Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les gens sollicitent vos critiques, mais ils ne désirent sеulеmеnt quе dеs lοuаngеs. » William Somerset Maugham

CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

Accueil > Actualités > International • • lundi 7 mars 2011 à 00h49min

Qu’espère donc obtenir l’Union africaine (UA) en invitant à Addis Abeba le président entrant, Alassane Dramane Ouattara (ADO), et Laurent Koudou Gbagbo, le président sortant de la Côte d’Ivoire ? La récente dégradation de la situation donne en tout cas le sentiment que les propositions émanant de l’organisation panafricaine ne paraissent pas viables, à commencer par cette invitation qui est vouée à l’échec. Le 10 mars prochain, en effet, la capitale éthiopienne abritera en principe la réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA. Entre autres sujets à débattre, le panel des cinq chefs d’Etat dépêchés par l’UA devrait y dévoiler les solutions envisagées pour dénouer la crise ivoirienne.

L’invitation adressée à ADO et à Gbagbo devrait donc permettre à ces derniers de venir une nouvelle fois défendre leur cause devant le panel. A condition bien entendu que les deux hommes politiques prennent le risque de sortir de leur tanière.

ADO, qui est reconnu président par la communauté internationale, dit avoir accepté l’invitation. Toutefois, du côté du président sortant, c’est l’expectative. C’est qu’en sortant de son bunker du Palais d’Abidjan-Cocody, Gbagbo a tout à perdre. L’homme qui se dépeint comme un nationaliste voudra-t-il courir le risque de se faire « exiler » ? Ne cherchera-t-il pas à demeurer sur place pour négocier une fin de course acceptable ? En tout cas, le départ de Gbagbo paraît fort hypothétique.

A supposer même que Gbagbo fasse le déplacement d’Addis Abeba. Osera-t-il enfin respecter ses engagements ? L’homme est si gagné par la boulimie du pouvoir qu’il faut craindre que comme lors de précédentes rencontres, on débouche cette fois encore sur des échecs programmés. Par ailleurs, l’invitation tombe dans un contexte fort éprouvant. Ce qui se passe présentement en Côte d’Ivoire n’honore point l’homme qui a toujours voulu qu’on garde de lui l’image d’un progressiste qui lutte avec acharnement contre les forces d’oppression néo-coloniales et les pouvoirs réactionnaires africains. Malheureusement, sur le terrain, il aura fait la démonstration contraire.

La boulimie du pouvoir, la mégalomanie et le goût immodéré pour l’argent ont à ce point obsédé l’homme et son entourage qu’on en vient à se demander s’ils ont encore la maîtrise de la situation. En tout cas, Laurent Gbagbo, lui, semble avoir définitivement rejoint le peloton des dirigeants africains indifférents au sort de leur peuple.

Dix ans de mandat présidentiel gracieux, parce que offerts par la communauté internationale, ne lui auront pas permis de répondre à la demande sociale. Comme pour se venger de ses compatriotes après avoir perdu les dernières élections présidentielles pluralistes, équitables et propres, il leur offre une guerre civile en retour. Celle-ci s’installe progressivement dans la capitale économique ivoirienne, et peut-être dans bien d’autres localités. Et nul n’ignore aujourd’hui les souffrances atroces auxquelles se trouvent réduits les citoyens ivoiriens.

Des escadrons de la mort ont ainsi choisi de marquer le séjour de Jean Ping par le massacre de femmes désarmées. Sept femmes tuées par balles lors d’une manifestation pro-Ouattara jeudi à Abidjan nord, dans le quartier d’Abobo. Elles ont eu tort de vouloir protester face aux abus du camp présidentiel. Si Gbagbo et le FPI ont vraiment aimé le peuple ivoirien et admis le principe des libertés démocratiques, cette fois, la preuve du contraire est manifeste.

De telles ignominies ne resteront certainement pas impunies, la Cour pénale internationale (CPI) s’étant engagée à "agir vite" contre les auteurs de crimes contre la population civile. C’est pourquoi on est fondé à croire que Gbagbo ne voudra pas quitter son palais pour Addis Abeba, vu l’épaisseur et le poids des dossiers de crimes politiques, économiques et de sang sur les épaules de son régime. Proche du président sortant, Yao N’Dré, le président du Conseil constitutionnel, est au cœur de la crise post-électorale pour avoir invalidé en partie les résultats et proclamé Gbagbo vainqueur. Lui aussi est invité à se rendre à Addis Abeba. Pourquoi donc associer le magistrat ivoirien à cette réunion ?

Lui revient-il encore de s’expliquer après ses décisions controversées ? Et pourquoi n’a-t-on pas invité aux débats le président de la Commission électorale indépendante ? Trop de zones d’ombre suite à l’invitation du panel, qui traduit un réel manque d’imagination et de courage. A moins d’une stratégie bien huilée, que vise donc l’organisation ? Quel est le véritable objet de la rencontre ? Parce que malgré ses directives, les tueries se poursuivent et on n’a toujours pas mis fin au blocus de l’hôtel du Golf où siègent le président démocratiquement élu et ses amis houphouëtistes. Peut-on attendre des miracles de cette énième rencontre des belligérants d’Abidjan ?

La capitale éthiopienne où siège l’organisation panafricaine est sans doute un terrain neutre. Mais après les échecs répétés de l’UA, notamment par rapport à la crise malgache, il y a de quoi douter de sa capacité à résoudre la crise ivoirienne. L’UA qui dit reconnaître la victoire d’ADO à la présidentielle ivoirienne de novembre dernier se montre bien pitoyable. Elle serait ridicule si la convocation tendait à lui demander de faire des concessions. Le passé le témoigne : le tour du monde précédent n’a pas permis de réconcilier les acteurs politiques ivoiriens. L’UA semble avoir plus compliqué les choses qu’elle n’en a résolues et Gbagbo, fidèle à ses habitudes, fera en sorte que la Côte d’Ivoire demeure plongée dans le chaos.

D’autant que cela lui permettra de continuer à profiter des avantages que lui confère un titre qu’il a usurpé, et d’en faire bénéficier ses partisans. Autant l’UA tourne en rond, autant le panel des chefs d’Etat peinera à trouver une issue heureuse au conflit fratricide qui mine la Côte d’Ivoire depuis de nombreuses années. Et rien, pour l’instant, ne laisse percevoir une lueur d’espoir.

"Le Pays"

Vos commentaires

  • Le 7 mars 2011 à 03:40 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    soyons serieux il n’ya pas d union africaine pr le moment.dites plutot ke l’union de kelke chefs d’etat africain tourne en rond.sinon MOI mon AFRIQUE es mieux ke ca.

    Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2011 à 18:20, par thoma En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

      L UA est « maîîs » sinon on comprend plus rien.je m’attendais pas à ces tueries . L’ECOMOG !!!!! vous etes où là ! sinon c’est du maîîs

      Répondre à ce message

      • Le 7 mars 2011 à 21:48, par a vos ordres En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

        VRAIMENT ILS SONT MAIS.SES CHEFS D’ETATS.ILS ONT TOUS PEUR DE GBAGBO SAUF LES FEMMES IVOIRIENNES QUI SONT RESTER DIGNE ET FIERS MALGRE LA TUERIE DE LEURS EPOUX ET D’ELLES MEME. MANGOU TU ES DANS LE FAUX.TUE ENCORE ET ENCORE C’EST TON BOULOT C’EST SES MORTS QUI FONT LA FIERTE DE TES 4 ETOILES DE GENERALE PREMATURER. VA Y PUISQUE TU N’AS PAS DE FEMMES TOI ET TON PATRON.JE DEMANDE AUX CHEFS D’ETATS DE NOUS LAISSER A NOUS MEME.CAR CHAQUE FOIS QU’ILSPARLES CE SONT DES MORTS PARCE QU’ILS CONNAISENT LA VERITE ET NE FONT RIEN.SOLUTION CONTRAIGNANTE PAROLE DE PEUREUX ET DE FUTUR DICTATEUR

        Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2011 à 20:07, par zorobabel En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

      C’est pitiant. Que pour une question d’élection, les ivoiriens soient en train de s’entretuer. Malheureusement, cela concerne la plupart des pays africains. Quand il s’agit de l’Afrique, il y a toujours des donneurs de leçon de démocratie. L’Union Afrique est toujours esclave de l’Union Européenne et autres. Savez-vous que depuis près de deux ans, la Belgique, le coeur de l’Europe n’a pas de gouvernement. Toutes les médiations ont échoué. Et pourtant, c’est en son siège qu’on décide des sanctions contre les honnêtes citoyens qui n’ont rien à voir avec cette élection en Côte d’Ivoire. Sur 20 millions d’habitants, certainement 3 millions y ont pris part. L’UE depuis cette Belgique qui n’a pas de gouvernement que des embargos sont pris même sur les produits pharmaceutiques, les banques fermées etc. L’Union Africaine doit dénoncer cela d’abord. Moi, Je crois en la paix en Côte d’Ivoire. Vive la jeunesse africaine.

      Répondre à ce message

      • Le 7 mars 2011 à 21:11 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

        Il te reste beaucoup a clarifier sur ta comprehension et ton niveau politique. Tout est encore confus en toi et pourtant, tu te prends pour un progressiste. Qu’est-ce que tu as a dire en clair sur cette elction ivoirienne ? Qui est en train de faire souffrir le peuple ivoirien en monopolisant des voies qu’ il n’ a jamais eues ?Devrait- on laisser les voleurs de voies se la couler douce sans sanctions ? Le lieu ou les sanctions iont ete prises serait- il important ? Beaucoup de gens comme toi ne comprennent pas vraiment grand- chose a la politique mais comme on sait tous dechiffrer des lettres de l’alphabet, on se prend pour des intellos, meme pour des patrons en science po.

        Zerobabillard

        Répondre à ce message

    • Le 18 mars 2011 à 10:00 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

      Bien vu frangin je te soutiens !!!ils nous prennent pour des tarés !! Notre AFRIK est vraiment mieux que ca

      Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 04:46 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    L’UA pe peut rien faire.Il ne peut pas y avoir un reglement a l’amiable de cette crise parce qu’auccun des deux candidats ne va accepter un poste de vice-presidnet qu’on pourrait creer pour la circonstance. Guillaume Soro n’a qu’a rallier ses troupes et descendre sur Abidjan.

    Je suis en train d’imaginer un scenario :
    - Gabgbo accepte l’invitation de l’UA et se rend a Adis-Abeba
    - En son absence, un general de l’armee Ivoirienne s’empare du pouvoir
    - L’ordre est etali en une semaine et le Genrale remet le Pouvoir a ADO
    - ADO le nomme Ministre de la defense
    - Et la paix regne en cote

    Tout ca c’est du blabla mais la seule solution a cette crise est la solution militaire.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 09:45 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Laissez le panel des chefs d’Etat et l’UA tenter une dernière chance pour trouver une solution "disons pacifique". Si Gbagbo refuse de s’y rendre cela veut dire que enfin l’utilisation légitime de la force s’impose. Par contre s’il accepte l’invitation, ce sera le lieu de l’imposer de dire toute la vérité et en reconnaissant Alassane Ouattara vainqueur et son arrêt sera séance tenante prononcé et ce qui mettra fin à la récréation. Laissons faire le panel des chefs d’Etat et l’UA qui sont eux aussi fatigués de cette situation comme tout citoyen lamda. Pour la paix en Cote d’Ivoire et dans la sous region, croisons les doigts et prions.
    Le voyeur

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 09:59, par Mme Traoré En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Le titre est bien dit. L’UA tourne en rond. Je pense que la tache depasse les competence de Jean Ping. Que voulez que quelqu’un qui n’a jamais ete meme premier ministre dans son pays gere une aussi grande question. Il n a pas le poinds et la carure des protagoniste de cette crise (politiquement cela s’entend). Il n a pas auissi le souten unanime de tous les President Africain (en commencant par Zuma)Alors il ne peut que tourner en rond. L’amaterisme avec lequel il gere la situation se decouvre de jour en jour. Pourquoi il invite Alassane , Gbagbo et Paul Yao Ndré sans invité le president de la CEI qui est aussi une piece maîtresse dans l’affaire ? gbagbo a deja fait s’avoir qu’il ne se rendra pas personnellement à Addis. il se fera representer par Laurent Dona Fologo.
    C’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 09:59, par Mme Traoré En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Le titre est bien dit. L’UA tourne en rond. Je pense que la tache depasse les competences de Jean Ping. Que voulez que quelqu’un qui n’a jamais ete meme premier ministre dans son pays puisse gerer une aussi grande question. Il n a pas le poids et la carure des protagoniste de cette crise (politiquement cela s’entend). Il n a pas aussi le soutien unanime de tous les Presidents Africains (en commencant par Zuma). Alors il ne peut que tourner en rond ! L’amaterisme avec lequel il gere la situation se decouvre de jour en jour. Pourquoi il invite Alassane , Gbagbo et Paul Yao Ndré sans invité le President de la CEI qui est aussi une piece maîtresse dans l’affaire ? Gbagbo a deja fait s’avoir qu’il ne se rendra pas personnellement à Addis. il se fera representer par Laurent Dona Fologo.
    C’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 10:04, par John En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Gbagbo a deja fait s’avoir qu’il ne se rendra pas personnellement à Addis. Il se fera representer par Laurent Dona Fologo. Ce laurent (cube maggie) qui a goutté à tous les regimes ivoiriens depuis la periode Houfouet.Il n est pas un homme credible car ses positions politiques son au gré de ses intestins ; meme s’il doit sacrifier parents du Nord. Cette mission accouchera d’une souris. C’est dommage pour la Cote d’ivoire et pour l’afrique.

    Répondre à ce message

    • Le 7 mars 2011 à 21:22, par a vos ordres En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

      en toute franchise tu as raison.mais sache ceci : UNE ARMEE EST UNE ARMEE ET NOUS ATTENDONS DE VOIR COMMENT REAGIRONT LA NOTRE SI ELLE EST VRAIMENT REPUBLICAINE.POUR MA PART JE SUIS D’UNE CHOSE LES FRAPPE CONTINUERONT D’OU LA CASE DEPART EST LA SOLUTION A LA CRISE.

      Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 12:36, par Cool ! En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    L’Union Africaine me déçoit énormément ! franchement quoi ! vous êtes complice des tueries en côte d’Ivoire, en Libye et ailleurs en Afrique ! l’immobilisme légendaire des institutions, les lourdeurs administratives, à ça on ajoute le manque de courage, l’omniprésence de la complaisance et j’en passe ! Qu’a dit l’union Africaine par rapport à ce qui se passe en Libye ? avez vous entendu une seule déclaration, une condamnation ou une proposition émanent de l’UA ? oubien la Libye ne fait pas partie de l’union ? Je comprends maintenant pourquoi l’union Africaine n’a pas bronché quand Sarkozy à déclaré que l’homme africain n’est jamais rentrer dans l’histoire ! vous étiez d’accord avec lui et vous lui donnez raison !
    J’ai honte à votre place !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 12:54, par cmoi En réponse à : La CEDEAO avait déjà trouvé la solution à la crise ivoirienne

    Quand la photocopie diffère de l’originale.
    Ouattara et Gbagbo n’ont-ils pas le même projet de société (ou presque) pour tous les habitants de la Côte d’Ivoire (ivoiriens ou non) et tous les ivoiriens vivants à l’étranger ? N’a-t-on pas entendu dire votez l’original et laissez photocopie ? Face aux cameras de l’ex-RTI n’a-t-on pas vu les deux amis de long date aborder les problèmes économiques, sociaux, économiques, sécuritaires et autres dans le même sens ? Mais pourquoi aujourd’hui ces deux amis ne se parlent plus ? Pis ils mettent en danger la vie de leurs concitoyens, électeurs d’un jour et sympathisants de tous les jours ? On peut continuer ces interrogations indéfiniment tend la situation appelle réflexion. Sachez que le chef ne se fâche jamais car sa colère ne l’appartient pas.
    Aujourd’hui c’est la course au pouvoir, toutes les vertus sont foulées aux pieds au profit du matériel qui est d’ailleurs périssable et de la gloire. Mais vanité des vanités, tout est vanité.
    Pour l’instant, Les résidences de nombreux ministres et personnalités tel que Amani N’guessan, Dagobert Banzio, Charles Koffi Diby, Sidiki Konaté, Allah Kouadio Rémy, Adama Toungara, François Amichia, Amadou Koné, Mabri Toikeusse, Général François Konan-Banny, la maison familiale de Jean-Baptiste Ekra, Méité Sindou, Amadou Koné, Yaï Constance, N’dri Celestin et Sidy Diallo sont saccagés, pillés et brulés. Tout le monde se tait et laisse faire. Peut être parce que tout le monde n’est pas concerné ou ne se sent pas concerné pour l’instant. Une chose est sure si vous habitez dans un village où dès que vous atteignez la barre des 30 ans l’on vous tranche la tête, n’attendez surtout pas d’avoir 29 ans avant de chercher à changer les règles. A bon entendeur….
    Les lieux de cultes (essentiellement des mosquées) sont brulés sans que personnes ne puisse crier son indignation sous peine de mort.
    Le pays va mal. Ce qui se passe maintenant n’est que la partie visible de l’iceberg. Si rien n’est fait bientôt ce sera des épurations ethniques. A yopougon (wouakouboué, yao cei…) des jeunes miliciens (jeunes patriotes) sont recrutés et entrainés au maniement des armes et à l’art de la guerre au vu et su de tout le monde. C’est une véritable inquiétude pour stabilité sociale quand on sait que ces jeunes tuent, brûlent, violent, rackettent en toute impunité les paisibles populations. Récemment, au marché de sicogi (yopougon), ces jeunes ont fait une descente musclée punitive triant et frappant sévèrement les pauvres dames majoritairement celles du nord (facilement reconnaissable à leur tenue) ou souvent dénoncées comme telles par des guides. Au campus universitaire de Cocody, les étudiants de la fesci obligent leurs camarades résidents des chambres à aller se constituer en bouclier humain au domicile de M. Gbagbo sous peine de violences, de traumatismes, de brimades, d’exclusion de la chambre, d’interdiction de mettre les pieds en salle de cours, au restaurant et même d’emprunter le bus (SOTRA). Ne parlons même pas des autres résidences universitaires. Où allons-nous ?
    Il y a un mystère naturel qui souffle dans l’air. Qui va nous sauver ?
    Au sortir de l’élection présidentiel, après la proclamation des résultats provisoires par la CEI (on dit que cette proclamation n’a jamais eu lieu : admettons) et la saisine par le Conseil Constitutionnel du dossier, les plus curieux ont cherché à connaitre les prérogatives du Conseil Constitutionnel (désormais en charge du dossier) et l’original du Code Electoral pour analyser les cas de figure pouvant arriver. Tous ont porté leur attention sur l’article 64 nouveau du Code Electoral (LOI N° 2000-514 du 1er août 2000 portant Code Electoral telle que modifiée par l’Ordonnance n°2008-133 du 14 avril 2008 portant ajustements au Code Electoral pour les élections de sortie de crise) ce versé très clair et dit ceci : « Dans le cas où le Conseil Constitutionnel constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d’ensemble, il prononce l’annulation de l’élection et notifie sa décision à la Commission Electorale Indépendante qui informe le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies et le Représentant Spécial du Facilitateur a toutes fins utiles.
    La date du nouveau scrutin est fixée par décret en Conseil des Ministres sur proposition de la Commission Electorale Indépendante. Le scrutin a lieu au plus tard quarante-cinq jours à compter de la date de la décision du Conseil constitutionnel. »
    Je ne suis pas sure que Gbagbo ou Ouattara ait gagné les élections,
    Mais :
    Je suis sure que Yao N’dré et ses collaborateurs ont purement et simplement menti au peuple,
    Je suis sure que ce mensonge est en train de décimé mon peuple,
    Je suis sure que les banques, les sociétés d’assurances, les PME, les Pharmacies, les exportations et importations de certains produits,…, les écoles ont fermés pour le malheur de mon peuple,
    Je suis sure que les prix des denrées alimentaires, du gaz butane, du transport, des impôts ont augmentés pour aggraver la souffrance de mon peuple,
    Je suis sure que le peuple perd beaucoup,
    Je suis sure que les médicaments, le carburant, les gaz et même l’argent vont manqués pour la misère du peuple,
    Je suis sure que le nombre de morts augmente de jour en jour,
    Je suis sure que Gbagbo a l’original du Code Electoral,
    Je suis sure que Ouattara a l’original du Code Electoral. a
    Je suis sure qu’on peut assoir et discuter ensemble.

    Que les uns et les autres se ressaisissent.
    Que la vérité soit.
    Que le peuple uni dans sa diversité soit.
    Que Dieu soit pour chacun et pour tous.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 13:03, par Ami de RCI En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    La Barbarie d’un autre âge perpétrée par le Clan Gbagbo prouve au moins une chose : le régime est aux aboies. Ceux qui attendent quelques choses de ce panel ou de l’UA n’auront que leurs yeux pour pleurer. Il faut à mon sens les ignorer toute simplement.
    Je pense que les reclus du Golf Hôtel doivent se dire une chose : Il ya des lignes rouges qu’on ne doit pas laisser franchir quel qu’en soi son tempérament. En tirant sur ces mères qui n’exprimaient que leurs sentiments légitimes tout en protégeant ces autres mères qui manifestent légitimement tous les jours contre l’ONUCI et même les filmer aux fins de la propagande de la Télé mille collines pudiquement appelée (RTI la première), Gbagbo et sa clic de délinquants a franchi la ligne rouge. Ne pas réagir maintenant relève de non la non assistance à personne en danger. Il faut que les FN réagissent et vigoureusement contre ces FDS, pas contre les populations civiles ni les drogués de Blégoudé. Beaucoup de ces gens recrutés dans le cercle des voyous, des délinquants, des loubards ou des repris de justice sont des victimes du clan de Gbagbo obligés de faire ces basses besognes pour assurer même le « coup KO » (un repas par jour qu’on appel en ces temps de galère un coup KO).
    Mrs les reclus du Golf Hôtel : Si vous ne réagissez pas, vous serez politiquement mort parce que le temps joue contre vous et vos militants ont déjà payé trop de leur vie du fait de votre passivité. Imaginer un seul instant que celles qui ont été sauvagement abattues étaient vos sœurs, mères ou filles. Allez-vous maintenir ce cap comme cela et rentrer dormir dans vos chambres ? Enfin, je voudrais vous dire ceci : Il n’y a pas d’alternative à la guerre ici sauf à vous démettre et remettre le pays à Gbagbo. Gbagbo et son clic qui semble s’être définitivement engouffré dans le chemin satanique (un chrétien ne peut agir de la sorte) savent qu’il n’y a qu’une alternative pour leur survie : Gagner le bras de fer contre vous ou finir en prison ou être tué. Ils sont donc installés dans une logique de guerre et n’entendront que le langage de la violence. Votre combat est noble mais il ne faut plus compter sur la communauté internationale ni sur la CEDEAO qui semble avoir déjà joué sa partition. Vous devez reprendre l’initiative. L’âme de ceux qui sont mort et les ivoiriens épris de paix vous le revaudront !Les FN doivent poursuivre l’offensive pour contraindre Gbagbo a négocier sa sortie.

    Répondre à ce message

    • Le 9 mars 2011 à 17:35, par ezan En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

      Arretez d’intoxiquer le monde, et je crains même que vous soyez ivoirien !!!!!!
      Appelez les fn à attaquer est une reaction indigne qu’un Ivoirien digne et fière de l’être n’aurait jamais souhaité !!!!
      De grâce pensez au bien de mon pays car vous nos frères et aussi nos voisins !!!

      Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 13:21, par Le clairvoyant En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Article de très belle facture !!
    Rien à ajouter sauf souligner que l’UA veut par ce jeu accepter gbagbo au mepris total de la volonté populaire ivoirienne ! Et vous pensez qu’il y aura encore une election présidentielle en Afrique ! Quel fou de Président en afrique, acceptera de quitter le pouvoir qu’il aura perdu proprement

    Ces présidents peut-être, pensent à ce qu’eux-mêmes seront tentés de faire demain

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 15:20, par Sandra En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    je suis tout a fait d’accord avec le dernier commentaire. la plupart des chefs d’état africains de la sous région ne sont pas sans reproches !!! ils sont certainement peur de ce qui pourraient leur arriver demain, et Gbagbo leur a peut etre promis de l’aide s’ils se retrouvaient dans la même situation... je pense que l’UA ne doit plus exister, car elle semble ne pas avoir une raison d’être. peut etre que l’une des solutions, est de réorganiser de nouvelles élections en CI en exluant Gbagbo et Ouattara tout simplement !!

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2011 à 22:01 En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    Dieu merci, je suis pas Africain

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2011 à 12:25, par Zas En réponse à : CRISE IVOIRIENNE : L’UA tourne en rond

    L’UA tourne en rond ! C’est ce qu’elle a toujours fait. Donnez un exemple de crise politique en Afrique que l’UA a pu résoudre définitivement.
    Les institutions comme l’UA sont crées avec des intentions nobles, mais la plus part des acteurs qui l’animent soutiennent toujours des positions qui sont aux antipodes de la vérité Eu égard à leurs relations personnelles avec ceux qui sont mis en cause. Le résultat est que quand l’UA se mêle d’une crise, elle contribue à l’étaler dans le temps.
    Tant que les dirigeants Africains qui sont à L’UA vont occulter la vérité, l’UA ne pourra jamais résoudre une crise en Afrique.
    En tous cas ce n’est pas l’UA actuel qui pourra résoudre un problème en Afrique. Peut être qu’avec une nouvelle vague de Chefs d’Etats, l’UA aura sa raison d’être. Celle qui est là actuellement n’est qu’un regroupement budgétivore où les gens vont se pavaner.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Présidentielle en Guinée Bissau : Le premier parti d’opposition réclame un fichier électoral fiable
Côte d’Ivoire : La réforme la Commission électorale divise la classe politique
Côte d’ivoire : Les conclusions de la rencontre entre Bédié et Gbagbo à Bruxelles
20 ans de règne de Mohammed VI au Maroc : Une vision royale pour une Afrique prospère et décomplexée
Lutte contre le terrorisme : 250 soldats britanniques attendus au Mali en 2020
Sénégal : La voiture de Macky Sall avec à son bord le président malien prend feu
CEDEAO : Alassane Ouattara espère que la monnaie unique sera mise en place "le plus tôt possible"
Le Togo organise des élections municipales après 32 ans
Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié reste campé sur ses propos controversés sur les étrangers
Madagascar : La fête nationale endeuillée (au moins seize morts)
Guinée-Conakry : Le président Alpha Condé tient à la modification de la Constitution !
UNESCO : Bilan satisfaisant pour le Burkina Faso à la septième session de la conférence des parties à la Convention de 2005
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés