Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès est d’obtenir ce que vous voulez. Le bonheur est de vouloir ce que vous obtenez» Dale Carnegie

ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

Accueil > Actualités > On en parle... • • mardi 27 mars 2012 à 03h34min

Tougzagué, un quartier périphérique situé à l’ouest de Ouahigouya, au secteur 13, a été le théâtre d’un drame dans la matinée du dimanche 25 mars 2012. Tout est allé très vite entre 5h et 6h, quand T.S viole le domicile de son voisin K.B et lui assène des coups de poignard. Alertée, l’épouse de KB vint à son secours. Elle recevra un coup violent qui l’amène à terre. Ni les cris de secours de la dame, ni les gémissements de KB ne décourageront outre mesure TS d’accomplir son acte ignoble. Bien au contraire, il achève littéralement son voisin avant d’aller à la mosquée comme tout le monde. De retour de la mosquée, TS prend place sur une chaise, le chapelet entre les doigts, tranquillement comme si de rien n’était. C’est dans cette position d’ailleurs que la police est venue le cueillir chez lui.

Selon les témoignages recueillis auprès des voisins, KB et TS se regardaient en chiens de faïence depuis près d’un an. L’animosité entre les deux hommes est partie du fait que TS faisait la cour à la femme de KB. On raconte même qu’un jour, pour avoir refusé les avances de TS, l’épouse de KB a failli être violée. Ce flagrant délit ayant fait le tour du quartier, TS était devenu infréquentable. Il finit par envoyer des sages pour demander pardon à KB. Ce dernier aurait accepté les excuses tout en lui demandant de rompre définitivement avec sa femme.

A en croire toujours les riverains, TS n’avait pas digéré l’humiliation qu’il a subie et gardait une rancune féroce contre son voisin. Samedi 24 mars dernier, il envoie sa femme au village. Mais lui seul savait que le lendemain, il allait commettre un crime. Le corps de KB a été conduit dimanche à Gohere, son village natal, pour enterrement.

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 27 mars 2012 à 10:02 En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    TougZagué...et toujours la femme au centre des querelles.
    Ceci étant un acte prémédité, T.S mérite la prison à vie. Pauvre femme, néo-veuve pour avoir su conservé ta fidélité pour ton Mari, se retrouvant seule,dans les tourments.

    Au vu des crimes atroces commis en ce début d’année 2012 (récémment le jeune déchiqueté, démembré, à Bobo et l’affaire de la tête coupée pour 300.000F, BON DIEU, Ou allons-nous ?)
    Ne faudrait pas songer à instaurer la peine capitale afin de ne perdre toute valeur humaine ?

    Répondre à ce message

    • Le 4 avril 2012 à 16:11 En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

      Cher ami , vous ne pouvez pas restaurer la dignité de la personne humaine en instaurant la peine de mort . Ce serait un acte contradictoire avec ce que vous prétendez défendre . On ne tue pas le criminel , sinon on fait la même chose que lui . C’est vrai que parfois face à certains actes "inhumains" , on a envie de faire disparaître les criminels , mais est-ce la solution ? Les Etats-Unis appliquent la peine capitale et pourtant elle n’est pas dissuasive . Ce pays reste le plus violent . Réfléchissons davantage et évitons les réactions passionnelles .

      Répondre à ce message

    • Le 13 avril 2012 à 11:19, par Massa Souleymane En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

      Bien parle ! ... Je suis aussi pour une application stricte de la peine de mort : elle n’est pas supprimee au Faso mais, il y en a qui sont condamnes sans etre pourtant executes.
      Il me parait inadmissible qu’un individu comme "Saul de Tarse" se retrouve en liberte ou en semi-liberte aujourd’hui. C’est une insulte aux victimes et a leurs familles. C’est comme si on veut que le petit peuple accepte toujours une Justice taillee a l’Occidentale pour proteger les plus nantis, meme quand ils foutent la merde... Vivement un retour a des Tribunaux Populaires qui, tout en prenant en compte les droits de la defense travailleront a plus d’objectivite et d’equite dans la justice et, a une moralisation de la vie publique !

      Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2012 à 10:42, par Ornella En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    Bonjour, je me permets de situer les faits pour me rassurer de la bonne compréhension de l’affaire :

    T.S : = TUEUR = COCUFIEUR
    Faisait la cour à mme K.B ; MME K.B a failli être violée par T.S ; T.S. devenu infréquentable ; T.S. envoi sages pour demander pardon à K.B.(condition du pardon est la rupture avec Mme K.B) ; T.S. se sent humilié et ne digère pas cette condition, donc rancune féroce qui conduit au meurtre de K.B

    K.B. : = TUE = COCUFIE
    Pour accepter pardon de T.S qui le cocufiait, K.B., lui demande de rompre définitivement avec sa femme, rupture que TS ne digère pas et le tua.

    COMMENTAIRE :
    Vraiment, je pense que TS est un élément très très dangereux à surveiller de prêt, car la rancune féroce témoigne même de sa férocité naturelle. Sinon comment peux tu commettre un tel acte, oser aller à la mosquée (Prier Satan peut être)et venir s’asseoir en toute quiétude pour égrener un chapelet ?

    Si quelqu’un devait tuer et avoir raison dans cette affaire, la personne devait être le cocuffié et non le cocufieur. Comment peut tu cocuffier quelqu’un et garder une rancune féroce parce qu’elle t’a dit de rompre définitivement avec sa femme pour accepter ton pardon ? Ce cocufieur est un homme à abattre (excusez moi mais il est allé très loin).

    Monsieur le Journaliste, vous auriez dû intituler l’article comme suit : COCUFIEUR IGNOBLE ! ! !

    Webmaster, publié mon message.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2012 à 11:07, par laurelle En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    Encore une histoire de fesse !
    Ah les hommes, ou allons nous ? Ce criminel doit être pendue

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2012 à 12:02 En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    Salut. Toutes mes condoléances à la famille KB. Que Dieu vous console et vous donne la capacité de pardonner. J’avoue que je ne comprend pas bien l’article. Est-ce moi qui ai mal lu et il est mal libéllé ? En tout cas, j’encourage beaucoup l’auteur et lui souhaite le meilleur. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2012 à 13:42, par Hamidou En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    Et avec tous ces meurtres on parlera de suprimer la peine de mort dans notre pays.
    Que Dieu sauve les BURKINABE

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2012 à 18:58, par nasser En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    C’est vraiment ignoble ! Plus que jamais ce tueur mérite d’étre tué lui aussi et de la plus atroce qui soit.

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2012 à 09:28, par Pierros En réponse à : ON EN PARLE : Une affaire de femme tourne au drame

    Il faut pendre TS haut et cours en public en prenant soin de lui enfoncer des corps dans le corps pour qu’il ressente les douleurs de ses victimes avant de mourir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés