Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si l’on bâtissait la maison du bonheur, la plus grandе рièсе sеrаit lа sаllе d’аttеntе.» Jules Renard

POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

Accueil > Actualités > On en parle... • • vendredi 9 décembre 2011 à 02h02min

La montée ou la descente du drapeau constitue pour tout citoyen un moment très important. Tout citoyen, quel qu’il soit, est tenu de marquer un arrêt pour respecter les couleurs. Même le citoyen le moins instruit est censé connaître cela. Mais l’on se demande jusque-là quelle mouche a pu piquer ce professeur d’un établissement public de Ouahigouya pour qu’il en arrive à cette bavure. En effet, pendant que l’on descendait les couleurs le 28 octobre dernier au sein de l’établissement, et devant les élèves, G.E a refusé de marquer un arrêt, suscitant l’indignation générale de l’assistance.

Au mépris de tout comportement civique, l’homme est allé bonnement enlever sa moto au parking pendant que le surveillant général et les élèves respectaient la descente du drapeau. Depuis, ce comportement en contradiction avec le civisme fait couler beaucoup d’encre et de salive, dans la cité de Naaba Kango et même au niveau central à Ouaga. D’ores et déjà, le chef d’établissement, absent au moment des faits, a été instruit de fournir un rapport auprès de sa hiérarchie.

En tout cas, des informations dignes de foi indiquent que l’affaire est prise au sérieux par le ministère en charge des Enseignements secondaire et supérieur. Le dossier se trouve en bonne et due forme sur le bureau du S.G du ministère. Nombre de témoins qui nous ont relaté les faits affirment que l’intéressé a reconnu les faits devant son supérieur hiérarchique.


Moctar Tall admis à un concours

Hier soir, au moment où nous mettions sous presse, nous avons appris que Moctar Tall, le directeur général de l’Ecole nationale d’Administration et de magistrature, est admis au concours de recrutement d’un Cordonnateur technique national, expert en questions institutionnelles et politiques de la sous-composante gouvernance politique du programme de renforcement de la gouvernance.


Douna : la police saisit plus de 300 kg de chanvre indien

Dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 décembre 2011, un agent de la police nationale de la région des Cascades en mission dans les environs de la commune rurale de Douna, localité située à 25 kilomètres de Banfora sur l’axe qui conduit à Sindou, a mis fin au parcours de 5 trafiquants de chanvre indien. Ceux-ci ont été obligés de continuer sans le produit qu’ils transportaient. Le lendemain jeudi 8 décembre 2011, le butin saisi a été conduit à la direction régionale de la police nationale des Cascades. Son premier responsable, le commissaire de police Daniel Zoungrana l’a évalué exactement à 374 kilogrammes.

Le chanvre soigneusement emballé dans des sachets, se présente sous la forme de plaquettes que les trafiquants placent dans de gros sacs à l’image des balles de friperie. Selon le DR Zoungrana, c’est au cours de la nuit, vers 23 heures que le policier en question est tombé sur les trafiquants qui s’activaient à monter une pente sur la route régionale qui va de Banfora à Sindou. Très vite, il comprit qu’il s’agissait de trafiquants de produits prohibés. Il décida alors de prendre une avance sur eux pour aller leur tendre une embuscade. Il prit toutefois le soin d’alerter la direction provinciale de la police de la Léraba et de demander à celle-ci de lui prêter main forte. Toujours, selon le commissaire Daniel Zoungrana, lorsque les trafiquants sont tombés dans le piège, ils ont vite fait d’abandonner leurs montures, des vélos au nombre de 5, et de disparaître dans la brousse.

"C’est d’ailleurs leur habitude, mais je suis sûr que nous mettrons la main sur eux", confie-t-il. Cette drogue, à entendre la police des Cascades, a quitté la Côte d’Ivoire et avait pour destination les provinces du Houet et du Kénédougou. Selon le DR, des équipes de policiers sont en permanence en patrouille dans cette zone car elle est réputée pour sa fréquentation par des trafiquants du genre. Au regard des effets néfastes de ce produit sur la santé des populations, le DR de la police a invité la population à une collaboration étroite avec ses services disséminés dans toute la région des Cascades afin qu’un jour on puisse mettre fin à ce trafic . Il a adressé ses félicitations à l’agent qui a permis la saisie du chanvre indien et encouragé l’ensemble des éléments de la police de la région à redoubler d’effort pour la sécurisation des personnes et des biens dans les Cascades.


Pô : des lycéennes tombent en transe

Depuis 2 mois environ, on assiste à l’avènement d’un phénomène inédit au sein des établissements d’enseignement secondaire de la commune de Pô. Des filles qui tombent, parfois par dizaines, se débattent et s’ébattent, comme prises de crises aiguës d’épilepsie. Toutefois, amenées à l’hôpital ou ramenées chez elles, la majorité d’entre elles reviennent à elles comme par enchantement et vont même jusqu’à ne plus se rappeler le moindre détail de ce qui venait de leur arriver, quelques minutes plus tôt. Les autorités hospitalières, communales, coutumières et religieuses ont été saisies, mais jusque- là, rien n’est fait pour contrer le mystère qui empire en revanche. Le lundi 5 décembre 2011, à 10 heures, les lycées provincial et municipal et le collège privé Education sans Frontière étaient fermés ; et pour cause, des élèves filles y tombaient et se débattaient, tels des poulets égorgés, laissant tout le monde médusé et perplexe. Pire,au lycée municipal, une d’entre elles, pendant qu’elle était en convulsions, s’est mise à communiquer en langues arabe et mooré.


L’école Ziniaré "A" a 50 ans

En 1961, à sa création, elle s’appelait Ecole primaire publique mixte de Ziniaré. Cinquante ans après, l’Amicale des anciens élèves se souvient de cette naissance. Ils marqueront le cinquantenaire de l’école, devenue Ecole Ziniaré "A", par une cérémonie commémorative, ce samedi 10 décembre. Le programme prévoit des témoignages, des allocutions, des décorations, une exposition, un match de football et un bal rétro.


SACCOL : un salon pour magnifier la culture

La première édition du Salon des conservations et des collections (SACCOL) se tient les 10 et 11 décembre 2011 au pavillon jaune du SIAO. L’objectif recherché à travers le SACCOL est de promouvoir et de préserver ce volet patrimonial culturel à travers ce concept à caractère ludique, historique et culturel. La cérémonie d’ouverture interviendra le samedi 10 décembre à 10h et sera marquée par la visite de l’exposition, et la grande parade des 2CV et des anciennes voitures et motos dans la ville de Ouagadougou sur un circuit de 50 km environ.


ACEB : une association pour stimuler l’excellence

L’Association des cadres et cadres en devenir burkinabè (ACEB) organisera le samedi 10 décembre à la mairie du 18e arrondissement de Paris, place Jules Joffrin, 750 18, une journée parcours de l’excellence (JPEX). La JPEX est un cadre de rencontres, de partage d’expériences et d’opportunités professionnelles. Elle a pour objet de permettre aux participants de s’inspirer de l’expérience de chefs d’entreprise et de Burkinabè ayant fait preuve d’un parcours d’excellence ; puis de faire bénéficier aux participants de conseils d’experts en recherche d’emploi, en création d’entreprise et en formation. Ladite journée se tiendra sous le parrainage de Appolinaire T. Compaoré, président du Groupe Planor Afrique SA, PCA de Telecel Faso.


CMA de Ziniaré : vite, une salle de garde pour les médecins et les laborantins !

Le CMA de Ziniaré ne disposerait pas d’une salle de garde pour les médecins et les laborantins, si bien que lorsqu’il y a une urgence, il appartient à l’ambulancier d’aller chercher soit un médecin, soit un laborantin chez lui à domicile, selon le besoin. Quand on sait que l’ambulance couvre tout Ziniaré, soit plusieurs centres de santé, ce n’est pas chose aisée. Aussi met-on en danger la vie de citoyens car, certaines urgences ne sauraient attendre le temps que l’ambulancier aille chercher qui que ce soit. Une salle de garde éviterait donc tous ces désagréments et contribuerait à sauver des vies. Les autorités compétentes sont donc interpellées car il y va de la vie des citoyens.


Gourcy : les scolaires réclament vérité et justice pour Flavien Nébié

Le mardi 6 décembre 2011, les scolaires de la ville de Gourcy sont descendus dans la rue pour réclamer vérité et justice pour leur camarade Flavien Nébié, décédé, il y a maintenant 11 ans, à Boussé. Ils ont été reçus par le haut- commissaire du Zondoma, Hassane Sawadogo, qui avait à ses côtés le préfet de Gourcy et le premier adjoint au maire de la commune. Le représentant des "marcheurs" a déclaré que la manifestation a pour objet de réclamer vérité et justice pour leur camarade Flavien Nébié, mort le 6 décembre 2000 dans des circonstances non encore élucidées.

A leur arrivée devant le haut- commissariat, les élèves ont été reçus par le maître des lieux, Hassane Sawadogo. A côté de lui, le tout nouveau préfet de Gourcy, Kisito Valentin Ouédraogo, et le premier adjoint au maire, Séguénam Koma. Après une demi-heure d’échanges empreints de courtoisie et de respect, les scolaires ont replié vers leur base et se sont donné rendez-vous le lendemain pour la reprise des cours. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la marche s’est déroulée sans aucun incident.


Tingandogo : le festival Rakiré s’ouvre ce week-end

Sous le parrainage du Naaba Boulga II de Komsilga, le Conseil villageois de développement (CVD) de Tingandogo (sis côté sud de l’hôpital national Blaise Compaoré) organise du 9 au 11 décembre 2011, la première édition du festival dénommé. "Festival Rakiré Tingandogo 2011".


ENAREF : une nouvelle dynamique en marche

Après sa prise de service le 9 novembre 2011, le nouveau directeur général de l’ENAREF, Amadou N. Yaro, n’a pas tardé à imprimer sa marque à l’institution. Depuis cette date, de nombreuses actions ont été menées ou sont en voie de l’être : balayage de la devanture de l’école pour rendre propre le cadre de travail, rencontres avec toutes les composantes du personnel. Afin de maîtriser les dépenses de fonctionnement, les climatiseurs ne seront mis en marche qu’à partir de 10h et ceci du 1er décembre au 15 février 2012. Par ailleurs, un inventaire détaillé de tout le matériel mobilier et immobilier est prévu pour la fin décembre, afin de mettre en place une comptabilité matière.

Le site web de l’ENAREF sera lancé le 20 décembre prochain. Une convention de partenariat a été signée avec l’université Senghor d’Alexandrie et bientôt une matière portant sur la fiscalité et les mines verra le jour. Les modalités de la certification ISO seront lancées bientôt avec une étude diagnostique de l’organisation de l’ENAREF (ce qui permettra de voir les forces et les faiblesses de l’école). Enfin, il est prévu un séminaire sur la GAR (gestion axée sur les résultats), à l’intention des directeurs et chefs de service de l’ENAREF.


Forum national des jeunes : la Classe ouvrière s’en félicite

Dans l’adresse ci-dessous, la Classe ouvrière/Organisation des travailleurs du privé et de l’informel, se félicite de la tenue du Forum national des jeunes du 1er au 3 décembre.

" La classe ouvrière a suivi avec un grand intérêt les travaux du 6e Forum de la Jeunesse à Dori et en sa qualité de Centrale syndicale, elle vient exprimer toute sa satisfaction et sa disponibilité à soutenir désormais tous les forums de la jeunesse du Burkina. La classe ouvrière a compris qu’un tel forum est salutaire pour la jeunesse en quête d’une ouverture professionnelle et les syndicats se doivent de soutenir le gouvernement dans de telles initiatives qui peuvent apporter une solution au chômage de la jeunesse. Le 6e forum de la jeunesse est une vraie réussite à tous points de vue et nous saluons le département du ministère de la Jeunesse, de la Formation professionnelle et de l’Emploi pour avoir réussi à répondre à l’attente de toute la jeunesse du Burkina.

En créant cet espace démocratique où la jeunesse peut librement s’adresser aux premiers responsables du Faso sur tous les sujets se rattachant à son avenir, nous autres syndicalistes considérons que cela est une vraie avancée et notre soutien sera indéfectible. Notre jeunesse a aussi sa part à jouer en se ressaisissant et en se débarrassant définitivement des conduites immorales pour se donner une conscience responsable afin de prendre la relève et d’assurer à notre société la stabilité, la cohésion et la paix permanentes. "Que Dieu aide notre pays et son peuple."


Forum InnovAfrica du 12 au 16 décembre à Ouagadougou

Il sera organisé du 12 au 16 décembre 2011 à Ouagadougou, la deuxième édition du Carrefour des possibles Afrique et le troisième Forum InnovAfrica en collaboration avec Imagination for people, Kino Afrique, Nouvelles technologies Burkina Faso, Edu-Burkina, Thot Cursus le et Yam Pukri avec le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie. Le forum InnovAfrica est un événement pour la mise en réseau des porteurs d’initiatives sur les usages innovants au Sud en matière de technologies et d’innovation sociale pour le développement. Le thème retenu cette année est "l’innovation par l’expérimentation."

Le Pays

Vos commentaires

  • Le 9 décembre 2011 à 04:31, par NIKITA En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Il n’y aura de véritable paix pour nous que par le triomphe des principes dixit Ralph Waldo Emersen. Même si la galère peut nous rendre aigre et nous pousser à en vouloir aux monde et à ses dirigeants,fouler au pied un principe sacré tel que le respect des couleurs et surtout celles de son pays est un manque d’intelligence de la part d’un homme qui est sensé donner l’exemple.Mais comprenez le,les fins de mois sont difficiles...
    Quand aux filles de Léo qui tombent en transe faudrait-il penser à un black out au féminin,lié à une perturbation temporaire de la conscience féminine due à l’ouverture d’une brèche du champ akasique ? Quelles nous communiquent les solutions de sortie de la grande famine qui se
    profile à l’horizon, et surtout comment parvenir à l’autosuffisance alimentaire.Mon bonjour à tous !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 07:52, par vision En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Il n’est pas le seul.il en a beaucoup aux villages et même dans dans les villes.vous pensez quoi ?On n’est plus entre 1983(3 ans après ma naissance)et 1987.Donc comprenez le.moi même je suis fatigué de respecter ces couleurs qui ne respectent plus l’ideologie du president Thomas Sankara.Merci

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 14:28 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

      Bien dit et qu’on arrete de nous pomper avec les symboles alors que les mêmes qui nous gouvernent ne respectent rien puisqu’ils foulent aux pieds nos lois en toute impunité.Laissez le pauvre enseignamt qui avait peut être de gros soucis familiaux

      Répondre à ce message

    • Le 13 décembre 2011 à 13:36, par Cruchot En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

      Respecter le drapeau est un acte de civisme et de patriotisme. Ce nest pas parce que quelqu’un ne pas content de ses dirigeants qu’il ne doit pas respecter les couleurs naionales. Le drapeau n’appartient pas seulement aux dirrigeants. C’est notre patrimoine à tous, c’est le patrimoine de sueur et de sang que nous ont légués nos ancètres. On a d’autres voies pour manifester son mécontentement. En plus l’enseignant plus que tout autre citoyen est censé être un exemple pour ses élèves. Son devoir est de former ses élèves et non de les déformer. N’assasinez pas vos consciences SVP.

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 07:52 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Pouvez vous nous donner un peu plus de précision sur la legislation en matière de respects des couleurs nationales. (Je sais qu’on doit respecter les couleurs) ! Que risque t’on si on ne le fait pas ? D’une part il ne faut certainement "punir" ce professeur qui ne donne pas un bon exemple, et d’autre part il faut faire attention parce qu’il y a beaucoup d’autres personnes (meme des chefs de service et d’institutions) qui ne le respectent pas à Ouaga.Donc une justice egale pour tous !

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre 2011 à 17:27, par BIDIORE En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

      Si vous connaissez d’autres cas, communiquez-les nous preuves à l’appui et nous traiterons leur cas comme celui du professeur. Mais n’oubliez pas qu’une faute commise se sanctionne en tenant compte de votre position. Donc un tel acte venant d’un enseignant n’est pas acceptable. Si comme le disent certains il avait des problèmes de famille, il n’avait même pas à venir à l’école on serait plus compréhensif.

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 11:23 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Bonjour
    je ne sais pas pourquoi ce comportement va faire couler beaucoup d’encre. Ce professeur doit s’expliquer à sa hiérarchie et si ses explications ne sont pas convaicantes, la sanction qui est dûe dans ces genres de cas doit être appliquée. Il faut pas enore perturber le cerbeau de nos jeunes frères avec des faits qui relèvent du naturel. Qui n’a jamais vu un policier ou un gendarme bruler le feu ou le stop. Ce sont des choses qui arrivent tous les jours.
    je suis presque certain que c’est un prof de Philo. Sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:18, par ZOE WEND En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Laisser le professeur en paix ! parlez vous de qquelle drapeau ?le drapeua de 1991 a nos jours ne represente plus rien

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 13:31, par kosovo En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    en raison de tous sa, senser donner des bons comportement a nos enfants se comporte ainsi, comment voulez que que les eleves ne greves pas parceque tous simplement ils doievent payer un parkin.... puisque cet enseignat n’a rien apris dans le civisme et etait moteur autre a l’universite des meme movement que mainent les eleves actuelement.
    on tel pere tel fils
    tel enseignalt tel eleves .

    vive le burkina et les burkinabe concient de leur civisme et leurs droit

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:06 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Me l journaliste il est bon d’ relater les faits sans parti pris ce prof n’est pas incivique. Cherche bien ce Kil subit de cet établissement c’est un règlement de compte ms si vs n faites pas attention vs serez responsable d’ l’irréparable. Cet établissement est gère coe un bien personnel ou les bien d’ l’établissement St. Utilises pr la gestion d’une commune. Le responsable a porte l’affaire plus haut suite a un différent ki les a oppose il ya d’ cela un mois.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:16 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    N’est-ce pas a ce prof kon a refuse une salle pr l’encadrement des élèves du même établissement et que les élèves ont refuse de faire cours tant non aurait pas donner la salle a ce dernier. J pense Kil fo évoquer cela avant d’autres affirmations sachez q c’est ds un autre établissement Kil encadre certains de ses élèves ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 14:20, par Cahem En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Il est clair ici ke ce professeur a fait preuve d’incivisme et pire devant ses eleves. Mais comme ils disent tous ke nous sommes dans un Etat de droits et comme l’a deja souligne un lecteur, si ce prof doit etre sanctionné, il faut que cela soit conformement selon les textes en vigueur. Quant a ce clown qui dit kil est fatigué de respecter les couleurs, un peu comme un idiot dirait kil est fatigué d’etre bien élevé, kil sache ke tout le monde est fatigué de s’arreter au feu, mais tout le monde est censé s’arreter au feu. Celui ki brule le feu mtn haiiya...

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 15:33 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Encore pour faire le buzz.Ki respecte koi dans ce pays et a commencer par ces gens qui nous gouvernent ?Il ne saurait y avoir une justice a 2 vitesses dans ce pays et donc inutile de chercher des poux sur le crane rasé de cet enseignant sinon ca va barder

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 16:32, par Bénéwindé En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Afin de maîtriser les dépenses de fonctionnement, les climatiseurs ne seront mis en marche qu’à partir de 10h et ceci du 1er décembre au 15 février 2012.
    Monsieur le DG, j’ai beaucoup de respect pour vous mais quittez dans ça comme disent nos voisins ivoiriens. N’obliger pas les gens à faire ce qu’ils ne veulent pas, celui qui a chaud à 7h peut mettre la clim et celui qui a froid à 14h peut l’arrêter. Y’en a qui n’en mette jamais. C’est un embrigadement qui ne dit pas son nom. Les gaspillages sont ailleurs. Si vous voulez donner l’exemple, commencez par renoncer à certains de vos avantages de DG.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 18:08, par Pazoessé En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Il est clair que le prof n’a pas donné l’exemple.On peut donc lui demander des explications.Mais à vouloir le sanctionner,ce sera BONJOUR LES PROBLEMES !Il ya pire que ça mais personne ne parle.Et que ce chef d’etablissement fasse attention.S’il faut que ce petit problème soit porté au ministère,c’est que lui meme est incompétent et qu’il avait une dent contre le prof.

    Répondre à ce message

    • Le 10 décembre 2011 à 10:29 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

      C’est grave pr notre éducation, vous vous rappelé que le commissariat de Tiébélé a été brulé par ce que un policier a tenté de faire respecter les couleurs a un élève enfant d’une maitresse. L’enfant arrivé à la maison a fait comprendre que le policier l’a agressé pour non respect des couleurs et le lendemain les élèves de cette enseignante ont mis feu au commissariat. Quel civisme voulez vous ? Burkina yaaaaaco

      Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 20:51, par Mechtilde Guirma En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Les gens de Tinganogo là aussi, je ne les comprends pas. Vous laissez un Roi à Guirgo pour aller chercher le chef des Yirmossé pour parrainer votre fête !....
    Wend na kel toong roguem yuunga n’taônp sonmia.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre 2011 à 21:28 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    On doit toujours s’arreter a la montee des couleurs ? Moi je croyais ke ca c’etait fini.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 12:09, par anta En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    on en veut au prof inutilement.Il en a qui ont pris l’hymne national et en faire du reggae qu’on dans dans les maquis et certains coins de bordelerie, avec la bénédiction des autorités ; cela aussi est incivique.Le prof. a voulu peut-être donner une leçon aux gens.En France Serges Gainsbourg a parodié la Marseillaise" Aux armes etc." mais on ne l’a pas embêté,or nous tenons tous nos oripeaux démocratiques de ce pays.Est-ce qu’il y a encore du civisme dans ce pays ? Entre volez des milliards au vu et au su de tous et ne pas respecter le drapeau ou mal chanter le Dytanié qu’est-ce qui est plus incivique ? Il faudra donc envoyer les noms de tous les burkinabè chez le SG du Mess !

    Répondre à ce message

    • Le 13 décembre 2011 à 23:32, par Xamos En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

      Je felicite ce monsieur pour ce qu’il a exprimer ; aucune verite n’est absolue aussi d’ailleurs. Des gens ont vraiment utiliser le drapeau ou les couleur pour des raisons satiriques et que voulez vous si ce monsieur ne s’est pas arretez pendant la descente du drapeau ??D’autres choses se passent sous les yeux du peuple sans impunite....

      Le probleme est qu’il a vraiment un reglement de compte...sinon le probleme ne viendrait pas au fasonet et d’autres media et meme au ministere....

      Fuck tout ce que les malhonetes corrompus veulent nous faire croire !!!

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2011 à 14:04 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Eh les burkinabè ! défendre l’indéfendable. j’ai souvent l’impression qu’ils sont pêts à défendre un invidu qui n.que leur mère devant eux. En aucun cas, un prof ne peut ne pas respecter le drapeau. Il a une fonction d’éducateur et on éduque par l’exemple même si le voisin est un contre exemple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 décembre 2011 à 17:48, par B,H En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    Aujourdhui au BURKINA FASO , la devise des dirigents est de transformer les ECHECS en VICOIRES. je pense que la classe dirigente na pas encore eu son compte a travers le probleme du DEFUNT JUSTIN ZONGO.u conseil d ennemi : laissez le professeur en paix sinon Blaise ne vera plus la route meme de Ziniaré.reconnaissez chere classe dirigente que votre pouvoir nest plus honnorifique ; vu ces ces differentes manieres dont vous qualiffiez d incivisme.A bon entendeur Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2011 à 15:31 En réponse à : POT-POURRI : Ouahigouya, un professeur refuse de respecter le drapeau

    c’est pas une raison pour ne pas respecter la nation.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : agir vite et avec subtilité pour prévenir la prolifération de milices
Développement : SOS pour la route Pouytenga-Bogandé
Santé : Il n’y a pas d’épidémie de dengue, rassurent les services de santé
Menace de mouvement d’humeur ce vendredi au Centre hospitalier universitaire de Tengandogo (ex hôpital Blaise Compaoré)
Procès du peuple contre la Françafrique : Le rendez-vous de Ouagadougou a tenu ses promesses
Transport aérien : L’un des nouveaux avions d’Air Burkina est arrivé à Ouagadougou
Portées disparues : Fati et Mounira ont été retrouvées
Attaques terroristes contre le Burkina : Les Burkinabè de France se mobilisent
Portées disparues : Fati et Mounira
Ouagadougou : L’échangeur du Nord sera inauguré le 15 novembre 2018
Archidiocèse de Ouagadougou : Des groupes de spiritualité sanctionnés
Franc-maçonnerie : Alain Roger Coeffé remplace Djibrill Bassolé à la tête des « Maçons » burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés