Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les idées ont une durée de vie courte. Vous devez agir avant qu’elles n’expirent.» John C. Maxwell

Evénements de Koudougou : Déclaration du Gouvernement

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • mercredi 9 mars 2011 à 10h50min

Depuis le 22 février 2011, le contexte social est marqué par des manifestations de protestation des scolaires et étudiants consécutives à la mort de l’élève Zongo L. Justin à Koudougou. Ces manifestations, quoique légitimes, ont été marquées par des actes de violence et de vandalisme dans plusieurs localités et se sont traduites par des pertes en vies humaines, la destruction de nombreux biens publics et privés.

Prenant en compte la colère des élèves et étudiants, le Gouvernement a mis en oeuvre un certain nombre de mesures allant dans le sens de l’apaisement et de la manifestation de la vérité.

Ce sont entre autres :
• La relève de leurs fonctions respectives du gouverneur et du directeur régional de la police nationale de la Région du centre-ouest ;
• La mise aux arrêts des fonctionnaires de police présumés fautifs ;
• L’ouverture d’une enquête judiciaire sur les circonstances de la mort de Zongo L. Justin et sur tous les événements connexes ;
• La libération des personnes, auteurs d’actes de vandalisme avérés ;
• La visite des blessés admis dans les différents centres hospitaliers régionaux et la prise en charge de leurs frais médicaux ;
• La visite aux familles éplorées et la présentation des condoléances du gouvernement ;
• Etc.

Suite à l’accalmie observée, et à l’appel pressant des associations d’élèves, d’étudiants, de parents d’élèves et de la société civile, le Gouvernement a procédé à la réouverture des classes.

Nonobstant l’appel au calme des différentes autorités coutumières et religieuses, ainsi que les différentes mesures prises, le Gouvernement constate avec regret, la poursuite des manifestations dans certaines localités du pays avec en pointe, des actes répréhensibles susceptibles de compromettre dangereusement la sécurité, la paix publique et la cohésion nationale.

Ce jour 07 mars 2011, jour de réouverture des classes, il a été enregistré dans plusieurs localités, des manifestations qui ont entraîné :
- l’incendie de locaux de commissariats de Police ;
- des actes de vandalisme sur des édifices publics ;
- l’utilisation d’enfants de 7 à 12 ans en guise de barricades sur la RNl entraînant une perturbation de la circulation ;
- des grèves et des marches ;
- etc.

Le Gouvernement, poursuivra ses efforts pour que la lumière soit faite sur les événements de Koudougou.

Le Gouvernement dénonce et condamne fermement ces dérives inacceptables et ces comportements dont il est difficile de faire le lien avec le désir de manifestation de la vérité.

Le Gouvernement rappelle que nous sommes dans un Etat de droit. Les manifestations sont autorisées si elles respectent les dispositions de la loi.

Par conséquent, le Gouvernement prendra ses responsabilités pour que cessent ces agissements contraires aux règles qu’impose l’Etat de droit à chaque citoyen.

Le Gouvernement encourage les élèves et les étudiants à rester sereins, à poursuivre les cours, à privilégier le dialogue et la concertation dans notre commune recherche de la vérité et de la justice.

Ouagadougou, le 07 mars 2011

Vos commentaires

  • Le 9 mars 2011 à 22:43, par le baobab En réponse à : Evénements de Koudougou : Déclaration du Gouvernement

    salut !
    le gouvernement poursuivra ses efforts....... condamne et
    dénonce......rappelle.......prendra ses responsabilités.....
    encourage......
    Euh DIEU,ainsi comme un citoyen en détresse qui,demandant pardon court prier à la mosquée,à l’église,au temple,giffle un fidèle par ci,lorgne d’un regard méchant le prètre,et enfin rentre egorger un bouc.vous comprendrai d’ores et déjà que la notion de confiance en soi n’a plus de boussole.on tatonne,si ça marche tant mieux,si çà ne marche pas chercher toujours(charade ?).silence le gouvernement cherche.
    Vous savez,ils ont honte d’etre tjrs là à courir derrière des sages.je ne sais pas comment ce gouvernement prendra sa responsabilité devant des enfants de 7 à 12ans !!!
    vous vous rendrai compte qu’a force d’utiliser trop de gros français vous contribuer à banaliser la situation. ensuite vs etes en situation de faiblesse, au lieu de condamner continuer à demander pardon !s’il le faut, envoyer des délégation du gouvernement dans les localités jugées stratégiques,rencontrer les mouvements des scolaires,en compagnie des sages au niveau national et bien sure médiatisé(pour prendre l’opinion nationale à témoins).ECOUTER VOTRE PEUPLE ET LE PEUPLE VOUS RESPCTERA

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 09:39, par Maliden En réponse à : Evénements de Koudougou : Déclaration du Gouvernement

    Je ne suis pas burkinabé, mais un très bon ami de ce pays car j’y ai des frères, de boulot. Un passag annuel au Faso est un plasir pour moi et je m’efforce à respecter ce rite.
    Dites aux autorités de foutre la paix aux ZONGO.
    De quelle ethnie sont les Zongo ?
    Dans un premier temps, ils ont été accusés d’avoir mis fin a la vie de Norbert Zongo. Cela a provoqué des remousqui n’ont pas ebranlé tant la quiétude du pouvoir. Personne n’avait la preuve concrète de leur culpabilité.
    Cette fois-ci le garçon Zongo serait mort au commissariat, après des sevices corporels.
    Cela arrive dans une atmosphère que je ne présente plus. Ce vent venu de l’autre côté cherchait une raison de s’emparer du sahel, et la raison semble toute trouvée.
    J’espère seulement que la verité fera jour et que l’impunité sera bannie. Les vrais coupables doivent payer.
    Pas les soufifres

    Répondre à ce message

  • Le 10 mars 2011 à 13:21, par Citoyen En réponse à : Evénements de Koudougou : Déclaration du Gouvernement

    Toute une génération entière souffrira de ces actes de vandalisme dans les localités où tout se brûle sans discernement (bientôt les concours, où légaliser les différents actes ? OK. Les casiers judiciaires, le palais de ouahigouya saccagé, comment se les procurer ? OK. Les problèmes de sécurité, la gendarmerie seule pourra t-elle y remédier ? Ok. et j’en passe). Les populations locales ont intérêt à s’organiser pour empêcher que les manifestations légitimes se transforment en des actes de délinquance et d’incivisme dont seuls les politiciens véreux et soucieux de leur seul accès au pouvoir peuvent s’en jubiler ; En témoigne leur soutien sans retenu aux actes les plus audieux qui soient sous prétexte du droit de manifester. On ne doit pas mélanger politique et droits de l’homme. Et la justice fondée sur des procès équitables tels que le prone la déclaration universelle des droits de l’homme et tous les accords et traités internationaux traitant des droits humains ne peut être rendue avec des préjugés et des pressions tendant à condamner avant jugement comme l’attendent certains. Si tant est que les gens n’ont plus confiance à leur justice, quelle solution faudra t-il pour élucider les causes des morts de ces derniers moments ? Il faut que nous ne perdions pas de vue que la destabilisation de notre pays n’arrangera pas notre jeunesse actuelle qui, pourtant, j’en suis certain, sait très bien qu’elle n’y a aucun intérêt. Gbabo souhaite ardemment le chao chez nous. Si vous saviez combien Blé Goudé a jubilé quand il a vu les images de Koudougou. Faisons attention à ne pas détruire ce qui existe encore de supportable dans notre pays.

    Répondre à ce message

    • Le 10 mars 2011 à 23:48, par concitoyen En réponse à : Evénements de Koudougou : Déclaration du Gouvernement

      Bravo, Monsieur Le Citoyen. Les manifestations légitimes ne doivent pas se transformer en actes de vandalisme, de délinquance et d’incivisme de la part de ceux qui sont sensés représenter l’avenir de notre pays. Je veux savoir pour qui roulent les casseurs. Notre pays est tellement beau que nous devrions prendre nos responsabilités pour rétablir le calme et la sécurité de tous. Le concitoyen.

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
10 ans après le décès de Justin Zongo : « S’il était vivant, il allait devenir quelqu’un pour prendre soin de nous », regrette sa mère
AN I DU DECES DE JUSTIN ZONGO : Les élèves et étudiants s’en souviennent
An I de l’affaire Justin Zongo : Les cœurs s’apaisent à Koudougou
Affaire Justin Zongo : Le point des dossiers connexes
Affaire Justin Zongo : Les enseignements d’un procès
Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?
AFFAIRE JUSTIN ZONGO : Le procès d’un certain Burkina
Procès Justin Zongo : Les inculpés écopent de 8 à 10 ans d’emprisonnement ferme
Affaire Justin Zongo : Des peines de 8 à 10 ans pour les policiers
Procès affaire Justin Zongo[ Acte 2] : « Il m’appelait papa » (Officier Roger Narcisse Kaboré, accusé)
Procès de l’affaire Justin Zongo [ Acte 1] : Les trois inculpés rejettent en bloc les accusations »
Affaire Justin Zongo : la justice va trancher
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés