Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les obstacles sont les choses effrayantes que vous voyez quand vous détournez les yeux de votre objectif. » Henry Ford

CDP / Yatenga : Des journalistes mis en garde

Accueil > Actualités > Opinions • • vendredi 15 octobre 2004 à 06h53min

Par le biais de cet écrit, Abdoulaye Sougouri, le secrétaire de la section provinciale du Yatenga dit "non à la désinformation" et souligne, entre autres, le "rayonnement" et le "leadership" de Salif Diallo sur la région du Nord.

"Il nous a été donné de constater récemment dans les parutions de certains journaux de la place, des écrits fantasmagoriques dont les contenus ne sont ni plus ni moins que ceux d’un roman de science fiction car très loin de la réalité politique du parti au Yatenga voire dans le Nord. Nous ne nous serions pas donné la peine de réagir face à ces élucubrations intellectuelles galvaudées si seulement ces écrits se lisaient dans les frontières géographiques de la région du Nord.

Pour des desseins inavoués et inavouables, les auteurs de ces écrits essaient de jeter l’anathème sur notre parti, le CDP, sans épargner notre leader, le camarade Salif Diallo.

1. Du rayonnement de leadership du Camarade Salif Diallo sur la région du Nord

Il n’est pas de notre habitude de faire éloge de l’homme (comme lui-même n’aime pas du tout qu’on lui en fasse), mais il est des moments où notre responsabilité dans le parti nous interpelle pour rétablir la vérité n’en déplaise à ceux qui prennent leurs fantasmes pour la réalité. Le leadership du Camarade Salif Diallo sur la région du Nord et au Yatenga en particulier est une réalité incontestable ; du reste il évolue en crescendo, en témoigne son retour triomphal dans son fief le 16 septembre dernier.

Ce jour-là, toute une région s’est identifiée à un homme politique dans une liesse jamais égalée dans le Nord. De Yako à Gourcy jusqu’à Ouahigouya, les militants ont réitéré leur confiance et leur adhésion à la politique clairvoyante et constructive du Camarade Salif Diallo.

Alors, de quatre choses l’une : soit ces gratte-papier ignorent la réalité du terrain, soit ils sont en quête de sensationnel, soit ils ont choisi de faire du journalisme fiction, soit pour des buts inavoués et malveillants ils essaient mais combien désespérément de biaiser l’évidence.
S’accrocher à des gesticulations instrumentalisées et soutenues par des éternels trouble-fêtes, véritables ivraie du parti pour conclure que Salif Diallo est contesté dans son fief relève du burlesque et de la diversion.

D’autre part, les divergences conjoncturelles consécutives au renouvellement des structures d’un grand parti comme le CDP sont des choses logiques et normales que seul le temps et la maturité politique des uns et des autres atténueront certainement. En outre, ces divergences conjoncturellement traduisent la dynamique interne du parti. Contrairement à ce que certains écrits prétendent, ces bisbilles entre prétendants au trône relèvent plus d’une certaine insuffisance de formation politique et civique mais jamais ne remettent en cause le rayonnement du Camarade Salif Diallo sur le parti dans la région.

Au sein du CDP, au Yatenga, la contradiction est admise, c’est un des principes fondamentaux du fonctionnement du parti, mais elle n’a jamais été assimilée à la contestation. Par ailleurs, le Camarade Salif Diallo n’a jamais considéré le CDP dans la région comme un patrimoine personnel. C’est pourquoi, il a toujours laissé la liberté aux militants d’accorder et de retirer leur confiance à un des leurs. Aussi, nous estimons que sa gestion du parti contribue à n’en pas douter à son ancrage démocratique. Toute autre interprétation n’est qu’une analyse grossière, erronée et légère des réalités politiques du CDP Yatenga.

2. Du renouvellement des structures du parti

Une opération majeure comme le renouvellement de structures d’un grand parti comme le CDP et dans une localité très politisée comme le Yatenga suscite toujours des dissensions, mais exacerbées le plus souvent par l’insuffisance de formation politique des militants. Aussi pour atténuer les effets directs et collatéraux d’une telle opération, le Camarade Salif Diallo a donné mandat à la quinzaine des membres du BPN du Nord de trouver un mécanisme de renouvellement qui puisse allier consensus et volonté des militants de base conformément aux dispositions des textes fondamentaux du parti élaborés à cet effet.

Ainsi pour la désignation des trois premiers titulaires de la section provinciale du Yatenga et des sous-sections départementales, le collège qui les a choisis était composé des membres du BPN originaires de la Province, d’opérateurs économiques, de chefs coutumiers, de hauts cadres, tous militants du Parti. C’est au total près de cent (100) personnes qui se sont réunies pour consensuellement choisir ces trois premiers responsables.

Donc il n’y a eu ni imposition, ni choix d’un seul individu ; et dans tous les cas le consensus a prévalu. Mais et, malheureusement très vite, certains hauts placés du Parti (députés, maire, hauts cadres) ont encore exploité l’immaturité politique des camarades qu’ils voulaient à la tête des structures en les instrumentalisant et en les dressant contre les choix issus du consensus.
Donc chers messieurs de la plume facile et des déductions légères, sachez une chose : Salif Diallo est et demeure le premier leader politique du CDP dans la Région du Nord, il bénéficie entièrement de la confiance des militants du parti.

A bon entendeur, salut !"

Le Secrétaire de la section provinciale du Yatenga

Abdoulaye SOUGOURI

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso.net TV
 Articles de la même rubrique
Terrorisme : Les populations civiles sont les premières victimes, se désole Boubacar Samba
Burkina Faso : C’est le moment de réussir à construire la cohésion sociale ou périr, estime Elhadji Boubacar
Terrorisme : Un avenir difficile pour le JNIM et l’EIGS
Insécurité : La procédure de flagrant délit est-elle applicable aux actes de grand banditisme ? interroge le magistrat Zakaria Bandaogo
Burkina Faso : Bâtir un nouveau leadership, préconise le journaliste et consultant André Marie Pouya
Burkina : « Pour une réconciliation nationale vraie et sincère, aucun type de justice ne devrait être une fin en soi ! », foi de l’ATR/DI
Renaissance africaine : Un citoyen plaide pour « une Afrique de demain nourrie à la pensée de Cheikh Anta DIOP »
Sommet de N’Djamena : Fin de partie pour les terroristes, exulte Ibrahim Keïta
Limitation des partis politiques : Formons plutôt des « citoyens techniquement compétents et politiquement conscients », avise Ousmane So
Enseignement supérieur : Quelques pistes pour des institutions réellement au service du développement du capital humain
Djihadisme au Sahel : Propagation ou repli ?
Rencontre des pays du G5 Sahel et de la France : La communauté peule du Sahel lance un appel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés