Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un gagnant est un rêveur ,qui n’a jamais abandonné.» Nelson Mandela

DECES DE JUSTIN ZONGO : Manifestation pacifique dans l’ensemble à Kongoussi

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • lundi 14 mars 2011 à 00h41min

Les élèves de la ville de Kongoussi sont descendus dans la rue le mercredi 9 mars 2011 pour demander justice pour leur camarade Justin Zongo décédé à Koudougou. Plusieurs centaines d’élèves du primaire et du secondaire ont pris d’assaut le commissariat de police avant de se rendre au haut-commissariat pour y remettre leur message.

Les élèves de la ville de Kongoussi sont descendus dans la rue le mercredi 9 mars 2011 pour demander justice pour leur camarade Justin Zongo décédé à Koudougou. Plusieurs centaines d’élèves du primaire et du secondaire ont pris d’assaut le commissariat de police avant de se rendre au haut-commissariat pour y remettre leur message.

Le mardi 8 mars 2011 dans la matinée, nous avons appris que les élèves de Kongoussi ont obtenu une autorisation de marche pacifique pour le mercredi 9 mars 2011 en vue de remettre un message au haut- commissaire de la province. Le mercredi matin, nous nous sommes rendus au lycée provincial de Kongoussi à 7 heures 30 minutes. Certains élèves nous ont fait savoir que les autres sont allés faire sortir les élèves du collège Don Bosco et du Foyer Sainte Bernadette. Nous nous sommes repliés vers le lycée communal. Arrivés, les coups de sifflets se faisaient entendre dans la cour d’une école primaire. Aucun élève ne se trouvait dans les salles de classes. Les meneurs qui seraient des élèves du lycée communal demandaient la libération des élèves du primaire qui avaient pourtant été élargis plus tôt.

Le mouvement de foule, composé d’élèves du primaire et d’une dizaine d’élèves du lycée communal, traverse la cour de l’école pour se rendre au commissariat de police situé à 200 mètres environ. Il était 7h 55 mn. Dix minutes plus tard, les élèves du lycée communal ont débouché sur la nationale 22, ont traversé le commissariat de police et la mairie de Kongoussi en direction du rond-point central. Après quelques minutes d’attente, la foule se dirige vers le haut- commissariat avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Justice pour Justin Zongo" et "Non aux ministres incompétents !" Pendant ce temps, le haut- commissaire, le secrétaire général de la province, le préfet de Kongoussi, le chef de la brigade de gendarmerie (en tenue civile), le chef de Kongoussi, sa majesté le Zitenga Naaba, et les différentes autorités religieuses attendaient les manifestants au haut- commissariat pour la réception du message.

C’est à 9 h que la foule est arrivée au commissariat de police. Les portes étaient ouvertes mais on constatait l’absence des forces de l’ordre. La discorde commence et certains manifestants décident de descendre les couleurs nationales. Les délégués les en empêchent. Ils s’en prennent alors aux locaux en démontant la porte du poste de garde, abîment le poste téléviseur qui était à l’intérieur, cassent les vitres d’un vieux véhicule, détruisent la règle de la section CNIB, essaient en vain de casser l’antenne de transmission radio, s’attaquent aux murs des toilettes, passent en revue les engins et autres objets entreposés dans la cour, Ils cassent aussi les arbres et assiègent la cour pendant une vingtaine de minutes.

Après le commissariat de police, direction le haut- commissariat. Le hangar en paille est enflammé et certains élèves l’éteignent immédiatement. Les autorités sont sérieusement encerclées. Un jeune qui serait étudiant et ancien délégué du lycée provincial se dresse dans la foule et s’adresse aux autorités du jour en ces termes : “Nous demandons justice pour Justin Zongo, Norbert Zongo, Thomas Sankara, Dabo Boukary … Mais si à travers cette manifestation, quelqu’un de nous est indexé ou inquiété, nous nous mobiliserons de nouveau pour nous faire entendre".

Ensuite, la parole est revenue au délégué du lycée provincial pour la lecture du message dans lequel les élèves demandent la lumière sur le décès de Justin Zongo et la fermeture des classes pour 48 heures dans la commune de Kongoussi à compter du 9 mars 2011. Ils ont aussi mis en garde les autorités quant au non-respect de leur plate- forme revendicative. En réponse à leurs revendications, le chef de Kongoussi les a félicités pour avoir décidé de marcher pacifiquement et souhaité que leur cœur soit apaisé. Et c’est sur cette note que les leaders de la marche ont invité leurs camarades à rejoindre calmement leur domicile. Au moment où nous tracions ces lignes, nous apprenions que les élèves de Tikaré ont aussi manifesté pacifiquement le même jour. Ils se sont rendus à la préfecture et au commissariat de police pour manifester leur mécontentement.

Asmado RABO (Collaborateur)

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés