Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est bien d’être le meilleur, mais c’est meilleur d’être le plus original.» Youssoupha dans Mon Roi

MANIFESTATIONS DES ELEVES : La police déserte Pô après un affrontement avec les scolaires

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • mercredi 16 mars 2011 à 01h14min

Après une rencontre que les autorités locales ont initié le lundi 7 mars 2011 avec les différents bureaux d’élèves des différents établissements de Pô, les délégués de ces élèves ont décidé d’aller convaincre leurs camarades pour la reprise normale des cours. Les uns et les autres ont salué l’esprit de cette rencontre et ont pensé que tout rentrerait dans l’ordre à Pô. Malheureusement, les choses ont dégénéré dès la reprise des cours le 9 mars.

La goutte d’eau ayant probablement fait déborder le vase est, selon plusieurs sources, l’information selon laquelle des délégués d’élèves auraient été corrompus par l’autorité qui leur aurait donné de l’argent après leur rencontre du lundi. Ce que plusieurs personnes ont d’ailleurs démenti. Pour parer à toute éventualité, des autorités comme le DPEBA-Nahouri, le préfet de Pô, des responsables coutumiers et religieux, la gendarmerie et d’autres bonnes volontés se sont déployés tôt le matin du 9 mars devant le commissariat de police afin de calmer les ardeurs des manifestants. Malgré leur présence, l’on n’a pas pu éviter l’affrontement tant redouté entre manifestants et policiers.

Les policiers ont fait usage d’une bonne partie de leur stock de gaz lacrymogène pour contrer les manifestants qui, très déterminés, ont bravé la peur pour affronter la force publique. Après avoir mené une longue lutte acharnée contre les élèves vraisemblablement soutenus par quelques jeunes gens de la ville, les policiers ont fini par lâcher prise. Ils ont fermé les bureaux et ont quitté la ville à vive allure dans un de leur véhicule, en tirant en l’air. Après la désertion de la police, les manifestants ont pris le contrôle des lieux avec pour mot d’ordre, d’incendier le commissariat de police.

Fort heureusement, ils ont été convaincus non sans peine par les médiateurs ci-dessus cités. Toutefois, le matériel de protection abandonné par les policiers a été brandi par les manifestants comme des trophées de guerre, puis incendié. Les manifestants se sont retrouvés après à la place Némaro pour livrer leur message tout en scandant des cris de victoire. Les locaux du commissariat de Police sont présentement gardés par les gendarmes qui ont beaucoup œuvré à apaiser la situation.

Des évacuations en pleine manifestation Pendant que les policiers et des élèves s’affrontaient, des ambulances faisaient des va-et-vient au centre médical de Pô. Cela a fait penser à des évacuations de blessés en rapport avec la manifestation. Pour avoir le coeur net, certains manifestants se sont rendus au centre médical. En lieu et place de blessés issus de la manifestation, ce sont plutôt des accidentés ghanéens de l’axe Ouaga-Pô qui y étaient admis. Leur camion de transport de tomates s’est renversé et a fait plusieurs blessés dont certains très graves. Transportés au CMA de Pô, ils ont reçu des soins d’urgence et leurs accompagnants ont préféré les évacuer dans leur pays pour des soins appropriés.

Nouffou ZONGA

Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
10 ans après le décès de Justin Zongo : « S’il était vivant, il allait devenir quelqu’un pour prendre soin de nous », regrette sa mère
AN I DU DECES DE JUSTIN ZONGO : Les élèves et étudiants s’en souviennent
An I de l’affaire Justin Zongo : Les cœurs s’apaisent à Koudougou
Affaire Justin Zongo : Le point des dossiers connexes
Affaire Justin Zongo : Les enseignements d’un procès
Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?
AFFAIRE JUSTIN ZONGO : Le procès d’un certain Burkina
Procès Justin Zongo : Les inculpés écopent de 8 à 10 ans d’emprisonnement ferme
Affaire Justin Zongo : Des peines de 8 à 10 ans pour les policiers
Procès affaire Justin Zongo[ Acte 2] : « Il m’appelait papa » (Officier Roger Narcisse Kaboré, accusé)
Procès de l’affaire Justin Zongo [ Acte 1] : Les trois inculpés rejettent en bloc les accusations »
Affaire Justin Zongo : la justice va trancher
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés