Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Tout ce qui vaut la peine d’être fait mérite et exige d’être bien fait» Comte de Chesterfield

Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

Après avoir participé à l’édition précédente du FESPACO dans la catégorie panorama, la jeune réalisatrice burkinabè Eléonore Yaméogo nous revient cette fois-ci avec un documentaire intitulé « Paris mon paradis ». Cette œuvre filmique qui dépeint les vraies réalités des immigrés dans l’Hexagone, est en compétition officielle et passe les mardi 1er et jeudi 3 mars.

Voici la vision que nous avons de nos frères immigrés en France : ils arrivent à « Bengué ». Ils ne repartiront pas les mains vides. Ils envoient de l’argent au pays et de bonnes nouvelles. Ils ne laissent rien paraître des difficultés morales et matérielles dans lesquelles ils sont souvent. Ils entretiennent le rêve, le mythe d’un eldorado, d’une immigration synonyme de réussite et de richesse…

Ce regard-là est trop beau pour être vrai. L’aventure, surtout en Europe, n’est pas tout le temps ce tableau somptueux que les uns et les autres font miroiter. Et à partir de ces illusions, Eléonore Yaméogo, jeune réalisatrice burkinabè vivant en France, a décidé de montrer la réalité des choses.

Dans un documentaire de 52 mn, biens colorées, elle aborde le sujet en présentant le phénomène de l’immigration avec toutes ses ramifications complexes et concrètes. « L’idée du film est partie de mon premier voyage en France où j’ai été choquée de voir certains immigrés africains, que je croyais avoir réussi, à partir des images qu’ils nous faisaient parvenir.

Quand j’ai vu la réalité, la précarité dans laquelle ils vivaient, je me suis posé la question de savoir pourquoi Paris restait un mystère. Et je me suis dit qu’il était temps de dépeindre la réalité pour démystifier ce côté paradis ou eldorado que les gens entretiennent ».

En clair, notre réalisatrice n’a occulté ni aspect historique, ni aspect administratif encore moins humain. C’est d’ailleurs pourquoi elle a choisi le cinéma réel : le documentaire. Pour ce qui est des fictions, il faudra patienter. Elle ne veut pas sauter d’étapes.

Si miss Yaméogo est parvenue à mettre en boîte ce documentaire, c’est avant tout par la force du courage mais aussi par la chance. Car, reconnaît-elle, « ce n’est pas évident de rentrer dans tout le système de recherche de financement et de trouver les producteurs pour sortir un film ». Après tout, elle a eu du mérite.

Mieux, la sélection de « Paris mon paradis » marque la présence de la nouvelle vague du cinéma africain. L’on pourra dire que le sujet qu’elle aborde n’est pas nouveau, mais ce documentaire a l’avantage d’être un regard africain sur la société française. Mieux, les personnages témoignent à visage découvert ; sans aucun doute un choix pour ne pas continuer à masquer le paradoxe de l’immigration.

Sur la catégorie dans laquelle elle est en compétition, cette ancienne étudiante de l’ISIS ne se fait pas d’illusion : « Je ne fais pas de fixation sur l’obtention d’un prix, car c’est déjà une bonne chose de participer et d’être arrivée au bout de ce projet qui m’a pris 3 ans ».

Mais qu’on se comprenne, Eléonore ne veut pas décourager les futurs candidats à l’immigration, elle veut juste leur permettre de s’imprégner de la réalité avant de faire leur projet de voyage hexagonal. « Paris mon paradis », pour ne pas dire Paris mon enfer, passe ce mardi 1er mars à 14h au CBC et le jeudi 3 prochain au ciné Neerwaya à 16h.

Kader Traoré

L’Observateur Paalga

Vos commentaires

  • Le 1er mars 2011 à 03:16 En réponse à : Pourquoi toi meme tu reviens pas au bled

    Eleonore,

    toi meme tu as fui le pays pour aller a Paris. C’est la-bas que tu travailles et realises tes films. Si c’etait aussi difficile comme tu veux le faire croire, tu serais revenue au BF t’installer. Quand on donne des conseils aux autres, il faut les appliquer a soi-meme au lieu de "faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais".
    Pian, nous aussi on va fuir te rejoindre a Bengue

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2011 à 14:23, par Kader En réponse à : Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

    Paris n’est pas forcement le paradis dont on reve.
    il n’y a qu’à voir comment nos freres souffrent au 18e ou comment il sont obligés de bosser comment des dingues pour aller s’exiber au moulin rouge et autres maquis africains.
    il vaut mieux souvent se defendre au Faso bien vivre que d’aller souffrir ailleurs

    Répondre à ce message

    • Le 3 mars 2011 à 02:01 En réponse à : Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

      En toute chose, il faut relativiser. ne vilipendez pas ma soeur. Quand elle dit que c’est dur, ce n’est pas pour elle. Sinon, elle n’est pas au million pres. mais c’est pour la vatse majorite. Il y a des analphabetes, pardonnez- moi d’ etre cur, qui prennent plus de 6 milllions pour emiogrer. Tu vas emigrer en brulant 6 millions alors que le contexte socio- cultureln’est pas le meme. Qu’est-ce que tu vas devenir dans des pays ou on demande d’ abord la maitrise pour esperer, (esperer meme, hein)du boulot ? Insultez la pauvre comme vous vouilez mais vous ne faites que tuez le messager. le message, lui , il reste. Droit comme les tecks de Pabre.
      Courage, ma soeur.

      Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2011 à 19:35, par parisien moissi En réponse à : Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

    Courage et bonne chance ma soeur. Oui Paris c’est le Djoisi(nettoyage).

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2011 à 00:03 En réponse à : Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

    la personne qui a ecris en premiere. il faut bien lire le commentaire avant de repondre. Eleonore a bien dit qu elle ne veut pas decourager ceux qui veulent partir en Europe c est une maniere d attirer leur attention sur certaines realites. tu es trop aigre dans ton message. please come down. ce qui est sure elle est a feliciter et je parie qu elle gagnera un prix. les jaloux vont mourir.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mars 2011 à 13:12, par Konate En réponse à : Paris mon paradis : Pour ne pas dire mon enfer

    Avec la realisatrice,c’est une image et un coup d’avertisseurs pour tous ceux qui veulent immigrer. Combien sont venus en europe sans avoir cette realité. Tout le monde a sa chance dans la vie . il y’a ceux qui arrivent et en un laps de temps s’en sorte et ceux qui triment. toujours est i qu’il esty bien de savoir a quoi s’en tenir une fois en europe . Aussi le reve de nos soeurs qui pensent toujours que "Homme blanc" est synoimes de bonheur pourront mediter avant de s’engagager. Ne penser que malgré tout l’europe est mieux que l’afrique. cela depend de la conception de chacun. Il est cependant bien de savoir. La realisatrice ne fait que son devoir de lumiere. Et comme on le dit "A bon entendeur, salut !"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés