Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous fermez la porte à tous les échecs,le succès restera dehors.» Jim Rohn

Tribune de la femme / Sandrine Nama, artiste musicienne et organisatrice d’événementiel : « Tous les problèmes que j’ai eus m’ont fait grandir »

Accueil > Actualités > Portraits • • jeudi 1er décembre 2011 à 02h04min

Elle aime sourire à tout le monde, cette jeune fille de 25 ans et titulaire d’un master en gestion des projets. Toujours égale à elle-même, avec son teint couleur ébène, elle aime à conseiller la nécessité pour les femmes africaines à rester telles qu’elles sont. Elle, c’est bien Sandrine Nama, artiste musicienne et organisatrice d’événementiels. Nous l’avons rencontrée à Ouagadougou lors du festival international de la liberté de presse et d’expression (Filep).

Fille d’un grand journaliste de renommée et d’une infirmière (à la retraite), Sandrine Nama a vécu une enfance merveilleuse entourée de toute sa famille. Des parents, selon elle, « très compréhensifs, présents et surtout proches » qui se sont toujours préoccupés de son avenir. « Ils ont toujours veillé à ce que ayons une bonne éducation, qu’on se sente libre, heureux (...) », disait-elle toute souriante. Née dans la capitale burkinabé, c’est cette même ville qui verra grandir la belle Nama. Elle y passa toute son enfance et tout son cursus scolaire jusqu’à l’obtention de son Diplôme de technicienne supérieure (DTS) en marketing et gestion commerciale en 2007. Puis elle obtient un master en management des projets en 2010 à l’Institut supérieur d’informatique et de gestion (ISIG).

Sandrine et Faso Académie

« Comme je le confie tout le temps, c’est une amie qui m’a inscrite à ce tremplin des futures stars », explique-t-elle en substance. Cette amie à qui Sandrine doit sa notoriété croyait fermement en sa capacité de réussir dans cette téléréalité. Elle qui trouvait qu’elle chantait très bien n’a pas hésité à l’inscrire. C’était la toute première édition. Pourtant, si cette dernière estimait qu’elle pouvait avoir son compte dans cette aventure, elle, Sandrine en avait le cœur plein d’appréhension. Elle avait peur de rater une manche. Mais, plus elle avançait, plus mademoiselle Nama donnait le meilleur d’elle-même. C’est ainsi qu’elle franchira toutes les étapes jusqu’à la finale avec la première place bien méritée.

Bien aguerrie, elle ne tardera pas à produire un premier album de neuf titres baptisé « Couleur Ebène ». Elle parle de la belle femme africaine qui doit rester telle qu’elle est, qui doit toujours avoir confiance en elle, qui doit s’aimer, qui doit garder sa peau telle qu’elle est (...). Sandrine est actuellement en résidence de création pour son deuxième album dans lequel elle parlera de l’Afrique. « Je veux rendre un vibrant hommage à l’Afrique, ce continent que je considère comme la mère des quatre autres », précise-t-elle. Le monde artistique est un milieu de requins.

Mais, elle confie que tous les problèmes qu’elle a rencontrés l’ont fait grandir. « Les rapports humains sont très complexes dans ce monde de l’art et pire, on ne bénéficie pas très souvent du fruit de son travail », déplore la belle Sandrine. Et puis, poursuit-elle : « Lorsqu’on est jeune, on est naïve et on pense que tout est rose. Alors qu’il faut vite se départir de ce rêve ». Il faut savoir donc se forger une certaine force aussi bien physique, spirituelle et morale.

Pourquoi ne pas manager son propre projet en attendant....

Sandrine semble être une des disciples de cette citation : « Ne jamais baisser les bras quelque soit la situation ». En effet, après son master, comme tout étudiant d’ailleurs, elle déposa plusieurs demandes d’emplois dans des sociétés, mais qui sont restés sans suite. Ayant des acquis dans l’organisation d’événementiels, dans la restauration, le service traiteur, l’accueil (...), elle décide de mettre en pratique les connaissances acquises à l’Institut dans la gestion de son projet. C’est ainsi qu’elle crée sa propre structure, Agence Topaz événementielle. Actuellement, elle emploie plus d’une cinquantaine de jeunes filles. Elle arrive bien à joindre ses deux activités parce qu’elle estime qu’il suffit de savoir s’organiser et surtout d’aimer ce qu’on fait. Sandrine aime la cuisine, la nature, les cultures, les balades... A son avis, la femme, c’est celle là qui sait donner mais aussi partager de l’amour.

Bassératou KINDO

L’Express du Faso

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Humour : Abdoul Aziz Kéré, un web comédien made in Burkina
Roger NIKIEMA, Directeur de la Radio Salankoloto : Le parcours d’un pionnier du journalisme au Burkina Faso
Salimata MANDE (Mandy’S) : « La mode représente un marché considérable en Afrique »
Mode : Le styliste Saint Laurent sur les traces de François 1er
Filière avicole : Moablaou, la poule aux œufs d’or d’Abou Simbel Ouattara
Entreprenariat : Fadilatou Kaboré, une femme qui « mange » dans la pomme de terre
Yacouba Sawadogo, prix Nobel alternatif 2018 : « Je suis disposé à transmettre mon savoir-faire »
Député Tini Bonzi : « Le serpent a mordu l’UPC au talon ; nous allons lui écraser la tête »
Bernadette Gansonré : Un modèle de réussite dans la haute couture
Politique : Lona Charles Ouattara, le « déconstructeur » du mythe Sankara
Assemblée nationale : Abdoulaye Ouédraogo, le premier député sous-officier subalterne
Artisanat : Malick Zoungrana, l’homme qui transforme les pneus en objets d’art
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés