LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 18 mai 2011

Publié le jeudi 19 mai 2011 à 00h50min

PARTAGER :                          

Le conseil des ministres s’est tenu le mercredi 18 mai 2011 en séance ordinaire à partir de 09 heures 00 sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso, Président du conseil des ministres. Il a délibéré sur les dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, autorisé des missions à l’étranger et procédé à des nominations.

I. DELIBERATIONS

I.1. AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES

Le conseil a adopté trois (03) rapports. Le premier rapport est relatif à l’adoption d’un décret portant création, organisation, fonctionnement et attributions des organes chargés de la privatisation des entreprises publiques.

Le décret crée par voie réglementaire trois (03) organes chargés de la mise en œuvre de la privatisation des entreprises publiques en remplacement de la commission de privatisation. Ces organes sont : le comité de pilotage, le secrétariat permanent et la cellule de suivi.

L’adoption de ce décret permettra un meilleur suivi du processus de privatisation des entreprises à participation de fonds publics. Le deuxième rapport est relatif à l’examen du Cadre budgétaire à moyen terme (CBMT) pour la période 2012-2014.

Le cadrage budgétaire à moyen terme vise à évaluer le volume de ressources mobilisables par l’Etat et à les affecter aux ministères et institutions pour la mise en œuvre des programmes de développement économique et social.

Le présent exercice intervient dans un contexte socio-politique difficile marqué par des facteurs de risque liés essentiellement à l’incertitude sur la vigueur de la reprise économique mondiale, au renchérissement du cours du pétrole sur le marché mondial et à la contraction de l’aide publique au développement.

Il s’avère impérieux que les choix stratégiques budgétaires se traduisent par une optimisation de la mobilisation des ressources et la rationalisation des dépenses de fonctionnement de l’Etat afin de libérer plus de ressources pour relever les défis du développement.

Sur la base de ce cadrage budgétaire, les ressources propres de l’Etat pour l’année 2012 sont évaluées à sept cent soixante cinq milliards six cent millions (765 600 000 000) de F CFA en accroissement de quarante sept milliards cinq cent soixante dix millions (47 570 000 000) de F CFA en valeur absolue et 6,63% en valeur relative par rapport au budget 2011 révisé. Le taux de pression fiscale ressortirait à 12,49% soit une amélioration de 0,13 point par rapport à 2011.

Globalement, les dépenses sur ressources propres augmentent en moyenne de 14,12% sur la période contre 16,1% pour les ressources propres ; ce qui permet une réduction progressive du besoin de financement.

Dans le même temps, l’épargne budgétaire s’améliore de près de 87,29% offrant ainsi une plus grande possibilité de couverture des investissements par les ressources propres de l’Etat.

Les investissements progressent en moyenne de 30,1% contre 6,41% pour les dépenses ordinaires. Cette progression permet de prendre en compte l’objectif de renforcement du soutien à l’agriculture.

Les dépenses de fonctionnement progressent en moyenne de 7,1% sur la période et reflète principalement l’incidence de la nouvelle configuration du gouvernement et les efforts pour assurer le minimum de fonctionnement des services de l’administration, notamment au niveau déconcentré.

Les dépenses de transferts courants sont en progression sur la période du Cadre budgétaire à moyen terme (CBMT) et s’inscrivent dans le cadre du renforcement des programmes sociaux pour les couches sociales les plus défavorisées.

Cette structure budgétaire prend en compte les indicateurs de convergence de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ainsi que les engagements convenus avec les partenaires techniques et financiers. Le troisième rapport est relatif à l’examen du Programme d’actions du gouvernement pour l’émergence et le développement durable (PAGEDD) 2011-2015.

L’objectif du PAGEDD est de fédérer le programme présidentiel et la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) pour offrir au gouvernement un tableau de bord unique pour le pilotage de son action.

Les orientations stratégiques s’articulent autour de la consolidation de l’investissement humain, la promotion et la protection sociales, le développement institutionnel et le renforcement de la gouvernance, le développement des piliers de la croissance accélérée et de l’émergence, et les dynamiques nouvelles pour l’économie et les priorités transversales.

I.2. AU TITRE DU MINISTERE DES MINES, DES CARRIERES ET DE L’ENERGIE

Le conseil a examiné trois (03) rapports. Le premier rapport est relatif à une demande d’autorisation pour le recrutement d’un producteur indépendant d’électricité pour accroître l’offre nationale en énergie électrique.

Le niveau actuel de la demande est estimé à 165 MW avec un pic de 177 MW en mi-mai. Quant à la capacité nationale de production, elle est actuellement de 125 MW et passera à 155 MW en mi-mai 2011. L’importation d’énergie en provenance du réseau ivoirien, elle, est de 60 à 80 MW.

La demande d’électricité augmente d’environ 10% par an, ce qui entraîne un doublement des besoins en puissance tous les 7 ans. La production nationale augmentera d’environ 110 MW de puissance thermique et de 23 à 43 MW solaire d’ici fin 2012.

Malgré les projets de renforcement de la production nationale et l’interconnexion, le bilan de l’offre et de la demande en énergie électrique du réseau national interconnecté fait ressortir un déficit de puissance variant de 40 à 70 MW entre 2012 et 2014.

Le conseil, en vue de résorber ce déficit et sécuriser l’approvisionnement du pays en énergie électrique dans le long terme a instruit le ministre en charge du dossier de prendre les mesures diligentes pour le recrutement d’un producteur indépendant d’électricité pour la fourniture d’une puissance de 70 MW extensible à 100 MW dès 2012.

Cette solution permettra non seulement d’assurer la sécurité énergétique sans dégrader les indicateurs financiers de la SONABEL mais d’ouvrir le secteur aux investisseurs privés internationaux et de disposer de l’énergie électrique sans supporter le poids de l’investissement qui pourrait atteindre soixante (60) à soixante dix milliards (70 000 000 000) de F CFA pour 70 MW.

Le deuxième rapport est relatif à l’adoption de deux (02) décrets portant renouvellement de membres et nomination de président au conseil d’administration du Fonds de développement de l’électrification (FDE). Le premier décret renouvelle les mandats des personnes ci-après représentant l’Etat audit conseil pour une période de trois (03) ans.

Au titre du ministère des Mines, des carrières et de l’énergie

 Monsieur Emmanuel NONYARMA, Mle 151 368 T, ingénieur du génie électrique ;

 Madame Vera DIALLO, Mle 78 504 T, ingénieur énergéticien.

Au titre du ministère de l’Environnement et du développement durable Madame Watta OUEDRAOGO, Mle 74 284 H, ingénieur zootechnicien. Au terme du second décret, monsieur Emmanuel NONYARMA est nommé président dudit conseil pour un mandat de trois (03) ans.

Le troisième rapport est relatif à l’adoption de deux (02) décrets portant renouvellement de mandat et nomination de membres au conseil d’administration de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL). Le premier décret renouvelle le mandat de monsieur Charles KI, Mle 19 669 N, Inspecteur du Trésor, membre représentant l’Etat audit conseil au titre du ministère de l’Economie et des finances pour une période de trois (03) ans.

Le second décret nomme les personnes ci-après membres représentant l’Etat audit conseil pour un mandat de trois (03) ans.

Au titre du Premier ministère

Madame Marie Eugénie MALGOUBRI/KYENDREBEOGO, Mle 74 234 D, économiste.

Au titre du ministère de l’Habitat et de l’urbanisme
Monsieur Guy SANOU, Mle 85 490 H, architecte.

I.3. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE

Le conseil a adopté un décret portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (CNLS-IST).

Le décret porte modification du décret n°2001-510/PRES/PM/MS du 1er octobre 2001 en ses dispositions se rapportant à la composition, l’organisation et le fonctionnement du Conseil national de lutte contre le SIDA et les infections sexuellement transmissibles au Burkina Faso. En outre, il abroge le décret n°2007-078/PRES/PM/MS/MASSN du 14 février 2007 portant modification du décret n°2001-510/PRES/PM/MS du 1er octobre 2001 sus-cité.

Le présent décret, en sus de la création des cadres de concertation des institutions et des ministères, prend en compte le nouveau découpage des départements ministériels.

Il consacre la création et les attributions du CNLS-IST de façon pérenne, y compris l’existence de son secrétariat permanent et la nomination de son secrétaire permanent.

L’adoption de ce décret permet au CNLS-IST de disposer d’un texte réglementaire pour la mise en œuvre du cadre stratégique de lutte contre le VIH, le SIDA et les IST 2011-2015.

I.4. AU TITRE DU MINISTERE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

Le conseil a adopté deux (02) décrets portant création d’emplois et nomination d’enseignants au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST).

Le premier décret crée vingt quatre (24) emplois au CNRST dont deux (02) emplois de directeurs de recherche, dix (10) emplois de maîtres de recherche et douze (12) emplois de chargés de recherche. Le second décret nomme les enseignants ci-dessous dans les fonctions suivantes pour compter du 17 juillet 2010.

 Monsieur Moustapha GOMGNIBOU, Mle 26 274, maître de recherche en histoire est nommé directeur de recherche à l’Institut des sciences des sociétés (INSS) ;

 Monsieur Paco SEREME, Mle 13 190, maître de recherche en phytopathologie est nommé directeur de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Salawu ASIMI, Mle 12 562, chargé de recherche en biologie des sols est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Niango Malick BA, Mle 124 020 057 C, chargé de recherche en entomologie agricole est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Somgnogdin Léonard OUEDRAOGO, Mle 16 435, chargé de recherche en phytopathologie est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur François Jean Pascal PALLO, Mle 16 817, chargé de recherche en sciences naturelles-agronomie, est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Louis SAWADOGO, Mle 1 249 800 401 C, chargé de recherche en biologie et écologie végétales est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Moussa SIE, Mle 15 023, chargé de recherche en génétique est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Potiandi Serge DIAGBOUGA, Mle 41 639, chargé de recherche en immunologie-microbiologie est nommé maître de recherche à l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) ;

 Monsieur Halidou TINTO, Mle 57 096, chargé de recherche en sciences biologiques est nommé maître de recherche à l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) ;

 Monsieur Félix dit Bondo KINI, Mle 46 546, chargé de recherche en chimie des substances naturelles est nommé maître de recherche à l’Institut de recherche en sciences appliquées et technologies (IRSAT) ;

 Monsieur Pierre Claver HIEN, Mle 52 121 G, chargé de recherche en histoire est nommé maître de recherche à l’Institut des sciences des sociétés (INSS).

Le conseil adresse ses félicitations aux lauréats promus pour leur mérite et leur performance.

I.5. AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

Le conseil a adopté un décret portant révision des pensions des fonctionnaires, des agents contractuels, temporaires ou décisionnaires de l’Etat, des personnels des établissements à caractère administratif et des collectivités territoriales admis à la retraite à cinquante trois (53) ou cinquante quatre (54) ans.

Les pensions sont révisées à la hausse à compter du 1er janvier 2011 aux taux de :

 4% pour les retraités à 53 ou 58 ans ;

 2% pour les retraités à 54 ou 59 ans.

La révision concerne également les magistrats admis à la retraite à 58 ou 59 ans.

L’adoption du présent décret répond à l’esprit de justice sociale. Avant de lever sa séance à 14 H 46 mn, le conseil a entendu des communications orales et procédé à des nominations.

II - COMMUNICATIONS ORALES

II.1. Le Secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres a fait au conseil le bilan de la visite de travail et d’amitié effectuée le lundi 16 mai 2011 par le chef de l’Etat ivoirien, S. Exc. le Dr. Alassane Dramane OUATTARA dans notre pays.

Au cours de son séjour, il a abordé avec son homologue burkinabè les questions brûlantes de l’heure notamment les crises qui secouent certains pays de la sous région, la crise au Burkina Faso et la fracture sociale que vit la Côte d’Ivoire.

Le Président Alassane Dramane OUATTARA a exprimé sa volonté de réconcilier les ivoiriens et de faire en sorte que son pays redevienne la terre d’hospitalité qu’elle a été par le passé.

La coopération bilatérale reprendra à travers la relance des différents cadres de concertations entre nos deux pays, en particulier le Traité d’amitié et de coopération signé le 29 juillet 2008 à Ouagadougou.

Il a enfin exprimé à S. Exc. M. Blaise COMPAORE sa profonde gratitude pour son engagement, sa disponibilité et sa persévérance qui ont permis des avancées significatives dans le processus de paix et l’organisation de l’élection présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord politique de Ouagadougou.

II.2. Le Secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres a par ailleurs fait au conseil une communication relative à la visite d’amitié et de travail effectuée à Ouagadougou le 17 mai 2011 par S. Exc. M. Mahamadou ISSOUFOU, Président de la République du Niger.

Partageant la même vision des problèmes du continent et de l’avenir de la sous-région, les Présidents COMPAORE et ISSOUFOU ont échangé sur les questions sous-régionales, notamment celles relatives à l’intégration, à la sécurité et au développement des deux pays.

Cette visite a été l’occasion pour le chef de l’Etat du Niger de remercier son homologue burkinabé pour tous les efforts déployés et qui ont contribué à aider le Niger à sortir de sa crise socio-politique.

Il a en outre témoigné sa solidarité et celle du peuple nigérien au Président du Faso en cette période de crise que connaît le Burkina Faso. Il a enfin émis le vœu de voir rapidement se réaliser des projets d’intégration entre nos deux pays dans les domaines des transports et de l’énergie.

II.3. Le ministre de l’Agriculture et de l’Hydraulique a fait au conseil le point des travaux des journées de programmation de la campagne agricole 2011 – 2012 tenues les 12 et 13 mai 2011 à Dédougou, dans la Région de la Boucle du Mouhoun.

Au cours de ces journées, les prévisions de production des filières agricoles ont été passées au peigne fin, de même que les actions spécifiques en rapport avec des spéculations comme le manioc, le niébé et le sésame.

L’objectif de production pour cette campagne est de 5 874 000 tonnes de céréales soit une progression de 26% par rapport à la campagne écoulée. Les plus forts taux d’accroissement sont attendus au niveau du riz avec 36% et du maïs avec 44%. Pour le sésame, la production attendue est de 133 000 tonnes avec une progression de 47%.

Le sésame se présente comme étant un produit de rente dont l’augmentation de la production va contribuer à la diminution du déficit de la balance commerciale.

Pour le niébé, la production attendue est de 653 000 tonnes. Les journées de programmation ont été l’occasion pour l’ensemble des acteurs d’harmoniser leurs vues sur les moyens et les mécanismes opérationnels pour l’atteinte des objectifs assignés.

Pour cette campagne, le gouvernement s’engage à accompagner les producteurs en mettant à leur disposition 10 600 tonnes de semences améliorées toutes spéculations confondues, 25 000 tonnes d’engrais NPK et 15 000 tonnes d’urée à des prix subventionnés.

Il invite l’ensemble des producteurs à utiliser massivement la fumure organique afin de rendre plus efficace l’appui apporté à travers les semences améliorées et les engrais.

II.4. Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a fait au conseil l’état des dispositions pour assurer l’effectivité des mesures prises dans le cadre de la baisse des prix des produits de grande consommation tels que arrêtées dans le cadre des concertations gouvernement, commerçants, associations de consommateurs, syndicats…

Dans ce cadre des boutiques témoins ont été mises en place par l’Etat et d’autres identifiées comme telles sur la base de partenariats établis avec des commerçants détaillants. Le conseil a surtout insisté sur le contrôle en vue du respect strict des prix fixés.

II.5. Le ministre de l’Action sociale et de la Solidarité nationale a informé le conseil de la commémoration de la journée nationale de promotion de l’élimination de la pratique de l’excision.

Le gouvernement a déployé d’importants efforts en vue de l’élimination de la pratique de l’excision dans notre pays. Il s’agit de la création du CNLPE et de son Secrétariat permanent, de l’adoption d’une loi réprimant l’excision, de l’institutionnalisation de la journée nationale de la promotion de l’élimination de la pratique de l’excision le 18 mai.

Pour l’année 2011, la région du Sahel est retenue pour abriter les activités commémoratives de cette journée sous le thème « Engagement des gouvernements, indispensable pour atteindre la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines ».

La cérémonie officielle placée sous la présidence de S. Exc. M. le Premier ministre, aura lieu à Dori le 20 mai 2011.

II.6. Le ministre des Sports et des Loisirs a fait au conseil la situation sur le sport national.

Les résultats dans les différentes disciplines sportives offrent de réels motifs de satisfaction. En judo, les combattants burkinabè viennent de décrocher la première médaille d’or dans cette discipline depuis 1963. En effet, mademoiselle Sévérine NEBIE, championne nationale des moins de 63 kg a été sacrée championne d’Afrique lors du tournoi qui s’est déroulé du 12 au 19 avril 2011 à Dakar.

Elle s’adjuge du même coup une place qualificative pour les prochains jeux olympiques de Londres 2012. Le conseil félicite mademoiselle Sévérine NEBIE pour sa performance.

En cyclisme, les Etalons ont remporté successivement les prestigieux tours du Cameroun et du Togo après une prestation honorable lors de la dernière édition du Tour du Faso.

La septième édition de la Boucle du coton qui se déroule du 16 au 22 mai 2011 est porteuse d’espoir au regard de la prestation des Etalons. En athlétisme, les performances des burkinabè leur ont valu des félicitations de la CEDEAO à Abuja.

Plusieurs fois vainqueurs du tournoi de la solidarité regroupant le Mali, le Togo, le Niger, le Bénin, la Côte d’Ivoire, les athlètes burkinabè ont été classés deuxième pour l’édition 2011.

En boxe, six (06) pugilistes viennent de se qualifier à Lomé lors du tournoi de la zone III pour les prochains jeux africains de Maputo.

En football, les Etalons cadets après leur sacre continental à Kigali bénéficient d’un programme de préparation en Italie et au Portugal. La dernière phase se déroulera au Mexique du 09 au 16 juin pour leur acclimatation.

III - NOMINATIONS

III.1. PRESIDENCE DU FASO

 Monsieur Damou Jean Marie OUATTARA, Mle 25 647 Y, administrateur civil, 2e classe, 7e échelon, est nommé chargé de mission au Conseil économique et social ;

 Monsieur Bernabé Ollo KAMBOU, Mle 97 386 L, économiste, 1ère classe, 2e échelon, est nommé chef du département chargé de l’orientation économique, des finances et de la conjoncture au Conseil économique et social ;

 Monsieur Sébastien SANON, Mle 55 890 A, économiste, 1ère classe, 5e échelon, est nommé chef d’unité d’évaluation des politiques et programmes de l’observatoire économique et social au Conseil économique et social.

III.2. MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES

Monsieur Mamadou TRAORE, Mle 104 273 A, administrateur des services financiers, 1ère classe, 2e échelon, est nommé directeur des études et de la documentation financière à la direction générale du contrôle financier.

III.3. MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE L’HYDRAULIQUE

 Monsieur Zacharia GNANKAMBARY, Mle 124 99 00 430 C, chargé de recherche, 1ère classe, 13e échelon, est nommé directeur général du Bureau national des sols (BUNASOLS) ;

 Monsieur Sissandebé Albert TRAORE, Mle 25 604 J, technicien supérieur d’agriculture spécialisé, 1ère classe, 10e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique des Balé (Boromo) ;

 Monsieur Gninin NEBIE, Mle 33 934 J, technicien supérieur d’agriculture spécialisé en mécanisation agricole, 1ère classe, 4e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique des Banwa (Solenzo) ;

 Monsieur Jean Robert KABORE, Mle 31 911 F, technicien supérieur d’agriculture spécialisé en technologie semencière, 1ère classe, 6e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Nahouri (Pô) ;

 Monsieur Valentin YONLI, Mle 9 593 B, technicien supérieur d’agriculture, 3e classe, 4e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Gourma (Fada N’Gourma) ;

 Monsieur Etienne NANA, Mle 26 932 P, ingénieur d’agriculture, 1ère classe, 13e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Zoundwéogo (Manga) ;

 Monsieur Nanyè Laurent TIAHO, Mle 13 986 S, technicien supérieur d’agriculture, 3e classe, 4e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Poni (Gaoua) ;

 Monsieur Paul OUEDRAOGO, Mle 119 053 F, technicien supérieur de pédologie, 1ère classe, 1er échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Nayala (Toma) ;

 Monsieur Bouboukari ASSANE, Mle 74 082 N, technicien supérieur d’agriculture, 1ère classe, 7e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique de l’Oudalan (Gorom-Gorom) ;

 Monsieur Guéomel Guillaume HIEN, Mle 17 116 E, technicien supérieur d’agriculture spécialisé, 1ère classe, 9e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Ioba (Dano) ;

 Monsieur Bakassa KONE, Mle 25 608 R, ingénieur agronome, 1ère classe, 10e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Mouhoun (Dédougou) ;

 Monsieur Siaka YE, Mle 91 345 N, technicien supérieur d’agriculture, 1ère classe, 4e échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Koulpelogo (Ouargaye) ;

 Monsieur Sidbewendin Gaël YAMEOGO, Mle 216 192 M, ingénieur des travaux en génie rural, 1ère classe, 1er échelon, est nommé directeur provincial de l’Agriculture et de l’hydraulique du Houet (Bobo-Dioulasso).

III.4. MINISTERE DE LA JUSTICE, DE LA PROMOTION DES DROITS HUMAINS, GARDE DES SCEAUX

 Madame Alizetta KABORE, Mle 28 092 Z, inspecteur de sécurité pénitentiaire, 1ère classe, 4e échelon, est nommée conseiller technique ;

 Monsieur Adama ROUAMBA, Mle 57 422 B, inspecteur de sécurité pénitentiaire, 1ère classe, 4e échelon, est nommé directeur général de la Garde de sécurité pénitentiaire.

III.5. MINISTERE DE L’ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE

 Monsieur Sadou SIDIBE, Mle 28 110 G, administrateur civil, 1ère classe, 4e échelon, est nommé secrétaire général ;

 Monsieur Roger ZANGO, Mle 18 549 J, commissaire divisionnaire de police, 1ère classe, 12e échelon, est nommé chef de cabinet ;

 Monsieur Jean-Baptiste OUEDRAOGO, Mle 11 126, Commissaire de police, 1ère classe, 12e échelon, est nommé directeur général de l’Office national d’identification (ONI).

III.6. MINISTERE DE L’INDUSTRIE, DU COMMERCE ET DE L’ARTISANAT

Monsieur Paul Marie COMPAORE, Mle 14 320, conseiller des Affaires économiques, 3e classe, 4e échelon, est nommé directeur général de la Société nationale burkinabè des hydrocarbures (SONABHY).

III.7. MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRE ET SUPERIEUR

Monsieur Gustave B. KABRE, Mle 19 293 E, professeur titulaire, P1, grade intermédiaire, 1er échelon, est nommé président de l’Université de Ouagadougou.

III.8. MINISTERE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE L’INNOVATION

 Monsieur Vèrè Marcellin DAKUO, Mle 17 011 T, inspecteur des impôts, 2e classe, 9e échelon, est nommé conseiller technique ;

 Monsieur Alhadi WEREME, Mle 13 467 M, maître de recherche en physique, classe exceptionnelle, 2e échelon, est nommé conseiller technique ;

 Monsieur Gérard KEDREBEOGO, Mle 10 042 G, maître de recherche, catégorie P2, est nommé conseiller technique ;

 Madame Loulé Clémentine DABIRE/BINSO, Mle 14 243 H, maître de recherche, catégorie P2, classe exceptionnelle, grade terminal, 1er échelon, est nommée secrétaire permanent du Forum national de la recherche scientifique et des innovations technologiques (FRSIT) ;

 Madame Agnès SANOU/SANOU, Mle 23 853 U, conseiller en gestion des ressources humaines, 1ère classe, 6e échelon, est nommée directrice des ressources humaines ;

 Monsieur Mamadou Lamine SANOGO, Mle 49 487 C, maître de recherche, catégorie P, 1er échelon, est nommé directeur de l’Institut des sciences des sociétés (INSS) ;

 Monsieur Jean Noël PODA, Mle 15 970 K, directeur de recherche, P1, classe intermédiaire, 1er échelon, est nommé directeur de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS) ;

 Monsieur Bréhima DIAWARA, Mle 29 303 J, maître de recherche, catégorie P1, 2e échelon, est nommé directeur de l’IPSAT.

III.9. MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE

Madame Somkinda TRAORE/OUEDRAOGO, Mle 30 143 P, magistrat de classe exceptionnelle, 4e échelon, est nommée directrice générale de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Le ministre de la Communication
Porte-parole du gouvernement
Alain Edouard TRAORE

PARTAGER :                              

Messages

  • Ainsi donc Jean Hubert Yameogo était aussi amovible !

    • comprenez que le probleme du BF n est pas un probleme d individu mais de tout un systeme. Hubert ne faisait que servir les interets de plus puissant que lui. Le nouveau Compaore qui l a remplace servira meme plus puissant que lui encore mieux. Si nos dirigeants detournent tous les benefices des secteurs juteux vers la famille, rien ne changera (Sonabhy, Sonabel, Ebomaf, Alizet Gando...).

    • S’il vous plait ! Ce n’est pas tout ce qui est COMPAORE, TAPSOBA, TIENDREBEOGO, OUAGRAWA, KOUTABA, NABARE qui est de la famille du Chef de l’Etat. Le Chef de l’Etat est tout simplement BURKINABE. Un proverbe dit que c’est le ver du pois de terre qui le tue. Ne tuons notre Burkina Faso avec des raisonnements claniste, ethniciste, régionaliste etc.

    • Ce sont les individus qui font le système et en relevant certains inamovibles,la machine tournera mieux.Il faut éviter d’être burkino pessimiste et compter sur la détermination du premier ministre qui ose démettre certains intouchables.Soyons patients et reconnaissons que le gouvernement est constitué d’hommes visant la perfection comme vous et moi.Alors soutien à LAT !!!

    • je partage votre point de vue et j ajouterai aussi que c est trop facile de stigmatiser le système mis en place avec notre bénédiction meme silencieuse car après tout "tout peuple a les dirigeants qu il mérite"

    • je pense que hubert lui même etait fatigué et avit besoin de prendre du repos. il est assez riche comme ça et peut desormais se contenter de son poste à l’assemblée nationale.
      ce nouveau DG saura changer la donne pour que les bénéfices de la SONABHY profite à tous les burkinabé

    • Oui la SOFITEX est le prochain. Mais n’oublions pas les SP, comme celui du CNLS qui y est depuis des années

    • Totalement d’accord pour le principe d’alternance pour les DG. Une longevité de trois ans renouvelable une fois doit être prescrite au moment de la nomination du DG. Une liste des prochains départs devrait être dressée et des appels ouverts à candidature lancés afin d’éviter les copinages

  • On dirait que les choses sont en train de changer. Hubert avait trop duré à la SONABHY.

  • On sera sur nos gardes pour les DG qui ont duré le plus longtemps dans leurs postes. Si nécessaire, on dressera une liste pour le Conseil de Ministres. Aussi, il faut éviter de narguer le peuple en nommant certains comme ambassadeurs pour continuer à bouffer la contribution du peuple alors qu’ils sont vomis par le peuple. Quand le peuple se met debout....

    • C’est déjà un pas dans la bonne direction : "c’est bien mais ce n’est pas arrivé". Le ministère des affaires étrangères et de la coopération régionale bat les records en la matière. Des Ambassadeurs ont poussé des racines dans certains pays. Si le Président du Faso ne les a pas oubliés, ne sont-ils pas sclérosés ?Jugez-en vous-mêmes, ils sont en poste depuis la date indiquée ci-contre :

      Arabie Saoudite : 1991
      Chine : 1994
      Côte d’Ivoire : 1995
      New York : 1998
      Belgique : 2001
      Ethiopie : 2001
      Algérie : 2003
      Allemagne : 2003
      Canada : 2003
      Libye : 2003
      Mali : 2003
      Maroc : 2003
      Nigeria : 2003
      Ghana : 2004
      Source : annuaire du corps diplomatique du ministère des affaires étrangères et de la coopération régionale.

    • Vérifiez bien vos sources monsieur, l’ambassade du Burkina aux USA est à Washington et Paramanga y est depuis 2006 si je ne me trompe. j’en conclut que cette étude date.

    • Merci, M. SOURA, bien dit et il faut que le Président du Faso prenne ses responsabilités pour assainir le milieu de la diplomatie burkinabè.Ils sont plus que sclérosés !!!!

    • je vous demande a vous de mieux vous informer car nous avons bel et bien une représentation a New York chargée de nos relations avec les Nations Unies tandis que l’Ambassade a Washington traite des questions bilatérales entre le Burkina Faso et les USA.

    • il a dit New York mon frere, cela veut dire la representation diplomatique aupres de l’ONU qui differe de l’ambassade a Washington qui est aupres des USA. Donc le gars a la bonne source.

    • Quand on dit l ambassade du Burkina à New-york,il s agit de celui qui represente le Burkina auprès de l ONU.Il s appelle bien Michel kafando ou quelque chose comme ca.Alors que celui de Washington represente le Burkina auprès des USA qui,lui s appelle P.Erneste Yonli.Donc à ne pas confondre.

    • mon ami, je regrette que tu contestes les sources extraites de l’annuaire statistique diplomatique du BF ; tu connais pas grand chose ; le BF a deux diplomates aus USA, celui de New York est placé auprès de l’ONU, et celui de Washington est Paramanga ; quand on connait rien on se tait

    • Tu es inculte ! L’ambassadeur du Burkina Faso auprès des Nations Unies est à New York depuis 1998. Il est différent de l’Ambassadeur du Burkina Faso aux Etats Unis qui lui est à WASHINGTON depuis 2007.

    • Qu’est ce que vous dites ? Etre resté pendant 20 ans Ambassadeur, deux décennies ? Il a certainement été oublié celui là. N ‘y aurait il pas d’autres compétences dans le pays des hommes intègres ? Ou alors il est le plus intègre de tous cet Ambassadeur !!!!!!

  • Apres les ministres de carriere c’est le tour de certains DG.
    Finalement on voit que les petits cafouillages de ces derniers tps sont entraint de porter leurs fruits. Esperons que ces changements aillent dans le sens de la bonne gouvernance et non juste des changements pour changer...

  • Mon cher Tapsoba,calme toi.Ne sais tu pas qu´il est malade et qu´il a besoin de repos ?
    Cordialement.....

    • Danois, quand un DG est malade au FASO, on le conserve à son poste pour pouvoir l’évacuer au Val de Grâce aux frais de la boîte. Sinon, il devra user de solides relations haut placées, ou commencer à "dégeler" le magot accumulé...

    • Ainsi donc il a besoin de repos ?? u’il repose alors en paix ! De toute façon, personne ne l’attachait à son fauteil. Vraiment merci de nous informer qu’il est malade, cela me permet de comprendre pourquoi la SONABHY à mal géré l’histoire du gaz. Un malade qu’on laisse DG et qui s’entoure de sa famille dans le service public, c’est nauséabond...

  • Beh oui Hubert Yaméogo est amovible !de Même Innocent COULIDIATY de la CNSS a fait les frais du renouvellement de certaines têtes dans les grosses boîtes ! Mais il reste d’autres boîtes comme la SOFITEX ! Monsieur le premier ministre, vous avez compris le peuple, continuez ! Mais regardez aussi au niveau des administrations de certains ministères (niveau régional, niveau provincial et même départemental)comme la santé, l’éducation, etc. Il y a beaucoup de pourriture là-bas !

  • Ces changements ne doivent ni enthousiasmer, ni nous désespérer.wait and see !

  • mince ! j’ai eu 711frs de plus sur mon salaire. le PM est fort en augmentation de salaire de fonctionnaire !

  • Paul Marie Compaoré, un homme bien.
    Beaucoup de ceux qui ont eu l’occasion de travailler dans son environnement gardent de lui l’image d’un homme compétant, organisé, sobre et intègre. Que son exemple serve de modèle aux jeunes.
    COURRAGE ET BON VENT A VOUS DSO.

  • Ainsi dc nos prières sont entrain d’etre exaucées par l tout Puissant ? Hubert ainsi parti il va nous rester un colossal en l’occurrence Célestin !Blaise SVP libérer le car il est amovible comme les autres.M. yaméogo,toute ma compassion a vous mais ça ira car c’est a vous encore k les grandes missions diplomatiques attendent.continuer l nettoyage son Excellence.

  • la machine est en marche en ce qui concerne les changements à l’intérieur du pays rien ne peut la freiner !
    j’espere qu’ils n’oublierons pas l’extérieur du pays , certains ambassadeurs sont devenus des résidents permanents dans les pays ou il sont acrédités,
    quel pagaille ! pensez vous que sans notre contribution ils ne vont pas oublier certains ;je suis d’avis que nous leurs fournissions les listes de quelques centenaires aux postes de responsabilité !
    n’gaw !

  • très bonne décision du gouvernement. cependant qu’il n’oublie pas certain DG des entreprises semi publique comme la SONAR. ce dernier est aux commandes depuis aux moins 16ans.

  • pourquoi de plaindre de DG ou de ministres qui ont duré alors qu’il sont tous venus trouver quelqu’un au sommet qui est tjrs la

  • Changer aussi l’eternel patron de la SOFITEX

  • Enfin ! Hubert peut rentrer chez lui. Il reste maintenant celui que même les producteurs de coton ne veulent plus. J’espère que le prochain conseil des ministres aura raison de ce DG qui n’a que trop duré.
    Félicitations et courage aux nouveaux DG (SONABHY, CNSS) !

  • le nouveau gouvernement de Tiao commence à comprendre nos préoccupations en changeant au moins un DG à chaque conseil des ministres. au prochain conseil des ministres, il faut que ça soit le DG de la SOFITEX. il faut aussi penser à changer le DG du centre Muraz dans les nomminations à venir.

  • le prochain conseil de ministre devrait statuer sur le cas des Ambassadeurs à la retraite et toujours en poste et ceux qui ont fait 8 ans, d’ailleurs 5ans en poste c’est suffisant pour une bonne diplomatie. Merci pour les DG du courage.

  • Monsieur le Président et cher Premier Ministre, c’est un bon début et on espère que ce qui viennent ne sont pas de la même race avec les mêmes sous-missions. Jeter également un coup d’oeil vers les conseils d’administration, vous verez que beaucoup de membres sont à vie malgré que les textes donnent l’ocasion de les renouveler tous les 3 ans. Ce conseil l’a confirmer avec le renouvelement de .... comme PCA.
    A quand également l’application de la rigueur sur l’exécution des marchés publics ? Certaines routes (prolongement de la voie partant de l’échangeur de l’Est vers la route de Kaya - Disons la route de Ziniaré et sortie de Ouaga vers Bobo) qui devait s’achever en octobre 2010 est toujours en cours avec des ralentissements de travaux depuis plus de 4 mois sans inquiétude. parlez-nous souvent de cela en conseil des Ministres. En clair, qu’est-ce que le budget de l’Etat gagne sur ces marchés en terme de pénalités de retard ?
    courage et bonne chance nous tous !!!

  • Vous savez quand on dure ds un poste on a l’impression qu’on a abattu un travail d’hercule hors il n’en ait rien.C’est alors surviennent les querelles intestines ,les gueguerres sournoises et les nargues d’hyppocrites quant un collaborateur en vient à vous donner des conseils ou des confidences appropriés pour un meilleur rendement vous trouvez qu’il guette votre poste.Alors qu’ils savent bien que si d’aucun n’avait ceder leur place ils n’en seraient pas là aujourdhui.j’ose esperer que les changements ne concerneront pas seulement les grosses tetes il y’a de veritables gangraines dans les services des directeurs de departement aux chefs de service.ils ont souvent euent leurs ascensions fulgurantes grace aun système et ils continuront d’oeuvrer pour.

  • le prochain conseil de ministre devrait statuer sur le cas des Ambassadeurs à la retraite et toujours en poste et ceux qui ont fait 8 ans, d’ailleurs 5ans en poste c’est suffisant pour une bonne diplomatie. Merci pour les DG du courage.

  • N’OUBLIEZ PAS LA SOFITEX.LE PRESIDENT DEVRA SONGER AUSSI A PARTIR.IL A AUSSI DURE.

  • bonjour chers internautes !!! Au regard de ces derniers bouleversements, on penserait panser les plaies des dizaines d’années ??? Est ce réellement la solution ? Est faut-il se débarrasser d’une main lorsqu’elle est malade au lieu de la soigner ? A voir de près, les changements sont-ils de réel changement ? Fouillons en profondeur pour comprendre certaines choses et méfions nous surtout de vite crier au victoire !!!!! Bonne journée à tous !

  • Que toutes ces personnalités qui sont nommés à la tête des grandes boites actuellement n’oublient jamais que c’est à la faveur de la crise qui a vu la mort de plusieurs personnes qu’ils ont obtenu leur strapontin et qu’ils oeuvrent en conséquence au bien-être de leurs concitoyens sinon n’gaw

  • On attend la SOFITEX ! Le plus vite sera le mieux. La campagne agricole s’installe. Il faut une décision.

  • Comme promis, le Premier Ministre est passé à l’action pour ce qui est des DG. Au passage je voudrais informer les internautes que la SOFITEX est privatisée depuis lors et donc le sort de TIENDREBEOGO Tiraogo Célestin (TTC)n’est pas entre les mains du gouvernement mais entre ceux du Conseil d’Administration de la SOFITEX. Pour revenir à mon propos, ce serait une bonne chose si les nouveaux DG pouvaient avoir les coudées franches et n’être jugés que sur la base d’une feuille de route claire qui leur sera remise. En effet tant qu’ils devront assurer le financement des activités des Tontons, Tanties, épouses politiques, partis politiques et autres gouroux du systèmes COMPAORE, le remplacement des DG n’apportera rien dans le ciel perturbé du Faso. De même si les nouveaux DG s’installent avec à l’esprit de profiter et de faire profiter au plus vite et au mieux eux mêmes, leur courtisants, leurs familles et leurs amis, au lieu de se mettre au service de ces sociétés, le Premier Ministre n’aura effectué que du ôte-toi pour que je m’y mette. Tous ensembles faisons en sorte que plus jamais sur des injonctions parfois anonymes des sommes colossales soient débloquées des comptes de nos sociétés vers des destinations aussi douteuses que suspectes. C’est à ce prix que les changements en cours seront porteurs. Bon vent à vous Monsieurs les nouveaux DG.

    • Il a fait combien d’annees meme le President du Conseil d’Administration de la SOFITEX ? Il faut le changer pour permettre de changer rapidement TTC !

  • le prochain conseil de ministre devrait statuer sur le cas des Ambassadeurs à la retraite et toujours en poste et ceux qui ont fait 8 ans, d’ailleurs 5ans en poste c’est suffisant pour une bonne diplomatie. Merci pour les DG du courage.
    webmaster svp

  • eh oui le DG de sofitex doit avoir la diarhée en ce moment. C’est la période la plus dure de sa vie qu’il est entrain de traverser en ce moment. Ces compatriotes sont entrain de tomber sous les balles assassines du pragmatique Luck Adolphe TIAO. Lui, il ne sait pas bavarder il passe à l’action, et léçon pour les premiers ministres bavards. Que Dieu te bénisse mon premier ministre continue tu as le soutien de toute la nation burkinabé,car ton action contribue a diminuer considérablement les aigris dans ce pays pour mettre un terme definitif à cette situation sans précédent que le pays traverse en ce moment. Merci, merci ,merci et encore mille fois merci.

  • Qu’attend le Président pour changer les ambassadeurs qui sont dans leurs postes depuis 7 8 voir même 15 ans ? Et puis, il n’a qu’a bien connaitre ceux qu’ils va nommer désormais à ces postes au lieu de faire des récompenses à l’aveuglettes et se faire représenter par des gens qui ne pensent plus à leurs propres intérêts qu’à ceux du pays

  • Pour plus d’éfficacité dans le travail, un DG ou chef militaire ne doitpas depasser les 5 ans dans le meme poste. Que le chef de l’Etat dise à ses ministres de veiller strictement sur la durée des DG à leurs postes.

  • Il reste les DG de la SOFITEX et de la CAMEG. Vivement que eux aussi s’en aille !

  • Ce qu’il faudrait dorénavant c’est que de l’intérieur des services étatiques, les agents, à travers leurs structures représentatives, dénoncent les abus et les crimes éconmiques dont ils sont témoins. Si ces dénonciations sont responsables et dépourvues de fantaisie le Peuple les soutiendra et l’Autorité reculera que ce soit sous le régime de Blaise COMPAORE ou de quelqu’un d’autre.

  • J’ai toujours vu ces enfants (nos militaires manifestants) comme des héros, vu le contexte socio-politique du Burkina Faso. Malgré les tirs croisés pleins d’hypocrisie de certaines personnes.

    Burkinmbila

  • il reste le DG de la SOFITEX lui aussi a trop duré. il faudra le changer monsieur le PM

  • "Le conseil adresse ses félicitations aux lauréats promus pour leur mérite et leur performance". Donc avant, les promotions ne se faisaient pas sur la base du merite et de la performance ? Et avec cà, on voulait nous faire croire à l’émergence.

    Le depart des ministres et autres DG "intouchables" est bien, mais c’est pas arrivé. Blaise doit lui même partir à la fin de ce mandat, car il a plus duré que tous ces gens là, mieux ou pire (c’est selon) il aurait fait en 2015, 28 ans au pouvoir contre 27 ans pour les 5 autres présidents reunis du BF à la Haute Volta.

  • Les Ambassadeurs à la retraite Ethiopie, Tunisie, Maroc, New york, Arabie saoudite, Algerie, Côte d’Ivoire, Afrique du sud , Genève

    webmaster svp

    • La nomination et le rappel d’un Ambassadeur relèvent de la seule compétence du Président du Faso. LAT doit savoir où il met ses pieds. Sinon...

    • meme celle des societe a caractere strategique releve du PF et le changement a eu lieu non.

  • à quand le tour de la sofitex

  • Hubert Yaméogo a pris service le 20 mai 1994.Cela fait jour pour jour 17 ans à la tête de la SONABHY.17 ans ce n’est pas 17 jours. Trop c’est trop et à dieu efficacité

  • Et si on faisait des audits de outes ces grosses boites avavnt de changer les titulaires ! Ce serait tres beau de laisser filer tout ce magot detourné. Pensez y monsieut le PM.

  • une chose - il faudra pas oublier un aspect très important : "tous ces nouveaux doivent faire des déclarations de bien et prenant service et en quittant aussi" .
    bonne chance à eux dans leur carrière.

  • Et le DG du service nationale de développement SND ?
    il a plus de 20 ans

    • En effet !tu m’a rappelé mon frère.La question dont je m posais était de savoir si y’avait tjr un DG au snd ? AU vue du traitement k ces appelés subissent sur l terrain sans secours dans nombreux services et pour un pécule d 30mil !!!!!Au secours pour eux car leur soit disant DG est inactif a mon humble avis.

  • même la nomination des dg dépend du président vous allez partir l’administration c’est une contunité

  • Merci monsieur le premier ministre pour ses changements de DG mais il faudrait regardé du côté des conseillers fictifs des ministres ou de la présidence ; envoyé des diplomates de carrières au niveau des ambassades et vous allez voir un changement,les maires après deux mandats doivent quitter leur poste que le bilan soit positif ou pas il faut de l’alternance dans ce pays.
    Que DIEU bénisse le burkina faso.

  • il faut aussi penser au bumigeb

  • Ce remaniement nous montre que des changements commencent à s’opérer. Espérons que tout cela soit un prélude vers de plus grands remaniements en occurrence les hauts commissaires et les gouverneurs de provinces/régions.

  • le BUNASOLS et l’ONI sont des EPE, et comme tels, leurs DG devraient etre nommés après un passage réussi au test de recrutement des DG des EPE ; pourquoi cette exception ?

  • je veux être Ambassadeur ! que dois je faire ? aidez moi svp
    Merci a tous pour vos conseils

  • Salut,

    Je voudrais simplement rappeller le PM pendant ces nominations de penser aux fils et aux filles de la nation qui sont a l’exterieure et qui veulent bien servir la nation !

  • Et le DG de la SONATUR ?

  • Félicitation GNANK le B, tu le mémirite bien.
    Un Homme courageux qui a passé son temps à bosser. Puisse Allah te guider sur le droit chemin.

    Un promo du collège de la salle

  • Monsieur le 1er ministre, vous au moins vous parlez peu et vous agissez ! je voudrai vous faire cas d une situation impensable et inadmissible dans un pays de droit. A quoi sert la retraite ? comment pouvez-vous comprendre qu une personne soit a la retraite depuis 8 ans (directeur du protocole) et soit encore maintenue a son poste ?

  • Il etait temps pour le grand chamboulement au niveau des directions des societes d’etat. Le cas de la SONABHY etait devenu tres tres grave. C’etait devenu une affaire de famille : les embauches, les promotions... Les tests de recrutement n’etaient que de la poudre aux yeux : le DG imposait au Cabinet de recrutement la liste des admis ! Le Cabinet complice n’avait d’autre choix que de confirmer cette liste s’il veut continuer a avoir les marches de la SONABHY...

    • Mes Amis du calme. Le new leader prétolier est déjà au courant de tout. The right man at the right place. c’ est que le peuple demande. Pardons ne l’ embobiné pas dans vos mounafica. culture du resultat et rien d’ autre ; Qu’ il soit juste et oeuvre à ce que le prix du carburant baisse ; c’est le plus important pour nous homme faible.

  • Le PM aura du boulot :
    Je propose que
    les secrétaires qui ont fait plus de 5 ans à leur poste, virées,
    Les soldats qui ont plus de 6 ans, déshabillés,
    Les chauffeurs qui dont le permis a plus de 7 ans, virés,
    Les couples qui durent plus de 8 ans, divorcés,
    Les gardiens qui ont pls de 9 ans, chassés,
    Les ensignants de plus de 10 ans, dehors !
    Tout burkinabè qui à plus de 11 ans, dégage !
    Moi-ême qui écris, OUT !
    Et le Burkina lui-même qui a plus de 50 ans d’indépendance, rayée de la carte !

    Il faut du neuf partout !

    • Du neuf partout,oui mais ne crains-tu pas le flambant neuf ki conduise à une possible aliénation ? Permettez moi de douter un instant kant à la fiabilité de cette nouvelle équipe ki veut aller plus vite k le temps dans la résolution de la crise !prudence surtout pour ne pas mélanger les pédales.

 LeFaso TV