Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Nul n’a le droit d’effacer une page de l’histoire d’un peuple, car un peuple sans histoire est un monde sans âme.» Alain Foka dans son émission " Archives d’Afrique"

Mort de Justin Zongo : De nouveaux commissariats incendiés, des détenus dans la nature

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Affaire Justin L. Zongo • • mercredi 9 mars 2011 à 00h52min

Une vingtaine de détenus se sont évadés le 7 mars dernier lorsque des commissariats ont été incendiés dans différentes villes du Burkina Faso par des manifestants qui protestaient contre la mort d’autres élèves lors de précédentes troubles. Le gouvernement assure qu’il va « prendre ses responsabilités ».

Selon un communiqué du gouvernement, des commissariats ont été brûlés, des édifices publics saccagés, des barricades érigées dans plusieurs villes du Burkina Faso... Ce sont principalement les commissariats de Yako (100 km au nord de Ouagadougou), Gourcy (140 km à l’est de la capitale), Koupéla (140 km à l’est de la capitale) et Dori dans le nord du pays, qui ont fait les frais de la fureur des manifestants, selon des sources cités par l’AFP.

Un représentant du Mouvement burkinabé des droits de l’Homme et des peuples, interrogé par une radio internationale, a assuré que le commissariat de Pouytenga, ville située à quelques encablures de Koupéla, a subi le même sort. C’est dans ce contexte qu’une vingtaine de détenus se seraient fait la belle.

Intolérable, s’indigne le gouvernement qui s’est fendu d’une déclaration pour rappeler « que nous sommes dans un Etat de droit » et que « les manifestations sont autorisées si elles respectent les dispositions de la loi ». Ce même communiqué assure que « le gouvernement prendra ses responsabilités pour que cessent ces agissements contraires aux règles qu’impose l’Etat de droit à chaque citoyen ».

D’autres manifestations, plus calmes, ont été signalées à Bobo Dioulasso, deuxième ville du pays, Koudougou (ouest), Gaoua (sud-ouest), Fada N’Gourma (est), Tenkodogo (nord), Pô et Léo (sud). L’Association nationale des étudiants du Burkina (Aneb) projette également une « marche pacifique » dans la capitale, ce mercredi 9 mars 2011.

Ces manifestations interviennent alors que le gouvernement avait ordonné la reprise des cours, suspendus pendant une dizaine de jours suite aux violences qui ont secoué la ville de Koudougou fin février après la mort suspecte d’un élève, Justin Zongo, interpellé par la police de la ville. Ces troubles ont fait six morts (dont trois élèves, un étudiant et un policier) et des blessés graves parmi les manifestants et les forces de l’ordre.

Fasozine

Vos commentaires

  • Le 9 mars 2011 à 17:09, par XXL En réponse à : Mort de Justin Zongo : De nouveaux commissariats incendiés, des détenus dans la nature

    C’est vraiment dommage qu’on en arrive à libérer des prisonniers. Mais il faut aussi reconnaître qu’au Burkina,rien n’est fait dans les règles de l’art. Quel enseignement donne t-on à nos frères de la sécurité à l’école pour qu’ils utilisent des armes contre des enfants qui manifestent pacifiquement ? Comment se fait-il qu’il y ait des prisonniers au commissariat ? Je pense qu’il y a des maisons d’arrêt et de correction pour ça. Si c’est la garde à vue, elle a une durée limite. Il y a beaucoup de chose à revoir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
10 ans après le décès de Justin Zongo : « S’il était vivant, il allait devenir quelqu’un pour prendre soin de nous », regrette sa mère
AN I DU DECES DE JUSTIN ZONGO : Les élèves et étudiants s’en souviennent
An I de l’affaire Justin Zongo : Les cœurs s’apaisent à Koudougou
Affaire Justin Zongo : Le point des dossiers connexes
Affaire Justin Zongo : Les enseignements d’un procès
Affaire Justin Zongo : L’Etat a-t-il bradé les policiers pour sauver sa peau ?
AFFAIRE JUSTIN ZONGO : Le procès d’un certain Burkina
Procès Justin Zongo : Les inculpés écopent de 8 à 10 ans d’emprisonnement ferme
Affaire Justin Zongo : Des peines de 8 à 10 ans pour les policiers
Procès affaire Justin Zongo[ Acte 2] : « Il m’appelait papa » (Officier Roger Narcisse Kaboré, accusé)
Procès de l’affaire Justin Zongo [ Acte 1] : Les trois inculpés rejettent en bloc les accusations »
Affaire Justin Zongo : la justice va trancher
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés