie , ni foi pour obtenir un poste strategique dans l’Assoiciation :

      La mort de Zongo a permis a des gens (comme Cheikna, Tassere, .... )de realiaser leur AMERICAN DREAM ;

      Maitenant ces burkinabetes veulent se maintenir au pouvoir ou pour se faire une place , dans l’intention de profiter des prochains malheurs de leurs freres. Ooohh Yaco

      Mon frere, pourrais tu etre plus explicite au sujet des Deal feu Zongo en nous precisons les Noms afin que evitions de voter ces diables.

      Répondre à ce message

    • Le 27 mai 2012 à 00:55, par un obervateur de la situation de NYC En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      la liste quelques personnes qui ont pris l’argent :
      1)Ali Ouedraogo de la mission permanante,
      2)Checkena Maiga,
      3)Tassere sawadogo alias Tahirou,
      4)Adama la dame de fer,
      5)Zongo A.,Hamidou ancien president des jeunes,et autres.

      Nous voulons qu’ils viennent s’expliquer en AG car ce ne pas claire et monsdieur le faux journaliste a fait disparaitre l’article du web.

      Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 02:17 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Vous savez ,le burkinabe malgre l’amerique se croit toujour au faso ou dans son quelconque village.ce ne pas la chefferie tradionelle.si lesdeux ne peuvent pas faire le consensus de Leur compatriotes ,ils n’ont qua laisser et donner la chance a l association d evoluer .pardon ns ne sommes pas kokologo.aucun des deux na herite de ca .s il vous plait comprenez et faites la difference .

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 05:58 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Ben GASTON YOU TALK TOO MUCH , SHUT UP YOU LOSING YOUR TIME.
    AND LEAVE PEOPLE ALONE , TAKE CARE YOUR FAMILY.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 06:27, par themis En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Si ca continue, moi Themis, Lobi a New York, suggere une scission ; oui une de plus et une salutaire : nous autres les "non mossi", tous les "non-mossi" sans exception, meme les Gbins y seront les bienvenus, devrions nous separer et former notre association de "vrais Burkinabe" sans redondance, pour travailler main dans la main et faire avancer les idees et les actes. Quand les Mossi en auront fini avec leurs pitreries, et que promenant le regard alentour ils ne trouvent personne pour admirer leur superbe, ils se decideront, peut-etre, dans un elan de lucidite, esperons-le, a sauter dans le train en marche et a fusionner avec le groupe pour faire un seul corps vigoureux, plutot que de toujours chercher a jouer les moro naba. Alors on ne dira plus Mossi, Lobi, Bissa, Bobo... on dira tout simplement freres et soeurs bukinabes de New York. Plus personne ne confisquera le pouvoir parce que disposant d’oncles, de freres, soeurs, cousins, cousines neveux et nieces nombreux pour voter pour lui sur des bases tribales et ethniques. Non cette periode sera revolue. Il appartiendra au meilleur, au plus inspire, au plus federateur, au plus charismatique d’etre la tete, de porter le flambeau et de diriger le Corps associatif.

    Une vraie refondation est vitale. Assez de tourner en rond a l’image de la toupie. Le vertige du neant va finir par nous happer

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2012 à 12:55, par barthle En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      Bien dit mon frère je crois que nous parlons ici d’une association représentant une communauté et défendant toute cette communauté et à en savoir la communauté ne vient pas d’un état ou la langue officielle est le mooré.
      Arrêtez de dicter à tous vos ignobles intentions car après vous voudrez que tout le monde se plie à votre naaba que vous allez installer comme d’habitude.
      Au Burkina comme à NY qui donne à manger à qui ? alors si mossé se croit dieu que le reste de la communauté s’accorde et même une vie d’entraide et de paix

      Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 14:26, par Sonm-boinm En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Ainsi donc nous les mossi composons pas avec les minorités au USA ? C’est ce qui ressort de vos intervention en tout cas ! Cherchez vos moyens de défense autrement au lieu de vouloir ethnissiser le débat espèce d’aigris. On ne peut même plus défendre sa mossitude ni défendre ses valeurs. Comprend que l’expression linguistique est DEVOIR pour chaque ethnie, autant le mossi veut imposer sa langue autant le lobi devrait chercher à en imposer la sienne.

    Répondre à ce message

    • Le 2 mai 2012 à 19:13, par Themis En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

      "Mossitude" dites-vous ? Ca rime bien avec "Ivoirite" n’est-ce pas ? et on sait tous ou ce concept a conduit.

      Defendre sa "mossitude", dites-vous ? Ne croyez-vous pas que l’objectif serait plus temeraire et l’ideal plus noble de defendre plutot "sa burkinte" ?

      Ainsi donc, pour vous ces reunions sont une lutte d’influence ethnique ? Pour ma part, je ne vais pas a ces reunions pour imposer mon Lobi aux autres, ni le temps ni l’envie. Objectif totalement et absolument puerile, inutile et nuisible. Je vais a ses reunions en tant que Burkinabe pour rencontrer d’autres burkinabe, partager des idees, travailler avec les autres dans un respect mutuel. Je n’y vais pas pour bramer mon lobi, mais pour clamer que je suis burkinabe. Encore une fois, on n’interdit a personne de pratiquer son dialect. Mais que personne n’impose son patois comme langue officielle des reunions.

      Bon sang ! Quelle tragedie toutes ces visions courtes, ces esprits sans profondeur, incapables de porter le regard et la pensee au dela de leur village. On n’est pas sorti de l’auberge avec vous autres, il faut se l’avouer !

      Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 14:42 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Monsieur L’Ambassadeur,

    Si ces individus ne sont pas capables, avec le petit nombre qu’ils sont, de s’entendre même aux USA, qu’ils y restent.

    Nous voulons au Burkina d’intellectuels capables de fédérer toutes les énergies et ressources pour la construction du pays. Pas de gens qui vivent de la division.

    Burkinabè de New-york, merci de ne pas revenir au Faso tant que vous n’aurez pas appris que l’union fait la force.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 15:54 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Les autres communautés sont assez solidaire et bienveillants les uns les autres mais quand un Burkinabè franchisse une porte,non seulement il la ferme mais pire il la scèlle.Quelle honte d’étaler nos tares partout.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2012 à 16:48 En réponse à : Burkinabè de New York : Les ambassadeurs Seydou Bouda et Der Kogda s’impliquent dans la résolution de la crise

    Ah ! tous les mêmes ces Burkinabé ! à l’interieur comme à l’extérieure, mossis et non mossis. à croire que l’on est maudit.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Système de santé : Le Mouvement des intellectuels pour le développement monte au créneau
Burkina Faso : La traite de nouveaux acteurs dans la politique, un vent d’espoir ?
Burkina : L’UPC dénonce une campagne déguisée du Président Roch KABORE
Tabaski 2019 : L’UPC souhaite une joyeuse fête aux musulmans
Fête de l’Aid El kébir : « Un moment privilégié de partage et de solidarité en Islam », salue l’UNIR/PS
Vie politique : Une délégation du Mouvement patriotique pour le salut chez le Mogho Naaba
Fête de l’Aïd-El-Kébir : Les vœux du MPP aux fidèles musulmans
Démocratie : « De l’urgence d’interdire les partis politiques »
5 août 1960-5 août 2019 : Le Burkina commémore le 59e anniversaire de son indépendance
Anniversaire du 4 août : Le président du Faso salue « l’engagement patriotique des acteurs » de la révolution
4 août 1983 : L’appel du président Thomas Sankara
Burkina Faso : Résoudre « l’absence » d’État ou périr !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés