Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

LIBYE : Les ambigüités de Berlusconi

Accueil > Actualités > International • • vendredi 24 juin 2011 à 00h50min

Contre toute attente, l’Italie de Silvio Berlusconi réclame un cessez-le-feu en Libye. Les Français sont en furie, d’autant que Mouammar Kadhafi est de plus en plus lâché par ses amis. Derniers en date, les Chinois qui viennent de lui infliger un revers diplomatique en recevant à Pékin Mahmoud Djibril, considéré comme le "ministre des Affaires étrangères" du Conseil national de transition (CNT), mis sur pied par les opposants de Benghazi. La nouvelle est très amère pour Kadhafi : le chef de la diplomatie chinoise, Yang Jieshi, a affirmé que désormais, pour Pékin, les insurgés libyens sont des "interlocuteurs importants". Jusque-là, on considérait les réticences de la Chine à apporter son plein soutien aux efforts déployés par les Occidentaux pour chasser Kadhafi, comme l’un des facteurs du maintien du Guide libyen, en dépit même des raids aériens de l’OTAN.

La position chinoise qui se veut ferme, pourrait signifier que Pékin considère désormais que les jours de Kadhafi sont comptés. Le revirement chinois pourrait aussi inspirer davantage le camp russe, et ouvrir la voie à l’adoption d’une résolution susceptible de pousser la coalition à vouloir en finir totalement avec le leader libyen. La récente réélection de Ban Ki-Moon pourrait même faciliter les choses. Comme il le reconnaît lui-même, Kadhafi a aujourd’hui le dos au mur. A ce jour, une dizaine de gouvernements ont reconnu le CNT comme étant le seul représentant légitime du peuple libyen. Mais le chef de la Jamahiriya libyenne populaire et socialiste, a aussi ses alliés dans le camp occidental.

En effet, s’exprimant devant la Chambre des députés à Rome à propos du dossier libyen, le chef de la diplomatie italienne a souligné, mercredi dernier, qu’un cessez-le-feu constitue la première étape de la négociation politique. Selon lui, un gel de l’activité militaire est aussi « fondamental pour permettre une aide humanitaire immédiate ». Ces propos du camp Berlusconi ont contrarié Français et Britanniques. Au Quai d’Orsay, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a soutenu qu’il faut intensifier la pression sur Kadhafi. Pour Bernard Valéro, « toute pause dans les opérations risquerait de lui permettre de gagner du temps et de se réorganiser ». Un porte-parole de David Cameron, chef du gouvernement britannique, a, lui aussi, soutenu que pour le moment, la bonne approche est « d’accentuer la pression sur Kadhafi ».

Des divergences existent donc au sein des pays membres de la coalition internationale. Elles apparaissent au fur et à mesure que se dessine l’après-Kadhafi. Les tâches de reconstruction et le contrôle des riches puits de pétrole aiguisent les appétits. Or, on le sait : les Occidentaux ne s’engagent pas, et ne s’empressent pas pour rien dans les dossiers internationaux. Certains d’entre eux ont de véritables appétits de Pantagruel. De quoi semer la panique dans les rangs. Sinon, comment expliquer les récentes sorties des ministres du président du conseil italien à propos de la Libye ? Ces derniers temps, une certaine anxiété était perceptible à Rome.

L’Italie, ancienne puissance coloniale, chercherait-elle à préserver son pré carré, à la veille du départ du leader libyen ? Par les temps qui courent, difficile en effet d’ignorer les liens politiques et économiques entre les deux pays, en particulier la présence du clan présidentiel libyen dans les milieux d’affaires italiens. Par le passé, un des fils de Kadhafi ne s’était-il pas illustré dans la prise d’actions au niveau de grands clubs italiens de football ? Quel deal lierait-il Berlusconi à Kadhafi ? Le président du conseil italien aurait-il trouvé un compromis avec le célèbre "Guide" libyen pour mettre fin à la guerre, et par ce biais même redorer son propre blason terni ces derniers temps dans l’actualité italienne ? Dans une telle hypothèse, jusqu’où Berlusconi serait-il prêt à aller ? Offrir l’asile au colonel libyen, ce dirigeant en sursis ? Quelles chances donner aux négociations par cette prise de position ?

Le camp Berlusconi, par sa prise de position, rejoint ainsi l’Union africaine (UA) dans ses incohérences. L’organisation panafricaine a toujours estimé qu’en l’absence de résultats militaires, les puissances occidentales allaient devoir accepter son plan prévoyant également un cessez-le-feu. Parallèlement, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), qui réunit 57 Etats, a aussi dépêché une mission de médiation en Libye. Elle se rendra à Benghazi et à Tripoli. Quels facteurs ont-ils pu influencer le président du conseil italien dans sa prise de position ? Le pétrole libyen ? La situation nationale en Italie où Berlusconi se trouve dans une mauvaise posture ? L’inconfort de Nicolas Sarkozy dans les sondages à moins d’un an de la présidentielle en France ? Berlusconi voudrait-il régler des comptes à un « partenaire » devenu insatiable et difficile au moment où, l’Italie, acculée, paie au prix fort l’afflux incontrôlable d’immigrants venus de Libye ?

Par son obsession, son acharnement à vouloir demeurer à la tête de son pays, Kadhafi montre qu’après quarante ans de pouvoir, il ne conçoit toujours pas que son pays ait changé. Les jeunes ne se reconnaissant pas en lui, il n’est pas sûr en cas d’élections réellement démocratiques, transparentes, propres et équitables, qu’il obtiendra les faveurs de la majorité de ses compatriotes. Le comble c’est que le roi Idriss 1er ( ?) qu’il a chassé du pouvoir après un coup d’Etat, n’aura pas autant régné que lui. Un vrai monarque des temps modernes.

Parvenu à la tête de la Libye alors qu’il n’avait pas lui-même 30 ans, le voilà qui va se faire chasser comme un malpropre. Ceci, après avoir été gagné par la boulimie du pouvoir comme tant d’autres dirigeants africains. On se demande d’ailleurs pourquoi le leader libyen aime-t-il tant à pinailler alors que tout se désagrège autour de lui ? Pourquoi continuer à clamer « sa » petite vérité, sachant bien que jamais l’OTAN ne renoncera à sa proie, et que lui, n’a plus la force d’antan ? Kadhafi compte peut-être sur les ambigüités du régime Berlusconi pour se sortir du trou. Mais dans ce qui apparaît comme une ruse de guerre entre partenaires ennemis occidentaux, y gagnera-t-il vraiment ? Car, autant la position italienne met à nu les dissensions entre Etats membres de l’Otan engagés militairement en Libye, autant elle traduit les relents d’un certain passé colonial. Les sorties des porte-parole de Berlusconi le confirment bien : elles sonnent comme une forme de rappel à ceux qui auraient oublié que la Libye est avant tout une ancienne possession italienne.

"Le Pays"

Vos commentaires

  • Le 24 juin 2011 à 10:49 En réponse à : LIBYE : Les ambigüités de Berlusconi

    Toi journaliste du pays je te défie que s’il y’a élection Khadafi passe au les mains et tu donne l’imoression d’etre un valet des média occidentaux .Toi meme dans tes écrits tu parle de "De proie qu’il ne vont pas lacher". Voilà qui est bien dit ainsi donc Khadafi serait une proie des ces fumistes d’occidentaux ?Malgré ça et malgré les critique de vos lecteurs sur votre myopie sur la crise lybienne vous persistez dans ce meme élan. Que Khadafi ait fait 50 ans et après l’éssentielle c’est l’épanouissement social du peuple qui dite moi chers journalistes du pays quelle pays africain "démocrate" avec une soit disant alternance politique a pu atteindre le niveau de vie des lybien ? Je n’en vois pas et éviter de dire que la démocratie est une norme universelle non ce qui devrait etre une norme universelle c’est un système qui permet nu épanouissement des peuple et meme sur ce plan la démocratie a encore à faire et je vous demende de prouver le contraire

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2011 à 11:03, par madi En réponse à : LIBYE : Les ambigüités de Berlusconi

    article plein de contradiction : si la guerre contre la Libye est liée à la volonté des occidentaux de s’accaparer de ses richesses, peut-on raisonnablement applaudir une telle guerre impérialiste ? Si les Libyens ne veulent pas de KHADAFI c’est à eux de le chasser et non pas une coalition étrangère : les Tunisiens et les Égyptiens se sont débarrassés de leurs tyrans que ces mêmes occidentaux chérissaient : si le "Pays" est aussi sûr de lui qu’en cas d’élection libre et transparente Khadafi va perdre, qu’il recommande dans ses écrits cette option au lieu de continuer à soutenir l’agression des occidentaux, l’UA quoique qu’on dise est dans son rôle car après que l’OUA se soit battu pour l’indépendance des pays qui étaient encore sous colonisation à sa création, celle-ci doit s’opposer à toute forme de recolonisation de l’Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 24 juin 2011 à 13:28, par Edmond En réponse à : LIBYE : Les ambigüités de Berlusconi

    Si les médiats occidentaux nous envahissent de leurs visions de cette guerre, qui de notre point de vue ne vise qu’à chercher à faire croire aux africains que Khadafi est le diable que eux (les occidents) sont là pour débarraser la Lybie du diable sans calcule, je pense vraiement que nos médiats africains se doivent de faire leurs propres analyses au lieu de vouloir corroborer et/ou rapporter les dires de leurs confrères occidentaux. Il y va de votre liberté de pensée. Je suis d’accord avec ceux qui pense que ce n’est pas à l’occident de faire les "coups d’état" (car il s’agit bien de tentative de coup d’état en Lybie) à nos chefs d’état africains en lieu et place des citoyens de nos pays africains. Si le CNT pense qu’il faut renverser KHadafi c’est de leur plein droit mais de grace vous autres occidents (et certains africains vallets) laisser le CNT conduire sa révolution car en prenant leur place dans cette lutte, vous jeter les bases d’un IRAK bis et vous ne leur rendez pas service. Faites en le bilan.

    Répondre à ce message

  • Le 26 juin 2011 à 05:08, par PUTE FRANCE En réponse à : LIBYE : Les ambigüités de Berlusconi

    meme si je n.aime pas kadafi nato n,as le droit de chasser mrs kadaF .LA FRANCE ESSAY DE COUVRIR CA HONTE DANS Laffaire lybie .QUE LA FRANCE VA AU DIABLE

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés