LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “La porte du changement ne peut s’ouvrir que de l’intérieur. Chacun en détient la clé” Jacques Salomé

Accroissement de la production rizicole : Le « miracle » du riz pluvial strict

Publié le vendredi 12 août 2011 à 03h02min

PARTAGER :                          

Quatrième production du Burkina Faso, le riz constitue la première céréale d’importation du pays. Dans un contexte de flambée des prix des produits de première nécessité, au plan international et de difficultés à aménager les bas-fonds, les chercheurs dans le domaine agricole, semblent trouver une solution : le riz pluvial strict ou riz de plateau. Jadis produit sur des sols très humides ou submergés, il est désormais possible de cultiver du riz sur des terrains favorables aux autres céréales. Les producteurs s’émerveillent devant une spéculation miraculeuse.

Longtemps accusé d’être très vorace en eau, des chercheurs ouest-africains ont réussi la prouesse de défier le riz et de l’amener à produire sur les mêmes terres consacrées aux autres céréales (maïs, sorgho, mil, etc.). Cette avancée agronomique accomplit dans la maîtrise de la production du riz pluvial, qualifié de strict sonne comme un véritable espoir pour l’assurance de la sécurité alimentaire au Burkina Faso. Son exploitation commence à s’insérer avec optimisme, dans la campagne agricole traditionnelle du pays.

Des deux côtés de la route latéritique à l’entrée de la commune rurale de Kindi dans le Boulkiemdé, s’étendent à perte de vue, en ce début de mois d’août, des champs parsemés de riz au stade de levée. Un groupe d’hommes et de femmes s’y active, dans une bonne ambiance, à sarcler le champ communautaire. Il n’y a pas de plan d’eau et en plus, riz, maïs, mil et sorgho se disputent le même espace. Dans cette localité située à environ 80 km au Nord-Ouest de Ouagadougou, le Riz pluvial strict (RPS) convainc et séduit les agriculteurs sur son changement de comportement en s’adaptant aux sols arides.

« L’année passée lorsque nous avons commencé à semer du riz sur cette espace habituellement réservée à la culture du mil, du maïs et du sorgho, nous étions la risée de certaines personnes du village. Et pourtant, nous avons récolté », témoigne, avec un brin revanchard, le président du groupement « Relwendé » de Kindi, Michel Nana.
La promotion du RPS dans dix régions du Burkina Faso a débuté, la campagne agricole écoulée. Quatre variétés sont disponibles : il s’agit du type FKR43 et trois espèces du NERICA (FKR45N, FKR47N et FKR49N) ayant un cycle compris entre 95 et 100 jours avec des rendements en zone favorable de 4 à 5 tonnes à l’hectare.
A Kindi dans le Centre-Ouest du pays, l’essai de la variété FKR43 s’est avéré un coup de maître. L’expérimentation, l’année dernière, sous forme d’introduction de la spéculation sur une parcelle d’un hectare a permis un rendement de 1,8 tonne et une retombée financière pour le groupement de 200 000 FCFA.

« Lorsque nous avons reçu les semences du riz pluvial strict la saison écoulée, il fallait chercher un site accessible et visible pour permettre à la population de suivre, pas à pas, son évolution. Tous les groupements de paysans ont ensuite, été invités régulièrement, à des visites commentées pour leur permettre de mesurer les avantages de cette variété », a indiqué le chef de la Zone d’appui technique (ZAT) de Kindi, Seydou Zidouemba. En outre, selon ce technicien supérieur d’agriculture, une « parcelle vitrine » de 0,25 ha où ont été appliqués tous les paquets technologiques a fini par convaincre les producteurs de Kindi qu’il était désormais, possible de produire du riz, dans presque toutes les surfaces cultivables de leur localité.

Et le miracle agricole s’annonce plus plausible, en cette présente campagne agricole. En témoignent les 9,5 ha de terres emblavées avec une prévision de plus de 20 tonnes de riz à la récolte. « Les paysans de Kindi avaient laissé tomber depuis belle lurette, la culture du riz parce qu’ils ne récoltaient presque rien. Mais les choses vont changer », reconnaît Michel Nana, appuyée par la responsable des femmes du groupement, Thérèse Kaboré qui précise, en plus, que le RPS présente un bon goût à la cuisson. L’expérience engrangée l’année dernière par le groupement « Relwendé » dans la production de cette spéculation, suscite des émules sur toute l’étendue du territoire communal.

Aussi, d’autres producteurs se sont appropriés les semences avec ces précurseurs. Pour cette saison, tout le village s’est lancé dans l’aventure, en semant 23 hectares de riz. « La commune rurale de Kindi n’est donc plus au stade de l’essai du riz pluvial strict », se réjouit le technicien Seydou Zidouemba.

Rupture de la dépendance extérieure en riz

L’agriculture occupant 80% de la population, le Burkina Faso entend accroître sa production rizicole et réduire sa facture d’importation de cette denrée, à travers la promotion accrue du RPS entreprise l’année dernière. Selon la Direction de la vulgarisation et de la recherche/développement (DVRD), la consommation individuelle de cette céréale est passée de 4,5 kg/habitant/an en 1960 à 18,1 kg en 2000 avec un pic, dans les grands centres urbains, soit 50 kg/habitant/an. Incapable de combler le gap manquant, le pays importe par an plus du tiers de sa consommation nationale avec des sorties annuelles en devises évaluées à plus de 40 milliards de FCFA. Selon le responsable du projet RPS, Jean de Dieu Nikiéma, l’autosuffisance en riz peut être atteinte à travers une vulgarisation de ces variétés.

« Elles se produisent sur les hautes terres comme les autres céréales. Elles n’ont pas besoin de lame d’eau », précise-t-il.
En 2010, 20 tonnes de semences certifiées ont été distribuées aux producteurs des 10 régions concernées. « Des parcelles de démonstration ont permis de toucher davantage de producteurs. Il y a eu deux champs-écoles par province, un accompagnement des producteurs en engrais… », a indiqué le responsable du projet, Jean de Dieu Nikiéma. La production nationale du RPS, en sa première année de vulgarisation, a été estimée à 491 tonnes sur 300 ha emblavées. Les meilleurs rendements ont été enregistrés dans les régions du Sud-Ouest, des Cascades et des Hauts-Bassins.

L’espoir est donc permis et les responsables de la DVRD sont passés à la vitesse supérieure, cette année. « Vu l’engouement, nous voulons aller à 10 000 ha pour une production attendue d’environ 20 000 tonnes. En plus, nous voulons augmenter les rendements et produire 2 000 tonnes de semences certifiées pour les campagnes à venir », a expliqué Jean de Dieu Nikiéma.

Et les paysans ne se laissent pas conter. Ils accourent tous vers cette spéculation à merveille. Les régions du Centre, du Nord et du Sahel, considérées comme les terres les plus arides du pays que le projet avait écartées parce que jugées zones moins favorables à la production du riz, ont pourtant commencé leur expérimentation, cette campagne agricole. Selon la directrice régionale de l’Agriculture du Centre Yvette Tiendrébéogo, sa zone a reçu à cet effet, 2,35 tonnes de semences de RPS de types FKR45N et FKR43. Là aussi, la stratégie est la même pour convaincre les plus sceptiques. Le champ-école de 1000 m2 de Bazoulé, localité située à 35 km à l’Ouest de Ouagadougou, regroupe 25 producteurs. « La parcelle a été subdivisée en quatre parties.

Deux sont exploitées par les paysans comme ils l’entendent et les autres font l’objet de pratiques technologiques, c’est-à-dire de fumure organique, de NPK et d’urée. En fin de saison, on comparera les résultats », a souligné le point focal du projet RPS de la région du Centre, Daouda Kaboré. En effet, en ce début d’août, les plants connaissent une bonne levée et la différence est déjà nette. Après deux mois seulement d’activités dans le champ-école, le vieux Harouna Kaboré a vite opéré son choix : « J’ai cultivé du riz de bas-fonds en Côte d’Ivoire. Mais, produire du riz sur une telle surface, c’est la première fois que je le fais.

Mais, je suis déjà conquis ».
A Komki Ipala, une commune rurale, à quelque 40 km de Ouagadougou où plus d’une dizaine de producteurs s’essaient individuellement à la culture du RPS, Hamidou Nikiéma n’est pas en reste : « Ce n’est que le début. L’année prochaine, si on gagne plus de semences, on augmentera les surfaces ». Cet enthousiasme des producteurs réjouit la directrice régionale de l’Agriculture et de l’Hydraulique du Centre, Yvette Tiendrébéogo, qui estime que la nouvelle variété vient à point nommé, car l’aménagement des bas-fonds coûte cher. « En plus, les rendements des céréales comme le mil, le maïs et le sorgho sont devenus infimes », a-t-elle ajouté. Depuis les manifestations contre la vie chère qu’a connues également le Burkina Faso en 2008, des mesures spéciales ont été prises pour accroître la production nationale de céréales notamment du riz.

Une large diffusion du RPS pourrait certes, contribuer à atteindre cette révolution verte. Mais sur le terrain, les producteurs souhaitent plus de soutien pour l’acquisition des intrants et des machines agricoles, afin d’augmenter les superficies. Avec bien sûr, la bénédiction de dame nature consentie par la générosité des vannes du ciel, étant donné que l’agriculture burkinabè reste toujours tributaire de la pluviométrie.

Sié Simplice HIEN

Sidwaya

PARTAGER :                              

Messages

  • yesssssssss.
    Il me tarde qu’on atteigne l’auto-suffisance alimentaire.

  • ca me fait beaucoup plaisir ,pour une fois je suis d accord avec le gouvernement ,vraiment c est une bonne idee, du courage Mr le ministre

  • C’est une trouvaille revolutionnaire qui va permettre d’aller rapidement à la couverture de nos bésoins en cereales sèches.C’est peut-etre maintenant que les vrais choses vont demarrer pour nos paysans avec le quinté gagnant riz,niébé/haricot,mil/sorgho,fruits et legumes.Il faut accelerer la mécanisation agricole (tracteur,..)et l’intensification par l’engrais,la fumure minerale et organique et les semences ameliorées.Du courage au MAH et à la recherche.

  • TREVE DE SLOGANS ET DE PROPAGANDES INUTILES. ATTENDEZ QUE LE CONSOMMATEUR LE CONSTATE LUI - MEME DANS SON ASSIETTE. VOUS AVEZ MAINTES FOIS ANNONCE DES PRODUCTIONS EXCEDENTAIRES MAIS LES CONSOMMATEURS NE L’ONT PAS ENCORE CONSTATE. NE VOUS FATIGUEZ PAS A CRIER VOTRE TIGRITUDE. LAISSEZ NOUS LE CONSTATER DANS NOS ASSIETTES

  • Je suis particulièrement intéressé par cette avancée agronomique réalisée au Burkina .
    J’aimerai bien profiter de votre expérience et faire un essai chez moi au Katanga en RDC .
    Pourrai-je savoir comment me procurer cette semence RPS et à quelles conditions ?
    Merci et bien à vous .

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Management des Entreprises par les Processus