Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’amour, c’est être toujours inquiet de l’аutrе.» Marcel Achard

LIBYE : Les insurgés parviendront-ils à déloger Kadhafi ?

Accueil > Actualités > International • • lundi 7 mars 2011 à 00h38min

Il fallait bien s’y attendre. Après 42 ans au pouvoir, Kadhafi n’acceptera pas de se faire cueillir aussi facilement qu’un fruit mûr par son peuple qui veut aujourd’hui sa peau. La nature même du régime montre à suffisance qu’il est difficilement déboulonnable. En effet, durant ses 42 ans à la tête de la Libye, Kadhafi a fait des pieds et des mains pour se prémunir contre ceux-là qu’il a toujours qualifiés d’impérialistes, les Etats-Unis notamment. Et des moyens matériels et humains, le "guide" en a mis en place à cet effet.

Aujourd’hui, il n’a quoi faire de ces guerriers et de toute cette armada de bombardiers et de mitrailleuses que de les déployer contre son propre peuple. Autre chose qui montre que les insurgés ont de gros soucis à se faire : bien des chefs d’Etat africains dont le colonel libyen a mouillé la barbe par ses pétrodollars pourront à un moment envoyer "s’ils ne le font pas déjà" des renforts à ce dernier. Sans compter que, dans sa logique de répression, Kadhafi use de tous les moyens à sa portée, n’en déplaise à la communauté internationale. Des sources concordantes attestent d’ailleurs que le "guide" récupère certains désoeuvrés clandestins pour en faire des milices pour la circonstance.

Toutes choses qui laissent croire que Kadhafi peut encore résister. A tout le moins, de cette guerre que le colonel libyen a déclarée à son peuple, trois issues possibles se dégagent. Premièrement, les deux forces antagonistes s’équivalent. Le cas échéant, on assisterait à une balkanisation du pays. Le colonel en dirigerait ainsi une partie et les insurgés une autre. Deuxièmement, au regard de leur détermination à en découdre avec leur dictateur, les insurgés parviennent à retirer des mains ferrées de ce dernier, ce qui lui reste aujourd’hui de plus cher et d’essentiel, à savoir Tripoli.

Ce qui sonnerait le glas de ce dinosaure que beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui dans la rue, pour réclamer son départ, n’ont connu qu’à la tête du pays. Troisième hypothèse, les insurgés, malgré leur détermination, lâchent prise ou sont mis en déroute parce qu’incapables de venir à bout de l’indésirable. Dans ce cas, que fera alors la communauté internationale qui hésite toujours à se décider, mais convaincue que le colonel ne réservera rien de bon à ses insurgés qu’il qualifie de "rats et de microbes" ?

Il urge alors de sauver la Libye actuellement au bord de la guerre civile. Et rien n’est de trop pour faire triompher ceux qui luttent pour une Libye démocratique. Entre un colonel qui, enivré par le pouvoir, devient de plus en plus fou, et un peuple désabusé qui n’aspire qu’à la légitime liberté, le choix est clair.

Boulkindi COULDIATI

Le Pays

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Niger : L’hommage de la nation rendu aux 71 soldats tués
Mali : Le chef de la MINUSMA à Kidal déclaré persona non grata
40e session de la Conférence générale de l’UNESCO : Le ministère de la Communication du Burkina Faso y a pris part
Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : 20 chercheuses africaines récompensées
Côte d’Ivoire : Un accident de deux hélicoptères fait quatre blessés
Mali : 13 soldats français tués dans un accident de deux hélicoptères
Guinée : « Alpha Condé, d’opposant historique à bourreau historique », selon le Balai citoyen
Le Burkina Faso participe à la 40e Session de la Conférence générale de l’UNESCO
Insécurité au Mali : L’artiste musicien, Salif Kéita, pointe du doigt la France
Sommet Russie-Afrique : 47 recommandations « pour un système de relations internationales plus juste et plus équitable »
António Guterres, Secrétaire général de l’ONU au Forum de Paris sur la paix : « Le monde se fissure. Le statu quo n’est pas tenable »
Burkina : Le Secrétaire général de l’ONU condamne fermement l’attaque contre le convoi de Semafo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés