LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Affaire verger litigieux : Mise au point du maire de Koudougou

Publié le vendredi 19 août 2011 à 16h54min

PARTAGER :                          

Le sujet défraie la chronique ces derniers temps, suscitant des réactions dont nous avons, du reste, fait écho dans nos colonnes. Il s’agit bien entendu de ce qu’il convient d’appeler "l’affaire verger litigieux de Koudougou" (cf notre édition du mercredi 10 août 2011). Nous avons reçu une mise au point du maire de Koudougou sur la question, et comme promis dans notre précédente édition, nous vous la proposons.

C’est à mon corps défendant que je prends ma plume sur ce sujet, en priant le Journal « L’Observateur Paalga », dans un souci de vérité et de clarté des faits, loin de toute polémique, de publier cette mise au point à la suite de l’écrit de son correspondant local à Koudougou, Cyrille Zoma, paru dans sa livraison du 10 août 2011 (cf. L’Observateur Paalga, n°7941 du mercredi 10 août 2011 : Verger litigieux à Koudougou. Faut-il abattre l’arbre pour avoir le fruit ? page 20 à 23).

Dans le reportage fait par votre correspondant qui m’a effectivement contacté autour de ce problème, il y a des précisions et des faits à établir correctement afin que le public et les hommes de bonne volonté connaissent ce qui s’est réellement passé.

1. « La mairie de Koudougou tente de retirer le verger de Wendyam Jacques Yaméogo »

Il n’est pas juste de présenter la situation de cette façon. Le terrain en question figurait sur le plan de lotissement comme une réserve administrative, donc affecté à l’utilisation exclusive de l’Administration. C’est cette réalité que nous avons trouvée an arrivant en juin 2006 à la mairie de Koudougou. Il se trouve que cette réserve qui devrait être libre de toute occupation, accueille le patriarche de Zinguindinguin ainsi que tous les fétiches du clan.

C’est pour régler définitivement cette question que j’ai approché le patriarche courant 2007 pour lui proposer le morcellement de la réserve afin de le sortir de cette occupation précaire, voire anarchique. Je dois, à la vérité, de dire qu’à cette époque, j’ignorais l’existence de manguiers sur le site. Ce qu’il a accepté chaleureusement, nous permettant, par lettre n°2007-528/CKDG du 10 décembre 2007 adressée au ministre de l’Economie et des Finances de demander le déclassement de la réserve constituée par la section LD, lot 1 du secteur 4 de Koudougou.

Le décret n°2009-357/PRES/PM/MATD/MHU du 27 juillet 2009 portant autorisation de changement de destination de terrain dans les centres lotis de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou a été pris dans ce sens.

Avec tout le respect que je dois à Wendyam Jacques Yaméogo, il doit accepter que nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. Allah m’est témoin ici- bas et au jour du jugement dernier. M’étant rendu compte de la situation dans laquelle il se trouvait j’ai essayé de mon mieux, pour ce qui relève de la compétence du maire, de l’aider afin qu’il ne sorte pas totalement perdant. Dès mon premier contact avec lui à son domicile, il m’a dit qu’il souhaitait être dédommagé.

C’est donc dans une logique de dédommagement que nous nous sommes engagés avec lui, selon ses vœux, pour tenter de trouver un terrain d’entente. La plainte qu’il a déposée au Greffe du Tribunal administratif de Koudougou, c’était pour être dédommagé. S’il n’est pas satisfait du jugement, cela ne doit pas être un prétexte pour revenir en arrière pour soutenir qu’il m’a demandé de l’aider à avoir ses papiers pour garder sa plantation de manguiers.

2. « Lors des attributions des parcelles (2000-2004), Wendyam Jacques Yaméogo aurait été attributaire du lot 1, section LD du secteur 4 »

Il n’y a pas d’attribution verbale de terrain. En plus, il n’est pas dans la compétence d’une commission d’attribution de parcelles à usage d’habitation d’attribuer un terrain à usage autre que d’habitation. En l’espèce, un verger n’est pas une parcelle à usage d’habitation. N’ayant pas fait à bonne date les formalités requises auprès des services du Receveur du Domaine et de la Publicité foncière, et non auprès de la mairie, pour conserver son verger, il ne dispose donc d’aucun titre. Pire, la commission a fait du lot dont les manguiers occupent une partie, une réserve administrative. Il est bon de préciser aussi que les manguiers n’occupent pas toute la réserve. Cette confusion est également entretenue dans le reportage alors même que je l’ai relevé à Cyrille Zoma.

3. « A sa venue, l’actuel maire, Seydou Koudougou Zagré, a sorti une note suspendant les opérations de lotissement jusqu’à nouvel ordre »

Ce n’est pas exact. Le reportage est ainsi jalonné de ce genre de petits arrangements avec la vérité. Le maire n’a aucune compétence pour suspendre, de surcroît par note, les opérations de lotissement. C’est une décision gouvernementale antérieure à notre élection au titre de la 3e mandature en 2006 qui avait suspendu le lotissement à Koudougou.

Pour des raisons que je ne souhaite pas commenter, on tente de personnaliser ce problème et de faire comme si j’avais des raisons propres d’en vouloir à Wendyam Jacques Yaméogo.

4. « Le maire a procédé au bornage du domaine avant d’avoir l’accord du Conseil des ministres pour le déclassement »

Pour constituer le dossier de déclassement, il faut fournir, entre autres, le plan avant morcellement et le plan après morcellement de la réserve administrative. C’est donc normal qu’un géomètre soit commis à cette tâche de morcellement, afin que le projet d’aménagement puisse être examiné en connaissance de cause par la commission interministérielle et le Conseil des ministres. Il n’y a donc là aucun acharnement ni une aucune attitude constitutive de faute.

5. « L’évaluation de la plantation par l’environnement est élevée »

Je dois préciser que la première fois que je suis allé au domicile de Wendyam Jacques Yaméogo, ce n’était pas pour lui demander pardon, encore moins pour lui dire qu’il sera dédommagé. C’était pour lui donner les informations sur la procédure que j’ai empruntée, mes contacts avec le patriarche et l’engagement de ce dernier de lui donner l’information sur le morcellement envisagé.

Je lui ai présenté donc mes excuses parce que j’ignorais qu’il avait des manguiers sur le site. Il m’a dit que le patriarche n’est pas son père mais son frère et qu’à ce titre, il ne pouvait pas se prononcer à sa place sur les manguiers mais seulement sur la portion de la réserve qui lui revenait. Il a dit, en présence de son fils Joël Yaméogo présent à cet entretien et qui l’a toujours accompagné toutes les fois que l’ai reçu, qu’il souhaitait être dédommagé.

J’ai pris congé de lui sans aborder la question du dédommagement qu’il a évoquée. Et c’est seulement après que j’ai demandé au 1er adjoint au maire qui avait assisté à notre premier entretien, tout comme le chef du service domanial de la mairie, Nabi Ouango, de repartir voir Wendyam pour savoir ce qu’il entendait par dédommagement.

C’est lorsqu’il a dit qu’il voulait 750 000 000 F CFA que je suis reparti chez lui la seconde fois pour bien comprendre et connaître ses prétentions. Il m’a confié qu’il avait une évaluation de la plantation et je lui ai dit que le dédommagement pouvait se faire soit en nombre de parcelles, soit en somme d’argent, soit en partie argent et partie parcelles. Et je lui ai dit que je ferai une évaluation par l’entremise des services de l’Environnement pour connaître la valeur actuelle de la plantation.

Une première évaluation par le service provincial de l’Environnement m’a été transmise avec un montant de 9 347 400 F CFA. J’ai contesté cette évaluation parce que j’ai soutenu que des manguiers qui ont près de 25 ans ne pouvaient pas être évalués sans tenir compte de la baisse de la production à partir de 15-20 ans. C’est pourquoi la seconde évaluation de 6 449 400 F CFA a été faite par le même service. J’admets que tout cela nous a pris du temps que, malheureusement, Wendyam interprète comme l’expression du peu de cas que nous faisons de son dossier.

Même si la décision du tribunal administratif a retenu les 9 347 400 F CFA sans expliquer pourquoi, j’en prends acte, en ayant toujours une pensée pour cet administré que je dois aider sans compromettre les intérêts de la ville de Koudougou qui doit payer ces dommages et intérêts.

6. « Tertius Zongo a préféré aller construire ailleurs »

C’est avec le cœur serré que je compte le nombre d’occasions manquées par la faute des gens de Koudougou pour relancer la dynamique du développement de la ville. Si en face de la nouvelle cité administrative construite autour des nouveaux locaux de la résidence et des bureaux du gouvernorat sortaient de terre des bâtisses des temps modernes, nulle doute que la vie administrative et économique de la ville connaîtrait un essor particulier.

Je dois des excuses à Son Excellence Monsieur Tertius Zongo, qui, comme par prémonition, mais aussi parce qu’il connaît bien les gens à Koudougou, m’avait dit, « si vous voulez m’attribuer le terrain, il faut prendre une délibération en conseil municipal ». Je lui ai dit que ce n’était pas nécessaire. En effet, ce n’est pas par une délibération en conseil municipal qu’on attribue une parcelle à usage d’habitation, mais par un procès-verbal d’attribution signée de tous les membres de la commission d’attribution des parcelles à usage d’habitation. C’est ce qui a été fait. Aujourd’hui, on tente de faire croire l’idée que c’est pour lui que le morcellement a été fait. Ce qui est faux.

L’opération était déjà en cours, quand Son Excellence Monsieur Tertius Zongo a exprimé son besoin de terrain.

Il a eu raison, dès les premières difficultés rencontrées sur le site, d’aller construire ailleurs et chacun sait ce qui est arrivé à cette maison qui a servi de pied à terre au Président du Faso lors de la dernière élection présidentielle : elle a été pillée et brûlée lors des manifestations consécutives au décès de l’élève Justin Zongo.

Koudougou est la plus grande ville du pays à être à moins de 100 km de la capitale. Il nous faut préparer dès à présent la ville à abriter des rencontres internationales (sommets de chefs d’Etat, matchs internationaux, séminaires, etc.). Cela passe par la qualité des infrastructures dont le logement. Ayons de l’ambition pour notre ville et évitons de faire de la politique politicienne autour de ces nobles ambitions. C’est l’avenir de la ville et de ses habitants qui est ainsi en train de se jouer.

7. « Et si on sauvait malgré tout les deux mille arbres »

La solution qui aurait permis de conserver intacts les manguiers a cessé d’exister depuis que la commission de lotissement a fait du lot 1, section LD du secteur 4 une réserve administrative.

Dès lors, le moindre mal pour cette plantation, c’est le morcellement opéré et la proposition d’attribution des parcelles à Wendyam et à sa famille là où se trouvent les manguiers. Comme les autres manguiers sont dans des parcelles à usage d’habitation, les pieds qui ne seraient pas dans l’emprise des constructions seraient sauvés certainement par les propriétaires de ces parcelles. Mais n’oublions pas qu’après 25 ans, un manguier, c’est l’ombre d’abord et quelques fruits ensuite. Ce n’est donc pas prévu qu’un bulldozer intervienne pour raser les arbres sur ce site.

8. « Qui est responsable de l’aménagement du territoire communal ? »

C’est à partir d’un Plan d’occupation des sols (POS) et d’un Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU), deux outils précieux de planification et de gestion des espaces urbains et ruraux d’une collectivité que se prennent les décisions d’affectation des domaines aux différents usages (habitation, commerce, administration, culture, espaces verts, sports, santé, production, conservation, etc.).

Les années à venir sont lourdes de conflits de ce genre entre les municipalités et certains particuliers. Sans aucune démarche administrative, donc sans autorisation ni titre, des citoyens plantent des arbres sur les terrains exploités par leurs ascendants ou achètent des terrains ruraux qu’ils s’empressent de couvrir d’arbres de différentes espèces.

Par la suite, ils entendent imposer cela à l’Administration, à la seule autorité invertie du pouvoir de décider quelle activité peut être menée où, quel endroit est réservé comme espace vert, etc.). Il faut que la justice aide les collectivités pour que force reste à la loi, et que la planification urbaine soit respectée pour donner à nos villes des allures de cités bien pensées et bien aménagées.

9. « Le Tribunal administratif a tranché »

Tous les efforts de Wendyam Jacques Yaméogo, de ses conseillers et soutiens plus ou moins embusqués, à travers les radios locales à Koudougou, la presse écrite nationale et les radios hors de Koudougou, tendent à personnaliser cette affaire et à jeter l’opprobre sur moi. Il aurait fait appel de la décision et je note qu’il continue cependant à se répandre dans la presse pour mobiliser l’opinion contre moi. Je ne souhaite pas le suivre dans cette voie.

Qu’à cela ne tienne, je continuerai à traiter Wendyam comme un citoyen à part entière et un administré vis-à-vis duquel la mairie a des obligations. Tout ce qui peut être fait objectivement et légalement pour l’aider le sera. Lorsque la décision de la justice aura acquis l’autorité de la chose jugée, je prendrai les dispositions pour l’appliquer, car telle est la loi.

Et dans l’application de cette décision, je resterai ouvert à tout arrangement sans pouvoir aller contre la loi et les intérêts de la ville de Koudougou. Car seule la ville de Koudougou et la vérité peuvent prétendre à l’éternité.

Tout le reste passe, à commencer par le modeste serviteur de la ville de Koudougou que je suis, pour ce mandat municipal en cours.

Zagré Koudougou Seydou : Ministre plénipotentiaire

Maire de Koudougou

L’Observateur Paalga

PARTAGER :                              

Messages

  • A Monsieur Zagré Koudougou Seydou,
    Ministre Plénipotentiaire,
    Maire de Koudougou

    Objet : Besoin de terrain

    Monsieur,
    Tout comme son Excellence Tertuis ZONGO, je viens par la présente exprimer mon besoin de parcelle à usage d’habitation. En me basant sur le précédent cas ci-devant évoqué, je vous saurais gré de prendre toutes les dispositions utiles pour que cet acte soit matérialisé par un procès-verbal d’attribution signée de tous les membres de la commission d’attribution des parcelles à usage d’habitation. Tout cela dans un esprit de respect des procédures pour ne pas preter le flanc aux "gens de Koudougou" que vous et moi connaissions parfaitement.
    J’ose espérer qu’il vous plaira d’examiner avec bienveillance ma requête et vous prie de croire, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée.

    Seydou ZONGO

  • "Dircab" tu veux me dire que un verger qui existe depuis 1985 toi tu ne savais pas qu’il y avait des manguiers dessus ? comment ton topographe a fait le borbage sans connaitre le terrain ou sans t’informer ? je te connais bien et j’avoue que cette situation m’etonne de ta part. Terrain est fini a Koudougou ? en quoi quelque maison ferront l’essor economique de koudougou ? va lotir sur la route de dedougou ou de reo. au besoin il faut simplement interdire a ce que ce verger soit transformer plus tard en habitation. comme cela tu loti autour et les habitant auront au moins une zone verte et utilitaire autour. si les manguiers ne donnent plus, c’est le vieux meme qui va approcher la mairie pour troquer son verger contre une parcelle habitable. demande conseil a Sourabie il peut te conseiller gratuitement.Merci de te retirer ce cette histoire

  • Monsieur le Maire, l’Association Planète Enjeux/ Burkina Faso, dont le siège est basé à Koudougou, voudrait par la présente et au regard de son expertise en matière d’Education à l’Environnement vers le Développement Durable (EEDD)vous faire la proposition suivante :
     l’étude d’impact dudit verger aux plans environnemental, culturel, social et économique ;
     une inter-médiation sociale entre les parties ;
     la co-construction d’un programme communal de développement environnemental durable.
    L’importance de l’environnement pour une ville sahélienne comme Koudougou n’étant plus à démontrer, les intérêts individuels, politiciennes et nos lois coloniales gagneraient à céder place à des démarches et approches novatrices qui préservent les générations présentes et futures. Pour une ville belle, saine et verte,osons aller au-delà des clivages.
    Vous remerciant par avance pour l’esprit de conciliation dont vous ne manquerez pas de faire preuve nous vous assurons de notre engagement pour un environnement viable.

  • Vu tous les atouts Environnementaux, lucratifs que ce verger produit pour les Koudougoulais ils devrait etre placer comme un patrimoine culturel. Mr le maire s’il vous plait aider le brave monsieur a garder ces dure annes de labeur. Mettez vous un peu a sa place et vous comprendrer qu’il na pas tord. Je comprend que nul n’est au dessus de la loi mais pour le vieux Jacques AIDER POUR DIEU.

  • Quelle injustice !on n’a pas besoin d’une deliberation pour attribuer une parcelle a Tertus.et moi.J’ai toujours rempli un formulaire avant que tertus ne revienne des etats-unis mais jamais de parcelle.Tertus est venu hier et il a une parcelle a kdg.Encore eux ,ils se partagent le gateau."peuple du BF reveillez-vous"

  • une reserve à 750 000 000 FCFA mon oeil ?

  • "C’est pour régler définitivement cette question que j’ai approché le patriarche courant 2007 pour lui proposer le morcellement de la réserve afin de le sortir de cette occupation précaire, voire anarchique. Je dois, à la vérité, de dire qu’à cette époque, j’ignorais l’existence de manguiers sur le site. Ce qu’il a accepté chaleureusement, nous permettant, par lettre n°2007-528/CKDG du 10 décembre 2007 adressée au ministre de l’Economie et des Finances de demander le déclassement de la réserve constituée par la section LD, lot 1 du secteur 4 de Koudougou."
    La mauvaise foi quand tu nous tient !Ainsi,monsieur le maire veut nous signifier qu’il n’est pas natif de koudougou sinon comment comprendre qu’il puisse ignorer l’existence de ce verger de plus de 25 ans et pour lequel il a demander un déclassement !Le maire connait les parcelles qu’il faut retirer mais non d’aussi grandes réserves !

  • ne diabolisons pas le maire, mais analysons posément les choses sans passion.
    c’est certain que la mairie est fondée à payer la condamnation judiciaire mais, autant le maire que le vieux Wendyam n’a intérèt à jeter de l’huile sur le feu.
    les esprits sont prompts à se rendre justice.
    en tant que ressortissant de Koudougou je propose de diviser la poire en 2 :
    1. payer au vieux les 9,3 millions ;
    2.lui attribuer (par magnanimité) 3 ou 4 parcelles sur le terrain concerné ;
    3. médiatiser ce règlement pour informer l’opinion : en invitant la population à dépassionner le débat (les 2 parties doivent s’impliquer).
    soyons tous positifs mes grands-frères Seydou Zagré et Wendyam Yaméogo.

    • Le maire n’a pas le droit d’abattre 2000 arbres pour faire des lotissements.Les terres manquent à Koudougou ?Arrêtons les délires svp

  • Merci monsieur le maire pour cette mise au point. c’est vrai que dans des cas pareilles, tout le monde s’empressent d’incriminer l’autorité municipale. On pense que l’autorité fait la force aux citoyens. Mais c’est claire désormais, l’intérêt de la cité passe d’abord avant la gloutonnerie des autres. Merci pour les efforts que vous faites pour que koudougou qui est à 100km de Ouagadougou émerge. Puisse Allah en ce temps de jeûne vous conseiller toujours la bonne voie pour le bien être de la population kougoulaise.
    Aussi, je suis journaliste et les confrères doivent se rappeler du credo de notre metier :"les faits sont sacrés".ce qui veut dire qu’il faut que le journaliste se départisse de toute subjectivité, des dessous de tables, etc.pour traiter les sujets avec objectivité. que les responsables de media pensent souvent à la formation de ses correspondants qui du reste font de grands efforts pour que nous ayons des nouvelles de l’intérieur du pays. du courage à tous.
    Un fils de Koudougou

    • Toi journaliste,si tu a été convaincu par ton maire,il ne m’a pas convaincu et même pas une seconde pour la simple raison déjà que les plans ne sont pas descendus du ciel.Ils ont été conçus par des humains et l’erreur est humaine.Donc sache qu’une ville émergente tient aussi compte de la beauté de la nature et je ne vois pas l’intérêt d’abattre plus de 2000 arbres sur 2 hectares pour construire des bunkers moches.En plus de journaliste et de Koudougou,manque t-il des terres là bas ?Arrêtons de massacrer la nature pour des spéculations vénales.Si vous abattez ces arbres,c’est un outrage à l’environnement et le bon Dieu vous voit,vous allez le payer un jour,vous n’êtes pas éternels.Dans quel monde vivons nous maintenant ?Tout est devenu fric fric fric et le reste on s’en fiche.Détruisez les arbres,enrichissez vous mais et après ?

    • Attention le fils de koudougou ! Tu semble plus partisant par cet écrit savament fait pour prendre parti de ton maire. Mais si tu comprend bien la langue écrite que tu manie dans ton travail, alors tu vera bien que Mr le Maire lui meme se condamne dans ses écris. Notre pays n’est pas à un cityen mais à son peuple.
      Si Mr le maire veut se faire une part de verité qu’il apprenne a dire vraie et non tronquer maladroitement l’histoire parcequ’il a un medias pour s’exprimer. Qu’il se taise au lieu de nous saupoudrer les yeux de ses habitudes de pratiques malsaines entre lui et ses acolytes : les attributions de parcelles à usage d’habitation ne doit pas connaitre de discrimination ni de faveur comme le cas de son acolyte Tertus ZONGO dont il étale avec fierté.
      Soyons juste ! Si en tant que responsable tu procède à l’attribution de parcelle sans maîtriser complètement le terrain Mr, cela rime avec incompétence et vole. Plus de respect pour les gens que vous volez et spoliez de leur due.

  • Cher grand frère, beaucoup de courage. La vérité finit par se savoir un jour. Les habitants de Koudougou sont malheureusement tournés vers la destruction que la construction. Moi qui vous parle, je suis de Koudougou. Je ne vous connais pas personnellement mais je sais par vos propos dégager la vérité qui saute à l’œil. Soyez ferme, car les adversaires politiques cherchent toujours les petites portent pour saper toutes vos actions. Je ne suis pas un partisan de votre parti encore moins un homme politique quelconque qui cherche des points avec vous mais je suis du côté de la vérité et de la démarche constructive.
    Cher ainé, je ne terminerai pas mes propos sans appeler tous les ressortissants de Koudougou à la retenue pour qu’ensemble nous puissions construire notre chère cite.
    Bon courage ainé et que la vérité triomphe sur le mensonge vilipendé dans la presse. Le mensonge court plus vite que la vérité mais la vérité franchit, la première, la ligne d’arrivée.

  • C’est quoi ces propos ? :
    "Je dois, à la vérité, de dire qu’à cette époque, j’ignorais l’existence de manguiers sur le site".
    Comment un Maire peut t’il ne pas connaître de fod en comble son arrondissement et démarrer des procédures de lotissement sur de soit disantes parcelles qui sont utilisées pour des sacrifices ?
    Voilà ce qu’il dit pour se justifier : "Il se trouve que cette réserve qui devrait être libre de toute occupation, accueille le patriarche de Zinguindinguin ainsi que tous les fétiches du clan". il savait donc que le terrain avait une utilité particulière !

    Aussi pour se justifier monsieur le Maire dit ceci : "Allah m’est témoin ici- bas et au jour du jugement dernier. M’étant rendu compte de la situation dans laquelle il se trouvait j’ai essayé de mon mieux, pour ce qui relève de la compétence du maire, de l’aider afin qu’il ne sorte pas totalement perdant".
    Nous sommes assez habitué à ce langage de mécréants qui pour se justifié utilise le Nom d’Allah pour toucher la sensibilité du Peuple. Marx ne disait’il pas que la religion est l’opium du Peuple ? ainsi donc, ces politocars veulent nous gouverner par l’endoctrinement religieux ? Mr le maire, sachez que Allah existe aussi pour l’opprimé et le sans défense.
    C’est quoi cette anarque de : "C’est donc dans une logique de dédommagement que nous nous sommes engagés avec lui, selon ses vœux, pour tenter de trouver un terrain d’entente" ?
    combien comme vous ont eu a détruire des emploies, des foyers sur la base de fausses confiances que certains illetrés, analphabètes ou naifs ont eu à vous faire ???
    Vous avancez aussi que : "En l’espèce, un verger n’est pas une parcelle à usage d’habitation". On parle aujourdhuit de sauvegarder l’environnement à défaut de pouvoir planter des arbres. ça vous servira à quoi d’abattre des arbres pour des habitations si vous devez après faire des discours invitant les masses à en planter ? sinon peut être que d’avoir de nouvelles parcelles à distribuer à vos proches par reconnaissance électorale.
    il serait judicieux de préserver cet espace plus de verdure, d’ombre et de fruit pour vos petits fils ?
    "Pour des raisons que je ne souhaite pas commenter, on tente de personnaliser ce problème et de faire comme si j’avais des raisons propres d’en vouloir à Wendyam Jacques Yaméogo". c’est possible que vous ayez des comptes à réglés ou des intentions à l’encontre du monsieur !!!
    bref monsieur le maire,votre défense est pitoresque et ne prenez plus le peuple pour idiot de vos combine machiavélique. Vous voulez la terre, faîtes la force en la retirant ! demain les fils radieux de ce pays vont réinstaurer la transparence et vos biens mal acquis seront restitués.
    a bon entendeur !

  • Courage Monsieur le Maire, les gens n’aiment pas souvent la verité et le transforme en leur faveur. Mais évitez de parler des gens de koudougou comme des pestiferés.

    • celui ki abat des arbres pour construire des hameaux restera a mes yeux un pestiféré.alors tu dis koi ?

  • Bonjour les internauts

    Pourquoi ce maire s attribut t il le titre de Ministre plenipotentiaire qui signifie PLEIN POUVOIR.A moins que je me trompe seul le personnel des Affaires Etrangeres a ce qualificatif apres un certain nombre d annees d ancinnete dans le corps des conseillers des Affaires Etrangeres ou que cette personne l a acquit sur titre ou encore que cette personne a ete expressement nommee dans une mission a laquelle l Etat lui confie les pleins pouvoirs pour agir en son nom et pour le compte de celui ci.A ma connaissance ce monsieur n a jamais ete diplomate encore moins conseiller des Affaires Etrangeres.Quelqu un pourait il me situer ;sinon il s agit ni plus ni moins qu une USURPATION de titre.C est tout comme un economiste qui se fait appeler CONSEILLER des AFFAIRES ECONOMIQUES.

    • Mon cher tu es carrant. il faut chercher à voir le CV du maire et tu comprendra. tu as tout sur internet. n’étale pas au grand jour ton ignorance. sinon ce serait honteux

    • tout ce ke t’as retenu,c’est le titre pompeux de mr le maire et concernant les arbres qu’il veut abattre,ça ne te concerne pas.Pauvre de toi,va tchrrrrrrrrrrrr

    • Rendons à César ce qui est à César. Il n’ y a pas d’usurpation de titre. A toi et à tous ceux qui ne le savent pas , Monsieur ZAGRE, le Maire, est bien est un agent de la carrière diplomatique. Le fait d’avoir été toujours hors de l’administration centrale fait que son titre étonne alors que...

  • Monsieur le maire au 2 eme point, vous dites que les manguiers n’occupent pas toute la réserve.
    au 5eme point vous contredisez l’expertise d’un service technique qui est la direction de l’environnement sur la valeur des investissement sur la réserve.

    Pour le 2 eme point je comprends que vous cherchez les arguments possible pour détruire cette plantation. qu’il y ait bulldozer ou pas comprenez que lorsque vous allez attribuer les lots l’on ne peut construire sans détruire alors ou est la différence.

    Pour le 5 eme point de quel droit vous disposez pour contredire une évaluation des services techniques de l’environnement. Dommage que ce service revienne sur leur décision d’évaluation, cela laisse croire a une manipulation de votre part qui laisse douter des résultats du procès.
    Tout les jours on parle de reboisements, profiter aider le vieux wendyam a combler le reste de la réserve part d’autre type d’arbre.
    cette resserve est un poumon écologique pour koudougou.

  • courage monsieur le maire les gens de Koudoukou sont habitués à détruire et il faut être attentif avec ces gens là. en plus il faut que les citoyens sachent qu’entre un individu et l’administration la vérité doit être dite ce n’est pas obliger que l’individu ait raison. en plus les média du pays ne connaissent que développer ce genre de cas qui n’honnore pas notre pays.

  • "C’est pour régler définitivement cette question que j’ai approché le patriarche courant 2007 pour lui proposer le morcellement de la réserve afin de le sortir de cette occupation précaire, voire anarchique. Je dois, à la vérité, de dire qu’à cette époque, j’ignorais l’existence de manguiers sur le site. Ce qu’il a accepté chaleureusement, nous permettant, par lettre n°2007-528/CKDG du 10 décembre 2007 adressée au ministre de l’Economie et des Finances de demander le déclassement de la réserve constituée par la section LD, lot 1 du secteur 4 de Koudougou."
    La mauvaise foi quand tu nous tient !Ainsi,monsieur le maire veut nous signifier qu’il n’est pas natif de koudougou sinon comment comprendre qu’il puisse ignorer l’existence de ce verger de plus de 25 ans et pour lequel il a demander un déclassement !Le maire connait les parcelles qu’il faut retirer mais non d’aussi grandes réserves !

  • Il faut nos autorité sachent que rien ne sera comme avant, imposer quoi que ce soit au peuple c’est fini. il a fallut que l’opinion publique s’exprime pour que le maire fasse feed back. mais ce qui est sur le verger doit rester là où il est. on ne marchande pas ça. une décision administrative n’est pas un verset du Coran ou de la bible, donc modifiable ou négociable même annulable. nous on soutien le vieux sinon bangr weogo n’est pas mal pour des habitations mais il n’empêche que ouaga avance doucement et accueille des sommets. il faut que le maire trouve des explications ailleurs celles-ci ne convaint pas

  • M. le maire, est ce que vous pouvez vous éloigner un peu de vos papiers et regarder et penser à notre environnement ? Vous voyez pas l’utilité de ces gros arbres n’est ce pas, nous si. Vous avez peut être étudié l’administration, nous nous connaissons mieux l’environnement alors écouter nous.
    Vous dites qu’après 25 ans, un manguier, c’est l’ombre d’abord et quelques fruits ensuite, vous oublier l’important, C’EST LA PLUIE AUSSI en plus de l’oxygène que vous respirez et le CO2 qui vous est épargner. Vous connaissez le réchauffement climatique non ! et bien c’est l’excès de CO2 non absorbé par les arbres qui en est la cause.
    Vous dite aussi que seule la ville de Koudougou et la vérité peuvent prétendre à l’éternité, il n’y a pas d’éternité sans oxygène au sens moléculaire du terme.
    Vous dites que réserve administrative est égale à « affecté à l’utilisation exclusive de l’Administration » , avec tout le respect que je vous dois, vous êtes là en train de parler de décret, de loi, nous on parle de notre environnement, c’est à dire nos vies.
    Vous parler de sommets de chefs d’Etat, de matchs internationaux et de séminaires, sans un bon environnement, ta ville ne sera jamais choisi même si elle est proche de Ouaga puisque ces sommets se tiendront pour parler de l’environnement.
    Ah !!! M. le maire, 2000 plants vous vous ignorer ça ! Non, c’est trop facile, faut plutôt dire que vous aviez peur des fétiches du patriarche et comme M. Wendyam n’a que ses manguiers, pas besoin de se rabaisser. Vous avez procédé au bornage même avant.
    Et puis est ce que vous avez mis le rapport de l’étude d’impacte environnemental dans les dossiers de demande d’autorisation de changement de destination de terrain. Si oui alors même le gouvernement est complice car ils parlent de planter les arbres et de préserver l’environnement sans savoir ce qu’ils veulent.
    Hors mis la défense de M. Wendyam, défendre l’environnement doit être un acte de patriotisme car sans ce environnement il n’y a pas de patrie.
    Allez y lotir un autre non lotie M. le maire.

  • Merci à l’observateur de publier ce droit de réponse.
    Personnellement lorsque j’ai lu le reportage de Cyrille Zoma, j’ai tout de suite compris qu’il ne fait pas partie des journalistes qui informent le peuple mais de ceux qui l’intoxiquent.
    Sous nos cieux et grâce à ces genres de journalistes, le mensonge devient la vérité, le mal devient le bien, l’immorale devient la vertu et l’amour du désordre, de l’anarchie ne fait que croitre.
    Je ne suis pas sympathisant du maire de Koudougou. Je ne le connais pas. Je sais avec lui que plus de 95% des gens de Koudougou sont contre le développement de Koudougou.
    Je remercie le webmaster qui censure mes contributions. Qu’à cela ne tienne, voici celle là, qu’il en fasse ce qu’il veut.

  • Mr le Maire,
    sans vouloir me mêler de votre débat, j’estime que vous êtes aller trop loin dans les détails. Vous expliquez souvent comme s’il s’agissait d’une querelle entre jeunes de quartier. Vous êtes quand même une autorité !
    Ensuite, vous accusez les gens de vouloir personnaliser l’affaire. Alors que vous le faites vous même, peut être sans le savoir. En effet, tout au long de votre message vous n’avez cessé d’utiliser "moi" et "je", oubliant que vous parlez au nom de la mairie.

    Le Bourgeois

  • Monsieur le Maire écrit : "La solution qui aurait permis de conserver intacts les manguiers a cessé d’exister depuis que la commission de lotissement a fait du lot 1, section LD du secteur 4 une réserve administrative."
    Ainsi dit, c’est comme si les decisions de la commission font partie des DIX COMMANDEMENTS.
    Ne cherchons pas qui a raison et qui a tord, dépassons la passion et l’orgueille humaine, et posons nous 2 questions :
    1-Dans un pays saheliens où l’un des engagement du gouvernement et du Président (je dirai donc du peuple) est de travailler a reverdir le pays et a gagner le combat contre la desertification, est-il logique et permis de terrasser autant d’arbres pour faire place à une reserve administrative ?
    2-Le territoire communal manque autant pour que cet espace soit irrémédiablement sacrifié ?
    Pour moi, je pire serai de transformer cette espace en jardin public si l’autorité communale tient tant a cet espace, et de bien gerer pour le bien de la commune. Et dans ce cas trouver un dedommagement conséquent a Monsieur Yameogo.
    J’ose croire qu’il n’y a pas de dessous POLITIQUE dans l’affaire. Sinon comment ne pas s’entendre pour le bien de tous ? J’ai honte que cela arrive a Koudougou, une ville que j’aime et respectant tant.
    Le cousin Bouda du Sud

  • Merci monsieur le maire pour cette mise au point. c’est vrai que dans des cas pareilles, tout le monde s’empressent d’incriminer l’autorité municipale. On pense que l’autorité fait la force aux citoyens. Mais c’est claire désormais, l’intérêt de la cité passe d’abord avant la gloutonnerie des autres. Merci pour les efforts que vous faites pour que koudougou qui est à 100km de Ouagadougou émerge. Puisse Allah en ce temps de jeûne vous conseiller toujours la bonne voie pour le bien être de la population kougoulaise.
    Aussi, je suis journaliste et les confrères doivent se rappeler du credo de notre metier :"les faits sont sacrés".ce qui veut dire qu’il faut que le journaliste se départisse de toute subjectivité, des dessous de tables, etc.pour traiter les sujets avec objectivité. que les responsables de media pensent souvent à la formation de ses correspondants qui du reste font de grands efforts pour que nous ayons des nouvelles de l’intérieur du pays. du courage à tous.
    Un fils de Koudougou

  • Je voudrais faire remarquer aux internautes qui accusent le maire de n’être pas natif que c’est regrettable de thèser comme ça sur la toile. Je suis de Koudougou. j’y ait fait mes études (primaire-secondaire). Je ne passe pas deux semaines sans aller à Koudougou. Mais je vous assure qu’à l’heure même où j’écrit ce message, je ne sais pas où se situe le verger. donc arrêtons de polémiquer. Aussi, il faut que certains internautes prennent les autres au sérieux. on adresse pas une demande à une autorité via des réaction sur internet. faites une lettre en bonne et due forme. sinon quel sérieux voulez-vous qu’on vous accorde ? merci

    • Vous passez votre temps à défendre l’indéfendable avec vos interventions sur le site et vous devez etre le conseiller en communication de votre maire.Si tu es vraiment journaliste,occupez vous de vos oignons car quelqu’un vous paie quelque part au lieu de passer votre temps à soutenir un acte ignoble.Comme vous n’avez rien à faire,allez-y vous reposer sous les arbres que vous tenez à abattre en prenant un bol d’air frais.Cela aérera votre esprit et vous comprendrez que détruire ces arbres,c’est commettre l’irréparable

  • Pour ceux qui ne le savent pas, ce maire a fréquenté du CP I jusqu’en Terminale (Moukassa) à Koudougou, donc il ne doit pas ignorer l’existence du verger à Koudougou. En plus comment vient-il à Ouaga ? Que ce soit par train ou par la route, ce verger est visible !! MAUVAISE FOI !!!!!!!
    Pour son titre de "Ministre plénipotenciaire" il rest à savoir où il a dénicher ça, il était juriste-scout aux dernières années

  • Arrêtez de vouloir plonger koudougou encore la merde. Vous mettez l’huile au feu. On ne peut jamais manger l’œuf sans le casser. Vous voulez préserver la nature comme moi ? c’est simplement je vous propose mon idée : j’ai un projet avec mon association de planter dans les rues de koudougou des arbres. Si chacun faisait un geste en parrainant un arbre, la nature vous serait très reconnaissante, plus le maire.

    La nature a besoin de nous ; et nous aussi ! Pour une ville verte, un Burkina vert, faite un geste, en contactant l’Association le Baobab fleuri. (baobabfleuri@yahoo.fr)

    C’est le plus simple et le plus concret.

  • Ceux qui sont les vrais amis du maire doivent lui dire de surveiller sa ligne. En toute honnete et en tout respect. Perdre du poids peut etre souvent synonyme de bonne sante. Je le dis simplement a l’ heure des maladies qui tuent silencieusement. Ne me censurez pas/ N’ attendez pas des embolies ou des trucs genre attaque/cardiovasculaires pour jouer les compatisants. C’est maintnenant qu’ il fauit aider les freres et amis qui ne savent pas que prendre du poids est souvent plus dangereux qu’ en perdre.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique